FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un procès Outreau bis ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Un procès Outreau bis ? Empty
MessageSujet: Un procès Outreau bis ?   Un procès Outreau bis ? EmptyJeu 30 Mar 2006, 6:49 am

Source : http://fr.news.yahoo.com/29032006/290/protestations-d-innocence-au-proces-d-une-affaire-de-pedophilie.html

mercredi 29 mars 2006, 11h47

Protestations d'innocence au procès d'une affaire de pédophilie

Citation :
SAINT-OMER, Pas-de-Calais (Reuters) - Le procès de sept personnes accusées de viols sur dix mineurs à Outreau s'est ouvert à la cour d'assises du Pas-de-Calais, sur des protestations d'innocence des avocats de la défense et des suspects.

Ce procès présente plusieurs points communs avec la première affaire d'Outreau qui s'est soldée par un retentissant fiasco judiciaire en 2004-2005, avec 13 acquittements et le décès en prison d'une 14e personne.

L'avocat du conseil général (représentant légal des enfants présumés victimes), Me Marc Pantaloni, a demandé que les auditions des enfants, fondamentales pour l'accusation, se déroulent dans un huis clos total, sans public ni presse.

Plusieurs accusés qui comparaissent libres ont affirmé leur innocence à leur arrivée au palais de justice..

"Je n'ai rien fait, je n'ai rien à me reprocher", a ainsi déclaré Sylvain D..

"Je me sens très bien, je n'ai rien fait de mal, j'ai hâte de retrouver mes deux enfants, il faut que cela finisse maintenant, j'ai fait 34 mois de prison pour rien", a expliqué son frère Patrick.

La belle-mère de ces deux accusés, Renée L., 62 ans, a lâché elle aussi à son arrivée : "Je suis innocente".

Les avocats des accusés sont nombreux a avoir dressé un parallèle avec le premier procès d'Outreau.

"La maison justice risque une nouvelle fois de brûler", a lancé Me Franck Berton, en affirmant "même enquête, mêmes accusations fantaisistes, mêmes expertises critiquables, on est dans un procès que l'on a déjà l'impression d'avoir vu".

"Ce dossier est vide en terme de preuve, je me battrai avec vigueur pour l'acquittement", a renchéri Me Julien Delarue.

"Même méthodologie, mêmes réflexes, même corporatisme, il y a aussi peu de preuves dans ce dossier que dans le premier", a estimé Me Eric Dupont Moretti.

HUIS CLOS TOTAL POUR LES ENFANTS

La demande de huis clos, que la cour est contrainte légalement d'accepter, n'était pas appuyée par le parquet général. Le président de la cour d'assises, Jean-Paul Beulque, a tenté en vain d'obtenir de l'avocat une autorisation pour la presse de suivre les auditions en salle de retransmission vidéo.

Ce point avait créé une polémique au procès en appel de la première affaire, à Paris en 2005. Présent à l'époque, Me Pantaloni assure vouloir protéger les enfants des pressions.

La défense l'accuse de dissimuler le caractère fantaisiste de leurs dépositions pour "sauver" l'accusation.

Les accusés de ce procès sont trois frères, trois soeurs, qu'ils ont épousées, et la mère des trois femmes.

Ils habitaient une tour HLM dans le quartier qui fut le théâtre de la première affaire dite d'Outreau.

L'accusation estime disposer de charges probantes pour le procès, mais admet qu'il faut "remettre les éléments sur la table à l'audience".

Arrêtés en 2001, six des sept accusés de ce second dossier Outreau ont été détenus de 32 à 34 mois jusqu'en septembre 2004, à la fin du procès de la première affaire. Seule la mère des trois accusés n'a pas été détenue.

Issus d'un milieu très modeste, décrits pour certains comme "à la limite de la débilité légère", les accusés sont soupçonnés d'avoir abusé des dix enfants des trois couples et encourent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

En l'absence de preuves matérielles, l'accusation repose essentiellement sur les déclarations des enfants, tous placés en famille d'accueil et des expertises psychologiques, éléments déjà contestés lors de la première affaire.

Autre point commun de l'accusation, Myriam Badaoui, principale accusatrice de cette première affaire devenue témoin à charge dans la seconde, sera entendue par la cour le 7 avril. Le procès s'achèvera le 14 avril.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Un procès Outreau bis ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Un procès Outreau bis ? Empty
MessageSujet: Re: Un procès Outreau bis ?   Un procès Outreau bis ? EmptyVen 31 Mar 2006, 11:23 am

Source : http://fr.news.yahoo.com/30032006/290/nouveaux-doutes-au-proces-de-l-affaire-outreau-bis.html

jeudi 30 mars 2006, 19h46

Nouveaux doutes au procès de l'affaire "Outreau bis"

Citation :
SAINT-OMER, Pas-de-Calais (Reuters) - La défense estime disposer de nouveaux éléments à décharge au procès de sept personnes accusées de viols sur dix de leurs enfants à Outreau, dans le Pas-de-Calais, entre 1994 et 2001.

Il s'agit d'expertises psychologiques et psychiatriques des dix enfants accusateurs réalisées ces derniers mois à la demande de la cour d'assises par le psychiatre Roland Coutanceau et le psychologue Alain Pénin.

Dans leurs rapports, remis mercredi aux avocats des différentes parties et dont Reuters a pris connaissance, ces deux experts expliquent pour neuf cas qu'ils ne peuvent déduire aucune charge de leur travail.

Soit les enfants leur ont avoué n'avoir subi aucuns sévices sexuels, soit ils ont déclaré ne se souvenir de rien, soit ils ont délivré des récits jugés non crédibles, soit, pour les plus jeunes, il est impossible de conclure, écrivent-ils.

Pour une seule enfant, Jessica, aujourd'hui majeure, ils concluent que "des éléments cliniques et psychologiques" laissent penser que son récit de sévices sexuels est "authentique".

Pour la défense, ces conclusions viennent affaiblir considérablement l'accusation, puisque cette dernière s'appuie essentiellement sur les récits initiaux des enfants.

Le parquet général estime toutefois qu'il faut attendre les auditions devant la cour des enfants, qui se dérouleront la semaine prochaine à huis clos, et aussi celles des experts Couteauceau et Pénin, qui témoigneront à partir de lundi.

Le dossier présente des similitudes avec la première affaire de pédophilie d'Outreau, qui s'est soldée par un fiasco judiciaire retentissant avec 13 acquittements et la mort d'une 14e personne en prison.

Dans ce dossier, les enfants qui accusaient initialement les adultes - dont un est d'ailleurs aussi témoin à charge dans le second dossier - se sont rétractés pour la plupart.

AUDIENCE FAVORABLE A DEUX ACCUSES

Jeudi, l'audience a montré que les deux principaux accusés, qui ont nié catégoriquement avoir violé leurs enfants, souffraient de troubles psychiatriques.

Didier D., 40 ans, et son ex-concubine Fernande V., 37 ans, sont accusés par leurs trois enfants, placés par les services sociaux dans des familles d'accueil en 1996 et 1999.

"Je les adore, je les aime, j'aurais jamais fait de mal à mes enfants", a dit Fernande V. à la cour. Son ex-compagnon a dit la même chose, en des termes parfois frustes et maladroits: "je les aimais de tout mon corps entier, j'étais un vrai père".

Leur rencontre, en 1989, a eu lieu dans un hôpital psychiatrique.

Didier D. suit depuis l'âge de 15 ans un lourd traitement aux neuroleptiques. Il touche une allocation d'adulte handicapé et a passé l'essentiel de sa vie d'adulte dans un Centre d'aide par le travail pour déficients mentaux.

Fernande V. suit également un traitement médical identique depuis l'enfance et a fait six tentatives de suicide.

Pendant l'instruction, ils ont passé 32 et 34 mois en prison, où ils disent avoir été rudoyés par leurs codétenus, et ont passé de longues périodes à l'isolement.

La première enfant accusatrice, Jessica, est née d'un premier lit et Didier D. n'est donc pas son père. Elle a été placée en famille d'accueil en raison de maltraitances physiques mais non sexuelles.

Elle a porté ses premières accusations d'abus sexuels en 2001, cinq ans après ce placement.

Les témoins interrogés jeudi ont dit ne pas croire aux accusations des enfants. A la barre, Alain, le frère aîné de Didier, est même revenu sur sa déposition à charge faite pendant l'instruction, lorsque son cadet était en prison.

Jessica sera entendue lundi prochain. Le procès se poursuit vendredi.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Un procès Outreau bis ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Un procès Outreau bis ? Empty
MessageSujet: Re: Un procès Outreau bis ?   Un procès Outreau bis ? EmptyVen 07 Avr 2006, 6:40 am

Source : http://fr.news.yahoo.com/06042006/290/les-enfants-sement-le-doute-au-deuxieme-proces-d-outreau.html

jeudi 6 avril 2006, 21h41

Les enfants sèment le doute au deuxième procès d'Outreau

Citation :
SAINT-OMER, Pas-de-Calais (Reuters) - Les auditions à huis clos des enfants accusant sept habitants d'Outreau d'abus sexuels, achevées devant la cour d'assises du Pas-de-Calais, ont semé le trouble dans ce procès à haut risques pour la justice.

Jeudi, les deux derniers enfants entendus n'ont pas apporté d'éléments permettant de trancher. Selon plusieurs avocats de la défense, Gabriel, 13 ans a déclaré ne se souvenir de rien.

Lorie, 9 ans, aurait maintenu ses accusations d'abus sexuels "du bout des lèvres, sans reconnaître ses parents, tout en affirmant qu'ils en étaient responsables", selon un avocat de la défense, Me Hervé Corbanesi.

Auditionnés sans public ni presse, à la demande de leur représentant légal, le conseil général du Pas-de-Calais, les six enfants entendus ont en général confirmé leurs accusations devant la cour et les jurés, l'un d'eux en ajoutant même de nouvelles.

Cette affaire où dix enfants sont présumés victimes, présente des similitudes avec le premier procès d'Outreau, fiasco retentissant soldé par 13 acquittements et un décès en prison.

A ce second procès, les avocats du conseil général et l'avocat général, Jean-Marie Descamps ont estimé que l'accusation était confortée.

La défense estime au contraire que les déclarations sont confuses, voire suspectes et souligne qu'elles ne sont pas confortées par des éléments matériels ou médicaux.

Les sept accusés sont trois frères, trois soeurs devenues leurs compagnes et la mère de ces dernière. Les six premiers ont purgé de 32 à 34 mois de détention avant d'être libérés en 2004.

Le verdict est attendu en fin de semaine prochaine, les accusés encourent jusqu'à vingt ans de réclusion.

Les différentes parties ont rapporté à la presse que, mercredi, Patrice, âgé de 13 ans, avait raconté à la barre avoir assisté à l'agression de sa cousine Jessica par les trois frères présents dans le box des accusés.

DEPOSITION "TRES IMPORTANTE"

L'enfant n'avait jamais parlé de cette scène auparavant. Selon le magistrat de l'accusation délégué au procès, la déposition était un moment "très important" car l'enfant a maintenu ses dires pendant un interrogatoire très long et très précis de l'accusation et de la défense.

Entendue lundi dernier, Jessica avait aussi parlé de l'agression par les trois hommes.

Ses propos avaient alors été qualifiés de "confus et peu précis" par la défense qui souligne que la jeune fille a été déclarée vierge par une expertise médicale.

Boris, un autre enfant, a mis en cause directement et nominativement l'un des accusés, Sylvain D.

"Le dossier est déverrouillé, Jessica dit une chose, son frère dit la même, un cousin confirme maintenant" commente Me Marc Pantaloni, l'un des avocats du Conseil Général.

Les avocats de la défense soulignent cependant que de nouvelles expertises psychologiques et psychiatriques ordonnées par la cour se sont avérées non concluantes pour neuf enfants, seule le récit de Jessica étant présumé authentique.

"Patrice a parlé après une interruption d'audience, après un entretien avec les avocats alors qu'il n'avait rien dit, ni aux enquêteurs, ni aux experts" explique Me Berton, peu enclin à croire à une révélation "spontanée".

"Ces propos à l'audience ne changent rien, leur crédibilité est sujette à caution" rajoute Me Dupont-Moretti.

Vendredi, la cour va entendre Myriam Badaoui, principale accusatrice du premier procès, devenue témoin à charge dans le second après une rencontre fortuite avec les suspects au palais de justice de Boulogne-sur-mer.

L'accusation ne l'avait pas citée au procès, estimant ses propos décrédibilisés par ses rétractations dans la première affaire. C'est la défense qui l'a appelée à la barre.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Un procès Outreau bis ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




Un procès Outreau bis ? Empty
MessageSujet: Re: Un procès Outreau bis ?   Un procès Outreau bis ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un procès Outreau bis ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Insécurité, criminalité, justice :: Grandes affaires judiciaires-
Sauter vers: