FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Benito MUSSOLINI

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptySam 04 Nov 2006, 3:07 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mussolini

Citation :
Benito Amilcare Andrea Mussolini dit Il Duce (le chef) (né le 29 juillet 1883 à Predappio, mort le 28 avril 1945 à Mezzegra) est un journaliste, homme politique et Président du Conseil italien. La politique fasciste qu'il initia fit de son pays une dictature totalitaire de 1922 à 1943.

Une origine modeste

Benito Mussolini est issu d'une famille modeste : son père, Alessandro Mussolini est forgeron, militant socialiste et a ouvert un petit débit de boissons tandis que sa mère, Rosa Maltoni, est institutrice. Il baigne dans la double culture socialiste qui lui vient de son père (son prénom, Benito lui a été donné en hommage au révolutionnaire mexicain Benito Juarez) et catholique traditionnelle : il va à l'école chez les Salésiens de Faenza. C'est un élève turbulent, voire violent : il manque de peu le renvoi en 1893 lorsqu'il blesse un de ses camarades avec un couteau. En 1895, il entre à l'école normale de Forlimpopoli et devient instituteur.

En 1900, il adhère au Parti socialiste italien et en préside la section locale. Fuyant le service militaire, il s'expatrie en Suisse en 1902 où il perfectionne ses connaissances idéologiques syndicalistes révolutionnaires. En 1904, il en est expulsé à la suite de certaines de ses menées d'extrême gauche.

Benito MUSSOLINI Mussolininw5


De l'activisme révolutionnaire à l'alliance nationaliste

De retour en Italie, il doit effectuer son service militaire parmi les bersagliers avant de se retrouver quasi vagabond, vivant de petits métiers (maçon, etc.), puis obtient un poste de professeur de français à Forli. C'est alors que son audience grandit au sein du Parti socialiste, tendance révolutionnaire. Violemment opposé à la guerre de colonisation de la Libye (1911-1912), il mène la destruction des voies de la gare de Forli contre le départ des troupes pour l'Afrique. Cela lui vaut six mois d'emprisonnement. À sa sortie, il prend la tête du journal du Parti socialiste italien Avanti ! en 1913. D'abord fermement pacifiste, il s'oppose à l'entrée en guerre de l'Italie avant de changer radicalement de position dans un article de l'Avanti ! : il préconise une politique militariste en 1914 et est favorable à l'entrée en guerre de l'Italie en 1915 aux côtés de l'Entente. Il crée les Faisceaux de combat, futur noyau de son Parti national fasciste, le 23 mars 1919. À partir de cet instant sa vie est liée à l'évolution de son parti. Les faisceaux de combat sont un amalgame de syndicalisme révolutionnaire dont Benito Mussolini était lui-même proche et de nationalistes déçus par la non-satisfaction de certaines revendications territoriales à la fin de la guerre, notamment de Fiume où Gabriele D'Annunzio s'est illustré en vain.

La prise du pouvoir et la mise en place de la dictature de Mussolini

De 1919 à 1922, l'Italie est secouée par une grave crise sociale, économique voire politique. Mussolini l'exploite en brisant les grèves et les syndicats par la violence : il se fait ainsi connaître et bien voir par les milieux d'affaires et le patronat (Confindustria et Confagricoltura). Il utilise pour cela des squadre (escouades), sortes de milices, issues en grande partie des rangs des arditi (venant des troupes d'élite démobilisées en 1918) nationalistes, dont l'uniforme est la chemise noire — qui deviendra un des symboles du fascisme. Le roi d'Italie Victor-Emmanuel III lui confie le gouvernement à la suite d'un ultimatum demandant le pouvoir, appuyé par la mobilisation des Fasci. La "Marche sur Rome" du 30 octobre 1922 n'aura donc pas été, formellement, un coup d'État mais bien un défilé de victoire pour Mussolini et le Parti national Fasciste. Mussolini prend donc le pouvoir le 29 octobre 1922. Jouant habilement de mansuétude et de menaces, Mussolini installe progressivement l'appareil fasciste dans le pays et ce malgré l'assassinat du député socialiste Giacomo Matteotti, qui l'accusait, preuves à l'appui, de violences et de malversations, ce qui eut un profond retentissement. En effet, d'abord dictateur « légal », allié dans un premier temps aux forces politiques traditionnelles (des libéraux de Giolitti et de Nitti aux nationalistes en passant par les « populaires » catholiques de Don Sturzo), Mussolini élimine toute opposition en étant à l'origine et en laissant se développer une violence généralisée qu'il se fait fort ensuite de contenir : ses adversaires sont dûment battus à coups de gourdins (quand on ne les force pas à boire de l'huile de ricin). Par une loi électorale anti-démocratique, il obtient aux élections de 1924 la majorité absolue au Parlement. Il en profitera, une fois passés les remous de l'affaire Matteotti, pour faire voter les « lois fascistissimes » élaborées par son ministre de la Justice Rocco (1925-1926), fondant un régime totalitaire.

Une politique totalitaire

Benito MUSSOLINI Benitomussolinitd3


La politique de Mussolini dénote une « volonté de fascisation des esprits, de transformation globale de la société et de création d'un homme nouveau. » (P. Milza, S. Berstein). Il fonde tout d'abord les faisceaux de combat en 1919. Il s'agit donc d'une politique totalitaire.

Dès 1920, les squadritis sont financés par les grands industriels italiens. De plus, le Vatican favorise le ralliement des chrétiens au mouvement fasciste Italien. Son instrument essentiel est le Parti National Fasciste (PNF) fondé en 1921, devenu parti unique. Son instance suprême, le Grand conseil du fascisme, s'est substitué à la direction de l'État, le Parlement devenant une simple chambre d'enregistrement et le gouvernement un exécutant des décisions prises par le Grand conseil et Mussolini.

Cette prépondérance du parti fasciste se double du culte voué à la personnalité de Mussolini dont témoignent les slogans du régime (« Mussolini ha sempre ragione », « Mussolini a toujours raison »). Le Duce (chef) utilise les médias (radio, cinéma d'actualités, journaux...) pour se mettre en scène : discours spectaculaires, films le montrant en train de moissonner, etc.

Dans le même temps, la société toute entière est fascisée : les programmes scolaires sont révisés, les loisirs sont encadrés (les vacances et les voyages des ouvriers sont pris en charge par des organisations parallèles du parti fasciste), la jeunesse est enrégimentée dans l'ONB (Opera Nazionale Balilla) : fils de la louve dès 4 ans, Balilla à 8 ans, avanguardisti à 14 ans. On y apprend la vie en collectivité mais aussi le maniement des armes et la discipline militaire, à côté de cours théoriques sur le fascisme. Afin de pouvoir s'appuyer sur les masses catholiques et, surtout, la hiérarchie ecclésiastique du pays, Benito Mussolini signe les accords du Latran en 1929, mettant fin à la question romaine, accordant au pape un État, le Vatican, et un statut de chef d'État.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Benito MUSSOLINI Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptySam 04 Nov 2006, 3:08 pm

Citation :
Une politique étrangère d'abord hésitante puis belliqueuse

Dans les années 1920, Mussolini joue un jeu d'alliances assez classiques avec le Royaume-Uni Austen Chamberlain). il cherche à accroître l'influence de son pays dans les Balkans et en Europe danubienne : il revendique et finit par obtenir le rattachement de Fiume à l'Italie, au détriment de la jeune Yougoslavie (traité de Rome, 1924) ; il fait de l'Albanie un protectorat de fait (traité « d'amitié et de sécurité » signé à Tirana en 1926) ; il noue des liens avec l'Autriche, la Hongrie, la Roumanie.

Mais un autre de ses objectifs est de faire admettre l'Italie dans le cercle des grandes puissances coloniales : implantation en Libye qu'il « pacifie » après une répression violente et des déplacements de population, rapprochement avec l'Éthiopie à partir des possessions de Somalie et d'Érythrée et dont il essaie de faire un protectorat. Devant les résistances du roi d'Éthiopie (le Négus, Haïlé Sélassié) et suite à un incident de frontière, il attaque l'Éthiopie en 1935 (voir Guerre d'Éthiopie). Mais la victoire est longue à se dessiner malgré l'écrasante supériorité militaire des Italiens. Le 3 mai 1936, les troupes italiennes entrent cependant à Addis-Abeba, effaçant ainsi la défaite d'Adoua. C'est alors l'apogée du fascisme italien. Ailleurs en Europe, d'autres partis fascisants voient le jour, notamment le Parti populaire français de Jacques Doriot en 1936.

Une des conséquences de la guerre d'Éthiopie est d'éloigner les grandes démocraties occidentales de l'Italie et de forcer Mussolini à se rapprocher de l'Allemagne nazie. En effet, Mussolini, d'abord plus que méfiant vis à vis d'Hitler, se heurte à l'opposition de la France et du Royaume-Uni. Il change sa diplomatie européenne, abandonne ses vues sur l'Europe danubienne qui devient une « chasse gardée » d'Hitler, l'Italie se voulant héritière de l'Empire romain et donc orientant sa politique vers le bassin méditerranéen. L'« Axe Rome-Berlin » se dessine en 1936. C'est ainsi que Mussolini laisse Hitler annexer l'Autriche (Anschluss, mars 1938) qui fait pourtant de l'Allemagne un voisin inquiétant pour l'Italie. De même, il soutiendra Hitler lors de la conférence de Munich où il feint d'être neutre : Hitler peut ainsi s'emparer de la Tchécoslovaquie.

Afin de ne pas être en reste dans une sorte de belliqueuse compétition avec le IIIe Reich, Mussolini annexe l'Albanie (avril 1939). Mais il renâcle à s'engager plus avant aux côtés de l'État nazi : son pays n'est pas prêt à la guerre qu'Hitler a déjà programmée. Aussi n'entre-t-il dans le second conflit mondial que le 10 juin 1940, alors que la bataille contre la France est déjà gagnée par l'Allemagne.

Son engagement dans la guerre est un fiasco : il envahit la Grèce en 1940 depuis l'Albanie mais son armée est repoussée par les Grecs : Mussolini doit demander de l'aide à l'Allemagne. De même, en Libye, son armée est défaite par les Britanniques, précipitant l'Allemagne dans une guerre africaine où elle laissera beaucoup de forces. Peu à peu, l'Italie devient vassale de l'Allemagne nazie.

La fin du régime et de Mussolini

En 1943, les Alliés attaquent la Sicile puis le sud de l'Italie, Mussolini est renversé puis emprisonné, mais il est libéré par un commando SS. Il installe la République sociale italienne dite République de Salò dans le nord de l'Italie où il organise une sanglante répression. Alors qu'il tente de fuir en Suisse, déguisé en soldat allemand, il est reconnu et capturé le 26 avril 1945 par des partisans italiens dans le village de Dongo. Ceux-ci livrèrent Mussolini et sa maîtresse Clara Petacci, à un officier communiste des Volontaires de la liberté, le Colonel Valerio (de son vrai nom Walther Audisio). Celui-ci, après un simulacre de procès exécuta de sa main, le Duce et sa compagne (selon ses propres aveux, thèse qui n'a jamais put-être confirmée), à Giulino di Mezzegra. Puis Valerio retourna ensuite à Dongo où il fit fusiller 15 autres hiérarques du régime (dont 5 ministres), le 28 avril 1945. Par la suite, une foule déchainée s'empara de leurs cadavres qui furent traînés jusqu'à la place Loreto à Milan et y furent pendus par les pieds à la façade d'une garage automobile. Le corps du Duce connaîtra un sort des plus mouvementés. Dans un premier temps enterré à la sauvette, le cadavre fut volé par des nostalgiques du fascisme, puis restitué après d'obscures tractations. Rendu à sa famille, Mussolini fut enfin officiellement inhumé dans le caveau familial, à Predappio.

Famille

Officiellement, Mussolini était marié civilement depuis 1915 (puis religieusement en 1925) à Rachele Guidi avec laquelle il aura 5 enfants dont :
une fille, Edda, née en 1910, la future épouse du Comte Ciano
un fils Romano (le père d'Alessandra Mussolini qui est actuellement députée au Parlement européen).

Adepte de l'union libre il exalte la famille traditionnelle, n'hésitant pas à sacrifier ses proches.

Ainsi, au milieu des années 1910, Mussolini rencontre Ida Dalser (originaire du village de Sopramonte, près de Trente), alors qu'il a déjà une liaison avec Rachele et une fille de cette dernière, Edda. En 1915, Ida Dalser lui donne un fils, Benito Albino, qu'il accepte de reconnaître. Cependant, la même année, il finit par abandonner Ida et son fils pour se marier avec Rachele. Ida tente alors désespérement de faire valoir ses droits. Pour tenter de la réduire au silence, Mussolini cherche à soustraire l'enfant à sa mère. Pour y parvenir, il essaye en vain à faire emprisonner Ida Dalser en raison de sa nationalité autrichienne (un "corbeau" l'ayant accusée d'espionnage), alors que l'Italie est engagée contre Vienne dans le premier conflit mondial. Mais arrivé au pouvoir en 1922, plus rien ne lui résiste. Ida est internée dans un asile d'aliénés dès 1926 où elle meurt onze ans plus tard, d'une hémoragie cérébrale. À ce moment c'est Albino devenu entre-temps télégraphiste dans la marine de guerre italienne, qui est à son tour interné et décède en 1942.

Citations

« Les notions de citoyen et de soldat sont inséparables »
« Il y a des libertés : la liberté n'a jamais existé »
« Je suis réactionnaire, antiparlementaire, antisocialiste et antidemolibéral ! »
« Nous avons été les premiers à affirmer que plus les formes de civilisation sont compliquées, plus la liberté individuelle doit être restreinte »

Œuvres

" Mussolini : Sa peur de son pire ennemi l'Albanie (Volume 2-Les gangsters)
Giovanni Huss il veridico (1913) ;
Vita di Arnaldo (1932) ;
Hundert tage (Campo di Maggio), Berlin, Paul Zsolnay Verlag (1933) Avec FORZANO G. ;
Scritti e discorsi (1934-40, 13 vol.) ;
Parlo con Bruno (1941).

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Benito MUSSOLINI Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alexis
Modérateur
Modérateur
Alexis

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Re: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptySam 04 Nov 2006, 4:00 pm

C'est en partie grâce à lui que Hitler a perdu le second conflit mondial. rabbit

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Re: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptySam 04 Nov 2006, 8:59 pm

Surtout avec ses guerres ratées de Grèce et d'Albanie !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Benito MUSSOLINI Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Re: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptyLun 08 Oct 2007, 10:54 pm

Par contre il faut lui imputer le génocide des Éthiopiens gazés au gaz moutarde !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Benito MUSSOLINI Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Sheriff O'Braddy
Membre régulier
Membre régulier
Sheriff O'Braddy

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 45
Localisation : Top Secret - Classified -
Langue : français, anglais, allemand, espagnol
Date d'inscription : 25/09/2007

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Re: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptyMar 09 Oct 2007, 12:43 am

Et si Benito Mussolini l'avait emporté avec l'aide d'Hitler, nous serions aujourd'hui a vanter les mérites et les louanges du fascisme. C'est drôle l'Histoire ...

Mais en quoi la démocratie est-elle un régime plus louable qu'un autre ?

_________________
"La loi doit avoir autorité sur les hommes, et non les hommes sur la loi." - Pausanias.

Benito MUSSOLINI Star
Revenir en haut Aller en bas
http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Re: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI EmptyMar 09 Oct 2007, 6:53 am

Du temps des Grecs seuls les citoyens pouvaient se targuer d'être démocrates ! Les esclaves devaient la boucler !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Benito MUSSOLINI Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




Benito MUSSOLINI Empty
MessageSujet: Re: Benito MUSSOLINI   Benito MUSSOLINI Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Benito MUSSOLINI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Histoire : de la préhistoire à nos jours :: Les 20e et 21e siècles-
Sauter vers: