FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La dépression nerveuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

La dépression nerveuse Empty
MessageSujet: La dépression nerveuse   La dépression nerveuse EmptyMer 20 Sep 2006, 8:39 am

Source : http://www.medecine-et-sante.com/maladiesexplications/depressionnerv.html

Citation :
LA DEPRESSION NERVEUSE

Maladie à la mode, ou conséquence d'une certaine société, il n'en reste pas moins qu'elle est très fréquente et sous diagnostiquée.
Cependant, ce terme de dépression est utilisé souvent trop facilement, soit par excès (« ça fait bien » dans certains milieux) soit par défaut (diagnostic d'une autre maladie psychiatrique non fait ou caché).

Le diagnostic de dépression répond à un ensemble de signes bien établis (voir notre test). Ces symptômes doivent durer depuis plus de 15 jours et induire une altération du fonctionnement social, professionnel et/ou familial.
La femme est plus souvent touchée que l'homme.

Les signes :

-tristesse, pessimisme.
-perte de toute motivation, désintérêt généralisé
-diminution de la libido, disparition des sensations de plaisir
-perturbation de l'appétit : anorexie ou boulimie.
-inhibition physique : tout effort devient une difficulté. Sensation de fatigue extrême, plus importante le matin que le soir
-inhibition intellectuelle : concentration difficile, indécision, difficultés de mémorisation
-troubles du sommeil : insomnie du petit matin (contrairement au malade simplement anxieux qui aura du mal à s'endormir) ou au contraire hypersomnie (augmentation de la durée du sommeil habituelle ou(et) endormissement dans la journée).
-dévalorisation de soi : sentiment d'inutilité, de culpabilité.
-pensées de mort : au pire, la mort devient le seul moyen d'échapper à ce mal être d'où l'apparition d'idées suicidaires.
-la dépression peut aussi être masquée: cela va se traduire par des douleurs diverses souvent variables dans leur topographie d'un jour à l'autre, ou par des troubles digestifs, etc... surtout ces troubles sont fonctionnels (ne correspondent à aucune lésion d'organe) et sont rebelles aux traitements.

Les risques de tentative de suicide :

Ils sont réels : 10 000 morts par an en France. Les tentatives ratées sont beaucoup plus nombreuses ; même si elles correspondent souvent à un appel à l'aide, elles risquent toujours de mal finir.
On les craindra surtout chez
-le sujet inactif, surtout entre 30 et 50 ans.
-l'adolescent désirant fuir le milieu familial.
-le patient décrivant le scénario de son suicide.
Et si le malade a le sentiment d'être coupé du monde, de ne plus être aimé, d'être rejeté socialement.
Ou s'il existe une négligence physique récente

Les causes :

Il s'agit d'une maladie à part entière qui peut toucher n'importe qui. Les causes ne sont pas totalement élucidées mais le rôle des neuro-médiateurs est certain (substances chimiques à la base du fonctionnement des cellules nerveuse du cerveau)
Elle est favorisée par une névrose antérieure, les facteurs environnementaux.
Elle peut être due à certaines maladies (hypothyroïdie, maladie de Parkinson) ou à certains médicaments (méthyldopa, clonidine, neuroleptiques, ...)

On distingue deux types de dépression :
- la dépression réactionnelle :
Elle fait suite à un événement malheureux (deuil, chômage, divorce, etc...) qui, au lieu d'engendrer une tristesse normale va aboutir, à une vraie dépression.
- la dépression endogène :
On ne retrouve aucune cause extérieure, le malade lui-même reconnaît avoir tout pour être heureux, mais ce constat reste sans influence sur son état. Le traitement de cette forme sera plus difficile et plus long.

Il existe aussi deux autres formes de dépression moins fréquentes :
- le baby blues de la jeune accouchée qui serait dû aux perturbations hormonales qui suivent l'accouchement
- la dépression saisonnière : d'individualisation très récente, c'est une dépression uniquement hivernale, d'autant plus fréquente que le pays est nordique. Elle pourrait toucher des gens travaillant dans des lieux peu éclairés...
Le traitement : exposition à la lumière: 2.500 lux pendant 2 heures, par périodes de 15 jours (non remboursée), ou voyage au soleil (onéreux !!).

Le Traitement :

*Psychothérapie de soutien :
entretiens réguliers avec le patient pendant la période difficile, on lui dit qu'il s'agit d'une maladie et pas d'un problème de volonté, etc...

*Thérapie cognitivo-comportementale :
-analyse des pensées négatives à remplacer par des pensées positives.
-renforcement de l'estime de soi.

* Les médicaments antidépresseurs :
Ils sont devenus le traitement de base car efficaces et beaucoup mieux tolérés tant sur le plan physique (effets secondaires) que psychologiques, la médiatisation de la maladie fait que le malade a conscience de la nécessité de se soigner et n'a plus honte de sa dépression.
Les antidépresseurs sont nombreux, ils ont leurs indications et contre-indications, d'où la nécessité de consulter votre médecin pour leur prescription et leur surveillance.

Ce qui est important de comprendre :
On ne peut juger de l'efficacité ou non du médicament qu'au bout de 3 à 4 semaines.
Le traitement devra être maintenu au moins 6 mois après la guérison.
La durée moyenne d'un épisode dépressif est de 3 ans

Schématiquement :
On commence par un sérotoninergique : fluoxétine, paroxétine, sertraline, fluvoxamine, citalopram, etc...
Puis en cas d'échec un noradrénergique : miansérine à doses progressives (sédatif).
Puis en cas d'échec un tricyclique : clomipramine, amitryptilline, etc
Puis en cas d'échec un IMAO : moclobémide 150 à doses progressives (attention, maniement délicat)

Livres grand public concernant la dépression:

-La dépression fin du tunnel, de Pierre Deniker - Plon.
-Je suis déprimé mais je me soigne, de Henri Lôo et Henri Cuche - Fixot.
-Le 36e en dessous, de Pierre Daninos - Hachette.
-Face aux ténèbres, de William Styron - Gallimard.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
La dépression nerveuse Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

La dépression nerveuse Empty
MessageSujet: La dépression nerveuse   La dépression nerveuse EmptyMer 20 Sep 2006, 9:48 am

Source : http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/2006/09/19/article_un_nouvel_espoir_dans_le_traitement_de_la.shtml

Citation :
Un nouvel espoir dans le traitement de la dépression

mardi 19 septembre 2006, 09:55

Citation :
Des souris qui résistent à la dépression: ce résultat spectaculaire, obtenu par des chercheurs dans le sud de la France en supprimant un gène chez les rongeurs, ouvre la voie à de nouvelles formes de traitement de la maladie.Les souris auxquelles on a retiré ce gène vivent, se nourrissent et se reproduisent normalement. Quand on les soumet à des essais qui miment la dépression humaine, on constate qu'elles résistent à différents types de stress, de la même façon que si elles étaient sous antidépresseur", explique Michel Lazdunski, qui dirige l'équipe de recherche de l'Institut de pharmacologie moléculaire de Sophia Antipolis (Université de Nice) à l'origine de la découverte. Ses travaux sont parus le 9 septembre dans la revue américaine Nature Neurosciences.
Parmi les tests significatifs, on observe qu'une souris placée en état dépressif et plongée dans l'eau, élément qu'elle n'apprécie guère, finira par se résigner, se désespérer et s'immobiliser. Des souris sous antidépresseurs, ou auxquelles les chercheurs enlèvent ce gène, continuent de lutter.

Le gène en question correspond au canal ionique TREK-1 présent dans toutes les régions du cerveau impliquées dans la dépression. "Un canal ionique est un micro générateur qui crée les signaux électriques par lesquels les cellules nerveuses communiquent entre elles. Il y a des milliers de canaux ioniques par cellule. Ils sont la base de notre ordinateur personnel", décrit le professeur Lazdunski, dont le laboratoire est spécialisé dans l'étude de ces canaux.
La découverte du gène de TREK-1 impliqué dans le mécanisme de la dépression permet de désigner une cible nouvelle pour la recherche de traitements contre la maladie. "Les antidépresseurs utilisés actuellement ne sont efficaces que sur environ deux tiers des patients, poursuit Michel Lazdunski. Dans l'idéal, un nouveau médicament pourrait donc soulager davantage de gens, mais aussi agir plus rapidement que les antidépresseurs déjà connus, avec une prise moins longue dans le temps, tout en prévenant les rechutes".
Environ 20% des femmes et 10% des hommes font au moins une fois dans leur vie une dépression qui nécessite un traitement médical. Les chercheurs savent désormais qu'il peut exister chez certains patients une prédisposition génétique sur laquelle vient se greffer un stress extérieur (deuil, divorce, chomage, etc) qui déclenche la maladie. "Bien sûr, explique le chercheur, il n'est pas question de trouver une application à cette découverte en manipulant les gènes humains et en supprimant le gène de TREK-1 chez l'homme. On peut en revanche imaginer un nouveau médicament qui, en bloquant ce canal ionique, mimerait ce qui se produit dans l'élimination génétique".
Un piste que ne devraient pas manquer d'exploiter les laboratoires pharmaceutiques, alors que le marché des antidépresseurs représente actuellement "au moins 10 milliards d'euros par an dans le monde".
(d'après AFP)

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
La dépression nerveuse Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
nonauxbenzos
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 34
Localisation : Lille
Langue : française
Emploi/loisirs : néant
Date d'inscription : 28/08/2012

La dépression nerveuse Empty
MessageSujet: Re: La dépression nerveuse   La dépression nerveuse EmptySam 27 Oct 2012, 9:47 pm

Les dépressions sont, hélas, très souvent iatrogène (provoquées par le médecin) :

http://depression.sosblog.fr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La dépression nerveuse Empty
MessageSujet: Re: La dépression nerveuse   La dépression nerveuse Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La dépression nerveuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Santé, maladies, handicaps, mort, ... :: Psychiatrie, toxicomanie et paramédical-
Sauter vers: