FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Antonio de Oliveira SALAZAR

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Antonio de Oliveira SALAZAR Empty
MessageSujet: Antonio de Oliveira SALAZAR   Antonio de Oliveira SALAZAR EmptyJeu 31 Aoû 2006, 9:41 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salazar

Citation :
Antonio de Oliveira Salazar (né le 28 avril 1889 et décédé le 27 juillet 1970) était un économiste et un homme d'État portugais. Il a dirigé le Portugal durant 36 années, de 1932 à 1968, en tant que président du Conseil.

Antonio de Oliveira SALAZAR 240pxsalazarxl9


Arrivée au pouvoir

Issu d'un milieu agricole, Antonio Salazar fait ses études au séminaire, mais renonce à entrer dans les ordres pour s’orienter vers le droit. Il commence sa carrière comme professeur d'économie politique à l'Université de Coimbra en 1916.

Ses opinions et liaisons à la Jeunesse Catholique le font élire en 1921 pour un bref mandat de député catholique au Parlement mais abhorrant la politique parlementaire, il ne siège pas.

En 1926, une dictature militaire met fin à la République. Le Portugal vit alors une crise économique et militaire. En 1928, Salazar est nommé au poste de Ministre des Finances avec les pleins pouvoirs en matière budgétaire. En un an, il procède à un redressement économique spectaculaire : rétablissement de l'équilibre budgétaire et stabilisation de la monnaie, l'escudo.

En 1932 il est nommé Président du Conseil par le président de la République, le général António de Fragoso Carmona. Salazar consolide le régime autoritaire. Il introduit une nouvelle constitution qui lui confère les pleins pouvoirs et le contrôle total de l'État : c'est l' Estado Novo (État Nouveau).

L'État Nouveau ou le fascisme portugais

C'est un régime politique nationaliste, plutôt proche de l'idéologie fasciste de Benito Mussolini, et surtout fondé sur le catholicisme et l'anti-communisme. En revanche, il n'y a presque pas de culte de la personnalité, Salazar étant connu pour son mode de vie simple, voire ascétique. La devise du régime était le Triple F pour Fado, Fátima, Football.

Dès lors, Salazar maintient son hégémonie personnelle avec le soutien de riches propriétaires, d'industriels, et de banquiers. Les syndicats et la presse indépendante sont abolies ainsi que toute opposition politique, dissidence ou autre institution hostile. Il crée le parti unique, l'Union Nationale, sur lequel il s'appuie et favorise l'Église catholique et les corporations pour contrôler socialement les portugais.

En économie, Salazar impose, surtout à partir de 1933, un régime corporatiste, inspiré des encycliques pontificales. Le corporatisme portugais se distingue du système italien en laissant une véritable autonomie aux corps de métier et à l'Église catholique, ce qui lui vaut d'être plébiscité en France par l'extrême-droite et la partie de la droite tentée par la solution corporatiste. C'est tout particulièrement net pour les questions agricoles.

Il introduit en 1933 une police politique secrète, la PVDE (Police de Vigilance et de Défense de l'État) plus tard appelée PIDE (Police Internationale de Défense de l'État) et encore plus tard après sa mort DGS (Direction Générale de Sécurité). L'armée et la police politique sont la base du régime.

Il réussit à stabiliser les finances grâce à une politique monétaire restrictive.

Durant la Guerre civile espagnole, il apporte son soutien à Francisco Franco dans sa lutte contre les Républicains. Il ouvre ses ports au transit de matériels d'armements (armes, avions) fournies par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste au profit des nationalistes espagnols. L’aide de Salazar, dans les six premiers mois du conflit, s’avère absolument décisive dans la victoire de Franco en 1939. Les relations personnelles entre les deux hommes ne seront cependant jamais amicales.

Seconde Guerre mondiale

Durant la Seconde Guerre mondiale, il réussit à maintenir une neutralité apparente (pour préserver l'alliance avec le Royaume-Uni) bien que dans un premier temps ses affinités idéologiques lui fassent préférer une victoire des forces de l'Axe allemand. Salazar est également méfiant envers Hitler, qui dans une carte du Lebensraum, prévoyait l'annexion du Portugal (en raison notamment de l'intérêt du pays et de ses colonies). Il signe avec Franco un pacte de neutralité vis-à-vis du conflit.

Il maintient également des relations commerciales avec les deux forces, ce qui bénéficie à l'industrie portugaise. Il fournit quelques métaux rares (tungstène) au régime nazi et laisse quelques centaines de militants fascistes portugais s'engager dans la Division Azul, mais, sentant venir la défaite du Troisième Reich, il permet en août 1943 aux Alliés d'installer une base militaire dans les Açores pour surveiller l'Atlantique et lutter contre les U-Boots. Le 4 mai 1945, lors de l'annonce de la mort d'Hitler, il fait mettre les drapeaux en berne : une demi-journée de deuil national est décrétée.

Parallèlement, environ 100.000 juifs se réfugièrent au Portugal pendant la guerre.

Salazar donne des instructions explicites à ses ambassadeurs pour qu'ils limitent la concession de visa aux personnes prétendant fuir la France, quand celle-ci fut envahie par l'Allemagne. Pendant l'été 1940, Aristides de Sousa Mendes, consul portugais à Bordeaux concède des visas en grand nombre et sauve beaucoup de juifs de l'Holocauste. Salazar le démet de ses fonctions mais après la fin de la guerre, il se félicite publiquement que le Portugal ait sauvé autant de juifs. Aristides de Sousa Mendes, mort en 1954, n'est réhabilité que dans les années 1980 après la Révolution des œillets.

En 1949, le Portugal intégre l'OTAN en raison du fort sentiment anti-communiste de Salazar.

Guerre Coloniale

Défenseur d'une politique colonialiste, Salazar souhaite maintenir l'unité territoriale du Portugal continental, insulaire et ultra-marin, alors que le reste des nations européennes décolonisent progressivement l'Afrique. La guerre coloniale ne s'acheva qu'après la Révolution des œillets et débouchera en particulier sur le drame du Timor Oriental.

Il pratique une politique isolationniste sous le slogan « fièrement seuls ». Isolé, le Portugal vit une époque de récession économique et culturelle.

Les élections présidentielles de 1958, auxquelles l’opposition présente comme candidat le général Humberto Delgado, marquent le début d’une crise politique interne. Salazar introduit quelques réformes plus symboliques que réelles. Mais les méthodes de gouvernement ne changent pas. La répression s’accentue et atteint son point culminant en 1965, avec l’assassinat en Espagne de Humberto Delgado, devenu le symbole de l’opposition anti-salazariste et de son secrétaire, commis par la police politique portugaise.

Son pouvoir est à son apogée quand il doit y renoncer en 1968, en raison d'une hémorragie cérébrale. Ayant été nommé "Président du Conseil à vie", personne n'ose lui annoncer qu'il n'a plus les rênes du pouvoir.

Le professeur Salazar meurt en 1970.

Révolution des œillets

Son successeur est Marcelo Caetano, qui restera au pouvoir jusqu'en 1974 dans un pays affaibli. Il sera renversé lors de la Révolution des œillets par les "capitaines d'avril".

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Ant%C3%B3nio_de_Oliveira_Salazar »
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
Antonio de Oliveira SALAZAR
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Histoire : de la préhistoire à nos jours :: Les 20e et 21e siècles-
Sauter vers: