FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'Eglise catholique apostolique romaine

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'Eglise catholique apostolique romaine Empty
MessageSujet: L'Eglise catholique apostolique romaine   L'Eglise catholique apostolique romaine EmptySam 24 Juin 2006, 5:30 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_catholique_romaine

Citation :
Eglise catholique romaine

Par le nombre de ses fidèles, l'Église catholique romaine est la principale religion du monde et la branche principale du christianisme. Elle se définit, notamment dans les paroles du Credo, comme « une » (en elle subsiste l'unique institution fondée par le Christ pour y rassembler le peuple de Dieu), « sainte » (par son lien unique avec Dieu, d'« Épouse du Christ »), « catholique » (répandue par toute la Terre et portant l'intégralité du dépôt de la foi) et « apostolique » (fondée par les apôtres et poursuivant leur mission).

Les catholiques sont les chrétiens baptisés dans cette Église. Un des traits qui les caractérisent est la reconnaissance de l'évêque de Rome, appelé pape, comme successeur direct de l'apôtre Pierre et comme vicaire de Jésus-Christ. Un chrétien de l'Église catholique est de rite latin (dit « romain ») ou de rite oriental (maronite, melkite, syriaque, etc., voir Églises catholiques orientales). L'épithète « romain » est utilisé couramment par ailleurs pour distinguer l'Église catholique (les chrétiens en union avec le pape) des autres formes de catholicisme apparues au cours de l'histoire récente. Mais couramment les membres de cette Église n'utilisent pas le qualificatif « romain », se dénommant simplement

Ecclésiologie

L’Église catholique considère que par la succession apostolique, elle est la continuatrice des apôtres (Église apostolique). En effet, les Apôtres ont désigné des évêques, leurs successeurs, qui ont eux-mêmes nommé d'autres successeurs, le tout constituant une succession ininterrompue d’évêques jusqu'à aujourd'hui. Pour l’Église catholique, tout évêque est le successeur des apôtres : il a en charge une Église locale (son diocèse) sur lequel il doit veiller.

En fait, l'Église catholique se considère comme l'unique Église de Pentecôte, ayant survécu jusqu'à nos jours à travers les âges sans aucune discontinuité, et ayant préservé la foi intégrale, l'espérance, la charité et l'unité des croyants.

Le pape est l’évêque de Rome, successeur de Pierre. À ce titre il est le premier des évêques et doit veiller à l’unité de l’Église. L’Église catholique romaine est constituée de toutes les Églises locales dont l’évêque est en communion avec le pape.

La direction universelle, ou internationale, de l’Église est assumée par le pape et par l’ensemble des évêques, réunis en concile œcuménique sur convocation du pape. Les conciles sont rares, convoqués à des moments exceptionnels. L’essentiel du gouvernement de l’Église se trouve au Saint-Siège qui réside principalement dans la Cité du Vatican (voir Gouvernement de l'Église catholique romaine), dont le pape est également le chef d’État.

L’Église catholique romaine se reconnaît comme « la seule subsistance de l’Église primitive fondée par Jésus-Christ » (Dominus Jesus) par « succession apostolique continue » du christianisme des premiers siècles (cf. Christianisme Primitif). Elle considère détenir, seule, « la plénitude du dépôt de la foi » dont la doctrine a été fixée lors des sept premiers conciles œcuméniques. Elle considère également être, seule, « pleinement médiatrice de salut ». Tout territoire où elle est installée est entièrement son territoire canonique. Elle affirme avoir autorité sur toutes les autres Églises chrétiennes et revendique de celles-ci qu’elles lui reconnaissent la primauté en dignité (Pastor Æternus, 1870, titre III). C’est une des raisons pour lesquelles elle décline pour l'instant toute adhésion au Conseil œcuménique des Églises bien que depuis le Concile Vatican II elle ait adhéré au principe de l'œcuménisme.

Ordination et sacerdoces

Tous les catholiques ont reçu de par l’onction du baptême, complété par la chrismation ou confirmation, le sacerdoce baptismal qui les fait « prêtres, prophètes et rois ». En outre le sacrement de l’ordre donne à certains de ses membres un sacerdoce ministériel. Ces deux sacerdoces sont différents et complémentaires.

« Alors que le sacerdoce commun des fidèles se réalise dans le déploiement de la grâce baptismale, vie de foi, d’espérance et de charité, vie selon l’Esprit, le sacerdoce ministériel est au service du sacerdoce commun, il est relatif au déploiement de la grâce baptismale de tous les chrétiens ». (Instruction sur quelques questions concernant la collaboration des fidèles laïcs au ministère des prêtres, Libreria editrice vaticana, cité du Vatican 1997).
En outre, en vertu de certains vœux, certains baptisés s’engagent de façon particulière au service de Dieu, de l’Église et du monde, notamment dans les ordres religieux.

On distingue ainsi :

les ministres ordonnés,
les baptisés laïcs,
les consacrés.
voir clercs et laïcs de l'Église catholique romaine

La foi de l’Église catholique romaine

Les deux sources de la foi

L’Église catholique professe que Dieu s'est révélé définitivement en la personne de Jésus-Christ. L’accès à cette révélation se fait par deux sources, l’Écriture et la Tradition.

Les Écritures

Pour l’Église catholique, la Bible est une parole humaine inspirée divinement; par conséquent elle est vraiment la Parole de Dieu. L’Écriture (la Bible) est constituée de la première et la nouvelle Alliance. La première Alliance est constituée de textes religieux juifs antérieurs à Jésus de Nazareth. Elle correspond à la bible juive augmentée des livres deutérocanoniques (apocryphes pour les Églises réformées). Les textes de la Nouvelle Alliance (Évangiles, Épîtres, Apocalypse) sont postérieurs à Jésus. Son contenu est le même que celui des autres Églises chrétiennes.

L’Église catholique reste particulièrement attachée à la traduction latine de la Bible par saint Jérôme, appelée Vulgate, qui a été encore mise à jour en 1979 par Jean-Paul II. Mais depuis plus d'un siècle les traductions catholiques de la Bible en langues vernaculaires se sont multipliées.

Écritures

Canon (Bible)
Ancien Testament
Nouveau Testament

La Tradition

Étant exprimée dans le langage culturel des communautés de l’époque de sa rédaction, la Bible est d’une part sujette à interprétation et d’autre part ne peut pas répondre immédiatement à des questionnements formulés dans des contextes différents. La manière d’interpréter l’Écriture et la foi sont donc aussi contenues dans ce que l’Église se transmet de génération en génération. Le concile Vatican II réaffirme que la Tradition explique les Écritures (constitution dogmatique Dei Verbum §10) ne constituant donc pas une autre source de sa doctrine, mais lui restant intimement liée:

La sainte Tradition et la Sainte Ecriture constituent un unique dépôt sacré de la parole de Dieu, confié à l'Église; (...) Il est donc clair que la sainte Tradition, la sainte Ecriture et le magistère de l'Église, par une très sage disposition de Dieu, sont tellement reliés et solidaires entre eux qu'aucune de ces réalités ne subsiste sans les autres, et que toutes ensemble, chacune à sa façon, sous l'action du seul Esprit-Saint, contribuent efficacement au salut des âmes.

Par « Tradition de l’Église catholique romaine », il faut entendre d'une part la tradition proprement apostolique, remontant aux apôtres et également inspirée, tandis que la tradition ecclésiastique, ou interprétative, jouit seulement, quand elle est unanime du privilège de l'infaillibilité.Le magistère de l'Église (conciles oecuméniques, pontifes romains) bénéficie lui aussi du charisme de l'infaillibilité quand il se prononce d'une manière définitive en matière de foi ou de principes moraux.

les Pères et Docteurs de l’Église,
la liturgie (lex orandi, lex credendi)
le Magistère de l'Église.

Les Écritures constituent la première tradition.

Un exemple de doctrine issue de la tradition : la doctrine de la Rédemption ou de l’expiation vicaire, fut formulée par Anselme de Canterbury : le sens de la venue du Christ est de racheter les péchés de l’humanité afin que chaque homme qui croit en lui soit sauvé et promis à la vie éternelle (après la mort). Le Christ mourra crucifié sur la croix, devenue le symbole le plus courant des chrétiens, et ressuscitera. Cette idée est la croyance essentielle qui apparaît dans les Évangiles et les Epitres de l’Apôtre Paul. Si le concept de Rédemption n’est pas un dogme (au sens du droit canonique), elle est bien un article de foi auquel il est nécessaire de croire pour être catholique.
Elle témoigne du questionnement ininterrompu sur la foi et de l’élaboration constante des définitions de foi au travers des siècles.

Parcours spécialisé : la tradition La base de la théologie et de l’ecclésiologie catholiques trouvent leur origine dans :

Paul de Tarse,
Origène,
Augustin d'Hippone,
Thomas d'Aquin, etc.
La théologie médiévale catholique est un filon de la philosophie médiévale.

Anselme de Canterbury
Abélard
Nicolas de Cues
Maître Eckhart

Confessions de foi, ou professions de foi

Dans l’Évangile déjà, de nombreux contemporains de Jésus disent leur foi en lui. À Césarée de Philippe, Pierre professe : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu Vivant » (Matthieu, 8,16). Après la résurrection de Jésus et la Pentecôte, il annonce : « Ce même Jésus que vous avez crucifié, Dieu l’a fait le Seigneur et le Christ.» (Actes 2, 36).

À partir de ces embryons et face aux questionnements, l’Église a élaboré différentes synthèses de la foi. De nos jours, deux sont restées : le Symbole des apôtres, formule baptismale de certaines communautés que la tradition romaine généralise et date environ de l’an 170. Une pieuse légende le fait remonter aux apôtres.
le Symbole de Nicée-Constantinople, mis au point par les quatre premiers conciles après les grands débats trinitaires et christologiques des IIIe et IVe siècles ; ce texte met un terme au débat et en formule les conclusions. Le concile de Constantinople développe la profession de foi en l’Esprit Saint et en l’Église. Il contient notamment l’article : « je crois en l’Église une, sainte, catholique et apostolique ». L’interprétation de « catholique » dans ce texte fait l’objet de débats entre les chrétiens selon les Églises et les époques. Elle va de « universelle » à proprement « romaine ».
Les professions de foi ont un rôle non seulement doctrinal mais aussi mystique et liturgique. Par elles, l’Église redit sa confiance (foi) en Dieu et réaffirme les grands mystères de la foi chrétienne :

la Trinité (un Dieu unique en trois personnes distinctes),
l’Incarnation (Jésus, vrai Dieu et vrai homme, né de Marie),
la Rédemption (Jésus nous sauve par sa mort sur la croix et sa résurrection).
C’est pourquoi l’adhésion à ces textes et à ce qu’ils affirment est une condition nécessaire pour faire partie de l’Église catholique romaine. Ainsi, non seulement ils sont étudiés (voir le Catéchisme de l'Église catholique (1992)), mais ils sont aussi repris par les catholiques lors de leur baptême et leur confirmation et redits à chaque messe dominicale.

Antérieurs au Grand Schisme de 1054, ces textes sont utilisés par de nombreuses autres Églises chrétiennes.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'Eglise catholique apostolique romaine Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'Eglise catholique apostolique romaine Empty
MessageSujet: L'Eglise catholique apostolique romaine   L'Eglise catholique apostolique romaine EmptySam 24 Juin 2006, 5:32 pm

Citation :
Dogmes et doctrines

À partir du Concile de Chalcédoine, l’Église n’a plus ajouté d’articles aux professions de foi. Les papes et les conciles ont formulé un certain nombre de dogmes à partir de l’Écriture et de la Tradition. L’articulation des dogmes est juridiquement codifiée. Parmi les dogmes spécifiques à l’Église catholique romaine promulgués depuis 1054, on trouve :

l’immaculée conception, 1854
l’infaillibilité pontificale, 1870
l’Assomption de la Vierge, 1950, concept connu également des Églises orthodoxes sous le nom de Dormition sans bénéficier d’une définition dogmatique.

Articles spécialisés

profession de foi
confessions de foi
la suite des conciles est recensée dans Dogmes catholiques, où « catholique » signifie « universel »
christologie

Liturgie

Le point culminant de la liturgie catholique est la fête de Pâques, fête de la résurrection de Jésus. Elle est précédée du temps du Carême qui se termine par la Semaine Sainte, avec le Mercredi Saint (comportant la messe chrismale où est béni le Saint-Chrême), le Jeudi Saint (messe de la Cène du Seigneur), le Vendredi Saint (mort du Seigneur) et la Veillée Pascale (où ont lieu de nombreux baptêmes). Cette fête est suivie d’une période de cinquante jours appelée « temps pascal » qui se termine par la Pentecôte. La résurrection de Jésus est aussi célébrée chaque dimanche, et chaque semaine est couronnée liturgiquement par le dimanche.

L’année liturgique débute par l’Avent, temps de préparation à la Nativité (Noël) qui commence quatre semaines avant ; elle se termine par la fête du Christ-roi. À chaque jour de l'année est associé un passage des Évangiles. Une année ne suffisant pas, la lecture de l'ensemble des textes liturgiques s'étale sur trois ans, appelés années A, B et C. Le lectionnaire est le nom du livre qui regroupe ces lectures dans l'ordre chronologique.

Messe

La messe est la célébration centrée autour de l’Eucharistie. Toute la vie liturgique gravite autour de cette célébration. Ceci est particulièrement vrai pour la messe dominicale qui a lieu le dimanche ou le samedi soir. Il est demandé aux catholiques d’y participer chaque dimanche (l’obligation dominicale).

Le rituel d’une messe catholique est le même pour tous les diocèses. Jusqu’au Concile de Vatican II, la messe était célébrée en latin selon le rite de saint Pie V (messe tridentine). Depuis lors elle est aussi et majoritairement célébrée selon le rite de Paul VI soit en latin soit en langue vernaculaire (voir ordo novus). En fonction de leurs théologies et spiritualités, certaines Églises locales ont quelques aménagements de rites (rite ambrosien à Milan), de même que les Églises orientales (rites byzantin, copte, syriaque, arménien, maronite, etc.) et certaines congrégations religieuses. Il existe également des aménagements liés aux circonstances, par exemple s'il s'agit d'une messe dominicale, d'une messe de mariage ou d'une messe d'enterrement. Ces aménagements sont codifiés.

Dans le rite latin, la messe comporte deux parties principales : la liturgie de la Parole et la liturgie de l'Eucharistie. Une messe selon le rite de Paul VI dure environ 3/4 d'heure, temps variable qui dépend de l'ampleur donnée à la liturgie, aux chants, à l'homélie.

Selon les époques, le fidèle a été amené à communier (recevoir l’Eucharistie) plus ou moins fréquemment. Depuis le concile du Latran IV, il est obligatoire de communier au moins une fois lors de la fête de Pâques, et pas plus d'une fois par jour.

Sacrements

Les sacrements, sont des signes de l’action de Dieu dans la vie d’un croyant et de l’Église. L’Église catholique romaine en distingue sept:

Le baptême. Le sacrement est dit ex opere operato, c’est-à-dire qu’il agit « de lui-même » en dépit de qui le confère (voir donatisme). Il est réputé faire le chrétien. Tout le monde peut baptiser "au nom du Père, et du Fils, et du Sain-Esprit"
La confirmation, par laquelle le baptisé confirme son choix du baptême et est oint par l’évêque.
L’eucharistie ou communion : manger le corps et le sang de Jésus-Christ sous forme du pain (l’hostie) et du vin consacrés (transsubstanciés). Elle est considérée comme étant le plus important sacrement de l’Eglise.
Le sacrement de pénitence et de réconciliation, ou confession des péchés à un prêtre qui peut conférer « l’absolution », c’est-à-dire la rémission des péchés. Récemment les cérémonies pénitentielles collectives, pratique ancienne, ont été remises à l’ordre du jour ; cependant elles ne sont admises que dans des cas urgents, voir motu proprio Misericordia Dei du 2 mai 2002.
L'extrême-onction, appelée plus récemment le « sacrement des malades ».
Le mariage, sacrement indissoluble depuis le XIIIe siècle (concile du Latran IV, 1215). L’annulation est toutefois possible dans certains cas exceptionnels, notamment la non-consommation du mariage. Les personnes séparées qui se remettent en couple sont considérés comme adultères si elles ne vivent pas « comme frère et sœur » c’est-à-dire dans l’abstinence.
L'ordination des évêques, prêtres et diacres, ou sacrement de l’ordre.
Les trois premiers constituent les sacrements de l’initiation chrétienne. Le baptême et la confirmation ne sont conférés qu’une seule fois à une même personne.

L’Église distingue également des sacramentaux, comme les bénédictions d’une maison, d’un rosaire, d’une voiture, de catéchistes, les funérailles chrétiennes, le sacre des rois (qui n’est plus pratiqué par l’Église catholique romaine depuis ...)

Liturgie des Heures

La liturgie des heures est la prière commune de l’Église catholique. Le contenu des offices, récités ou chantés seul ou en communauté est commun à l’Église. Depuis la réforme liturgique de Vatican II,

Les offices sont

l’office des lectures,
l’office du matin (laudes),
l’office du milieu du jour (rassemblant tierce, sexte et none),
l’office du soir (vêpres),
l’office des complies.
Les offices du matin et du soir sont qualifiés d’heures majeures, et sont plus long que les autres. Sur une période de quatre semaines, l’ensemble des psaumes sont chantés.

Certains ordres ou congrégations ont une liturgie des heures propre.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'Eglise catholique apostolique romaine Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'Eglise catholique apostolique romaine Empty
MessageSujet: L'Eglise catholique apostolique romaine   L'Eglise catholique apostolique romaine EmptySam 24 Juin 2006, 5:32 pm

Citation :
Autres dévotions

1. la prière individuelle

prière personnelle, ou oraison : temps où le croyant se met à l’écoute de Dieu, souvent en silence et dans un endroit retiré.
vénération des images saintes, partagée avec l’Orthodoxie, depuis 786,

2. la prière collective

les rogations : prière pour les récoltes partout où la ruralité est importante,
les assemblées et veillées de prière, les plus importantes étant celles de Pâques et de Noël.

3. les autres dévotions

l’adoration du Saint Sacrement : temps de prière et d’adoration devant l’hostie (pain consacré devenu corps du Christ) ;
les pèlerinages, voyages en Terre Sainte, à Rome ou à Compostelle ainsi que dans d'autres lieux de l’action de l’amour de Dieu par la présence de reliques ou le souvenir d'événements de la vie de saints ou par des apparitions, notamment celles de la Vierge Marie (apparitions dites « mariales ») ;
la vénération des reliques de saints, en relation avec leur béatification puis leur canonisation ;
le jubilé (voir indulgence et pèlerinage) ;
les indulgences (le commerce qui en était fait fut une des causes de la Réforme) ;
le chemin de croix, effectué le Vendredi Saint, qui rappelle les souffrances du Christ au cours de sa Passion ;
le rosaire, récitation du chapelet, prière en l’honneur de la Vierge Marie.

Parcours spécialisé liturgie

vocabulaire catholique

Théologie morale : voir article spécialisé Théologie morale (catholicisme)

Courants à l’intérieur de l’Église catholique romaine
Outre les diverses Églises se réclamant du catholicisme, le catholicisme romain abrite plusieurs courants :

Conservateurs :

Opus Dei, prélature personnelle et organisation politique
Légion du Christ
L'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre, société de vie apostolique, dans le courant catholique traditionaliste (célébrant la messe tridentine) (motu proprio Ecclesia Dei)
Fraternité Saint-Pierre, courant catholique traditionaliste constitué par la branche ralliée (motu proprio Ecclesia Dei) de la fraternité créée par Mgr Marcel Lefebvre, la Fraternité Saint-Pie X, déclarée schismatique en 1988.

Charismatiques :

Mouvements créés après Vatican II qui accordent une large place à l'action de l'Esprit-Saint dans leur vie en s'inspirant des assemblées pentecôtistes américaines. On recense (liste non exhaustive) :

le mouvement des Focolari,
les communautés de l'Arche,
la Communauté du Chemin Neuf,
la Communauté de l'Emmanuel,
la Communauté des Béatitudes, initialement dénommée Lion de Juda.

Réformateurs, dont l’emblème en Europe est NSAE (« Nous sommes aussi l’Église »). Ce mouvement né dans les pays germanophones (« Wir sind Kirche »), lutte pour un plus grand rôle des croyants laïcs au sein de l’église et pour des réformes sur la question des personnes remariées, des homosexuels, du célibat du clergé et pour l’admission des femmes parmi les prêtres ; l’Association Marcel Légaut, un courant libéral au sein du catholicisme.

Cas particulier de la Théologie de la libération : ce courant latino-américain fut initialement condamné pour ses inspirations marxistes.

Situation de l’Église catholique dans le monde

Politique

Du fait de l’ambition politique des papes et du caractère nobiliaire des dignités et grades ecclésiastiques, l’histoire temporelle de l’Église catholique romaine s’entremêle étroitement avec l’histoire de l’Occident, jusqu’au printemps des peuples.

Longtemps puissance temporelle, l’Église catholique romaine se concentre progressivement sur sa mission spirituelle. Depuis Pastor Æternus, 1870, l’ambition de primauté symbolique se substitue à l’exercice temporel du pouvoir, progressant suivant les relations qu’elle entretient avec les gouvernements comme avec les autres religions. Voir Lutte du Sacerdoce et de l'Empire.

En 1929, le pape Pie XI signe les accords du Latran avec l'État italien qui lui concéde l'existence de l'État du vatican. Depuis Jean XXIII, les papes ont délaissé la tiare, couronne pontificale qui représentait le pouvoir temporel, le pouvoir spirituel et l'autorité sur les princes. Elle apparaît encore sur les armoiries de l'État du Vatican.

L'Église catholique est toujours présente dans les institutions politiques internationales (ONU, Europe). Elle joue parfois un rôle de médiation dans certains conflits.

Débats contemporains

Une procédure de non réception est en cours que peu de catholiques ont remarquée. On supprime, sans bruit et sans débat, le Filioque du symbole de Nicée-Constantinople.

Cette procédure est en cours depuis la publication de la déclaration Dominus Jesus, en 2000 dont il fut absent 4 jours durant dans la version française publiée sur le site du Vatican. Rétabli dans la version française, il est toujours absent des versions dans les autres langues européennes de la confession de foi qui ouvre le document. Les observateurs ont remarqué que dans les prières publiques, le pape Jean-Paul II l’omettait systématiquement.

Le Filioquisme, un ajout de Charlemagne, matérialise une série de ressentiments entre les christianismes orientaux et occidental, qui aboutit au Grand Schisme de 1054. L’actuelle procédure de non-réception est significative des efforts de l’église romaine en directions des églises orthodoxes. C’est la première fois qu’elle consent un compromis doctrinal.

Parcours débats contemporains

Crise moderniste
Concile Vatican II
Catholicisme libéral
Catholiques réformateurs
Relations du catholicisme avec les autres religions
Relations de l'Église catholique romaine avec les autres Églises

Théologie catholique du XXe siècle

L’Église catholique, filon pour le conspirationisme

L'Église catholique alimente de nombreux essais pseudo-historiques. La centralisation des décisions à Rome pour une Église aux dimensions internationales a alimenté une profusion de théories du complot. Notamment l'Index de la bibliothèque du Vatican, où étaient conservé au secret les livres que l'Église considéraient comme contraires à la foi catholique, a alimenté une source intarissable d'hypothèses et de conjectures sur son contenu. Un autre exemple est l'affaire du fameux troisième secret de Fatima. Encore plus récemment, Michael Baigent, Richard Leigh et Henry Lincoln prétendent avoir exhumés de terribles secrets en révélant, dans L'Énigme sacrée, une descendance du Christ – vérité qu’ils présentent comme étant étouffée par le Saint-Siège. Ils poursuivent l'idée du complot en publiant, dans les années 1990, La Bible confisquée où ils interprètent la lenteur avec laquelle l'Église catholique rend public le contenu des Manuscrits de la Mer Morte comme une preuve évidente que les instances catholiques s’opposent, en coulisses, à la parution de ces textes, ceux-ci étant censés mettre en péril la foi chrétienne.

Nombre de catholiques dans le monde

Le nombre de catholiques dans le monde est estimé par le Vatican à 1 098 300, en progression de 45% depuis 1978, ce qui correspond globalement au taux d'évolution de la population mondiale. (Sources : Bureau des statistiques de l'Église catholique)

Liens internes

Organisations catholiques : Caritas, Ordre de Malte
Presse : La Croix, l’Osservatore Romano, Télérama, Famille chrétienne
Éditions : Mâme, Ad Solem, Bayard Presse, Le Monde

Liens externes

Saint-Siège
Site officiel du Vatican

Histoire

Pierre et Paul aux origines de l'Église de Rome par Paul Poupard, Président du Conseil pontifical de la culture.
Textes sur le rôle de l'Église en Occident aux XIème et XIIème siècles

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'Eglise catholique apostolique romaine Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




L'Eglise catholique apostolique romaine Empty
MessageSujet: Re: L'Eglise catholique apostolique romaine   L'Eglise catholique apostolique romaine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Eglise catholique apostolique romaine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eglise catholique confrontée à un bouleversement et le bannissement
» Ecole Steiner: gros dilemne
» Bon Vendredi
» TARNOW
» Pita à la goberge - Fifine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Religions, philosophies et idéologies diverses :: Les religions monothéistes et autres :: Les christianismes-
Sauter vers: