FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Pie XII et la désinformation

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyLun 29 Jan 2007, 9:53 pm

Source : http://perso.orange.fr/radix.ecclesiae/inf.desinfo.pie12.html

Document fourni par : http://www.de-ecclesia.com

Citation :
PIE XII ET LES JUIFS


La vérité "oubliée" par les médias...

Origine de la "légende noire" sur Pie XII

Rien d'autre qu'une pièce de théâtre du dramaturge allemand d'extrême gauche Rolf Hochhuth, "Le Vicaire", écrite en 1959 et publiée en 1963, répandue avec le soutien de... Costa Gavras, qui en tirera son film "Amen", insulte quasi raciste à l'égard de l'Eglise.

Pourtant, le Saint-Office avait publié, en 1928 - donc avant la pièce ! - une condamnation claire et nette de l'antisémitisme. Certains, aujourd'hui, veulent faire croire qu'il a fallu attendre le Concile de Vatican II pour entendre l'Eglise s'élever contre l'antisémitisme. On voit aisément que cette critique est faite de mauvaise foi.

Un exemple de mensonge professionnel parmi d'autres...

On aura vu fleurir les initiatives médiatiques pour salir la mémoire de Pie XII. Comme toujours, leurs auteurs sont incapables de prouver la valeur de leur recherche historique...

La plus belle preuve de mensonge médiatique s'obtient aisément en comparant deux éditoriaux du New York Times :

25 décembre 1942 : "La voix de Pie XII est bien seule dans le silence et l’obscurité qui enveloppe l’Europe ce Noël... Il est à peu près le seul dirigeant restant sur le Continent européen qui ose tout simplement élever la voix"

18 mars 1998 : "Une enquête complète sur la conduite du pape Pie XII est nécessaire... Il revient maintenant à Jean Paul II et à ses successeurs de franchir un nouveau pas vers la pleine reconnaissance de la faillite du Vatican à s’opposer correctement au mal qui a balayé l’Europe".

Oui, certainement, ce ne sont pas les mêmes journalistes qui ont écrit ces deux éditoriaux. Mais si les deux savent écrire, on peut en tout cas vérifier que le second ne sait pas lire. Dommage, pour un journaliste !

Autre exemple lamentable, celui du journaliste anglais John Cornwell, auteur de "Le pape de Hitler. Histoire secrète de Pie XII", qui a prétendu proposer par cet ouvrage la "première approche scientifique de Pie XII" (Sunday Times du 12 septembre 1999), et avoir été le premier et le seul à accéder aux Archives Vaticanes de la Secrétairerie d'Etat de Sa Sainteté dans le courant de l'année 1997.
Problème pour Cornwell : la présentation qu'il fait de sa visite est non seulement niée par une note du Saint-Siège (Documentation Catholique n°2216), mais aussi par d'autres historiens.

En effet de nombreuses personnes ont effectué cette visite avant lui, dont Madame Emma Fattorini qui avait publié cinq ans auparavant "L'Allemagne et le Saint-Siège. La nonciature de Pacelli entre la grande guerre et le République de Weimar" aux éditions Il Mulino. Donc l'ouvrage de Cornwell ne constitue certainement pas la "première" approche scientifique de Pie XII !
Mais John Cornwell aura menti deux fois. En affirmant de surcroît qu'il avait effectué un travail de recherche sur Pie XII, il a soigneusement omis de préciser que ses investigations avaient porté uniquement sur les périodes 1913 - 1915 et 1918 - 1921. Or... Pie XII n'était pas encore pape ! Et la "recherche" n'est en fait qu'un fragment de recherche. Au total, un ensemble d'erreurs que même un universitaire débutant ne commettrait pas.

Lors de ses visites, qualifiées de "sporadiques" et "parfois très brèves" par les gardiens des archives, John Cornwell aura donc construit "sa" vérité à lui, et non celle de l'Histoire. On attend toujours ses explications...

Faits historiques : le Vatican s'oppose fermement à Hitler dès 1938, sous Pie XI

Le pape Pie XI avait prévu, en cas de demande de visite au Vatican de la part de Hitler, qu'il lui soit demandé comme condition sine qua non des excuses publiques pour la persécution que son régime infligeait à l'Eglise allemande : le pape disait considérer "Monsieur Hitler" comme "le plus grand ennemi du Christ et de l'Eglise des temps modernes".

L'incompatibilité entre christianisme et nazisme s'était manifestée clairement lors de la "Nuit des longs couteaux" (30 juin 1934) : Hitler avait fait exécuter les chefs nazis dont il craignait la trahison, mais aussi trois responsables de l'Action catholique allemande : Klausener, Probst et Fritz Beck.

Dès lors Hitler montre qu'il veut créer une "Eglise" à lui (ce processus politique se rencontrera peu après en Thécosolovaquie, et on le trouve aujourd'hui en Chine). La persécution qui s'ensuivit contre les associations et la presse catholiques, en particulier sous forme de procès intentés à des clercs sur fausse dénonciation, incitèrent les évêques allemands, il faut le souligner, à demander à Pie XI de condamner le nazisme. Le pape répondit par sa célebre encyclique "Mit brennender Sorge" ("Avec un très grand regret"), qui fut diffusée en Allemagne sous le manteau et lue le Dimanche des Rameaux, 21 mars 1937, en guise d'homélie dans toutes les paroisses catholiques.

Pie XI avait évoqué une possible visite de Hitler au Vatican au cours d'une conversation confidentielle, le 7 avril 1938, avec Bonifacio Pignatti, alors ambassadeur du gouvernement fasciste italien près le Saint-Siège.

Pignatti avait informé Mussolini et son ministre Ciano que Pie XI déplorait "l'apothéose de M. Hitler" qui se préparait à Rome, et comparait le Führer à l'Antéchrist : "La persécution menée contre l'Eglise catholique en Allemagne était son oeuvre, entièrement et seulement sienne, et l'on en savait désormais assez pour pouvoir l'affirmer sans crainte d'un démenti".

Le Saint-Siège ne faisait pas mystère de sa position. Et Hitler ne demanda pas à être reçu au Vatican. De fait, lors de sa venue à Rome, le 3 mai 1938, Pie XI était parti ostensiblement à sa résidence d'été de Castelgandolfo, interdisant que l'on hisse le drapeau du Reich sur quelque édifice de l'Eglise que ce soit, et L'Osservatore Romano de ce jour-là ne dit rien de la visite, mais publia à la Une une déclaration dénonçant le racisme.

Ces faits sont consignés dans un dossier du Ministre italien des Affaires étrangères de l'époque, Galeazzo Ciano, dans les Archives historiques de la Farnesina (le Quai d´Orsay romain), datant d'avril 1938, soit un mois avant le voyage d'Hitler à Rome, à l'invitation du "Duce", Benito Mussolini.

Les documents ont été publiés en mars 2001 à l'Institut polygraphique de l'Etat, par l'historien italien Gianluca André, professeur d'histoire politique internationale à l'université de Rome, dans un nouveau volume des "Documents diplomatiques italiens" (1er semestre 1938). Les documents diplomatiques de l'Europe de l'époque ne sont en effet pas tous publiés et ne cessent d'apporter des lumières sur l'hostilité des papes au nazisme.

Pie XII : opposition immédiate au nazisme

Après la mort de Pie XI, son successeur prend pour nom Pie XII, signe fort du nouveau pape indiquant que la politique de Pie XI serait poursuivie. Le nouveau pape est aujourd'hui décrit comme un personnage hautain et désincarné. L'on se trompe beaucoup à propos de ce pape qui, lorsqu'il utilisait le réseau téléphonique interne du Vatican, se présentait par un simple "Ici Pacelli...".

Pie XII, donc, s'inscrit dans la démarche de Pie XI. A peine élu, il écrit sa première encyclique : "Summi Pontificatus". Les polémiqueurs actuels reprochent à Pie XII de ne pas y avoir mentionné les juifs. En quelque sorte ils ont raison. Car Pie XII a fait bien mieux : il les nomme "fils bien-aimés" ; de ce fait, effectivement, le mot "juif" n'est pas écrit (!!!). La stratégie de Pie XII est probablement trop subtile pour certains esprits actuels, qui ne comprennent pas l'enjeu : il s'agit de contrer l'idéologie nazie. Pie XII écrit que ces "fils bien-aimés" font partie de la "famille humaine". Peut-on mieux contredire les théories racistes des nazis, qui présentent les juifs comme des "sous-hommes" ? Le comportement même de nazis nous permet de comprendre la valeur de l'encyclique "Summi Pontificatus" : 88.000 exemplaires sont lâchés par les avions alliés sur l'Allemagne... or la jeunesse hitlérienne reçoit l'ordre de ne pas en laisser subsister un seul exemplaire. Voilà bien la preuve que le propos de Pie XII était détesté par les nazis.

Pour preuve encore son message de la Noël 1942, qui provoque une grosse colère de Hitler.

Témoignage d'un officier allemand (décembre 2000)

Dans l'Osservatore Romano du 19 décembre 2000 est paru l'entretien de Helmut Ruppert, journaliste du "Katolische Nachrichtenagentur", avec Nikolaus Kunkel, 80 ans. Ce dernier, officier pendant la seconde guerre mondiale, fut affecté en 1943 au quartier général allemand de Rome.

Son témoignage est sans ambiguité. Profitant de moments d'incertitude et de désordre dans les organes dirigeants italiens, les SS avaient résolu d'appliquer à Rome "la solution finale de la question juive".

Le quartier général s'attendait à recevoir l'ordre d'occuper le Vatican, et l'ambassadeur d'Allemagne auprès du Saint-Siège connaissait l'intention d'Hitler de capturer le pape Pie XII et de tirer sur lui en cas de fuite (rapporté dans "L'Osservatore Della Dominica" du 28 juin 1964 par un de ses collaborateurs).

Les organismes dirigeants italiens étaient alors divisés entre pro et anti collaboration. Cette pagaille arrangeaient alors le commandant allemand du Q.G., un catholique peu soucieux d'aider la Gestapo à se saisir du pape (rappelons ici que la Gestapo étaient généralement détestée par les Militaires allemands).

Le 16 octobre 1943 les SS entreprirent la rafle des 8.000 juifs résidant à Rome. Ce jour là, 1.000 d'entre eux furent arrêtés. Pour tenter de faire cesser cette opération, le supérieur général des Salvatoriens ainsi qu'un autre prélat se rendirent immédiatement au Quartier Général allemand pour informer l'occupant que Pie XII s'adresserait à l'opinion publique mondiale si les persécutions ne cessaient pas. Cette tentative réussit, puisque la rafle prit fin le lendemain sur ordre d'Himmler.

Le lieutenant Nikolaus Kunkel estime aujourd'hui que parmi les 7.000 juifs passés à travers les mailles du filet nazi, beaucoup ont trouvé refuge au Vatican dont les accès sont toujours restés ouverts. Il remarque aussi que le commandant du quartier général allemand, qui était catholique, a été muté quelques jours après sur le front russe malgré une santé fragile. Il estime d'autre part que si Pie XII s'était publiquement opposé à Hitler, les catholiques Allemands ainsi que ceux des pays occupés auraient à leur tour subi des persécutions.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Pie XII et la désinformation Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyLun 29 Jan 2007, 9:54 pm

Citation :
Témoignage d'un prêtre (février 2001)

Le 19 février 2001 le Père Peter Gumpel, sj, postulateur de la cause de Pie XII, raconte la réaction du pape à la nouvelle de la rafle de Rome :

Pie XII fut informé tôt le matin par la princesse Pignatelli Aragona. Il appela immédiatement par téléphone le secrétaire d'Etat, lui ordonnant d'appeler l'ambassadeur d'Allemagne le baron Hans Von Weizsäcker, et de protester formellement. Mais il ne se limita pas à cela. Il fit le choix décisif d'utiliser l'un de ses étroits collaborateurs secrets, le Supérieur Général des Salvatoriens, le Père Pancrazio Pfeiffer, qu'il envoya auprès du général Stahel, commandant à Rome, qui eut ensuite le courage de donner un coup de téléphone furieux à Himmler.

Himmler, prit peur et ordonna immédiatement la cessation de cette persécution. Toutes les maisons ecclésiastiques de Rome reçurent alors l'ordre de procurer toute l'aide possible à la population juive persécutée, et ainsi des milliers de vies humaines furent épargnées. On estime que pour la ville de Rome, l'Eglise sauva 4.447 personnes. A la suite des protestations de Pie XII, l'opération, qui devait durer deux jours, fut arrêtée le jour même à 14 heures : mille des huit mille Juifs réclamés par Hitler furent cependant déportés.

Témoignages de juifs durant l'après-guerre

Les arguments historiques ne suffisant pas aux pseudos historiens, il faut donc écouter ceux dont on n'osera pas mettre en doute la parole. Qui ? Des allemands ? Des catholiques ? Non : des juifs ! Beaucoup d'entre eux n'ont pas peur de dire la vérité, parfois contre d'autre juifs, plus jeunes (beaucoup trop jeunes d'ailleurs !). Voici donc un rappel des principaux témoignages, sans commentaires.

Le grand rabbin de Rome, Israele Zolli (contemporain de Pie XII) : "La rayonnante charité du Pape, penché sur toutes les misères engendrées par la guerre, sa bonté pour mes correligionnaires traqués, furent pour moi l'ouragan qui balaya mes scrupules à me convertir au catholicisme". Oui : le grand rabbin de Rome s'est converti au catholicisme après avoir obeservé Pie XII !... Quel démenti sans appel pour les accusateurs de ce pape !

(Ce témoignage est a rapprocher de cet autre juif, caché à la basilique St-Jean de Latran, pour qui l'on fit faire une soutane pour qu'il soit caché parmi les servants d'autel durant les cérémonies religieuses. Son souvenir fut tel que peu après il se convertit lui aussi au catholicisme !)

29 novembre 1944 : soixante-dix juifs sauvés par Pie XII viennent au Vatican pour lui dire leur reconnaissance.

9 février 1948 : une quarantaine de représentants de "l'United Jewish Appeals" effectuent la même démarche.

26 mai 1955 : un orchestre de 94 instrumentistes juifs venant de quatorze pays différents interprètent devant Pie XII la 9ème Symphonie de Beethoven "en reconnaissance de l'oeuvre humanitaire grandiose accomplie par Sa Sainteté pour sauver un grand nombre de juifs pendant la Seconde Guerre mondiale".

Lors du décès de Pie XII, en 1958, Madame Golda Meir, Premier Ministre israélien, déclare devant l'O.N.U. : "Nous partageons la douleur de l'humanité pour la mort de Sa Sainteté Pie XII (...) nous pleurons un grand serviteur de la paix et de la charité. Pendant les dix années de la terreur nazie, quand notre peuple a souffert un martyre effroyable, la voix du Pape s'est élevée pour condamner les bourreaux et pour exprimer sa compassion envers les victimes."

Retenons enfin l'affirmation du juif le plus célèbre, Albert Einstein lui-même, qui affirmait dès 1940 : "L'Eglise catholique a été la seule à protester contre les assauts hitlériens portés à la liberté".

Car s'il faut dénoncer des silences, ce n'est certainement pas Pie XII qu'il faut pointer du doigt, mais bien plus Roosevelt et Churchill qui dans le même temps se sont gardés de dire quoi que ce soit. Pour la France ce n'est guère mieux : le général de Gaulle n'a jamais fait la moindre déclaration pour condamner l'anti-sémitisme nazi ! Voilà un sujet tabou ! Ainsi les piètres historiens qui dénoncent les silences de Pie XII veulent faire du bruit avec du vide, et par contre ferment les yeux sur un autre silence...

Reconnaissance récente d'un rabin new-yorkais (février 2001)

Le rabbin David Dalin, de New York, a demandé le Mardi 20 Février 2001 que Pie XII soit officiellement reconnu comme un "juste.

"Dans le Talmud, il est écrit, dit-il: "Qui sauve une vie, sauve le monde entier", eh bien, plus que tout autre au XXe s., Pie XII a respecté ce principe. Aucun autre pape n'a été aussi magnanime avec les Juifs. Toute la génération des survivants de l'Holocauste témoigne que Pie XII a été authentiquement et profondément un 'juste'."

C'est avec ces paroles que se conclut un long article du rabbin David Dalin dans la revue «The Weekly Standard». Dalin termine en affirmant : "Contrairement à ce qu'a écrit John Cornwell, selon lequel Pie XII aurait été le 'pape de Hitler', je crois que le pape Pacelli a été le plus grand soutien des Juifs".

"Pie XII,écrit-il, fut l'une des personnalités les plus critiques envers le nazisme. Sur 44 discours que Pacelli a prononcés en Allemagne entre 1917 et 1929, 40 dénoncent les dangers imminents de l'idéologie nazie. En mars 1935, dans une lettre ouverte à l'évêque de Cologne, il appelle les nazis "faux prophètes à l'orgueil de Lucifer". La même année, dans un discours à Lourdes, il dénonçait les idéologies "possédées par la superstition de la race et du sang". Sa première encyclique en tant que pape, "Summi pontificatus", de 1939, était si clairement anti-raciste que les avions alliés en lâchèrent des milliers de copies sur l'Allemagne pour y nourrir un sentiment anti-raciste".

A ceux qui reprochent à Pie XII de ne pas avoir parlé assez fort contre le nazisme, Dalin rapporte les propos de Marcus Melchior, grand rabbin du Danemark, qui a survécu à la Shoah: "si le pape avait parlé, Hitler aurait massacré beaucoup plus que six millions de Juifs et peut-être 10 millions de catholiques". Il rapporte aussi ceux du procureur Kempner, représentant les Etats-Unis au procès de Nurenberg ajoutait : "Toute action de propagande inspirée par l'Eglise catholique contre Hitler aurait été un suicide ou aurait porté à l'exécution de beaucoup plus de Juifs et de Catholiques".

A propos de l'aide apportée aux Juifs, le rabbin Dalin rappelle que "au cours des mois où Rome a été occupée par les nazis, Pie XII a donné pour instruction au clergé de sauver des Juifs par tous les moyens. Le cardinal Boetto de Gênes en sauva à lui seul au moins 800. L'évêque d'Assise, 300. Lorsqu'on a remis au cardinal Palazzini la médaille des "justes" pour avoir sauvé des Juifs au séminaire romain, il affirmait: "Le mérite en revient entièrement à Pie XII qui a ordonné de faire tout ce qui était possible pour sauver des Juifs de la persécution". L'aide apportée par le pape Pacelli était si connue qu'en 1955, à l'occasion des célébrations du 10ème anniversaire de la Libération, l'Union des Communautés Israélites proclamait le 17 avril "Jour de gratitude" pour l'assistance fournie par le pape durant la guerre".

Témoignage du Grand Rabbin de Rome sur l'attitude du clergé (février 2001)

Le Professeur Elio Toaff, Grand Rabbin de Rome a apporté son témoignage dans l'ouvrage "Les juifs sauvés par Pie XII", du journaliste Antonio Gaspari. L'ouvrage a été présenté le 19 février 2001, en présence du Professeur Elio Toaff. Il raconte : "J'habitais, disait-il, à Ancône, à 50m de l'Eglise du Gesù, et je connaissais don Bernardino, avec lequel je m'arrêtais souvent pour parler, moi, Juif, et lui, prêtre. Notre relation était amicale et cordiale. Un jour, alors que je revenais chez moi, il vint à ma rencontre en disant : viens avec moi, parce que là, les nazis t'attendent". Il m'a caché au presbytère jusqu'à ce que les soldats s'en aillent. Il m'a sauvé la vie. Et Don Francalacci de Pietrasanta a caché mon père, ma mère, ma femme avec notre fils qui était petit".

Ouverture des archives secrètes du Vatican

A la demande de Jean-Paul II, les archives secrètes du Vatican sur l'action de Pie XII durant la Seconde Guerre mondiale ont été progressivement ouvertes. Au début du mois de juin 2004, une première statistique s'impose : un nombre très impressionnant de familles de prisonniers ont cherché des nouvelles de leurs proches grâce à un bureau créé spécialement par Pie XII pour remplir cette mission. Ce bureau a effectué des recherches sur 2,1 millions de prisonniers, sans distinction de religion.

Question conclusive du webmaster :

Problématique posée à l'adresse des détracteurs de Pie XII : les juifs cités ci-dessus se montrent de toute évidence "complices" de Pie XII. Deux possibilités : soient ces juifs étaient fous, soit ils étaient... anti-sémites. Entre deux bêtises, les calomniateurs devront choisir au moins l'une des deux... à moins qu'ils ne reconnaissent leur tort.

A LIRE :

"La Shoah et Pie XII : les 3 tentations de Costa-Gavras" dans "HISTOIRE DU CHRISTIANISME Magazine" N°9
à commander en tant qu'ancien numéro

Par correspondance CLD, BP 203 - 37172 Chambray-les-Tours - France (13, 50 euros, port compris, tarif 2002). Tél : 02 47 28 20 68.

Voici un complément d'information reçu d'un non membre de F.F.P.I.I.D. :

Citation :
Permettez moi de relever une seule petite erreur dans le texte que vous citez. Ce n'est pas dès 1938 que le Vatican a condamné le nazisme, mais bien avant ! J'en veux pour preuves les décrets de condamnation et d'inscription à l'Index des livres prohibés du 7 février 1934 pour Der Mythus des 20 Jahrhunderts de Rosenberg, du même jour pour le Die deutsche Nationaljirche d'Ernest Bergmann et du 17 juillet 1935 pour le An die Dunkelmaenner unserer Zeit à nouveau de Rosenberg, et ce alors que peu d'ouvrages ont été inscrits à l'Index sous Pie XI, comme en témoignent les Actae !

Par ailleurs, si le Pape Pie XI, d'autorité supérieure à la Sacrée Congrégation du Saint-Office, allait en personne condamner toutes les idées de Hitler dans son Encyclique Mit brennender Sorge du 14 mars 1937, on oublie trop souvent le Syllabus aux Universités et aux Facultés catholiques du 13 avril 1938 condamnant huit propositions racistes, fondements de la pensée nazie, ou les interventions des 15, 21 et 28 juillet de la même année de Pie XI contre l'esprit raciste. Le Syllabus de 1938 condamnait clairement les propositions fondamentales du Mein Kampf d'Hitler, du Le mythe du XX° siècle de Rosenberg, et du La science des races du peuple allemand de Hans Günther... Je ne parle même pas des conférences de 1935 de Monseigneur Faulhaber !

Par ailleurs, et à relire les articles de notamment L'Ami du Clergé, la Nouvelle Revue Théologique, Chronique sociale de France, La vie intellectuelle ou encore la Nouvelle Revue Apologétique (au moins quatre à cinq articles par an ondamnant le nazisme dès 1932), on se rend contre que dès 1928 au moins l'Église et le Vatican (relire les actes des Papes de cette époque, y compris Pie XII, dans la collection publiée par la Bonne Presse annuellement par exemple à l'époque) condamnaient le nazisme, et dans des termes très durs ! Je peux préparer si besoin une sorte de digeste d'articles importants à ce sujet, dès avant la prise de pouvoir par Hitler en Allemagne, y compris avec des références tirées de la presse allemande catholique !

Souvenons nous aussi que la persécution en Pologne, dès après l'entrée de Hitler dans ce pays, a concerné les Juifs ET le clergé catholique (plus de 5.000 prêtres déportés ou fusillés à la fin du premier mois de présence nazie !)... J'ai là encore des références vaticanes ou encore diplomatiques datées de 1939 !

Pour Pie XII, je vous renvoie aux deux volumes du Pie XII de mon "Maître" le Professeur Jean Chelini auxquels j'ai un tout petit peu mis la main...

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Pie XII et la désinformation Maquet24


Dernière édition par le Jeu 01 Fév 2007, 2:51 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Ungern
Membre d'élite
Membre d'élite


Masculin
Nombre de messages : 613
Date d'inscription : 24/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyMar 30 Jan 2007, 10:51 pm

Les curetons ont toujours eu deux fers au feu en même temps .

Deux étant un minimum ....

Quoi qu'il puisse se passer,ils ont toujours au moins "un peyo" qui était dans le bon camp ....

Un peu de battage publicitaire là dessus,et l'affaire est dans le sac ...

Pour ceux que ça intéresse : le Nonce Papal en pleine action ....



Pie XII et la désinformation 18hitlercatholicnuncio


Et tout plein d'autres photos plus extraordinaires les unes que les autres,"ici" :

http://alamoministries.com/French/Antichrist/nazigallery/photogalleryFr.html
Revenir en haut Aller en bas
http://palestine1967.site.voila.fr
Ungern
Membre d'élite
Membre d'élite


Masculin
Nombre de messages : 613
Date d'inscription : 24/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyMar 30 Jan 2007, 10:54 pm

"Ici",une photo extraite d'une revue médicale nazie [un peu de retenue dans tes propos ! Il y a des mineurs sur ce forum !] .

On voit bien que le 2° cureton à gauche, n'est pas au mieux de sa forme ...

Pie XII et la désinformation 25priestsalutehitler
Revenir en haut Aller en bas
http://palestine1967.site.voila.fr
Alexis
Modérateur
Modérateur
Alexis

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 31
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyMer 31 Jan 2007, 11:30 pm

Le Lt. General Ion Mihai Pacepa a avoué qu'en 1960, Khrouchtchev avait approuvé un plan destiné à déstabiliser l'Eglise. Il s'agissait de lancer une campagne contre le Pape Pie XII en l'accusant de liens avec le nazisme. C'est le début d'une légende noire, dont la pièce de théâtre de Rolf Hochhuth intitulée "Le Vicaire", parue en 1963, avait été commanditée par le général General Ivan Agayants, chef du département de la désinformation au KGB.

On le savait déjà, mais c'est la première fois qu'un ancien officier supérieur du KGB avoue la machination.


http://perso.orange.fr/radix.ecclesiae/inf.desinfo.pie12.html

http://article.nationalreview.com/?q=YTUzYmJhMGQ5Y2UxOWUzNDUyNWUwODJiOTEzYjY4NzI

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyJeu 01 Fév 2007, 7:08 am

@Ungern a écrit:
"Ici",une photo extraite d'une revue médicale nazie .

On voit bien que le 2° cureton à gauche, n'est pas au mieux de sa forme ...

Tes réponses font toujours allusion au Nonce apostolique siègeant à Berlin qui est l'équivalent d'un ambassadeur du Pape. A ce titre, il doit assister aux invitations officielles mais jamais, au grand jamais HITLER n'a reçu l'aval ni de Pie XI ni de son successeur Pie XII !!!

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Pie XII et la désinformation Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyJeu 01 Fév 2007, 7:11 am

Citation :
Bien avant la pièce de théâtre Le Vicaire, on peut relever les accusations portées contre Pie XII par Camus et … Paul Claudel ! Mais passons…

Pour bien mettre en évidence les condamnations antérieures à 1938 du nazisme par l’Église, nous reprendrons – par delà l’encyclique Mit brenneder Sorge, par delà les condamnations déjà rappelées par le Saint-Office, par delà le Syllabus du 13 avril 1938 déjà cité -, les extraits suivants d’interventions épiscopales :

- à diverses questions relatives aux liens possibles entre le Catholicisme et le nazisme, l’Évêque de Mayence devait répondre le 27 septembre 1930 : " Un catholique peut-il s’inscrire dans le parti Hitler ? Un prêtre catholique peut-il permettre que les membres de ce parti assistent comme tels à un enterrement ou à toute autre cérémonie religieuse ? Peut-on admettre aux sacrements un catholique qui se réclame de principe de ce parti ? Nous devons répondre négativement. " (cf. Badischer Beoachter, 5 octobre 1930) ;

- " L’épiscopat doit aujourd’hui, en plein accord avec le Pasteur Suprême et suivant ses instructions, s’opposer avec fermeté et avec évidence au faux nationalisme et à ses erreurs, qui depuis quelques temps sont répandus par la parole et par l’écrit dans toutes les régions de notre patrie. " (Déclaration du Cardinal Bertran, Archevêque de Breslau, du 31 décembre 1930) ;

- " Il est rigoureusement interdit au clergé catholique de collaborer sous une forme quelconque au mouvement national-socialiste. " (Instructions des Évêques de Bavière sur le national-socialisme, Bayerischer Kurier, 13 février 1931) ;

- " Il est un fait qui mérite à ce sujet toute notre attention, c’est que la plus haute autorité de l’Église, Notre Saint Père le Pape Pie XI, a condamné le mouvement d’Action Française qui, sur certains points essentiels, s’apparente évidemment aux erreurs des chefs du national-socialisme. " (Déclaration des Évêques de la Province de Cologne sur le mouvement national-socialiste, 5 mars 1931).

Et on pourra multiplier les exemples… Et par exemple les cinq sermons du Cardinal Michel von Faulhaber des 3, 10, 17, 24 et 31 décembre 1933 (Juifs et Chrétiens devant le racisme, Sorlot, Paris, 1936), ou encore les propos de Pie XI lors de la canonisation de Konrad von Altütting en 1934, ou déjà, et encore plus avant dans le temps, le décret du Saint Office du … 21 mars 1928 ! On passe sur le discours de Pie XI du 29 juillet 1938 devant les élèves de la Propagande pour revenir à son allocution de Noël 1937 :

" Pour appeler les choses par leur nom : en Allemagne, c’est la persécution religieuse (…). C’est une persécution à laquelle ne manque ni la force et la violence, ni les pressions et les menaces, ni les ruses de l’astuce et du mensonge. "

On rappellera aussi le refus de Pie XI à toute rencontre avec Hitler (comme Pie XII qui ne le rencontra que comme Nonce à Berlin, comme c’était son devoir, jamais comme Pape), par exemple lors de sa venue à Rome le 5 mai 1938, jour où il décida de partir à Castel-Gandolfo, de fermer les musées du Vatican, d’interdire au Nonce et au clergé toute réception officielle, d’interdire tout pavoisement d’Église, tout en faisant une déclaration condamnant à nouveau le racisme allemand… Glissons aussi sur les discours de Pie XI des 15, 21 et 28 juillet 1938 où il insistait sur l’opposition radicale entre l’esprit chrétien et l’esprit raciste, condamnait l’eugénisme et l’euthanasie des nazis, tout comme on glisse aussi sur son discours du 6 septembre 1938 sur les mêmes sujets. On rappellera juste que c’est dès l’été 1933 que Pie XI et le Vatican ont commencé à condamner incessamment le racisme, l’eugénisme et l’euthanasie prônés par les nazis, de manière encore plus vive après la loi du 15 septembre 1935 !

On se souviendra aussi de l’encyclique Casti Connubii de Pie XI, du 31 décembre 1930, sur le mariage catholique où le Pape condamnait déjà des erreurs du nazisme sur la famille, sur le racisme, sur l’eugénisme, sur l’euthanasie ; et la lecture des textes préparatoire est encore plus parlante !

Passons aussi les conférences des 6 et 9 mars 1939 entre le Pape Pie XII et des Évêques allemands, notamment avec le Cardinal Faulhaber…incistons de même, puisqu’il semble qu’on l’ait oubliée, sur la lettre de Pie XII à l’assemblée des Évêques allemands de Fulda du 6 avril 1940…On semble aussi avoir oublié le compte-rendu officiel de sa rencontre du 13 mai 1940 avec l’ambassadeur d’Italie, Dino Alferi, ou encore sa lettre du 20 février 1941 à Monseigneur Ehrenfield, ou encore celle du 30 avril 1943 à Monseigneur von Preysing… Toutes condamnaient précisément la doctrine nazie ! Et elles étaient publiques, pas cachées dans des archives ! Mais ce que Pie XII remarque aussi dans ces deux dernières lettres, c’est le peu de chance de faire changer les nazis, surtout avec l’exemple des persécutions anti-catholiques et anti-juives lancées systématiquement par les nazis après chaque protestation ! Car les nazis cherchèrent en permanence à faire tomber Pie XII dans le piège de la provocation. Or, le Pape devait gérer la guerre et chercher la paix avant tout ! C’était son devoir de Pasteur !

Le sens de l’approche qu’avait Pie XII se retrouve dans cette lettre de 1943 à un Évêque allemand :

" Nous laissons aux pasteurs qui travaillent sur place et sur les lieux le soin de penser dans quelle mesure le danger de représailles et les moyens de pression possibles en cas de déclarations épiscopales comme aussi peut-être d’autres circonstances dues à la durée et à la mentalité de la guerre, semble conseiller d’user de réserves, ad maiora mala vitanda. "… Ad maiora mala vitanda…

Sa vision était une diplomatie préventive, pas de faire la guerre ! Il voulait préserver les vies ! Comment oublier les effets de la condamnation des déportations aux Pays-Bas en 1941 ou 1942 : accélération des déportations de Juifs, de Juifs convertis au Christianisme, massacres accélérés, … ! C’est ça que voulait éviter Pie XII !

Mais cette approche était déjà antérieure… Par exemple, alors que Radio Vatican dénonçait les crimes nazis en Pologne, les Évêques de Pologne allaient dès octobre 1939 demander au Vatican de cesser ces émissions, car les émissions sont suivies de représailles terribles sur la population. D’ailleurs, et pour en rester à Radio Vatican pourquoi les sanctions à son écoute furent-elles équivalentes à celles prévues pour l’écoute de la BBC en France occupée si le Vatican était pro-nazi ?

Comment, enfin, peut-on oublier ces mots de Pie XII, prononcés le 25 juin 1941, les plus significatifs, où il parle des indicibles souffrances et persécutions que la sollicitude même pour ceux qui souffrent ne permet pas de révéler dans toutes leurs douloureux et horribles détails (ABP III, 125), et ce afin d’éviter de nouvelles persécutions ?

On oublie aussi les violations des frontières vaticanes… Par exemple le 22 décembre 1943 ou encore dans la nuit des 3 au 4 février 1944 où les nazis violèrent le Monastère Saint-Paul-hors-les-Murs, y arrêtant 64 personnes réfugiées, dont neuf Juifs ! Car Pie XII a toujours apporté son appui, par la prière, par la parole discrète, par l’argent à ceux, religieux ou laïcs qui aidaient les personne recherchées par la Gestapo, qui aidaient les Juifs persécutés !

Comment expliquer, si le Vatican était pro-nazi, cette instruction secrète de la Gestapo du 19 avril 1940 réclamant la fouille de la valise diplomatique du Vatican, la déportation des Prélats obéissat aux instructions pontificales contenues dans cette valise ? Des Évêques ont été déportés pour cela, par exemple Monseigneur Neuhäuser à Dachau ! D’ailleurs, Hitler avait même envisagé de déporter le Pape en Allemagne en janvier 1944, y renonçant par peur de voir définitivement basculer l’Italie ! On l’oublie ! Comment oublier les milliers d’interventions en faveur des déportés, que l’on retrouve dans les archives du Reich, du Nonce Monseigneur Orsenigo – bien moins faible et insignifiant qu’on ne le prétend aujourd’hui - ou encore de Monseigneur Wienken, et ce dès fin 1941, et ce y compris en faveur des Juifs déportés ! Dès le 10 juin 1942 Hitler en personne devait refuser toute protestation ou intervention ne concernant pas le territoire du Reich et dès fin 1943 toutes les autres !

On nous dit enfin que Pie XII n’a pas condamné le nazisme avec force, comme le fit Pie XI. Mais pourquoi en aurait-il fait plus, beaucoup des condamnations portées par son prédécesseur relevant de l’infaillibilité pontificale, donc l’engageant de facto, Pie XI s’étant exprimé parfois contre le nazisme à la fois comme docteur et pasteur suprême de L’Église, sur une doctrine relevant de la Foi et de la morale, et avec proclamation d’irréfutabilité ! Pie XII n’a rien remis en cause !

Et tout ce qui précède était d’accès public immédiatement, est fondé sur des documents publics d’époques. Il n’était pas besoin d’attendre des scoops de l’ouverture des archives, archives d’ailleurs déjà ouvertes à Monseigneur Roche au début des années soixante-dix pour son livre sur Pie XII…

© Serge BONNEFOI, Marseille, 2007
(en cas de reprise, même partielle, prière de citer l’auteur et le présent forum. Merci)


À consulter notamment, outre les journaux de l’époque, dont L’Osservatore Romano (et non pas cette agence de presse indépendante prétendant parler au nom de Pie XII, et huit fois condamnées par le Vatican à l’époque !) :

- Blet (P.), Pie XII et la seconde guerre mondiale d’après les archives du Vatican, Perrin, 1997 (le Père Blet fut l’un des quatre archivistes des actes de Pie XII)
- Chelini (J.), L’Église sous Pie XII. Tome 1 : la tourmente 1939/1945, Fayard, 1983
- Les documents de la vie intellectuelle, tome VI, n° 3, 20 mars 1931, pp. 414-450
- Duclos (P.), Le Vatican et la seconde guerre mondiale. Action doctrinale et diplomatique en faveur de la paix, Pédone, 1955
- François (A.), " Racisme et Christianisme ", in : Nouvelle revue apologétique, oct./nov. 1939, pp. 217-231
- Roche (Mgr G.), Pie XII devant l’histoire, Robert Laffont, 1972 (Monseigneur Georges Roche eut à cette occasion droit d’accès aux archives secrètes du Vatican)
- Valdor (L.), Le chrétien devant le racisme, Alsatia, Paris, 1938 (avec une splendide croix gammée sur la couverture au cas où certains n’auraient pas compris ce qui était condamné dans le livre)

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Pie XII et la désinformation Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Nicolas Gogol
Membre intéressé
Membre intéressé
Nicolas Gogol

Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 39
Localisation : Charleroi
Langue : Français
Emploi/loisirs : Spiritualité, politique
Date d'inscription : 22/09/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyVen 02 Fév 2007, 8:52 pm

L'Histoire réhabilitera Pie XII et l'Eglise en fera un saint !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cite-catholique.org
Savinien
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : Bruxelles
Langue : Français
Emploi/loisirs : guindaille
Date d'inscription : 13/02/2007

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyJeu 22 Fév 2007, 9:24 pm

Ungern, quel raisonnement simpliste ! Un curé fait le salut nazi, donc le pape est nazi ...

Et tu ne cites même pas mgr Hudal, un bon nazi lui !

Seulement voilà, l'Eglise ne fonctionne pas de façon aussi simpliste et ici en l'occurence, les fans de Gavras se contentent de bien peu pour leurs terribles accusations et font très peu de cas des réalités de l'époque !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cerclesaintlouis.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyVen 23 Fév 2007, 7:04 am

De plus Ungern semble oublier que les plus pro-nazis se recrutaient parmi les protestants et surtout les luthériens ! Un comble lorsqu'on sait qu'HITLER et HIMLER étaient tous deux catholiques (HESS étant dans la mouvance ésotérique).

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Pie XII et la désinformation Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Savinien
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : Bruxelles
Langue : Français
Emploi/loisirs : guindaille
Date d'inscription : 13/02/2007

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptyVen 23 Fév 2007, 8:56 am

Catho seulement à l'origine ... Hitler est rapidement devenu athée quand à Himmmler, il avait un net penchant pour l'ésotérisme et les religions runiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cerclesaintlouis.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptySam 24 Fév 2007, 2:21 pm

Athée ? Non ! Plutôt païen !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Pie XII et la désinformation Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Savinien
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : Bruxelles
Langue : Français
Emploi/loisirs : guindaille
Date d'inscription : 13/02/2007

Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation EmptySam 24 Fév 2007, 3:22 pm

C'est vrai, surtout quand on voit la soupe qu'ils faisaient ces deux là !

Savez qu'Himmler, pour retrouver le Duce enferma dans une villa de Wannsee une série de médiums ... Alors que Skorzeny, lui, jouait au detective. On sait qui le trouva !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cerclesaintlouis.com
Contenu sponsorisé




Pie XII et la désinformation Empty
MessageSujet: Re: Pie XII et la désinformation   Pie XII et la désinformation Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pie XII et la désinformation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Religions, philosophies et idéologies diverses :: Les religions monothéistes et autres :: Les christianismes-
Sauter vers: