FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'affaire de l'USS Liberty (Alexis)

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Empty
MessageSujet: L'affaire de l'USS Liberty (Alexis)   L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) EmptyMer 14 Juin 2006, 7:04 am

"L'affaire USS Liberty" - 09/06/2002

Par D.F.L

Citation :
Le gouvernement américain avait posté le Liberty au large des cotes de Gaza, dans les eaux internationales, pour surveiller le déroulement des opérations dans la région pendant la guerre des six jours. A l'aube du 8 juin 1967, des avions israéliens ont commencé des opérations de reconnaissance sur le bateau, certains volant si prés que le pilote était clairement visible, à hauteurs des haubans, manifestement prenant des clichés du bâtiment. Cette observation extensive a duré 7 heures comprenant 8 missions d'observation différentes, vers 06 h, 09 h, 10 h, 10h 30 , 11h,11h30 ,12h, 12h15. Par deux fois les stations d'interception américaines ont capté les rapports des pilotes israéliens indiquant que le bateau était américain. Les conditions de visibilité étaient parfaites; le drapeau américain flottait au vent clairement sous une bonne brise.



A 14 h une attaque combinée de jets et de bateaux lance torpille a commencé. Les jets ont matraqué le bateau virtuellement non armé au canon et à la roquette, puis au napalm. Ses mitrailleuses de proue ont été neutralisées au premier passage, et les antennes de transmissions qui ont survécu à ce premier passage, furent éliminées au deuxième. A la neuvième minute de l'attaque un homme d'équipage a tenté de connecter un transmetteur à une antenne. Mais le radio devait découvrir que 4 des 5 fréquences radio du bateau, y compris la fréquence de détresse internationale étaient brouillées. Ironiquement le seul moment ou le bateau a pu transmettre, c'était pendant l'attaque des avions au missile. Un dramatique appel à l'aide était envoyé à la sixième flotte qui croisait à quatre cent mille au large de la Crète, en dépit du brouillage radio, le message d'appel à l'aide a été reçu, mais le transmetteur bricolé a cessé de fonctionner peu après les torpilleurs sont arrivés et pris le relais des avions, tirant 5 torpilles, dont l'une a tué 25 hommes. Ils ont alors tourné calmement autour du bateau pendant 40 minutes envoyant au passage des rafales de mitrailleuses 40 mm, 20mm et 50 mm: tirant sur les hommes blessés sur le pont, sur les pompiers et les blessés sur les brancards. Pensant que le bateau était sur le point de couler,l'équipage a largué les canots de sauvetage par dessus bord: les attaquants les mitraillèrent aussi. Avec une activité radio qui ne cessait de croître , en provenance de la 6 ème flotte, des messages codés "flash" indiquaient qu'une réponse américaine se mettait en place, soudain les israéliens prirent contact avec l'ambassade américaine pour signaler " l'accident". C'était certainement l"'attaque accidentelle" la plus longue de l'histoire de la marine: 1 heure et 15 minutes.

Deux vols séparés venant des port-avions Saratoga et America furent rappelés par le secrétaire à la défense Robert Mac Namara. Pour le premier vol, probablement parce que Washington n'était pas absolument sur de l'identité des attaquants, et qu'ils n'avaient aucune envie de commencer une guerre contre les russes, si leur position n'était pas "bétonnée" le second jet a été rappelé après avoir reçu des explications israéliennes.

Les preuves:

En plus des circonstances mentionnées plus haut, montrant que l'attaque israélienne était délibérée : la surveillance minutieuse,le brouillage des communications radio,etc.. beaucoup d'autres détails démentent l'innocence israélienne :

initialement les israéliens ont déclaré avoir confondu le Liberty avec un navire égyptien, le El Quseir. Mais le El Quseir n'avait que 40% de la taille du Liberty (4000 tonnes contre 10400 tonnes). Le El Quseir était un vieux cargo rouillé de transport de chevaux, ressemblant autant au Liberty qu' une vielle volkswagen rouillée comparée à une cadillac flambant veuve. Le Liberty arboraient de nombreuses antennes spécialisées, et une antenne parabolique ultra moderne de 16 pieds ( en 1967) équipement que ne possédait aucun bateau au monde excepté son frère jumeau le Belmont. Il arborait les marques distinctives de l'U.S. Navy, comprenant une immatriculation flambant neuve de 10 pieds, et le nom Liberty sur le panneau arrière.

Les israéliens ont affirmé que le pavillon ne flottait pas car il n'y avait pas de vent. Plus tard confrontés au fait que le pavillon était parfaitement visible, ils affirmaient qu'ils pensaient que le bateau était un ennemi maquillé. Les enregistrements détaillés des communications radio réfutent catégoriquement ces affirmations.

Des témoins oculaires membre de l'équipage ont affirmé que les avions qui les ont attaqué ne portaient aucune couleur nationale.

Les israéliens affirment que les torpilleurs après avoir repéré le bateau avaient demandé à l'aviation d'attaquer car il avait refusé de s'identifier. C'est un mensonge évident, car l'attaque avait été minutieusement préparée, faisant intervenir deux forces militaires israéliennes différentes. Le Liberty a été attaqué par l'aviation avant qu'il n'entre dans le champ radar des torpilleurs. Se contredisant ils ont ensuite affirmé que c'était l'aviation qui avait appelé à la rescousse les torpilleurs.

Les israélien ont admis qu'avant l'attaque, leur état major avait comparé les photos du Liberty avec celles du navire de guerre Jane, et qu'ils avaient contacté deux fois l'attaché militaire de la marine américaine à Tel-Aviv, et qu'il leur a été répondu qu'aucun navire de guerre américain ne se trouvait dans cette zone. En recevant cette réponse ils ont alors décidé que ce devait être l'El Queseir. Quoiqu'il en soit l'ambassade américaine à Tel-Aviv et plus tard l'attaché militaire ont affirmé qu'il n'y avait eu aucune demande dans ce sens. Non seulement les israéliens connaissaient parfaitement la nationalité du navire et sa fonction, mais ils connaissaient aussi le Liberty lui même.

Quelques instants avant l'attaque, un pilote israélien a reconnu le Liberty comme un navire US, et a communiqué l'information par radio à son quartier général. Malgré cela l'ordre d'attaquer lui a été confirmé. Ce dialogue a été intercepté par l'ambassade américaine à Beyrouth. L'ancien ambassadeur américain à Beyrouth : Dwigh Porter a révélé cette interception des communications radio en 1991.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Empty
MessageSujet: Re: L'affaire de l'USS Liberty (Alexis)   L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) EmptyMer 14 Juin 2006, 7:05 am

Citation :
Il existe finalement des preuves circonstanciées mais claires du rapport entre l'attaque du Liberty et le report d'une attaque planifiée sur les plateaux du Golan. L'attaque sur le Golan était prévue pour le 8 juin à 11H30; le Liberty a été repéré à 6 h00 ; des ordres de dernière minutes ont reporté l'assaut, le problème du Liberty a été étudié en commission; et le Golan attaqué peu après. Les forces israéliennes ont fait très peu d'erreurs dans cette guerre.

Après l'attaque le secrétaire d'état Dean Rusk a réclamé une réponse forte, et le conseiller du président Clark Clifford a recommandé au président Johnson de traiter Israël, de la même façon qu'il l'aurait fait avec les russes ou les arabes dans les mêmes circonstances. Les états unis n'auraient certainement pas digéré cette insulte en silence si les attaquants avaient été d'une autre nationalité qu'israélienne. Mais le président Johnson accepta sans broncher les explications d'Israël. La marine a mené une enquête ignorant et supprimant les témoignage montrant le coté délibéré de l'attaque. Se contentant d'épiloguer sur le comportement de l'équipage. Le conseiller juridique du state département Carl Salans a discrédité brutalement les affirmations d'Israël d'une innocente erreur. La logique aurait voulu de confronter Israël avec les preuves, mais cela n'a pas été fait.



Quels étaient les motifs d'Israël ? Le plan d'attaque des israéliens sur les hauteurs du Golan le 8 juin était d'annihiler les efforts des nations unies pour arrêter la guerre, un cesser le feu ayant été programmé pour le 9 juin. De fortes pressions avaient aussi été exercées sur le gouvernement US. Les chefs d'état major israélien étaient soumis à de très fortes pressions pour conquérir le Golan avant le cessez le feu, de préférence en évitant de se faire étiqueter comme les agresseurs. Mais avec toutes les pressions pour attaquer la Syrie, et avec tous les préparatifs allant dans ce sens, l'attaque du Golan a été reportée quelques heures avant l'heure H. Pourquoi ? objectivement, quelqu'un dans le commandement des forces militaires israéliennes craignait que le Liberty n' intercepte les communications au sujet des préparatifs d'invasion. Israël aurait alors été contraint à un cessez le feu avant d'avoir conquis le territoire convoité.

Israël a par la suite affirmé que le Liberty collationnait des informations sur les mouvements de troupes pour ensuite les transmettre aux service de renseignement Anglais qui les auraient ensuite transmis aux arabes. Un autre reproche était que les renseignements américains tentaient de favoriser les pays producteurs de pétrole en leur transmettant des informations sur les préparatifs israélien.

Le commandant du navire à l'époque le commandant Mc Gonagle "ignorait à l'époque que les véritables patrons à bord étaient des civils du NSA" (National Security Agencie) il y avait effectivement à bord trois civils du NSA dont un "Major" l'un d'eux était Allan Blue qui fut tué durant l'attaque...Le bilan de cette attaque : 34 morts, 171 blessés pour un équipage de 293 hommes !

Bien évidement cette attaque a déclenché une cascade de commissions d'enquêtes, au niveau de l'US Navy et du congrès, bien évidement tenues secrètes, mais dont aucune n'a abouti à quoi que ce soit si ce n'est des protestations vigoureuses sans aucune mesure avec la taille de l' "accident". Il faudra attendre plusieurs décennies avant qu'une partie du voile ne se lève, et que les archives ne s'ouvrent. Mais quarante ans après quel média s'intéressera à cet événement ? pourtant l'histoire de la politique étrangère américaine n'est faite que de faits de la même farine (voir la chronique de Sonia Pons sur le livre de Noam Chomsky : "De la guerre comme politique étrangère des États-Unis").


--------------------------------------------------------------------------------

La politique des cabinets noirs.
Après le 11 septembre 2001 le gouvernement Bush a mis en place officiellement un cabinet fantôme n'ayant aucune légitimité démocratique, chargé de prendre en main les affaires en cas de catastrophe politique, ses membres sont bien évidement secrets, et ne jouissent d'aucune investiture du Congrès. Politique d'exception ?

Certes non !

Pendant la présidence de R.Reagan, un juge italien: le juge Falcone, initiateur de la politique "mani puli" (opération main propre), instruit une affaire de cocaïne. En remontant le fil des transactions financières il découvre que derrière ce deal mafieux, se cache un trafic d'armes, plus précisément une vente de missiles destinés à l'Iran, alors ennemi juré des américains. Ces missiles étant d'origine américaine, il ne saurait être question de les vendre directement à l'Iran : qu'à cela ne tienne, le gouvernement israélien se chargera d'être l'intermédiaire et fera parvenir ces armes aux iraniens. Mais comment financer cette vente qui ne doit surtout pas être publique ?

Le colonel Oliver North alors chef du conseil de sécurité et très proche de Reagan monte l'opération. La vente sera financée avec l'argent de la cocaïne en provenance d'Amérique du sud, et transitant par Panama alors dirigé par le général Noriega, ami intime de Bush père qui avait été patron de la C.I.A. et occupait à l'époque le fauteuil de la vice- présidence. Les bénéfices de la transaction serviront à financer les "contras". Oliver North se fera prendre la main dans le sac, et sera jugé pour la forme par une commission d'enquête du sénat, et condamné à une peine symbolique... partique exceptionnelle ?

Encore non!

Dans le registre des coups tordus, la politique étrangère américaine est coutumière du fait. Le "bon docteur Kissinger" comme l'appelait Nixon a organisé de toute pièce le Putsch de Pinochet avec la complicité de United fruit et les lobbies du cuivre et plus tard l'opération Condor, (réseau de généraux fascistes d'Amérique du Sud dont le général Videla, ayant pour but d'assassiner les réfugiés politiques réfugiés à l'étranger) . ces petits tripatouillages valent à Monsieur Kissinger d'éviter depuis soigneusement la France, ou un juge d'instruction aimerait bien l'entendre au sujet de l'assassinat de religieuses françaises au Chili et avoir quelques détails concernant le meurtre de l'ex-ambassadeur du Chili Mr Letelier. S'il est évident que les divers présidents américains ont, et sont au courant de ce type de politique, ils ne sont que les "signifiants".

Signifiant de leur rôle: servir les intérêts des lobbies qui les ont mis en place ! ce n'est pas un hasard si les 8/10 des membres du cabinet de Georges W Bush sont issus des compagnies pétrolières texanes. Mais soyons juste, les américains ne sont pas les seuls à pratiquer ce genre de politique. Les conseils d'administration sont fort bien représentés dans les gouvernements partout dans le monde y compris dans l'ex URSS, en Afrique, en Asie et en Europe. Les médias qui ne procèdent que par schémas simplistes, amalgames, ne se donnent que rarement la peine de démonter ce puzzle gigantesque, d'une part parce que l' "actu" reine ne leur en laisse pas le temps et il faut le dire les moyens et d'autre part, il est nécessaire d'avoir accès à des documents qui ne sont rendus publics que des années et parfois des décennies après les faits. En attendant la politique des cabinets noirs a encore de beaux jours devant elle.


http://www.leschroniques-demadamechang.net/textes/textes_monde/textes_moyen_orient/uss_liberty_doume.htm

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Ungern
Membre d'élite
Membre d'élite


Masculin
Nombre de messages : 613
Date d'inscription : 24/03/2006

L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Empty
MessageSujet: Re: L'affaire de l'USS Liberty (Alexis)   L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) EmptyMer 14 Juin 2006, 7:30 am

Ici,il y a tout et même des photos ...

http://palestine1967.site.voila.fr/discorde/D.discorde.ussliberty.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://palestine1967.site.voila.fr
Contenu sponsorisé




L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Empty
MessageSujet: Re: L'affaire de l'USS Liberty (Alexis)   L'affaire de l'USS Liberty (Alexis) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'affaire de l'USS Liberty (Alexis)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexis Loret [Serge]
» Quizz aviation.
» La Juventus au coeur d'une affaire
» L'ECHO DE MANGAREVA / RIKITEA - GAMBIER VOLUME 2
» Algérie, Le 11e Choc...L'affaire Ben Boulaïd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Histoire : de la préhistoire à nos jours :: Les 20e et 21e siècles-
Sauter vers: