FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'histoire du baccalauréat pour les non-Français

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyVen 08 Sep 2006, 8:11 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Baccalaur%C3%A9at_(France)

Citation :
Baccalauréat (France)

Créé sous Napoléon Ier par le décret organique du 17 mars 1808, le baccalauréat (appelé familièrement bac, et, anciennement, bachot) est le premier grade universitaire en France. Chaque jury est présidé par un enseignant-chercheur de l’université. On le passe à la fin de l'enseignement secondaire, ou en candidat libre, et il ouvre la voie à l’enseignement supérieur. Il est l’équivalent du A-level au Royaume-Uni, de l'Abitur en Allemagne, du studentexamen en Suède, et du ylioppilastutkinto en Finlande .

Il a connu plusieurs paliers dans sa diffusion parmi la population. Il était initialement destiné à aux enfants de la bourgeoisie, et plus particulièrement aux jeunes de sexe masculin. La première femme à passer le baccalauréat est Julie Daubié en 1861. Mais c’est à partir de 1924, lorsque les programmes secondaires pour garçons et filles deviennent identiques, que le baccalauréat s’ouvre largement aux filles.

Le second palier dans la hausse du nombre de bacheliers intervient à partir des années 1930, quand le lycée public devient gratuit (il était payant auparavant, sauf pour quelques rares boursiers comme Marcel Pagnol ou Georges Pompidou, par exemple). Cependant l’explosion du nombre de bacheliers intervient réellement à partir des années 1960-1970, quand le primaire supérieur (la partie du système scolaire réservée aux familles modestes) est supprimé au profit du collège unique. Le but à atteindre, proclamé en 1985 par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Pierre Chevènement, était d'amener 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. Cet objectif fut ramené à 74% ultérieurement.

Le baccalauréat est ainsi passé en un peu plus d’un siècle et demi d’un diplôme élitiste et bourgeois, sélectionnant les futurs cadres de la nation, à un diplôme de base, indispensable à toute formation et à toute carrière professionnelle.

Passer le baccalauréat en France [modifier]
A l'origine, le baccalauréat était une épreuve orale exclusivement littéraire, le baccalauréat ès-sciences n'apparaissant qu'en 1821. En 1953, une fillière Technique et économique est créée. Elle passe de l’enseignement technique à l’enseignement général en 1965.

Il s'est ensuite ouvert aux filières de spécialisation professionnelle, d’abord avec les baccalauréats technologiques (« bacs techno »), créés en 1968, puis à partir de 1985 avec les baccalauréats professionnels (« bacs pro »), d’une très grande diversité et formant à tous les champs professionnels.

Depuis 1968 et jusqu'à la rentrée 1994-1995, le baccalauréat comptait 8 puis 9 séries :

Séries générales :

Série A : Philosophie-lettres
Série B : Economique et sociale
Série C : Mathématiques et sciences physiques
Série D : Mathématiques et sciences de la nature (une série D' : sciences agronomiques et techniques apparait en 1969)
Série E : Mathématiques et technique
Séries technologique :
Série F
Série G : G1 : Techniques administratives, G2 : Techniques Quantitatives de Gestion, G3 : Techniques commerciales
Série H : Techniques informatiques
Puis c'est la réforme de 1993, mise en place au début de l'année scolaire 1994-1995 :

Séries générales :

Série L : Philosophie-lettres
Série ES : Economique et Sociale
Série S : Scientifique
SVT : Sciences de la vie et de la Terre
SI : Sciences de l'ingénieur
Séries technologique :
Série STG (ancien STT) : Sciences et Technologies de la gestion
Série STI : Sciences et Technologies Industrielles
GeN : Génie électronique
GeT : Génie électrotechnique
GM : Génie mécanique
option productique
option microtechniques
Génie civil
Génie énergétique
Génie des matériaux
Génie optique
Arts Appliqués
Série SMS : Sciences médico-sociales
Série STPA : Sciences et Technologies du Produit Agro-alimentaire
Série STAE : Sciences et Technologies de l’Agronomie et Environnement
Série STL : Sciences et Technologies de Laboratoire

À la rentrée 2005-2006, le baccalauréat STT (voir plus bas) devient le bac STG, les programmes, surtout dans les matières générales, sont un peu plus élevés, pour faciliter la poursuite en études supérieures. Modification de la liste nationale des épreuves d’éducation physique et sportive (cinq nouvelles épreuves : arts du cirque, course en durée, disque, relais vitesse, sauvetage).

Les épreuves

les épreuves du premier groupe : elles comprennent les épreuves anticipées passées en fin de première et les épreuves terminales.
Les Épreuve anticipée de français se passent en fin de Première pour toutes les séries. Le lycéen passe d'abord une épreuve d'écrit parmi laquelle il doit répondre à des questions préliminaires portant sur un ensemble de textes (corpus) puis il a le choix entre le commentaire composé d'un texte, une dissertation ou une écriture d'invention.
L'épreuve d'oral se passe en 3 parties :
- un temps de préparation de 30 minutes est imparti ; le lycéen doit durant ce moment préparer ce qu'il répondra lors de la partie suivante : l'exposé ;
- l'exposé dure 10 minutes : c'est une réponse à une question précise posée à propos d'un texte auparavant étudié par l'élève ;
- l'entretien dure également 10 minutes ; des sujets divers y sont abordés et servent à tester la faculté d'adaptation, la pertinence et la culture du lycéen.
Au français s'ajoute l'enseignement scientifique (biologie et physique-chimie) ainsi que mathématiques-informatique pour la section L. Les ES passent, eux, la SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) en épreuve anticipée de première, et les STI l'histoire-géo.
Les épreuves terminales. Dans le vocabulaire universitaire, les épreuves terminales s'opposent :
- aux épreuves anticipées (dans le cadre du baccalauréat)
- au contrôle continu
- aux épreuves en cours de formation

les épreuves du second groupe : deux oraux proposés aux élèves qui ont une note comprise entre 8 et 10 aux épreuves du premier groupe (elles sont appelées familièrement 'rattrapage' ou encore 'repêche').
les baccalauréats professionnels ont des épreuves techniques appelées "contrôles en cours de formation". Les notes de ces contrôles comptent pour l'examen final et peuvent prendre aussi en compte les notes des deux années de formation. Il n'y a pas d'oral de rattrapage.

Les mentions

Les mentions ne concernent que les élèves qui ont obtenu une moyenne supérieure ou égale à 12 à l’issue du premier groupe.

mention « Assez bien » (AB) : moyenne supérieure à 12 et inférieure strict à 14 ;
mention « Bien » (B) : moyenne supérieure à 14 et inférieure strict à 16 ;
mention « Très bien » (TB) : moyenne supérieure à 16 ;
Les « félicitations du jury » ne constituent pas une mention. Tout comme le zéro éliminatoire, cette distinction supérieure à la mention très bien n'existe pas même si ce terme est souvent employé que ce soit par les journaux ou même les enseignants ou élèves. Les rectorats sont très clairs là-dessus : les "félicitations du jury" n'existent pas et ne figurent jamais sur le relevé de notes du baccalauréat ; mais une moyenne supérieure à 18 entraîne souvent une récompense de la part des institutions (préfectures etc.). Les élèves qui ont leur baccalauréat lors des oraux du deuxième groupe (l'oral de rattrapage) n'ont pas de mention. A noter que sous le premier septennat de François Mitterrand, les mentions sont supprimées un temps, puis rétablies.

Les filières en France

Filières générales

ES : économique et sociale
ES - Maths : spécialité mathématiques
ES - SES : spécialité sciences économiques et sociales
ES - LV1 : spécialité langue vivante 1
ES - LV2 : spécialité langue vivante 2 (existante mais plus rare)
L : littéraire
L - mathématiques : spécialités mathématiques
L - langues anciennes : spécialité latin et/ou grec
L - langues vivante : spécialité LV1 ou LV2 renforcée ou LV3
L - arts : spécialité art
S : scientifique
S-SI : option Sciences de l'Ingénieur
S-SI-SI: sans spécialité (les Sciences de l'Ingénieur étant considérés comme une spécialité obligatoire)
S-SI-Physique: spécialité Physique-Chimie
S-SI-Maths: spécialité Maths
S-SVT : option Sciences de la Vie et de la Terre
S-SVT-Physique: spécialité Physique-Chimie
S-SVT-SVT: spécialité SVT
S-SVT-Maths: spécialité Maths

Filières technologiques

STT : sciences et technologies du tertiaire
SMS : sciences médico-sociales
STPA : sciences et technologie du produit agro-alimentaire
STAE : sciences et technologies de l’agronomie et environnement
STI : sciences et technologies industrielles
Technique de la musique et de la danse
STL : sciences et technologies de laboratoire spécialité physique de laboratoire et de procédés industriels
Hôtellerie

Filières professionnelles

Aéronautique
Agroéquipement
Aménagement finition
Artisanat et métiers d’art
Bâtiment : étude de prix organisation et gestion des travaux
Bâtiment : métal aluminium verre et matériaux de synthèse
Bio-industries de transformation
Bois construction et aménagement du bâtiment
Carrosserie
Commerce
Comptabilité
Conduite et gestion de l’élevage canin et félin
Conduite et gestion de l’exploitation agricole
Construction bâtiment gros œuvre
Cultures marines
Électrotechnique, énergie, équipements communicants
Étude et définition de produits industriels
Énergétique
Gestion et conduite de chantiers forestiers
Hygiène et environnement
Industries de procédés
Maintenance de l’audiovisuel électronique
Maintenance des appareils et équipements ménagers et de collectivités
Maintenance des matériels
Maintenance des équipements industriels (Remplace MSMA : Première Session 2007)
Maintenance des systèmes mécaniques automatisés (MSMA : Dernière Session 2006)
Maintenance de véhicules automobiles
Métiers de l’alimentation
Métiers de la mode et industries connexes - productique
Métiers du pressing et de la blanchisserie
Micro informatique et réseaux : installation et maintenance
Microtechniques
Mise en œuvre des matériaux
Outillage de mise en forme des matériaux
Photographie
Pilotage de systèmes de production automatisée
Plasturgie
Production graphique
Production imprimée
Productique mécanique
Productions aquacoles
Productique bois
Productions horticoles
Réalisation d’ouvrages chaudronnés et de structures métalliques
Restauration
Services (accueil assistance conseil)
Technicien conseil - vente en animalerie
Technicien conseil - vente en produits horticoles et de jardinage
Technicien vente et conseil-qualité en produits alimentaires
Technicien vente et conseil-qualité en vins et spiritueux
Travaux paysagers
Travaux publics
Traitements de surfaces
Vente (prospection - négociation - suivi de clientèle)
Sections spéciales
l'abibac

Statistiques

En 1960, il y'avait 81 000 candidats avec 73,5% de réussite. Ils sont près de 347 000 candidats en 1980 (64,1 % de réussite) et 604 000 en 2004 (80% de réussite, 81,8% de réussite pour les filles, 77,4% pour les garçons). Parmi ces derniers, 307 000 tentaient le Bac général, 180 000 le Bac techno, le reste étant les Bac pro. [1]
D’après L’Express du 23 septembre 1999, 61,4% de la population active salariée est « sans diplôme » ou titulaire d’un diplôme « inférieur au baccalauréat » en France.

Caractère universitaire du diplôme

Il est à noter que le baccalauréat n'est pas seulement le diplôme terminal des études secondaires : c'est aussi le premier grade universitaire. Cela a plusieurs conséquences pratiques : le président du Jury du baccalauréat est obligatoirement un enseignant-chercheur universitaire, et le Jury est souverain (comme les autres jurys universitaires), ses décisions ne peuvent être contestées que pour des vices de forme.
le pouvoir disciplinaire en cas de tricherie ou fraude au baccalauréat est exercé par la section disciplinaire du conseil d'administration de l'Université de l'Académie du candidat. S'il y a plusieurs universités, le Rectorat choisit laquelle.
l'appel de ce jugement disciplinaire a lieu devant la section disciplinaire du CNESER. Il est à noter que le Rectorat peut faire appel s'il juge la sanction trop légère.
la sanction maximale peut être l'interdiction de passer des examens pendant plusieurs années.

Obtenir ses copies

Pour obtenir vos copies, adressez-vous à votre centre d'examen avant la session suivante, sinon vos copies seront détruites, en vous munissant des informations suivantes :


Numéro de jury (ex : 3406);
Nom
Prénom
Série (ex : S spé. math);
Tarif : 0,18€ / copie A4 recto/verso.
Si vous ne connaissez pas votre centre d'examen, adressez-vous à votre rectorat.

Anecdotes

Grâce aux points d'options, il est désormais théoriquement possible d'obtenir une moyenne supérieure à 20/20 au Baccalauréat. Cette performance demeure toutefois rarissime.

En 2004, un élève au lycée Berthollet d'Annecy (académie de Grenoble), âgé de 17 ans, a probablement obtenu la meilleure note jamais attribuée au Baccalauréat. Il a totalisé 762 points, correspondant à 20,32/20 de moyenne générale, à son bac ES. Il y est parvenu en obtenant un 20 dans les cinq matières au coefficient le plus élevé (économie, anglais, allemand, mathématiques et philosophie) et 18 ou 19 partout ailleurs excepté en EPS où il a obtenu 11/20. Ses options étaient Latin, Histoire de l'art et TPE. Sa performance lui a valu les félicitations du recteur.
En 2005, un élève réunionnais obtient son baccalauréat en série scientifique avec la note de 20,3/20. Il reçoit la médaille de la ville de Saint-Denis et celle de l’académie de la Réunion.
Une copie blanche, c'est à dire qu'un zéro est éliminatoire est une croyance répandue parmi les bacheliers, mais totalement fausse[2].

Niveau terminale et bac

Si un lycéen a échoué au bac avec moins de 8/20 de moyenne, il a le « niveau terminale ». S'il a échoué au second groupe d'épreuves (rattrapage), avec une note moyenne au moins égale à 8/20, il a le « niveau bac ».


DAEU A et B

Le diplôme d'accès aux études universitaires (DAEU) s'adresse aux non-bacheliers qui ont interrompu leurs études initiales depuis 2 ans et sont âgés au moins de 20 ans.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyVen 08 Sep 2006, 8:55 pm

Finalement on est en droit de se demander si le baccalauréat est encore utile pour permettre à un lycéen d'accéder à l'université ou dans de hautes écoles puisque seuls trois autres pays de l'Union européenne organisent encore ce genre d'épreuve.
Pourquoi ne pas organiser un examen d'entrée aux universités voire faire de la première année d'université une année éliminatoire plutôt que de dépenser tant d'argent et d'énergie comme en France où le fait de posséder le bac ne vous assure guère d'avoir plus tard un emploi rémunérateur et à la hauteur !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Roy
Grand Maître
Grand Maître
Roy

Masculin
Nombre de messages : 4440
Age : 49
Localisation : Banlieue lyonnaise
Langue : Français
Date d'inscription : 22/06/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 09 Sep 2006, 10:27 am

J'ai effectivement l'impression que le Bac est dévalué, mais il reste tout de même le premier sésam pour la poursuite des études ce qui ne m'empèche pas d'être pour une certaine sélection pour l'entré à l'Université (surtout dans certaines filières).

_________________
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Animation3petitva7
Revenir en haut Aller en bas
http://marcywood.forumpro.fr/
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 09 Sep 2006, 2:14 pm

Mais comment font les autres pays qui se passent fort bien du Bac ?

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Roy
Grand Maître
Grand Maître
Roy

Masculin
Nombre de messages : 4440
Age : 49
Localisation : Banlieue lyonnaise
Langue : Français
Date d'inscription : 22/06/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 09 Sep 2006, 3:29 pm

@Stans a écrit:
Mais comment font les autres pays qui se passent fort bien du Bac ?

J'imagine qu'ils ont d'autres examens plus ou moins équivalent qui valide les études secondaires.

_________________
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Animation3petitva7
Revenir en haut Aller en bas
http://marcywood.forumpro.fr/
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 09 Sep 2006, 3:33 pm

En Belgique on reçoit un simple certificat d'aptitude à suivre l'enseignement universitaire en fin de secondaires. Les sélections se faisant à l'université ou dans les hautes écoles.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Roy
Grand Maître
Grand Maître
Roy

Masculin
Nombre de messages : 4440
Age : 49
Localisation : Banlieue lyonnaise
Langue : Français
Date d'inscription : 22/06/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 09 Sep 2006, 3:37 pm

Pas d'examens avant 17-18 ans ?

_________________
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Animation3petitva7
Revenir en haut Aller en bas
http://marcywood.forumpro.fr/
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 09 Sep 2006, 3:42 pm

Si on en est capable oui ! De toute façon la scolarité est obligatoire jusqu'à 18 ans en Belgique ! docteur

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Peredhil
Membre intéressé
Membre intéressé


Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 50
Localisation : Belgique
Langue : Français, néerlandais
Emploi/loisirs : enseignante
Date d'inscription : 02/05/2009

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptySam 02 Mai 2009, 11:04 pm

Euh ... en fait, si: chaque année à partir de 11 ans (dernière année primaire). Mais seul le premier (CEB) est commun à toute la Communauté française, les suivants dépendent uniquement des enseignants, et donc non pas à deux niveaux, mais à de multiples niveaux et sans valeur de certification, à mon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Ti' Breton
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Ti' Breton

Masculin
Nombre de messages : 1314
Age : 58
Localisation : Antibes
Langue : Français
Emploi/loisirs : Patrimoine culturel
Date d'inscription : 06/12/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyMar 12 Mai 2009, 1:01 pm

Surprenant...Mon Beau-Fils vient de terminer à Liège sa dernière année de secondaire et pour entrer à l'univ' il a du passer deux examens : le premier , fameux certificat de fin d'étude secondaire, et le second, examen d'aptitude pour avoir accès à l'univ...Alors, combien d'exam pour finir ?
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyMar 12 Mai 2009, 1:08 pm

Tu l'as dit en posant ta question : un pour prouver que tu as terminé tes secondaires et un pour prouver que tu es apte à aller à l'université (mais c'est loin d'être aussi exigeant que le bac). Ensuite, tu entres dans l'université de ton choix mais certaines facultés (médecine e.a.) pratiquent le principe du numerus clausus. Maintenant on parle de "master" mais de mon temps tu faisais 2 à 3 années de candidatures avant de faire un nombre variable d'années de licences suivies éventuellement d'années de doctorats pour les plus têtus ! docteur

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Peredhil
Membre intéressé
Membre intéressé


Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 50
Localisation : Belgique
Langue : Français, néerlandais
Emploi/loisirs : enseignante
Date d'inscription : 02/05/2009

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyMar 12 Mai 2009, 2:03 pm

Je ne sais pas si c'est toujours le cas, mais "dans l'temps" ange , la vrai sélection avait lieu en première candi (abandons en cours d'année et durant la session, résultats des examens). Je me souviens old qu'en première candi, le premier jour, le prof nous avait dit: "Regardez bien votre voisin de gauche .... regardez bien votre voisin de droite... L'un de vous trois passera en seconde candi."
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyMar 12 Mai 2009, 4:31 pm

Moi j'ai perdu de vue mes voisins de gauche et de droite ! mdr

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alpaga
Modératrice
Modératrice
Alpaga

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 37
Localisation : Belgique
Langue : français, néerlandais
Emploi/loisirs : badminton, théâtre, cinéma
Date d'inscription : 11/03/2006

L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français EmptyMer 13 Mai 2009, 10:18 pm

@Peredhil a écrit:
Je ne sais pas si c'est toujours le cas, mais "dans l'temps" ange , la vrai sélection avait lieu en première candi (abandons en cours d'année et durant la session, résultats des examens). Je me souviens old qu'en première candi, le premier jour, le prof nous avait dit: "Regardez bien votre voisin de gauche .... regardez bien votre voisin de droite... L'un de vous trois passera en seconde candi."

Tous ces discours se disent encore actuellement dans nos universités et Hautes Ecoles !

_________________
Etre entièrement libre et en même temps dominé par la loi, c'est l'éternel paradoxe de la vie humaine.[Oscar WILDE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty
MessageSujet: Re: L'histoire du baccalauréat pour les non-Français   L'histoire du baccalauréat pour les non-Français Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire du baccalauréat pour les non-Français
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Éducation-
Sauter vers: