FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Belgique plus divisée que jamais après les élections

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: La Belgique plus divisée que jamais après les élections   Mar 12 Juin 2007, 10:17 am

Source : http://www.latribune.fr/info/La-Belgique-plus-divisee-que-jamais-apres-les-elections-495-~-BELGIQUE-ELECTIONS-20070611TXT-$Db=News/News.nsf-$Channel=Monde

La Belgique plus divisée que jamais après les élections

Par Yves Clarisse

Citation :
BRUXELLES (Reuters) - La Belgique s'est réveillée lundi plus divisée que jamais après des élections législatives annonciatrices de négociations longues et difficiles entre Flamands et Wallons pour la formation d'un gouvernement.

Le scrutin de dimanche démontre que la dérive des continents entre le nord et le sud du pays s'est traduite dans les urnes.
"La Belgique, c'est deux pays presque différents", souligne Pascal Delwitt, politologue à l'Université libre de Bruxelles après ces élections qui marquent une rupture.
En Flandre, le grand vainqueur est le parti démocrate-chrétien (CD&V) du futur premier ministre Yves Leterme, qui a infligé une lourde défaite aux libéraux et aux socialistes flamands alliés au niveau fédéral depuis huit ans.
"Nous n'avons pas compris les électeurs", a ainsi déclaré le chef des socialistes flamands, Johan Vande Lanotte, qui entend désormais rénover son parti dans l'opposition, tandis que le Premier ministre libéral Guy Verhofstadt a démissionné lundi.
Le message est en effet clair.
La Flandre a tout d'abord basculé à droite puisqu'à peine 20% de ses électeurs ont voté pour les "progressistes" au sens large du terme, à savoir les socialistes et les écologistes.
Près de 60% des Flamands ont en outre apporté leurs voix à des partis qui prônent soit l'indépendance de la Flandre, soit la création d'une confédération lâche dans lesquelles les derniers bastions de l'unité nationale, comme la sécurité sociale, seraient progressivement gérés par les régions.
Il est ainsi remarquable de constater qu'Yves Leterme, actuel ministre-président de la Flandre, doit a présenté une liste commune avec des nationalistes flamands partisans de l'indépendance de leur région, même s'ils se disent être prêts à patienter un peu pour atteindre leur but.

DRAPEAUX FLAMANDS

Signe des temps, le futur premier ministre, un homme de 46 ans dénué de tout charisme mais réputé pour sa détermination et qui a obtenu sur son seul nom 800.000 "votes de préférence", a fêté sa victoire entouré de ses partisans qui brandissaient le drapeau flamand, le lion noir sur fond jaune.
L'homme qui préside aux destinées du parti "Chrétien, démocrate & flamand" a d'ailleurs martelé dès dimanche que la "réforme de l'Etat", jargon belge pour la dévolution de pouvoirs aux régions, était sa priorité pour la prochaine législature.
"Yves Leterme est passé comme une tornade sur la Flandre", écrit lundi le grand quotidien flamand De Standaard, historiquement proche du CD&V. "Il a reçu un mandat très clair."
La Wallonie a voté de manière radicalement différente.
Certes, les socialistes y subissent également une cuisante défaite en raison des scandales de corruption qui ont défrayé la chronique jusqu'à la veille des élections et ils évoquent, comme du côté flamand, la nécessité d'une cure d'opposition.
Certes, pour la première fois depuis 1946, les libéraux deviennent la première force politique dans la partie francophone du pays avec un discours clairement marqué à droite, proche de celui défendu en France par Nicolas Sarkozy.
"Le centre de gravité a bougé", a estimé leur président, l'actuel ministre des Finances Didier Reynders.

UNE COALTION "ORANGE-BLEUE"?

Mais, contrairement aux Flamands, les francophones ne sont qu'un tiers à se retrouver sur un programme clairement marqué par des options économiques et politiques de droite et l'extrême-droite y reste marginale malgré les scandales.
Les socialistes restent puissants en dépit de leur défaite, tandis que les écologistes et les démocrates-chrétiens du sud du pays sont à classer au centre ou à gauche plutôt qu'à droite.
En outre, si les francophones sont divisés, un dossier les unit: ils ne veulent pas d'une nouvelle réforme de l'Etat qui risquerait d'aggraver les difficultés de la Wallonie.
De manière frappante, ce sont les alliés "naturels" de Leterme, les démocrates-chrétiens francophones du parti Centre Démocrate Humaniste (CDH), qui sont le plus opposés à un nouveau déshabillage de l'Etat central.
"Nous nous opposerons à toute avancée institutionnelle qui serait contraire aux intérêts des francophones", a déclaré leur présidente, Joëlle Milquet, imitée par les autres partis du sud.
Pour le journal Le Soir, il faudra bâtir un véritable front.
"Au-delà de leurs objectifs propres, les partis du sud du pays ont le devoir d'en servir un seul commun: la défense des intérêts de leurs concitoyens francophones", écrit-il.
Les négociations s'annoncent donc longues et ardues pour l'"informateur" que choisira le roi Albert II afin de sonder les possibilités avant de nommer Leterme "formateur".
En théorie, et étant donné la défaite des socialistes, on se dirige vers une coalition entre démocrates-chrétiens et libéraux qui, ensemble, contrôlent 81 sièges sur les 150 que compte la Chambre des représentants. Les écologistes et leurs 12 sièges pourraient être appelés à renforcer cette majorité.
Mais on resterait alors loin de la majorité des deux tiers, soit 101 sièges sur 150, nécessaire pour modifier la Constitution belge afin de procéder à une réforme de l'Etat, que seul l'apport des socialistes permettrait d'atteindre.
Pour plusieurs analystes, la coalition "orange-bleue" pourrait être rejointe par les socialistes pour une réforme de l'Etat: une sorte d'union nationale qui aurait pour effet de la diluer.

/YC

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
La Belgique plus divisée que jamais après les élections
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il ne joue jamais
» Sièges RF en Belgique??
» Contraception pendant l'allaitement... et après
» Jamais rassasié
» Alcool et lait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: