FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Mahmoud AHMADINEJAD

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Mahmoud AHMADINEJAD Empty
MessageSujet: Mahmoud AHMADINEJAD   Mahmoud AHMADINEJAD EmptyLun 01 Oct 2007, 9:41 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahmoud_Ahmadinejad

Citation :
Mahmoud Ahmadinejad (en persan : محمود احمدی نژاد), né le 28 octobre 1956 à Garmsar, bourgade située à 90 km de Téhéran, est un homme politique iranien, maire de Téhéran du 3 mai 2003 au 28 juin 2005, et Président élu de la République islamique d'Iran depuis le 3 août 2005.

Il est membre de la Société islamique des ingénieurs, mais possède une base plus puissante dans l'Alliance des bâtisseurs de l'Iran islamique (Abadgaran) et est considéré comme un des personnages les plus importants de l'alliance des conservateurs

Biographie

Issu d'une famille modeste, son père est forgeron, Mahmoud Ahmadinejad obtient un doctorat en transport public de l'Université iranienne des Sciences et de la Technologie. Dès son entrée à l'université, il milite dans le syndicat étudiant islamiste du Bureau de renforcement de l'unité et devient le représentant de son université au comité central du syndicat. Ce syndicat est un des groupes à l'origine de la prise d'otage à l'ambassade des États-Unis à Téhéran en 1979. Mahmoud Ahmadinejad, selon deux clichés photographiques litigieux, ainsi que le témoignage d'anciens diplomates américains, y aurait activement participé. Mais la CIA ne le confirme pas. Ce rapprochement est vivement démenti par le gouvernement iranien qui y voit une tentative de déstabilisation.

Il prend une part active à la Guerre entre l'Iran et l'Irak dans les années 1980, comme combattant, puis officier des Gardes révolutionnaires et enfin comme ingénieur militaire. Au cours de cette période, il aurait participé au commando qui coûtera la vie à deux opposants kurdes iraniens à Vienne (dont le Dr Ghassemlou). La CIA ainsi que les services secrets israéliens lui imputeraient également la responsabilité de l'attentat contre le centre culturel juif de Buenos Aires en 1994, mais rien ne vient à ce jour étayer cette affirmation[1].

Parcours politique

M. Ahmadinejad devient gouverneur de la province d'Ardabil de 1993 à octobre 1997, et en 2003 se présente comme le "candidat du peuple" à la mairie de Téhéran. Son statut d'officier dans le corps des Gardiens de la révolution islamique et dans la milice fondamentaliste des Bassidji lui vaut le soutien de la partie la plus religieuse de la population. Il est aussi soutenu par les indigents qui voient dans le retour au principe de la Révolution islamique de 1979 qu'Ahmadinejad promet, un moyen de stopper leur appauvrissement généralisé. M. Ahmadinejad est élu après un scrutin qui n'a réuni que 13% des électeurs. Il se heurte très rapidement aux "réformateurs" du président en exercice Mohammad Khatami. Il revient sur les modifications de la précédente équipe municipale et change le personnel municipal par des membres de sa mouvance, plus conservateurs. M. Khatami lui interdit de participer au Conseil des ministres, alors qu'une place est traditionnellement réservée au maire de la capitale.

Il se présente à l'élection présidentielle du 17 juin 2005 et arrive, de manière inattendue, en deuxième position avec 19,5 % des voix derrière l'ancien président Ali Akbar Hachemi Rafsandjani qui obtient 21 % des voix. Le candidat conservateur Mohammed Qalibaf, donné second d'après les sondages, se plaint de fraudes massives. Lors du second tour du 24 juin, M. Ahmadinejad affronte M. Rafsandjani et l'emporte largement avec 62,2 % des voix contre 35,3 % à Rafsandjani. De multiples plaintes pour fraudes sont déposées contre les pressions exercées par la milice Basij, proche d'Ahmadinejad, dans de nombreux bureaux de vote. Les échecs économiques des réformateurs de l'ancien président Khatami ont fortifié le soutien des plus pauvres au retour aux principes de la Révolution islamique et à Ahmadinejad.

Le jeudi 15 décembre 2005, alors qu'il était en voyage officiel dans le sud-est de son pays, le cortège présidentiel a été la cible de bandits et de fauteurs de troubles sur l’autoroute Zabol-Saravan. Au moins un de ses gardes du corps fut tué et un autre blessé, tandis que M. Ahmadinejad s'en est sorti indemne.

Politique intérieure

M. Ahmadinejad est un conservateur. Il est proche du guide suprême iranien Ali Khamenei, mais ses prises de position sur la scène internationale irritent beaucoup de politiciens en Iran[2].

Économie

Ahmadinejad a soumis son premier budget annuel, couvrant la période Avril 2006 - Mars 2007, au parlement iranien le 15 janvier 2006. Cette proposition demandait des dépenses totales de 1 956 mille milliards de rials (169 milliards d'Euros), représentant une augmentation de 27% par rapport au budget 2005 - 2006. Les prévisions sur les revenus liés au pétrole, représentant une proportion significative des revenus fiscaux, étaient basées sur un prix du baril à l'exportation estimé à 39,7 US$ le baril. La proposition de budget faisait aussi part d'un appel aux banques d'État d'allouer une plus grande partie de leurs ressources à des prêts à la consommation pour les familles à revenus faibles et les petites entreprises dans les régions peu développées.

Cette proposition de budget 2006-2007 devrait être un budget opérationnel dans lequel les fonds seraient alloués sur la base des bénéfices attendus d'une opération plutôt que d'une division du budget entre les organisations. 0,6% du PIB ont été alloués à la recherche scientifique, un peu en dessous de la moitié de ce qui est requis par le 4ème Plan quinquennal de développement social et économique (i.e 1,25% du PNB)

En juin 2006, 50 économistes iraniens ont écrit une lettre au président Mahmoud Ahmadinejad, critiquant l'intervention de l'état sur les prix ayant pour but de stabiliser les prix des biens, du ciment et des services gouvernementaux, ainsi que contrer un décret émis par le Haut Conseil du Travail et le Ministère du Travail proposant une augmentation des salaires de 40%. Ahmadinejad a publiquement répondu de manière assez dure à la lettre et a dénoncé ces accusations[3].

Logement

La première loi de son gouvernement nouvellement formé fut la création d'un fonds doté de 12 mille milliards de rials (1.2 milliards d'Euros) appelé "Fond de la compassion de Reza"[4], fond nommé d'après un des imams chiite, Ali ar-Rida. En se servant des revenus pétroliers de l'Iran, le gouvernement d'Ahmadinejad déclare que ce fond sera utilisé afin d'aider les jeunes gens à trouver un travail et de pouvoir financer leur mariage aussi bien que de s'acheter leurs propres maisons. Le fond cherche aussi des donations, et dispose d'associations de charité dans chacune des 30 provinces iraniennes. Ce nouveau plan est sujet à l'approbation de la Majles, majoritairement conservatrice, mais a peu de chances de rencontrer une opposition, étant donné que les députés de la Majles ont aussi montré une forte détermination à résoudre les problèmes économiques. Cette législation est une réponse aux prix élevé des logements dans les centres urbains, qui fait remonter l'âge du mariage (actuellement autour de 25 ans pour les hommes et 28 ans pour les femmes). En 2006, le parlement iranien a rejeté la formation de ce fonds. Cependant, Ahmadinejad aurait mis sa proposition en pratique en ordonnant au conseil administratif de l'exécuter[5].

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Mahmoud AHMADINEJAD Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Mahmoud AHMADINEJAD Empty
MessageSujet: Re: Mahmoud AHMADINEJAD   Mahmoud AHMADINEJAD EmptyLun 01 Oct 2007, 9:41 pm

Citation :
Droits des femmes

Le 24 avril 2006, Ahmadinejad a annoncé qu'une règle qui empêchait les femmes de regarder des hommes faire du sport dans les stades serait bientôt annulée[6]. Une annonce de la télévision nationale a rapporté que Ahmadinejad "a ordonné que le directeur de l'organisation des sports devrait mettre en œuvre des installations dans les stades afin de regarder les matches nationaux. Ahmadinejad a dit que « les meilleures places devraient être réservées aux femmes et aux familles dans les stades dans lesquels d'importants matches nationaux ont lieu. »[7] Deux jours plus tôt, Ahmadinejad s'était opposé à la punition imposée aux femmes apparaissant dans les stades sans revêtir le hijab adéquat. Sa remarque a mis en colères certains supporters[8]. Peu après ces remarques, plusieurs des membres du clergé de plus haut rang (ayatollahs et marjas) dont Ayatollah Mesbah Yazdi, Grand Ayatollah Nouri Hamedani, Grand Ayatollah Naser Makarem Shirazi, Grand Ayatollah Safi Golpaygani, Grand Ayatollah Fazel Lankarani et Ayatollah Mirza Javad Tabrizi se sont opposés à cette décision, appelant pour l'annulation urgente de cet ordre. À Qom, de nombreux membres du clergé ont manifesté contre cette décision du président[9]. Une agence de presse chiite a cité un des conseillers d'Ahmadinejad disant que la déclaration du président à propos de la présence des femmes dans les stades était une mesure politique visant à défendre le régime islamique contre une conspiration menée par les États-Unis. D'après ces rapports, le gouvernement d'Ahmadinejad pense que la présence des femmes dans les stades est contre la Charia et doit donc être bannie, contrairement à ce qu'ils disaient auparavant. De fait, le guide suprême, Ayatollah Ali Khamenei a mis son veto a cette décision en déclarant « l'opinion du clergé religieux doit être respectée et la décision (présidentielle) reconsidérée. »[7]

Sciences

En 2006, le gouvernement d'Ahmadinejad aurait forcé plusieurs scientifiques et professeurs d'université iraniens à démissionner ou à partir en retraite. Cela a été appelé la "seconde révolution culturelle" (par opposition à la révolution culturelle islamique qui avait eu lieu avant)[10]. Cette politique serait destinée à remplacer les vieux professeurs par des plus jeunes. De nombreux professeurs ont aussi reçu des lettres leur indiquant leur retraite anticipée.

Crise du nucléaire iranien

M. Ahmadinejad refuse toute ingérence étrangère dans le développement du programme nucléaire iranien. Il dénonce l'armement de l'Irak en armes chimiques fournies par les États-Unis et des pays européens, durant la guerre Iran-Irak.

Le président Mahmoud Ahmadinejad, a rejeté catégoriquement, dans ce discours, prononcé le 8 juin 2006 dans la ville de Qazvin dans le nord-ouest du pays, et diffusé par la télévision publique, les propositions des 5 membres permanents du Conseil de sécurité présentées le 6 juin 2006 visant à l'abandon par l'Iran de son programme d'enrichissement d'uranium en échange d'un accord de coopération économique et technologique..

Politique étrangère

Relations Iran-États-Unis

Les relations diplomatiques entre les États-Unis et l'Iran ont été rompues à la suite de l'affaire de la prise d'otage de 444 jours de l'ambassade des États-Unis. Il tente de renouer le contact en envoyant une lettre au président des États-Unis d'Amérique le 8 mai 2006, mais le gouvernement de George W. Bush choisit de ne pas y répondre officiellement, lui reprochant son caractère uniquement "philosophique" et n'y trouvant rien de nouveau[11].

Le 1er février 2006, en réponse au président George W. Bush qui a qualifié dans son discours sur l'état de l'Union les forces iraniennes au pouvoir de « petite élite cléricale qui isole et opprime son peuple ». Le chef d'État iranien répond que « dans un avenir proche, nous allons vous juger devant le tribunal des peuples . [...]. ceux qui ont jusqu'au coude, les mains dans le sang des peuples qui sont impliqués partout où il y a des guerres et l'oppression, qui déclenchent des guerres en Asie et en Afrique, qui tuent des gens par millions. [...] Vous qui soutenez les crimes du régime fantoche sioniste, vous qui soutenez la destruction des maisons des Palestiniens, (...) vous n'êtes pas qualifiés pour parler des droits de l'Homme et des libertés ».[12]

Le 8 août 2006, il a donné une entrevue télévisée à Mike Wallace, un correspondant de 60 Minutes. C'était sa première entrevue pour un média américain depuis 6 mois.

Le 29 août 2006, il a invité George W. Bush à un débat télévisé ouvert sur ses plans concernant le programme nucléaire civil de l'Iran; cette invitation a été promptement déclinée par la Maison blanche[13].

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Mahmoud AHMADINEJAD Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Mahmoud AHMADINEJAD Empty
MessageSujet: Re: Mahmoud AHMADINEJAD   Mahmoud AHMADINEJAD EmptyLun 01 Oct 2007, 9:42 pm

Citation :
Relations Iran-Russie

Ahmadinejad essaie de renforcer les relations avec la Russie, mettant en place un bureau spécialement destiné à ce but en octobre 2005. Il a travaillé avec Vladimir Poutine sur la question nucléaire, et à la fois l'un et l'autre ont exprimé un désir de voir plus de coopération mutuelle sur les sujets liés à la mer Caspienne. Cependant, les officiels du renseignement occidentaux ont récemment accusé Ahmadinejad d'aider financièrement et matériellement en Iran les rebelles en Tchétchénie, qui se battent contre la Russie[14]. L'Iran s'est pourtant déjà exprimé sur le fait qu'il considérait le problème Tchétchène comme une "affaire interne" à la Russie.

Relations Iran-Israël

En octobre 2005, Ahmadinejad a fait un discours contenant des positions contradictoires à propos d'Israël. D'après les traductions les plus largement publiées, il a dit « qu’il adhérait aux propos de l’Ayatollah Khomeini selon lesquels un jour le régime sioniste serait rayé de la carte »[15],[16].

Les commentaires d'Ahmadinejad ont été condamnés par la plupart des gouvernements occidentaux, l'Union européenne, la Russie, le Conseil de sécurité des Nations unies et le Secrétaire général Kofi Annan. Les dirigeants Égyptiens, Turcs et Palestiniens ont aussi exprimé leur inconfort face à cette remarque d'Ahamadinejad[17]. Le premier ministre du Canada de l'époque, Paul Martin a dit que « cette menace envers l'existence d'Israël, cet appel à un génocide couplé aux ambitions nucléaires évidentes de l'Iran est un sujet que le monde ne peut pas ignorer ».[18]

La traduction de cette déclaration a été controversée. Lors d'une conférence de presse donnée le 14 janvier 2006, Ahmadinejad a déclaré à propos de son discours d'octobre « qu'il n'y avait pas de politique nouvelle, ils ont créé tout un ressentiment autour de cette déclaration. »[19]. En juin 2006, un éditorialiste du Guardian, Jonathan Steele a cité plusieurs persophones et traducteurs qui ont dit que la phrase en question serait plus exactement traduite par "balayé" des "pages du temps" ou "des pages de l'histoire" plutôt que "rayé de la carte" [20] En réexaminant la controverse sur la traduction, un éditeur du New York Times, Ethan Bronner a fait observer que "toutes les traductions officielles" des commentaires, dont celle du ministère des Affaires étrangères iranien et du bureau du président "se réfèrent à balayer Israël bien loin". [21].

Ahmandinejad a aussi comparé les actions d'Israël dans le Conflit israélo-libanais de 2006 aux actions d'Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale en disant que "Hitler cherchait des prétextes pour attaquer les autres nations" et que "le régime sioniste cherche des prétextes sans fondements afin d'envahir les pays musulmans et qu'en ce moment, il justifie ces attaques par des excuses non fondées."[22].

Le 8 août 2006, il a donné une entrevue télévisée à Mike Wallace, un correspondant de 60 Minutes, dans laquelle il a parlé de ce qu'il estime être la culpabilité d'Israël pour les souffrances du Liban, et des justifications morales des attaques aux missiles du Hezbollah. Plus tard dans cette entrevue, Ahmadinejad était prié d'exprimer ses opinions concernant l'état d'Israël et on lui a demandé de s'expliquer à propos de ses déclarations précédentes concernant le droit à exister, la suggestion au fait que l'État israélien devrait être déplacé en Europe, puisque ce sont les européens qui ont pris la responsabilité de l'Holocauste[23]..

Positions politiques au sujet d'Israel

Le président iranien est un adepte des formules chocs et révisionnistes et est soutenu dans ses propos par les Neturei Karta mouvement juif ultra-orthodoxe millénariste opposé au sionisme [24]. Il soutient aussi régulièrement les palestiniens qui sont en lutte contre l'État d'Israel.

Le 8 décembre 2005, Ahmadinejad nie l'existence de l'ampleur de la Shoah, il demande à l'Allemagne et à l'Autriche de céder une partie de leur territoire pour établir l'État d'Israël. [25]

Le 14 décembre 2005, il dénonce le « mythe du massacre des Juifs » et propose de créer un état israélien en Europe, aux États-Unis, au Canada ou encore en Alaska, lors d'un discours retransmis en direct par la télévision d'état iranienne.

Le 6 janvier 2006, suite à l'hospitalisation du premier ministre israélien Ariel Sharon, le président iranien se réjouit de l'imminence de la mort de Sharon, qui est selon lui responsable du massacre de Sabra et Chatila. En effet, sa déclaration est la suivante : [26]

Le 20 octobre 2006, Mahmoud Ahmadinejad s'adresse aux pays européens qui soutiennent Israël devant la foule rassemblée pour célébrer la "journée mondiale de Jérusalem". Il souligne dans cette déclaration que ceux qui se tiennent aux côtés du régime sioniste s'exposent à la colère du monde[27]. ». Le 12 décembre 2006, lors d'une conférence sur l’holocauste organisé à Téhéran, Ahmadinejad essaie de justifier ces propos d'octobre 2005, qui avaient lancé une polémique quand il avait déclaré qu'Israel allait disparaitre[28]. ».

Notes et références

↑ "Les ratés de la démocratie paraguayenne", Le monde diplomatique, juin 2003 (consulté le 25/09/2006).
↑ Alexandre Adler, Rendez vous avec l'Islam, Grasset, 2005, ISBN 2246675510 262p. (cf p.142)
↑ "The Need for Economic Solutions" par Soheyl Asefi, Rooz Online, 28/06/2006 (consulté le 31/08/2006)
↑ (fa) Rooz Online, 2/12/2005 (consulté le 30/08/2006)
↑ (fa) Rooz Online, 11/07/2006 (consulté le 30/08/2006)
↑ (fa) Rooz Online, 6/05/2006 (consulté le 30/08/2006)
↑ a  b  Le Figaro 09/05/2006 (consulté le 30/08/2006)
↑ (fa) BBC News, 26/04/2006 (consulté le 30/08/2006)
↑ (fa) BBC News, 26/04/2006 (consulté le 30/08/2006)
↑ Rooz Online, 20/06/2006 (consulté le 30/08/2006)
↑ Washington choisit d'ignorer la lettre de Mahmoud Ahmadinejad, Le Monde, 9 mai 2006
↑ (fr) nces-nucleaires-de-l-Onu_a6577.html « Iran: Ahmadinejad défie les puissances nucléaires de l'Organisation des Nations unies », Agence France Presse sur le site de e-marrakech.com
↑ Libération, 29/08/2006 (consulté le 31/08/2006)
↑ Teheran 'secretly trains' Chechens to fight in Russia, The Telegraph, 27 Nov. 2005. Consultée le 31/08/62006.
↑ (fr) « En voie de radicalisation, l'Iran veut "rayer" Israël de la carte », Mouna Naïm, Le Monde, 27/10/2005
↑ (fr) « Ahmadinejad : «Israël doit être rayé de la carte» », Siavosh Ghazi, RFI, 27/10/2005
↑ (en) UN raps Iran's anti-Israel rant, BBC News. Consulté le 31 août 2006
↑ (en) European Commissioner for External Relations and European Neighbourhood policy: Statement on recent declarations by the President of Iran, EUROPA. Consulté le 31 août 2006
↑ U.N. Scrutiny Won't Make Iran Quit Nuclear Effort, President Says, Nazila Fathi, New York Times, 15 January, 2006
↑ (en) Jonathan Steele. Lost in translation, The Guardian, June 14, 2006.
↑ (en) Just How Far Did They Go, Those Words Against Israel?, = The New York Times. Consulté le 31 août 2006
↑ Ahamdinejad compare Israël à Hitler 7 sur 7, 15/07/2006 (consulté le 31/08/2006)
↑ (en) CBS News 13/08/2006 (consulté le 31/08/2006)
↑ (en) The Orthodox Jewish response to the criticism of the Iranian President, Rabbi Yisroel Dovid Weiss, Neturei Karta International, 28/10/2005 (consulté le 31/08/2005)
↑ (fr) « M. Ahmadinejad qualifie Israël de « tumeur » et doute de la Shoah », Le Monde, 10/12/2005
↑ . La citation en langue anglaise est « Hopefully, the news that the criminal of Sabra and Shatila has joined his ancestors is final. », que l'on pourrait traduire par « Espérons-le, l'information disant que le criminel de Sabra et Chatila à rejoint ses ancêtres est définitive. »« For Arab public, Sharon's past overshadows recent efforts », International Herald Tribune, 06/01/2006
↑ Cécile Hennion, « Le président iranien à l'Europe : "Abandonnez Israël" », dans Le Monde du 22/10/2006, [lire en ligne]
↑ « Ahmadinejad affirme que l'État d'Israël "va bientôt disparaître" », dans Le Monde du 12/11/2006,

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Mahmoud AHMADINEJAD Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




Mahmoud AHMADINEJAD Empty
MessageSujet: Re: Mahmoud AHMADINEJAD   Mahmoud AHMADINEJAD Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mahmoud AHMADINEJAD
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès du cheikh Tantaoui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Histoire : de la préhistoire à nos jours :: Les 20e et 21e siècles-
Sauter vers: