FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Hubert REEVES

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Hubert REEVES Empty
MessageSujet: Hubert REEVES   Hubert REEVES EmptyMer 07 Juin 2006, 8:50 am

Hubert Reeves, ou la vulgarisation élégante de l'astro-physique

Citation :
Né à Montréal (Québec, Canada), Hubert Reeves y fait ses études classiques chez les Jésuites, au collège Jean-de-Brébeuf, et reçoit son baccalauréat en 1950. Inscrit à la Faculté des Sciences de l’Université de Montréal, il obtient un baccalauréat ès sciences en physique (1953).

Puis il présente à l’Université McGill un mémoire de maîtrise intitulé Formation of Positronium in Hydrogen and Helium (1955). Il poursuit ses études en astrophysique nucléaire à l’Université Cornell (Ithaca, N.Y.) où il soutient sa thèse de doctorat (1960) sur la Thermonuclear Reaction Involving Medium Light Nuclei. De 1960 à 1964, il enseigne la physique à l’Université de Montréal tout en étant conseiller scientifique à la N.A.S.A.

Professeur invité à l’Université de Bruxelles en 1964-1965, il est, à partir de 1966, directeur de recherches au C.N.R.S. avec affectation au Commissariat à l’énergie atomique de Sarclay en France, tout en restant attaché à l’Université de Montréal, à titre de professeur associé.

En plus de ses livres, il publie de nombreux travaux, seul ou en collaboration, dans des revues scientifiques telles que : Bulletin of American Physics, The Astronomical Journal, Institute for Space Studies, Planetary and Space Physics, Physics Review, Publications de l’Institut Interuniversitaire de Sciences Nucléaires de Belgique, Journal de Physique et de Radium, École de physique théorique de Les Houches…

Il sait aussi adapter ses travaux à des périodiques et revues populaires tels que : Larousse, Ciel et Space, Art Press, La Recherche… À ses écrits s’ajoutent des films et des audio-cassettes distribués par des médias tels TF1 et FR3.

Chevalier de l’Ordre du Mérite (France, 1976), il a reçu le Prix de la Fonction de France (1982); il est docteur honorifique de l’Université de Montréal (1983), Chevalier de la Légion d’Honneur (1984) et Officier de l’Ordre du Canada depuis 1991.

Détenteur d'un doctorat en astrophysique nucléaire de l'Université Cornell aux États-Unis, il a aussi étudié à l'Université de Montréal où il a enseigné et à l'Université McGill. Ancien conseiller scientifique à la N.A.S.A., il vit en France depuis 1966 où il dirige les recherches au Centre National de Recherche Scientifique tout en demeurant rattaché au Centre d'études nucléaires de Saclay.

Astrophysicien réputé, auteur de plusieurs travaux spécialisés, Reeves consacre cependant le tiers de son temps à la vulgarisation. «Je crois, dit-il que la communication du savoir est au moins aussi importante que l'avancement des connaissances: il est malsain et parfois dangeureux de cultiver le secret mandarinal autour de la science». Les titres de ses ouvrages de vulgarisation, le décrivent bien. Il aime la littérature et la musique, faisant songer à ces esprits d'autrefois qui mariaient élégamment la science et l'art.

Il a gardé son sourire et sa curiosité d’enfant. L’Univers lui appartient, son capital de sympathie auprès du public prospère. Hubert Reeves croque le ciel à pleines dents. Il n’en revient pas, lui qui court les étoiles, d’avoir atterri par un jour de juillet 1932 sur «une planète bleue qui accomplit son quatre milliards cinquante-six millionième tour autour d’un Soleil qui, lui, achève sa vingt-cinquième révolution autour de la Voie lactée». Personnellement, l’astrophysicien militant a déjà participé à soixante-dix révolutions de la Terre autour du Soleil. Au fil du temps, il s’est rapproché de sa planète mère, si petite, si fragile, si débordante de vie.

Engagement écologique : En février 2001, Hubert Reeves est devenu président de la Ligue pour la préservation de la faune sauvage, prenant la succession de Théodore Monod, décédé en novembre 2000. Il prépare également un livre sur la détérioration de la planète. L'astrophysicien se dit inquiet de l'état du monde dans lequel vivront ses petits-enfants en 2050 : « L'astronomie nous apprend qu'il a fallu 15 milliards d'années pour fabriquer le cerveau humain.

C'est un paradoxe de voir que cet être humain menace à très court terme la poursuite de l'évolution, la biodiversité. Nous sommes en train de faire régresser la vie et de rendre la planète inhabitable. En nous montrant le long chemin parcouru pour mener à la Terre telle que nous la connaissons, l'astronomie donne une portée plus vaste aux problèmes actuels. Cela amplifie l'idée de gâchis. » Au sein de l'association qu'il préside, Hubert Reeves veut internationaliser la lutte pour la protection de l'environnement et rêve de faire accepter un droit d'ingérence écologique.

Un film :

L’une des plus chaleureuses personnalités de la communauté scientifique internationale, Hubert Reeves, est un rêveur qui se passionne pour la réalité. Connu pour ses talents de communicateur scientifique, l’astrophysicien est avant tout un chercheur dont les travaux en nucléosynthèse ont récemment été consacrés par le prix Albert-Einstein. Avec le film Hubert Reeves, conteur d’étoiles, Iolande Cadrin-Rossignol nous propose une rencontre intime et privilégiée avec cet homme de science profondément humain. De son enfance québécoise près du lac Saint-Louis à sa vie quotidienne sur sa ferme de Malicorne, en France, Hubert Reeves a toujours entretenu une véritable fascination pour la nature et sa relation à l’univers.

La découverte de la puissance des mathématiques – la possibilité d’appréhender et d’expliquer notre monde par les chiffres – exerce sur lui un attrait irrésistible. Une vocation catalysée par ses professeurs à l’Université Cornell, certains étant reconnus parmi les plus grands génies du siècle, notamment Hans Bethe, Philip Morrison et Bob Wilson. Par l’entremise de récits et d’anecdotes savoureuses, Reeves raconte l’évolution de cette passion qui l’a mené à côtoyer ces personnes remarquables.

Fidèle à la personnalité de son sujet, ce documentaire met en relation science et humanité dans un habile jeu de contrepoids. L’une ne saurait aller sans l’autre. Avec sa verve habituelle, Reeves nous présente les grands événements de l’histoire de l’astrophysique et ses théories essentielles. En parallèle, la caméra capte la simplicité des rencontres entre amis, où la réflexion se fait plus philosophique. Si la science ne peut exprimer de jugement moral, l’être humain le peut et doit le faire.

Écologiste de la première heure, Hubert Reeves nous met en garde contre la destruction actuelle que subit la planète. Contrairement à la croyance populaire, l’être humain n’a pas le statut spécial d’« espèce choisie », et son comportement risque plutôt de le mener tout droit à sa propre disparition. Face au développement économique érigé en dogme, la mondialisation de l’écologie est peut-être notre seul véritable espoir de salut.

Le Monde édition du 29.08.02

Dans votre dernier livre, je crois percevoir une certaine tristesse : en même temps que vous nous dites que la solution est dans la vie passionnée, on voit que vous même vous êtes très déchiré. Je pensais à ce mot de René Char qui me paraissait s’appliquer à vous : " La lucidité est la blessure la plus proche du soleil ".

Parce que je vous trouve tellement lucide, et dans votre lucidité, tellement partagé : d’un côté, cette vision positive, cette recherche d’une vie passionnée, d’amour et d’ivresse, qui nous permettrait de franchir cette étape apparemment stagnante de l’évolution pour arriver à un niveau de conscience plus élevé, et d’autre part, cette inquiétude que vous d’exprimez sur la nature humaine qui semble piétiner, tourner en rond.

H.R : C’est pire que ça! Parce qu’en même temps que la nature humaine piétine, les dangers, eux, s’accélèrent. Il y a un tel progrès aujourd’hui des armes, qu’on se demande même si l’amélioration personnelle - qui est la seule solution possible - peut prendre de vitesse la course aux armements. On ne peut pas piétiner, arrêter là et attendre que ça se passe. La menace devient de plus en plus fabuleusement inquiétante : c’est une question de course, et on peut se demander si cette course n’est pas déjà perdue. J’espère toujours que non… (10/11/1986 Jacques Languirand rencontre Hubert Reeves

RAPPELS DE SES TITRES ET DISTINCTIONS HONORIFIQUES:

1976 : Chevalier de l'Ordre du Mérite (France)
1982 : Prix de la fonction de France
1983 : Docteur honorifique de l'université de Montréal
1986 : Chevalier de la Légion d'Honneur
1991 : Officier de l'Ordre du Canada
2001 : Prix Albert Einstein de la Société Albert Einstein
En 1999, l'Union astronomique internationale baptisait en son honneur l'astéroïde 9631, "Hubertreeeves".

BIBLIOGRAPHIE :

Evolution stellaire et photosynthèse, 1968
Soleil, 1977 (en collaboration avec J.Véry) (livre pour les enfants)
Patience dans l'azur, 1981
Poussières d'étoiles, 1984
L'heure de s'enivrer, 1986
Malicorne, 1990
Dernières nouvelles du cosmos, 1994
La première seconde, 1995
L'espace prend la forme de mon regard, 1995
La plus belle histoire du monde, 1996 (en collaboration avec Y. Coppens, J. de Rosnay, D. Simonnet)
Intimes convictions, 1997
Oiseaux, merveilleux oiseaux, 1998
Sommes-nous seuls dans l'univers?, 2000 (en collaboration avec N.Prantzos, A. Vidal-Madjar, J.Heidmann)
Mal de Terre, 2003

FILMOGRAPHIE :

Les étoiles naissent aussi, 1979
Le Soleil, notre étoile, 1980
La vie dans l'univers, Série de 12 émissions de 15 minutes, 1982
Un soir, une étoile, Série de 66 émissions de 2 minutes, 1984

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Hubert REEVES Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
Hubert REEVES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aspirateur
» Les couches plates en bambou !
» hubert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Sciences :: Sciences "exactes" :: Nos plus grands scientifiques-
Sauter vers: