FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Guadeloupe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: La Guadeloupe   Lun 17 Juil 2006, 3:56 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guadeloupe

Citation :
La Guadeloupe est à la fois une région d'outre-mer et un département d'outre-mer (numéro 971). Ce petit archipel des Antilles (mer des Caraïbes) se trouve à environ 600 km au nord des côtes de l'Amérique du Sud, et 600 km à l'est de la République dominicaine.

Autrefois appelée calaou çaera puis Karukera, « île aux belles eaux », Guadeloupe (guadalupe en espagnol) signifierait « la rivière occulte» (Wad al luben), d'après la toponymie arabe du sud de l'Espagne, ou peut-être "la rivière aux loups", et viendrait de la Virgen de Guadalupe, une sainte locale de la province de Cáceres en Estremadure

Histoire

3000 av JC : Quelques vestiges archéologiques témoignent d'une présence humaine.
300 après JC : Venus du bassin de l'Orénoque (Vénézuela), les indiens Arawaks, peuple aux moeurs pacifiques, s'installent en Guadeloupe. Les Arawaks vivent de pêche et d'agriculture.
VIIIe siècle : Ce sont les amérindiens Caraïbes qui débarquent en Guadeloupe. Peuples guerriers, ils déciment les Arawaks, bien qu'originaires des mêmes contrées.
A cette époque on nomme la Guadeloupe Karukéra (en langues caraïbes l'île aux belles eaux).

Novembre 1493 : Christophe Colomb aborde les côtes de l'île, lors de son deuxieme voyage, et la baptise Guadeloupe nom d'un monastère espagnol d’Estrémadure.
XVIIe siècle : Au cours de se siècle, les Espagnols tentent en vain de conquérir la Guadeloupe et sont repoussés par les amérindiens Caraïbes.
1635 : Liénard de L’Olive et Duplessis d’Ossonville, mandatés par la Compagnie des Îles d'Amérique installée sur l'île Saint-Christophe, débarquent en Guadeloupe, à la Pointe Allègre. Ils mènent une guerre acharnée (en 1635 et 1654) contre les caraïbes et prennent possession de l'île le 28 juin 1635. Cette organisation marchande française avait été créée sous l'impulsion du Cardinal de Richelieu.
1643 /1664 : Charles Houël est nommé gouverneur de la Guadeloupe. Il fonde la ville de Basse-Terre et achète l’île à la Companie des Iles d’Amérique ; Louis XIV lui décerne le titre de Marquis de Guadeloupe. A cette époque, l'économie est orientée vers la culture de la canne à sucre. C'est aussi à cette époque que les premiers esclaves africains arrivent sur l'île pour répondre au besoin important de main d'oeuvre qu'implique la culture de la canne à sucre.
1648 : Les Français occupent les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.
1660 : Traité franco-anglo-caraïbe. Les caraïbes abandonnent l'île aux Français.
1664 : Colbert rétablit l’autorité royale en rachetant l’île à Houël, et charge la Compagnie des Indes Occidentales de la mettre en valeur en lui cédant l'île aux belles eaux.
1674 : La Compagnie est dissoute, l’île est désormais directement attachée au pouvoir royal et devient colonie du royaume.
1685 : Proclamation du Code Noir qui régit (entre-autre) l'esclavage dans les colonies françaises. Au cours du siècle suivant, l'économie sucrière basée sur l'esclavage prospère.
XVIIIe siècle : Ce siècle sera marqué par les guerres avec la Grande-Bretagne pour la conquête des îles de l'arc Antillais.
1717 : Les colons se révoltent contre l'octroi royal.
1725 : Les esclaves se soulèvent à leur tour.
1745 : Naissance de Joseph Bologne, dit le Chevalier de St. Georges.
1756 - 1763 : Guerre de Sept Ans.
1759 - 1763 : la Guadeloupe est occupée par les Britanniques qui fondent le port de Pointe-à-Pitre.
1763 : Signature du traité de Paris qui met fin à la guerre. La Guadeloupe et la Martinique sont restituées à la France.
1775 : L'île obtient son autonomie vis-à-vis de la Martinique.
1789 : Révolution Française; la Guadeloupe envoie cinq députés à l'Assemblée constituante.
1793 : Jean Baptiste Raymond Lacrosse, mandaté par l' Assemblée législative, arrive en Guadeloupe avec le drapeau tricolore.
1794 : En cette période révolutionnaire, les Britanniques s'emparent de l'île mais elle est aussitôt reprise. Le commissaire de la Convention nationale Victor Hugues proclame l’Abolition de l'esclavage et introduit la guillotine.
1802 : Le général Richepance rétablit l’esclavage sur l’ordre de Bonaparte et réprime le soulèvement de Louis Delgrès, chef de bataillon, combattant de la liberté émérite.
1815 : La traite négrière est interdite par le traité de Paris du 20 novembre.
1843 : Le 8 Février, un tremblement de terre secoue l'île et un incendie détruit Pointe-à-Pitre faisant environ 3 000 morts. L’ère industrielle est amorcée par la reconstruction de l'île. Les deux premières usines sucrières font leur apparition. Le maire de Canal, Faujas de Saint-Fond, rapporte que “dans l’intérieur de la campagne 28 moulins à vent ont été totalement renversés, 20 autres sont à démolir, 19 sucreries ont éprouvé le même sort et les maisons construites en pierre sont en ruines”. (Source : Solidarité avec la Guadeloupe en 1843)
27 avril 1848 : Sur proposition de Victor Schoelcher, le décret d'abolition définitive de l'esclavage est signé et appliqué (célébré le 27 mai).
1851 : La Banque Coloniale (Banque de la Guadeloupe, l’actuelle Banque des Antilles Françaises, BDAF) est créée.
1854 : Des Tamouls émigrés d'Inde sont engagés pour travailler dans les champs de canne à sucre.
1863 : Deuxième établissement financier : le Crédit Foncier Colonial.
"Le Crédit colonial, qui octroie des prêts pour la construction de sucreries ou pour le renouvellement et l'amélioration de l'outillage, connaît un grand succès. Cependant l'objet de la société se révèle vite trop limité." (Source : Archives nationales)

1871 : Depuis cette année là, la Guadeloupe est représentée au Parlement Français et Hégésippe Légitimus en est le premier député.
1883 : Le 1er Septembre, inauguration du lycée Carnot à Pointe-à-Pitre, "Le Lycée de la Guadeloupe".
1884 : Loi sur les municipalités.
1897 : Le 29 Avril, à 10 heures du matin, un tremblement de terre détruit partiellement Pointe-à-Pitre.
1900 : Installation au Gosier, de la première TSF, à l’entrée de la propriété Montauban. Elle transmet des informations de France et la presse du monde entier.
1907 : Aménagement pour le passage des voitures du pont du Gallion à Basse-Terre.
1908 : Création du service postal maritime entre Bouillante et Pointe-à-Pitre et inauguration de l’appontement en dur de Basse Terre pour l’embarquement du café et du cacao.
1909 : Le 9 février, création du «Nouvelliste», le plus grand journal quotidien des petites Antilles, par M. Adolphe Lara, édité dans la plus grande imprimerie de la Guadeloupe.
1910 : Le 15 Février, aux Abymes, une grève est déclarée au sujet des salaires dans l'industrie cannière. Le gouverneur Gautret passe la nuit avec les grévistes. Le 2 Mars, suite aux grèves et à l'incendie de champs de canne à Baie-Mahault, l'intervention de la troupe fait un mort et plusieurs blessés.
1912 : Etablissement du premier service du courrier par bateau entre Pointe-à-Pitre et la Pointe d'Antigue/Port-louis.
1914-1918 : Mobilisation générale dans les colonies antillaises, ils sont incorporés dans les armées de la République pour reprendre l'Alsace et la Lorraine aux allemands; plus de la moitié ne reviendront jamais. Néanmoins, la guerre permet à la Guadeloupe d’exporter massivement du rhum, jusqu’en 1922.
1916 : Le 20 Février, le président et Madame Theodore Roosevelt, en visite en Guadeloupe, sont reçus à Capesterre Belle-Eau et Goyave.
1922 : Ouverture de la route de la Côte Sous-le-Vent jusqu'à Bouillante.
1924 : Inauguration de la centrale électrique de Dolé/Gourbeyre.
1927 : Le 24 Juin, installation de l'unité centrale sucrière de Gardel sur les ruine de l'usine Sainte-Marie.
1928 : Le 12 Septembre, un cyclone mémorable et meurtrier, avec au moins 1200 victimes dans la région de Pointe-à-Pitre.
1936 : Le Gouverneur Félix Eboué est nommé en Guadeloupe par le Front Populaire. Il est le premier gouverneur de couleur.
1938 : Félix Eboué quitte la Guadeloupe, rappelé par Georges Mandel (Ministre de l'Intérieur).
1939 : Le 15 septembre, arrivée de l’Amiral Robert (Chef du théâtre d’opérations de l’Atlantique-ouest), avec le croiseur la « Jeanne d’Arc ».
1940-1943 : Le 30 avril, Constant Sorin est nommé en Guadeloupe par George Mandel, dix jours avant l’offensive allemande dans les Ardennes, et la débacle française. Les personnes qui parlent de la période 1940-1943 disent "an tan Sorin ", du nom du gouverneur (Constant Sorin) de la Guadeloupe de l'époque. C’était une période assez particulière de l'histoire de la Guadeloupe où se mêlent la dissidence, le travail, la créativité, la débrouillardise, l'autosuffisance mais aussi, le rationnement, la pénurie.
"Pitit a manman, an tan sorin sété mizè" disait une grand-mère.
[/b]

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD


Dernière édition par le Lun 17 Juil 2006, 3:58 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: La Guadeloupe   Lun 17 Juil 2006, 3:57 pm

Citation :
1941 : Le dernier moulin à vent de Marie-Galante, "la grande pierre", cesse de fonctionner. Le 29 Octobre, tous les élus sont obligés de déclarer qu'ils n'appartiennent pas à des sociétés secrètes tel la franc-maçonnerie.
1943 : Le 15 Juillet, le gouverneur Sorin est relevé de ses fonctions ainsi que l’Amiral Robert.
1946 La départementalisation: La Guadeloupe, jusque-là colonie française, devient un Département d’Outre-Mer (DOM) par la loi du 19 mars.
1960 : Le général de Gaulle effectue un séjour en Guadeloupe du 3 au 4 mai, au cours duquel il présente des décrets visant à renforcer les pouvoirs de consultation des conseils généraux des départements d’Outre-mer.
1961-1965 : Troubles indépendantistes.
1963 : Le gouvernement français créa le BUMIDOM, le Bureau des migrations des départements d'outre-mer, afin de soulager la région de l’augmentation démographique et de l’accroissement du chômage. Le départ annuel de 10 000 Antillais vers la France métropolitaine, afin d’occuper des fonctions subalternes dans la fonction publique (PTT, hôpitaux, administrations diverses), a constitué une solution temporaire, sans que les problèmes de fond ne soient abordés.
1962 : Le 22 Juin à 4h 15, un avion Boeing 707 d'air France, le "Château de Chantilly ", s'écrase sur le dos d'âne de caféière à Sainte-Rose, faisant 112 morts.
1963 : Naissance du mouvement nationaliste GONG (Groupe d'Organisation Nationale de Guadeloupe). Le mouvement indépendantiste trouve son origine au sein de la communauté estudiantine guadeloupéenne en métropole dans une époque riche en événements internationaux : guerre d’Algérie, mouvements de décolonisation, réveil du tiers monde, révolution cubaine... .
1964 : Visite du Général de Gaulle. Le 22 Août, le cyclone "Cléo" fait 14 morts.
Mai 1967, le pays se relève à peine du passage du cyclone Inès en septembre 1966 (aujourd’hui encore présent dans la mémoire des plus anciens). Au niveau social, les ouvriers du bâtiment se mettent en grève pour demander une augmentation. Les négociations qui se tiennent depuis le début mai n’aboutissent pas. Une rencontre est programmée pour le vendredi 26 mai à la chambre de commerce entre le syndicat CGTG et le patronnat emmené par Brizard. Les ouvriers demandaient 2 % d’augmentation. Les négociations échouèrent. La situation dégénéra. La foule, massée devant la CCI se révolta. Des CRS arrivèrent. Une émeute éclata. Coups de crosse de fusil, pierres, gaz lacrymogène, bouteilles, conques de lambi sont échangés. Les CRS tirent. L’une des 1ères victimes fut Jacques Nestor, militant du GONG (voir plus bas), très populaire à Pointe-à-Pitre. D'autres tombèrent parmi lesquels Pince-maille, Taret. Rapidement, les affrontements s’étendent à toute la ville. Jusqu’à récemment, les services officiels faisaient état de huit morts. Le nombre exact de morts resta longtemps secret. Ce n’est qu’en 1985 qu’on su que le nombre était d’au moins 87 morts. Les jours qui suivirent donnèrent lieu à une vague d’arrestations, notamment parmi les militants du GONG, qui furent emprisonnés, inculpés et envoyés en métropole pour atteinte à l'intégrité du territoire national.
1970 : Atterrissage du premier Boeing 747 au Raizet. Création du parc naturel de la Guadeloupe.
1971 : Inauguration de l'aéroport du Raizet à Pointe-à-Pitre.
1976 : La Soufrière gronde. 75 000 habitants de la Basse-Terre sont évacués en Grande-Terre, malgré les déclarations apaisantes d'Haroun Tazieff.
1979 : En Janvier, le sommet des chefs d'États, sous l'égide de Valéry Giscard d'Estaing, avec Helmut Schmidt, Jimmy Carter, et James Callaghan se déroule à Saint-François.
Le cyclone David passe au nord de la Dominique et endommage les plantations de la Basse-Terre.

1980 : L'usine centrale sucrière de Darboussier implantée à Pointe à Pitre, au Carénage, depuis 1866 est fermée.
1982 : La loi de décentralisation de 1982 crée la "région de la Guadeloupe". L'adoption de la loi du 2 mars 1982, qui érigeait la région en collectivité territoriale, faisait de la Guadeloupe l’une des 26 Régions françaises.
1983 : Création du conseil régional (France) de la Guadeloupe.
1986-1988 : "nuits bleues", période d'activisme et d'attentats sanglants, procès d'indépendantistes. Ils seront amnistiés peu après la réélection de François Mitterrand.
1989 : Le 16 septembre, le cyclone Hugo dévaste l'île.
1993 : Lucette Michaux-Chevry, est nommée ministre délégué à l'action humanitaire.
1995 : En moins d'un mois, trois ouragans - Iris, Luis et Maryline - s'abattent sur l'archipel guadeloupéen. Importantes destructions Saint-Martin.
1998 : Commémoration de l'abolition de l'esclavage.

La Guadeloupe actuelle



Situation socio-économique

Avec 30 % de chômeurs sinon plus, la Guadeloupe voit ses tensions sociales s'aggraver. Le destin futur de l'ile, après la visite peu convaincante de Lionel Jospin dans les Antilles françaises du 27 au 30 octobre 1999, M. Lionel Jospin y fut froidement accueilli. Lucette Michaux-Chevry est surnommée "La dame de fer" de la Guadeloupe. Ses ennuis avec le Tribunal correctionnel de Paris n'ont pas agité que les prétoires. Cette femme de pouvoir a compris qu'il y avait des talents parmi les nationalistes et qu'elle pouvait les utiliser. Misant sur le consensus, elle a réussi à en séduire quelques-uns et à constituer avec eux son groupe majoritaire "Objectif Guadeloupe".

Le 1er décembre 1999 : Lucette Michaux-Chevry, Présidente du Conseil Régional de la Guadeloupe, Alfred Marie-Jeanne, Président du Conseil Régional de la Martinique et Antoine Karam, Président du Conseil Régional de la Guyane, signent à Basse-Terre, chef-lieu du département de la Guadeloupe, la "Déclaration de BasseTerre". Ils proposeront au Président de la République et au Gouvernement, une modification législative voire constitutionnelle, visant à créer un statut nouveau de Région d'outremer autonome doté d'un régime fiscal et social spécial pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, dans le cadre de la République Française et de l'Union Européenne (article 299-2 du Traité d'Amsterdam).
Le 18 janvier 2000 : Les conseillers régionaux réunis en séance plénière approuvent la "Déclaration de BasseTerre" par 27 voix pour et 10 voix contre et décident par une délibération d'unir leurs efforts afin de bâtir un projet de développement économique, social et culturel impliquant la prise en compte des identités propre à chaque Région et basé sur l'évidence que "la dignité procède du travail et non de l'assistanat".
Le 7 décembre 2003 : Les électeurs Guadeloupéens, ont dit non, à la réforme institutionnelle soumise par référendum.
Le 10 mai 2001 : le gouvernement a adopté le texte signifiant la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.

Le 23 mai 2004 : Victorin Lurel est élu président de la région Guadeloupe.
Décembre 2003 : Référendum sur l’avenir institutionnel : le « non » l’emporte avec 72,98 % des suffrages.
2005 : Référendum sur la Constitution Européenne : la Guadeloupe répond « oui » avec 58,6 % (faible participation de 30%).


Administration

La Guadeloupe est en même temps une région administrative et un département français d'outre-mer (DOM) dont la préfecture est Basse-Terre. Elle constitue avec la Martinique, située à environ 150 km plus au sud, et la Guyane située au nord de l'Amérique du Sud, les départements français d'Amérique (DFA).

En 2003, une nouvelle organisation a été envisagée, dans laquelle l'institution régionale et l'institution départementale fusionneraient en une institution unique. Cette proposition a été rejetée par référendum. Mais les îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont accepté la réforme, qui proposait de faire de chacune d'elles une collectivité territoriale distincte de la Guadeloupe. Ces deux îles ne seront donc plus rattachées à la Guadeloupe lorsque cette réforme sera mise en place. Aujourd'hui, la Guadeloupe fait partie de l'Union européenne au sein de laquelle elle constitue une région ultrapériphérique, ce qui lui permet de bénéficier de « mesures spécifiques », consistant à faire des adaptations du droit communautaire en tenant compte des caractéristiques et contraintes particulières de la région.


Les territoires en blanc (avec légende en gras) font partie de la région/département Guadeloupe dans les petites Antilles


Géographie

L'archipel est positionné à 16° 20' de latitude Nord, soit la même latitude que la Thaïlande ou le Honduras, et sa longitude est à peu près celle du Labrador et des îles Malouines.





L'archipel de la Guadeloupe se compose des îles suivantes :

- La Guadeloupe proprement dite qui est composée de 2 îles distinctes, séparées par un étroit bras de mer appelé la Rivière Salée mais connectées entre elles par 2 ponts. Ces 2 îles sont la Basse-Terre (848 km²), la plus grande et montagneuse des 2 qui est d'origine volcanique et dont le point culminant est le volcan en activité de la Soufrière (1467 m) et la seconde, la Grande-Terre (588 km²), dont le substrat est calcaire et se compose d'une plaine rongée par la mangrove au sud-ouest, d’une succession irrégulière de mornes appelée les grands fonds au centre et au nord, d’un plateau aride dentelé de côtes rocheuses et sauvages. C'est sur le littoral sud de la Grande-terre que ce situe les zones les plus touristiques : hôtels et plages de sable blanc à l'abri des récifs coralliens. Ce littoral est appelé "la Riviera".
- La Désirade
- Marie-Galante
- Les Saintes : 9 îlets dont 2 habités, Terre-de-Haut et Terre-de-Bas
- Petite Terre
- L'île de Saint-Barthélemy, ainsi que la partie nord de l'île de Saint-Martin, qui dépendent administrativement de la Guadeloupe sont situées plus au nord et séparées du reste de la Guadeloupe par Saint Kitts et Nevis, Montserrat, Antigua et Barbuda.

Économie

La situation économique de la Guadeloupe, fortement déficitaire, est traduite par deux chiffres significatifs : le taux de chômage (27,8 % de la population active en 1998), et le taux de couverture des importations par les exportations (6 % en 1996).

L'agriculture (canne à sucre, banane, melon, etc.), autrefois moteur économique de l'île, ne survit que grâce aux subventions de l'État et des collectivités locales. Les industries, peu nombreuses, appartiennent essentiellement au secteur agroalimentaire (sucreries, rhumeries, conserveries). On trouve aussi une cimenterie. Le tourisme est le seul secteur économique à conserver un certain dynamisme.

Démographie

Au 1er janvier 2003, la population de la Guadeloupe était estimée à 440.000 habitants.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
La Guadeloupe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» legislative en guadeloupe
» Notre cabane en Guadeloupe
» Remplacement + collab en Guadeloupe
» Boutique en Guadeloupe ?
» GENDARME BLESSE EN GUADELOUPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: