FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gustave EIFFEL

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Gustave EIFFEL   Dim 11 Juin 2006, 3:51 pm

Gustave EIFFEL

Source : http://65.18.184.118/historique.html

Citation :
Son Œuvre et sa vie

L'enfance et la jeunesse de Gustave Eiffel

Gustave Eiffel est né à Dijon le 15 décembre 1832.
Son père, Alexandre Eiffel, exerça des fonctions militaires dans les campagnes napoléoniennes jusqu'au jour où il rencontrera Catherine Mélanie Moneuse, sa future épouse, mère de Gustave Eiffel.
C'est cette dernière qui sera à l'origine de la prospérité de la famille Eiffel : soucieuse d'élever son fils dans de bonnes conditions, elle créa un commerce de houille qui, grâce à son travail acharné, permit à la famille Eiffel de jouir d'une jolie fortune.

Les premières années de la vie de Gustave Eiffel se passent à Dijon, capitale de la Bourgogne alors passablement endormie.

Gustave Eiffel garde de ces années le souvenir d'une enfance paisible et manifestement heureuse. C'est à cette période de sa vie que son oncle Jean-Baptiste Mollerat et Michel Perret joueront un rôle important dans sa formation.
Tous deux d'éminents scientifiques, ils initièrent Gustave Eiffel à la magie de la chimie. C'est à leur contact que Gustave Eiffel adoptera, à l'Ecole centrale, la spécialité de chimiste.
Les premiers travaux

En octobre 1850, Gustave Eiffel partit pour Paris avec son père. Il devint pensionnaire à l'Institution Sainte-Barbe et intègra l'Ecole centrale des arts et manufactures 2 ans plus tard.
Ses études achevées, une brouille familiale lui interdit définitivement de prendre la succession de son oncle Mollerat à la tête se son usine de Pouilly sur Saône.
Gustave Eiffel entra alors dans une maison de constructions métalliques dirigée par M. Nepveu, à Paris. Au contact de cet homme, il étudia la question des fondations en rivières et s'initia à de nombreuses techniques qu'il eut l'occasion d'employer par la suite. Nepveu ne tarda pas à lui confier l'exécution des travaux du chantier du Pont de Bordeaux.

Le chantier du Pont de Bordeaux (1858-1860) est une étape importante dans la carrière d'Eiffel. Malgré son jeune âge (il n'a que 26 ans), de nombreuses difficultés et un sentiment d'isolement, Eiffel se tira à son honneur de la tâche dévolue et termina les travaux dans le délai prévu de deux ans.
En 1862, Eiffel épousa Marie Gaudelet, dont la main fut dûment négociée par Mme Eiffel mère. D'une fortune médiocre mais douée des plus éminentes qualités de cœur, elle forma avec Gustave Eiffel un ménage heureux, qui vit la naissance de plusieurs enfants. Cette union fut brusquement interrompue en 1877, année de la triste mort de Marie Eiffel.
La création de la société Eiffel et ses réalisations

Gustave Eiffel créé alors sa propre société en 1867, à Levallois-Perret. De son installation jusqu'à sa mise en liquidation en 1975, la société créée par Eiffel a joué un rôle de premier plan dans al construction métallique en France et dans les colonies françaises. Outre les constructions majeures qui ont fait le succès d'Eiffel (la Tour, le Viaduc de Garabit, les ponts portugais etc.), il ne faut pas négliger ce qui faisait l'ordinaire de sa société et qui lui permettait de fonctionner. Les ponts démontables sont un bon exemple : ils fournissaient aux ateliers un travail continu et ont permis, jusqu'à la 1ère guerre mondiale, un chiffre d'affaires à peu près stable. Mais aussi les ponts portatifs qui permettaient de faciliter rapidement l'établissement des communications pour les armées en campagne ou pour les besoins du commerce.

C'est toutefois grâce à ses grands ouvrages d'art que le nom d'Eiffel doit d'être passé à la postérité.

Pont de Garabit
1884 - France, Cantal
Ce pont franchit la vallée de la Truyère sur la ligne de Marvejols à Neussargues à 122 mètres de hauteur sur une longueur de 564 mètres. Il repose sur 5 piles dont la plus haute fait 89,64 mètres. L'arche centrale est un Arc Parabolique d'une flèche de 56,86 mètres et de 165 mètres de corde. Ces dimensions considérables font de cet ouvrage le plus important qui avait été construit en France jusqu'alors (3 254 tonnes) Il a été construit, comme celui de Porto, par porte-à-faux successifs.

Pont de Bordeaux
1860 - France
Ce pont droit ferroviaire de 500 mètres de long n'a pas été dessiné par Gustave Eiffel mais il en a assuré, à 26 ans, les plans d'exécution, la commande des fournitures et la direction des travaux, qui présentaient des difficultés techniques de réalisation de fondations dans une rivière large et tumultueuse. Eiffel s'avéra un excellent organisateur et un grand meneur d'hommes.

Viaduc Rouzat sur la Sioule
1869 - France
Neuf mois après avoir créé son entreprise, Gustave Eiffel obtient la commande de deux viaducs de la ligne Commentry-Gannat dans le département de l'Allier à Rouzat et à Neuvial. Gustave Eiffel innove en créant des jambes de force au pied des piles en leur donnant à la base une forme incurvée qui assure leur stabilité et en inventant une nouvelle méthode de glissage du tablier préalablement construit sur l'une des rives sur les piles grâce à l'emploi d'un chemin à bascule portant des galets, de façon que les pressions du tablier soient également réparties sur chacun d'eux et sur celui des leviers actionnant ces galets.

Pont Maria Pia - Douro
1877 - Portugal
La voie de chemin de fer de Lisbonne à Porto devait franchir le Douro à une hauteur de 61 mètres au-dessus du fleuve. Le Douro est un fleuve d'une très grande profondeur, ce qui rendait impossible la construction d'un appui intermédiaire et obligeait la traversée de 160 mètres en une seule travée. Gustave Eiffel réalisa un pont portant un arc de 42,5 mètres de flèche moyenne et 160 mètres de corde en forme de croissant. Le montage fut réalisé entièrement en porte-à-faux sans échafaudage intermédiaire. Les arcs furent soutenus pendant la construction par des câbles en acier qui venaient se fixer au tablier supérieur. Chacune des parties construites servait de point d'appui pour l'établissement des parties suivantes jusqu'à la fonction centrale où s'opérait la pose de la clef qui les a réunies.

Pont de Vianna
1878 - Portugal
Ce pont pour route et chemin de fer a une longueur de 736 mètres et fut lancé d'une seule pièce. La masse nue était de 1600 tonnes et dépassait le poids des plus grands tabliers mis en place par lançage. Les piles au nombre de neuf ont été fondées à l'air comprimé à une profondeur de 25 mètres sous l'étage.

Pont Route de Saint André de Cubzac
1883 - France, Gironde
Gustave Eiffel innove encore en combinant des procédés de lançage à partir des 2 côtés et du porte-à-faux pour la partie centrale. Sur une partie de la poutre du pont déjà construit par lançage, on a accroché en porte-à-faux, par un boulonnage, les pièces en fer qui y font suite et une fois qu'elles sont rivées, on s'en sert comme de nouveaux points d'appui pour boulonner les pièces suivantes. En acheminant ainsi de proche en proche, on arrive à monter complètement dans le vide les pièces successives sur la travée jusqu'à ce qu l'on soit arrivé à l'appui voisin où à l'aide de vérins on relève le pont de la quantité dont il s'était abaissé par flexion.
Ce pont fait 553 mètres divisés en 8 travées.

Coupole du Grand Equatorial de Nice
1886 - France
Cette coupole d'observatoire établie sous la direction de Charles Granier a un diamètre intérieur de 22.4 mètres. Elle doit son succès à la particularité mise en place par Gustave Eiffel de tourner sur un flotteur annulaire qui permet à un enfant de faire tourner sa masse de 100 tonnes à l'aide d'un petit treuil.

Ossature de la statue de la Liberté
1881 - Etats-Unis
En 1881, Gustave Eiffel créé l'ossature de fer de la Statue de la Liberté de Bartholdi. Haute de 46 mètres, elle est destinée à la rade de New-York. Elle est conçue comme une pile de pont pour résister au vent. Elle est doublée par une structure secondaire en treillis avec des tiges métalliques pour tenir les tôles en cuivre extérieures.

La Tour Eiffel

La tour Eiffel n'est pas le point final de la carrière d'ingénieur de Gustave Eiffel. C'est plutôt l'affaire de Panama, avec laquelle il a malgré lui des liens étroits, qui marquera son abandon soudain des affaires.

L'affaire du canal de Panama

Pour une somme considérable à cette époque, la société Eiffel fut missionnée pour construire à Panama 10 écluses qui étaient " des ouvrages d'art de dimensions grandioses ". Eiffel prit ce projet à cœur et fit appel à des modes de construction innovants. Un an après le début des travaux, la Compagnie de Panama dut suspendre ses paiements et fut rapidement liquidée. Malgré cela, Eiffel continua pendant plusieurs mois de faire progresser le chantier, et avança une grosse somme d'argent, ce qui lui fut amèrement reproché. Gustave Eiffel fut condamné devant la Cour de Paris, puis réhabilité après une longue enquête qui prouva qu'il n'était pas responsable.

La construction du canal échappera à la France et sera remise à la responsabilité des Etats-Unis. Eiffel sera profondément marqué par ce scandale jusqu'à sa mort.

Une fin de vie vouée à l'expérimentation

La fin de la vie de Gustave Eiffel est marquée par le glissement d'une carrière d'ingénieur et d'entrepreneur à celle de mécène scientifique. Ainsi, il consacrera son temps à des expériences dans le domaine de la météorologie et aux questions de la résistance de l'air, auxquelles il avait souvent été confrontées dans sa construction d'ouvrages de grande envergure.

L'arrivée de la guerre accéléra ses recherches qui avaient maintenant un intérêt militaire, sur le fonctionnement de l'avion en vol, les projectiles d'artillerie, le lancement des bombes.

Gustave Eiffel poursuivit ses expérimentations jusqu'à l'âge de quatre-vingt-huit ans. Puis il se retira pour écrire ses souvenirs (" Biographie industrielle et Scientifique ").

Il eut une fin heureuse et paisible, respecté et entouré de ses proches. Fier de son œuvre et jouissant d'une fortune importante, toujours curieux et entreprenant, il mourut le 27 décembre 1923.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Gustave EIFFEL   Dim 11 Juin 2006, 3:56 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Eiffel




_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
sophiedudup
Nouveau membre
Nouveau membre


Féminin
Nombre de messages : 1
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Langue : français
Emploi/loisirs : étudiante
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Bio de Gustave Eiffel   Lun 30 Aoû 2010, 2:55 pm

Bonjour,

J'ai trouvé une biographie intéressante à cette adresse : Biobble. Biographie très complète ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3516
Age : 52
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français
Emploi/loisirs : enseignant
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Gustave EIFFEL   Dim 12 Sep 2010, 11:37 am

Grasse, Sextidi 26 Fructidor, An CCXVIII.

Chers tous,

J'ai toujours pensé que la ressemblance entre Eiffel (nom de l'architecte français, avec deux "f") et Eifel (nom du massif montagneux et boisé, avec un seul "f", prolongement allemand du massif hercynien ardennais) était purement fortuite, car j'avais remarqué dans mon enfance la différence d'orthographe sur les panneaux "Ardenne(s)-Eifel" de ma région. Je viens d'apprendre qu'il n'en était rien et que les ancêtres d'Eiffel étaient originaire de l'Eifel, d'où le surnom devenu patronyme... On en apprend tout les jours!


Du côté allemand, on dit "Ardennen-Eifel":


Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gustave EIFFEL   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave EIFFEL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gustave EIFFEL
» BREST et son Pont Transbordeur.
» La tour Eiffel
» Vue à 360 ° du sommet de la Tour Eiffel
» GUSTAVE ZÉDÉ (BSL)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Histoire : de la préhistoire à nos jours :: L'époque contemporaine-
Sauter vers: