FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sondages : un petit dernier ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Sondages : un petit dernier ?   Ven 15 Juin 2007, 3:00 pm

mercredi 13 juin 2007, 8h34

Sondage Ipsos/Dell: 410 à 447 sièges pour la droite, 124 à 164 pour la gauche

Citation :
PARIS (AFP) - La majorité présidentielle obtiendrait entre 410 à 447 sièges et la gauche de 124 à 164 sièges lors du second tour des élections législatives dimanche, selon la 20e vague du baromètre quotidien Ipsos/Dell pour SFR et Le Point, publiée mercredi.L'UMP et ses alliés (DVD/Nouveau Centre/MPF) totaliseraient une fourchette comprise entre 410 et 447 sièges. L'UMP et les Divers Droite obtiendraient de 388 à 422 sièges, le Nouveau Centre de 20 à 23 sièges et le MPF de Philippe de Villiers 2 sièges, selon le sondage.
Pour le PS et ses alliés (PRG, MRC, DVG, PCF et Verts), les projections donnent entre 124 à 164 sièges. Le PS associé au PRG, MRC et Divers Gauche obtiendrait de 115 à 146 sièges, le Parti communiste de 8 à 15 sièges et les Verts de 1 à 3 sièges.
Le Mouvement démocrate de François Bayrou est crédité de 2 à 3 sièges et aucun pour le Front National.
La modélisation en sièges a été élaborée à partir des résultats du premier tour de chaque circonscription et des données du sondage pour les 197 circonscriptions incertaines (niveau d'intention de vote au second tour et reports de vote entre le 1er et le 2ème tour), indique l'enquête.
Pour les autres circonscriptions, l'analyse des résultats du premier tour a permis d'attribuer le siège à l'un des grands courants politiques.
Cette modélisation permet d'obtenir un résultat pour chaque circonscription. Leur somme conduit à des sièges pour chaque grand courant politique (PCF,PS/DVG, Verts, MoDem, Nouveau Centre, UMP/DVD et FN).
Les résultats de cette modélisation doivent être appréciés dans leur globalité et ne peuvent être exploités par circonscription. Les résultats sont présentés en fourchette pour tenir compte des éléments d'incertitude. Ils ne constituent pas une prévision de la composition de la future assemblée.
Par ailleurs, dans les 197 circonscriptions incertaines, 41% des personnes interrogées ont souhaité une victoire de la droite et 40% une victoire de la gauche. 19% des personnes interrogées n'ont pas répondu.
Pour cette question, 610 personnes ont été interrogées le 12 juin.
Pour les autres questions, le sondage a été réalisé auprès de 1.373 personnes, interrogées par téléphone les 11 et 12 juin, constituant un échantillon national représentatif de la population inscrite sur les listes électorales dans les 197 circonscriptions où le duel gauche-droite apparaît incertain (méthode des quotas). Notice détaillée disponible à la commission des sondages.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Sondages : un petit dernier ?   Dim 17 Juin 2007, 10:58 am

Source : http://fr.news.yahoo.com/17062007/290/un-seul-doute-aux-legislatives-l-ampleur-de-la-majorite.html

dimanche 17 juin 2007, 9h13

Un seul doute aux législatives, l'ampleur de la majorité UMP

Citation :
PARIS (Reuters) - La droite s'attend à parachever à l'Assemblée nationale la conquête de l'Elysée par Nicolas Sarkozy face à une gauche qui espère une mobilisation des abstentionnistes pour limiter l'ampleur de la débâcle.

Au second tour des élections législatives, dimanche, 933 candidats, dont presqu'un tiers de femmes, se disputent les 467 sièges restant à pourvoir sur les 577 que compte l'hémicycle.
La droite a conquis 109 circonscriptions dès le premier tour, le 10 juin. Seul le député socialiste sortant Michel Lefait s'est imposé dans la 8e circonscription du Pas-de-Calais.
Les sondages prédisent une victoire écrasante de la droite, de l'ampleur de la vague rose de mai 1981, après l'élection de François Mitterrand, ou du raz-de-marée bleu de 1993, lorsque la gauche, en pleine déroute, n'avait sauvé que 91 députés.
La droite a rallié 45,5% des suffrages au premier tour dimanche dernier, la gauche 39%.
Selon les dernières projections, la droite et ses alliés du Nouveau Centre - les transfuges de l'UDF - sont crédités de 380 à 434 sièges (la majorité absolue est de 289 députés) et le Parti socialiste et ses alliés de 105 à 195 sièges.
Le Mouvement démocrate (MoDem) obtiendrait deux à trois députés, le Parti communiste 10 à 16, et les Verts de deux à trois sièges aussi.
Dans l'Assemblée sortante, la droite (UMP, divers droite) comptait 368 élus, l'UDF 29, la gauche 180, dont 142 pour le PS.
DECHIREMENTS SOCIALISTES
Deux députés, seul candidat au second tour, sont assurés de retrouver leur siège : le communiste Jean-Pierre Brard en Seine-Saint-Denis, après le retrait de la socialiste Mouna Viprey, et le socialiste Patrick Roy dans le Nord après le désistement du communiste Patrick Leroy.
Le scrutin donne lieu presque exclusivement à des duels droite-gauche (UMP contre PS) et à une seule triangulaire.
La quasi-inexistence des triangulaires s'explique par l'abstention record du premier tour (39,6%), qui a relevé le seuil de qualification pour les candidats, la contre-performance du MoDem de François Bayrou (7,6%) et l'effondrement du Front national (4,29%).
En 1997, le FN avait contribué à la défaite de la droite en provoquant 76 triangulaires. En 2002, il s'était maintenu dans 37 circonscriptions.
Cette fois, la seule rescapée du second tour est Marine Le Pen, la fille du dirigeant d'extrême droite, arrivée deuxième dans la 14e circonscription du Pas-de-Calais avec 24,47% des voix derrière le député sortant socialiste Albert Facon
(28,24%).
Seuls six candidats du MoDem restent en lice au second tour, mais la formation naissante de François Bayrou détient les clés du scrutin dans bon nombre de circonscriptions.
Même s'il n'a pas donné de consigne de vote, l'ex-candidat centriste à la présidentielle a clairement suggéré un vote de gauche à ses électeurs en appelant à favoriser le "pluralisme" dans une chambre menacée de "déséquilibre".
LUTTE SERRÉE DANS 85 CIRCONSCRIPTIONS
Selon Ipsos, l'issue du scrutin demeure incertaine dans 197 circonscriptions, dont 85 "très serrées".
La gauche, pénalisée au premier tour par la démobilisation d'un électorat fataliste après le plébiscite de Nicolas Sarkozy le 6 mai, compte sur un "sursaut" civique pour sauver la face et sur le ralliement des électeurs de François Bayrou.
Cette volonté de rapprochement a avivé les divisions au sein du Parti socialiste, dont le score dimanche pèsera lourd dans la rénovation programmée pour l'après-législatives.
Le bureau national du PS a désavoué mardi la stratégie de l'ex-candidate à la présidentielle Ségolène Royal, qui avait tenté de contacter François Bayrou au lendemain du premier tour des législatives en "laissant un message" sur son portable.
Une invite téléphonique que n'a pas goûtée le premier secrétaire du parti, François Hollande, et à laquelle le leader du MoDem n'a pas donné suite pour éviter toute "ambiguïté".
Le PS limite son ouverture centriste aux quatre circonscriptions où un candidat MoDem affronte un candidat UMP. Les électeurs sont encouragés au "pluralisme", c'est-à-dire à faire battre la droite. Rien de plus.
L'UMP a elle aussi tenté de gagner les faveurs du dirigeant centriste en demandant notamment à son candidat Jean-Pierre Mariné (25,92% au premier tour) de laisser le champ libre à François Bayrou dans son fief des Pyrénées-Atlantiques (2e).
Plusieurs ténors socialistes abordent le vote en mauvaise posture, ce qui ajoute aux hypothèques sur le débat interne.
A droite, les projecteurs seront braqués sur la 2e circonscription de Gironde où Alain Juppé, numéro deux du gouvernement, est en ballottage incertain (43,73%) face à la socialiste Michèle Delaunay (31,36%) avec une réserve de voix limitée. Le maire de Bordeaux joue son avenir ministériel.
Sept ministres sur les onze qui se présentaient, dont François Fillon, ont été élus au premier tour. Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot et Christine Boutin sont en ballottage favorable.
Le Parti communiste, qui a résisté au premier tour avec 4,62% des voix, maintient 23 candidats en métropole, mais il aura du mal à conserver un groupe à l'Assemblée (au moins 20 élus).

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
Sondages : un petit dernier ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour d'un Grognard
» c'est parti pour un petit dernier (bb4) ;)
» nous voulons un petit dernier
» Envie de bb5 mais papa veut pas
» Un petit dernier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: