FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Paul Léautaud

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Paul Léautaud Empty
MessageSujet: Paul Léautaud   Paul Léautaud EmptyLun 18 Sep 2006, 10:14 am

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_L%C3%A9autaud

Citation :
Paul Léautaud est un écrivain français, né à Paris, France le 18 janvier 1872, vécut à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), mais il s'est éteint à la clinique de la Vallée aux Loups à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) le 22 février 1956 à l'âge de 84 ans.

Biographie

Il naît d'un père comédien puis souffleur vingt-trois années à la Comédie française. Cinq jours après l'accouchement, il est abandonné par sa marâtre, une des « compagnes temporaires » du géniteur. Le petit Paul acquiert très tôt le sens de l'indépendance et possède une clef du domicile à l'âge de cinq ans.

Dans son adolescence, il se lie d'amitié avec Adolphe Van Bever. Leur passion commune de la poésie les conduira à publier en 1900 l'anthologie Poètes d'aujourd'hui.

A vingt ans, il découvre Henry Beyle alias Stendhal. Cette rencontre littéraire demeurera comme une étape essentielle dans sa constitution d'écrivain. Il débute cette même année son Journal littéraire qu'il tiendra soixante-trois ans, témoignage essentiel sur l'homme qu'il était et panorama monumental et hautement subjectif sur la première moitié du vingtième siècle et le microcosme littéraire d'alors.

Misanthrope à la trogne voltairienne, d'une efficacité incisive dans son écriture, il fait le choix d'une existence retranchée, bien que toujours en contact avec les gens essentiels du microcosme littéraire (il compte parmi ses amis Guillaume Apollinaire, Paul Valéry et André Gide).

Sous le pseudonyme de Maurice Boissard, Léautaud devient en 1905 critique dramatique au Mercure de France, puis à la Nouvelle Revue française et aux Nouvelles littéraires. « Tranchant sur l'ordinaire » (expression de son cru) il confirme son attitude face au monde et les axes premiers de sa nature et de sa pensée. L'auteur du Petit ami concilie un retranchement forcené dans sa demeure de Fontenay-aux-Roses (à partir de 1911) entouré de chiens et de chats, et une fréquentation du monde culturel, toujours empreinte d'une distance cynique.

Pour assumer son minimum vital, il travaille trente-trois ans comme secrétaire général du Mercure de France. Sa popularité ne se manifestera que sur le tard, en 1950, grâce aux interviews radiophoniques de Robert Mallet. A quatre-vingts ans sa verve et ses indignations, portées par une voix aux timbres singuliers, sont plus puissantes que jamais. Il s'éteint dans son sommeil à la Vallée-aux-Loups, maison de repos sise sur l'ancien domaine de Chateaubriand où il logeait depuis un mois.

Léautaud est un aristocrate par l'esprit, dans sa certitude de lui-même, par une pratique tous azimuts d'une lucidité souvent caustique, par une fidélité sans faille à sa manière d'être et de penser. Alfred Vallette, directeur du Mercure, l'un des hommes à l'avoir le plus cotoyé, lui déclare en 1924, « Au fond vous êtes un aristocrate. Tous vos faits et gestes, vos façons d'agir, le prouvent. » Son parti-pris de la subjectivité en toute chose se concilie sans peine avec une efficacité reconnue de la plume et du verbe. Il est un parangon de l'aristocratisme en solitaire, sans quête du pouvoir, misanthrope attentif de ses contemporains, écrivain par plaisir.

Sa conception du style littéraire en quelques citations [modifier]
"Se surveiller, être conscient, toujours.
Se défier du style de Renan, de tous les styles dits grands styles. Ne pas faire de phrases faciles, fades. Au contraire des phrases dures, sèches, même rudes. Une harmonie se dégagera aussi de ces phrases. Simplifier sans cesse. Le moins possible d'épithètes. Une phrase tendre et chantante par-ci par-là, comme un sourire voilé, atténuera." (Journal littéraire (JL) Vol. I, 4 septembre 1898).

"La phrase doit être entière, d'une seule ligne, je veux dire non coupé par des point et virgule, ponctuation qui ne correspond à rien : autant commencer une autre phrase.
S'appliquer aux phrases longues, qui permettent seules l'harmonie." (JL Vol. I, 2 juillet 1899).

"On ne me comprendra pas quand je reproche à certains styles de n'avoir rien de tremblant...
Et puis, l'insupportable ennui que dégage la perfection... Tandis que... La négligence, une certaine négligence est un grand principe, motif, d'art." (JL Vol. I, 18 mars 1901).

"Si j'ai une chose à dire, la périphrase m'agace, me paraît ridicule, je préfère l'expression nette. J'ai à écrire par exemple qu'une femme s'est branlée. Va-t-on exprimer cela par : elle se caressa intimement... ou : elle promena un certain temps un de ses doigts... c'est puéril et ça ne veut rien dire. Le verbe masturber ? C'est presque vouloir faire de l'effet, et c'est ce qu'il faut surtout éviter, l'effet, quand on écrit des choses vives et réellement arrivées, et qu'on ne veut surtout que raconter. Donc, mettre : elle se branla c'est ce qui me paraît le mieux." (JL Vol. I, 11 février 1906).
"Le vrai talent littéraire, c'est d'écrire des livres comme on écrit des lettres, absolument. Tout ce qui n'est pas cela n'est que pathos, pose, rhétorique, enflure. Se laisser aller, ne pas chercher ses phrases, se moquer des négligences de style même, le ton de sincérité et de naturel y gagnera." (JL Vol. I, 22 janvier 1906).
"Je pense, depuis quelques jours, que Rousseau et après lui ont fait beaucoup de mal à la littérature. C'est d'eux que nous viennent tous nos phraseurs. Ils ont ôté le naturel dans le style comme dans les sentiments. Ils ont créé une pose, une attitude aussi bien de forme, d'expression, que d'esprit. Il est peut-être vrai qu'ils ont créé certains sentiments, certains états d'âme , comme disent les beaux parleurs. (...) Leur influence agit sur nous à travers d'autres écrivains. Cela n'empêche pas de se rendre compte et de regretter ce qu'ils nous ont fait perdre de naturel, de simplicité, d'aisance, de bonhommie.
Je veux dire exactement : la tragédie, la tragédie de Corneille et de Racine, surtout, a abîmé notre théâtre en y introduisant la déclamation. Eh ! bien Rousseau et Chateaubriand ont abîmé notre littérature en y introduisant la déclamation. Un écrivain qui déclame, rien n'est plus méprisable." (JL Vol. III, 11 août 1913).

"Cette manière de jugement sur les livres qui sont mal écrits est décidément commune à beaucoup de gens lettres. (...) Dès qu'on ne fait pas de phrases cadencées, à épithètes choisies, bien ronronnantes, on écrit mal. Le style spontané, primesautier, abandonné, est pour eux sans saveur. Il leur faut les lards." (JL Vol. X., 23 février 1934).
"Il n'y a pas à dire, quand on écrit quelque chose, pour le publier sitôt achevé, il se crée en soi, malgré soi, si porté qu'on soit à la simplicité et au naturel, une certaine pose, je ne trouve pas de meilleur mot, qui vous fait faire des phrases et du style." (JL Vol. XI, 11 janvier 1937).
"Etre un écrivain, c'est révéler dans ses écrits un homme, un caractère, un esprit, des qualités ou des défauts, des facultés d'observation, de jugement, de progrès, c'est témoigner d'une personnalité petite ou grande, plaisante ou déplaisante, il n'importe. C'est aussi avoir un style à sa ressemblance, qui fait qu'on reconnaît l'auteur sans voir sa signature, ce n'est pas être un faiseur de romans ou tous autres travaux destinés à payer son loyer." (JL Vol. XII, 22 mai 1939).

Oeuvres

1903 : Le Petit ami
1926 : Le Théâtre de Maurice Boissard : 1907-1923
1928 : Passe-Temps
1942 : Notes retrouvées (Imprimerie de Jacques Haumont, Paris) : « Lundi 25 Août 1941. En triant de vieux papiers, je retrouve une série de notes que j'avais bien oubliées. Je ne sais plus si je les ai utilisées, ni si elles se trouvent à leur place dans mon "Journal". Je les regroupe ici par ordre de dates (de 1927 à 1934). »
1943 : Le Théâtre de Maurice Boissard - 1907-1923 - avec un supplément
1951 : Entretiens avec Robert Mallet
1954 à 1966 : Journal littéraire 19 volumes
1956 : In Mémoriam
1956 : Lettres à ma mère
1958 : Amours
1958 : Le Théâtre de Maurice Boissard : 1915-1941 (tome 2)
1959 : Bestiaire
1963 : Poésies
1964 : Le Petit ouvrage inachevé
2001 : Correspondance de Paul Léautaud. Tome 1, 1878-1928 recueillie par Marie Dormoy
2001 : Correspondance de Paul Léautaud. Tome 2, 1829-1956 recueillie par Marie Dormoy

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Paul Léautaud Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
Paul Léautaud
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Théâtres, spectacles, littérature, poésie, beaux-arts, photographie, architecture, BD, mangas, tourisme, sport, divers :: Littérature, poésie-
Sauter vers: