FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Flandre sur le chemin de l'indépendance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: La Flandre sur le chemin de l'indépendance   Mar 20 Nov 2007, 10:51 pm

Source : http://www.jeune-france.org/Tribune%20europeenne/flandre.htm

La Flandre sur le chemin de l'indépendance

par Pierre Hillard

Citation :
Parler de l’éclatement de la Belgique est une vieille « arlésienne » depuis la fondation de ce pays en 1831, en particulier avec la reconnaissance de son indépendance et de sa neutralité lors de la Conférence de Londres. En effet, sous le couvert de la citoyenneté belge, deux peuples, les Wallons de culture romane et les Flamands de culture germanique, coexistent. Nous pouvons même ajouter un troisième peuple avec la petite communauté germanophone d’Eupen et Malmédy qui ne dépasse guère les 60 000 habitants. La monarchie belge a assuré la cohésion du pays malgré les vicissitudes de l’histoire comme les deux guerres mondiales. Certaines mauvaises langues affirment même que les seuls Belges sont la famille royale. Mais tant bien que mal, la cohésion du pays s’est maintenue. Cependant, depuis le dernier quart du XXè siècle, on assiste à un ébranlement en profondeur de la société belge. L’instauration du fédéralisme en 1980 a été le premier symptôme de cette mutation basée sur le concept des communautés et des régions. Les entités fédérées se sont vues conférer de nombreuses compétences leur permettant de mener une politique autonome. Ces compétences sont larges : emploi, soins de santé, enseignement, aménagement du territoire, environnement, politique pour les familles, gestion des communes etc.

Cette montée en puissance des prérogatives multiples flamande et wallonne se superpose à des disparités économiques importantes entre ces deux blocs au profit de la Flandre. Ajoutons à cela une opposition culturelle de plus en plus entretenue et affichée, et nous nous approchons de cette fameuse masse critique prélude à l’éclatement de la Belgique. Le véritable coup de semonce a été lancé à la fin de l’année 2005 avec la signature d’un manifeste de 250 pages intitulé « Pour une Flandre indépendante en Europe ». C’est sous l’égide d’une cinquantaine d’hommes d’affaires, de journalistes et de professeurs d’université flamands, dit « groupe de Warande », qu’un document a vu le jour. Rappelant le retard économique de la Wallonie et le coût financier pour la Flandre, ce texte affirme : « A l’intérieur de la Belgique, la Flandre a évolué d’une région pauvre, sous-développée, vers une communauté à part entière avec sa propre langue, sa propre culture, un niveau de vie relativement élevé et ses propres caractéristiques et objectifs économiques et sociaux. Comme l’histoire belgo-flamande le montre clairement, ce développement s’est poursuivi malgré la résistance parfois opiniâtre de l’appareil étatique et des compatriotes francophones ».
Ce texte rappelle le coût économique de la Wallonie sur le bon fonctionnement de la Flandre. Nous présentons les données exposées par le « groupe de Warande ». Même si globalement ces chiffres soulignent le décalage réel entre ces deux régions, nous devons les prendre toutefois avec prudence car il est aussi dans l’intérêt économique des Flamands (6 millions d’habitants) de présenter ces disparités économiques sous un certain angle, quitte à oublier ce que la Flandre doit à la Wallonie (4 millions d’habitants en comptant Bruxelles). Dans toute chose, il faut toujours avoir l’avis du procureur mais aussi de l’avocat. Or, nous ne disposons pas de données wallonnes sur ce fameux décalage économique. Cependant, si nous nous tenons aux données chiffrées du « groupe de Warande » qui s’arrêtent en 2003, nous pouvons constater les faits suivants. La Flandre a versé via la sécurité sociale 3,7 milliards d’euros (2,1 à la Wallonie et 1,6 à Bruxelles). Assurant 64% des recettes de la sécurité sociale, les dépenses flamandes s’élèvent à 56,6% (chômage, soins de santé, …). Le coût des fonctionnaires plus en important en Wallonie (alors qu’elle est moins peuplée) s’élève à 1,5 milliard d’euros, soit 250 euros par Flamand. Les transferts de financement des zones économiquement retardées en Wallonie et à Bruxelles s’élèvent à 1,3 milliard d’euros pour la Flandre. Toujours selon le « groupe de Warande », la Flandre a payé au total 8,1 milliards pour la Wallonie et 2,3 milliards pour Bruxelles, soit 10,4 milliards d’euros en 2003. Cette somme correspond à 1734 euros par Flamand. Un chapitre est consacré à Bruxelles à 85% francophone mais en plein territoire flamand. La capitale belge a un taux de chômage le plus élevé de toutes les capitales d’Europe (à l’exception de Berlin) : 19,2% de chômage alors que la Flandre ne compte que 7,4% de chômeurs.
Cette disparité économique entre ces deux blocs entraîne des tensions croissantes entre Flamands et Wallons. Cette tension est rehaussée par l’édification de l’Union européenne ce qui n’arrange pas les choses. Comme le souligne avec beaucoup de justesse un des membres du « groupe de Warande », Rémi Vermeiren : « Vu le nombre croissant de compétences européennes d’une part, et de compétences régionales d’autre part, il ne reste en fin de compte plus tant que ça de la Belgique ». Ces propos sont en fait valables pour l’ensemble des pays de l’Union européenne (par exemple : l’affirmation de la nation catalane en septembre 2005 dans un nouveau statut au grand dam de Madrid). En effet, nous assistons à l’édification d’un Etat européen parallèlement à la délégation de pouvoirs politiques, financiers, administratifs, etc aux régions, ces dernières traitant de plus en plus avec l’autorité supranationale de Bruxelles. Entre ces deux pôles, l’Etat national est pris dans un véritable étau. Vidé de sa substance, l’Etat belge n’est plus en mesure de freiner l’implosion du pays dont les oppositions culturelles accélèrent les envies d’indépendance des Flamands. Ces derniers viennent d’ailleurs d’adopter une nouvelle mesure instaurant la connaissance obligatoire du néerlandais pour obtenir un logement social en territoire flamand. Comme la plupart des Belges francophones ne maîtrise pas cette langue, le droit à un logement social en Flandre leur échappe. Tous ces éléments entrent dans le processus favorisant l’éclatement de la Belgique. Cependant, un nouveau pas a été franchi sous la houlette des chrétiens-démocrates flamands (le CD§V).
En effet, le ministre-président de la communauté flamande, le chrétien-démocrate Yves Leterme vient avec son partenaire le NVA (ex-Volksunie : parti prônant le fédéralisme ethno-régionaliste) de lancer un véritable pavé dans la mare. Ils ont présenté à la fin du mois de janvier 2006, lors de la « 3è conférence flamande », le projet d’une constitution flamande qui stipule dans son préambule : « La Flandre est une nation dont le Parlement flamand doit pouvoir déterminer l’organisation politique, sociale et institutionnelle (…) ». La Flandre deviendrait « le premier niveau de pouvoir » parce que « l’intérêt de la communauté prend de plus en plus d’importance dans un monde qui change rapidement ». Ces affirmations ne font qu’accompagner les revendications sécessionnistes du Vlaams Belang (ex-Vlaams Block, le FN belge) parti qui a obtenu des scores supérieurs à 20% et 25% dans de nombreuses villes flamandes. De ce fait, les partis flamands se retrouvent sur la même longueur d’onde pour prôner l’indépendance de la Flandre. Le président du gouvernement flamand, Yves Leterme, annonçait déjà la couleur dans un article de juillet 2005 (La Libre Belgique) prônant le renforcement ethno-éconnomique des régions dans le cadre d’un fédéralisme amélioré : « C’est pourquoi, je plaide en faveur d’une transition de l’actuel « fédéralisme de coopération » vers un « fédéralisme responsable ». Le fédéralisme responsable implique que chaque entité fédérée est respectée dans ses compétences, et qu’elle peut les exercer pleinement. Cela implique en outre que chaque entité fédérée assume ses propres responsabilités au sein d’un Etat fédéral (…). Enfin, le fédéralisme responsable implique le respect de la langue de l’autre, de son territoire et de son identité culturelle (…). Il convient dès lors d’œuvrer à une meilleure répartition des compétences entre l’Etat fédéral et les entités fédérées en matière d’autonomie fiscale et financière (…) ». En résumé, les Flamands vaquent à leurs affaires politiques, économiques et culturelles sans être obligés d’être les vaches à lait d’une Wallonie à la traîne. Ces déclarations d’autonomie renforcée prélude à l’éclatement de la Belgique devraient connaître des rebondissements lors des élections communales d’octobre 2006 et des élections nationales de mai 2007. En effet, Yves Leterme brigue le poste de 1er ministre d’un Etat belge déliquescent. Déjà des signes avant-coureurs se font jour puisque le Parlement flamand n’hésite pas à dire qu’il exerce « les pouvoirs législatifs de l’Etat fédéré flamand ».
Face à la partition programmée de la Belgique, de nombreux Wallons tournent leur regard vers la France. Certains n’hésitent pas à prôner un rattachement de la Wallonie à la France. C’est le cas en particulier du RWF-RBF (Rassemblement Wallonie-France/Rassemblement Bruxelles-France). Ces déclarations touchent les cœurs des Français patriotes qui accueilleraient à bras ouverts les Wallons de culture européenne et chrétienne et donc parfaitement assimilables à la culture française. Cependant, en politique, tout se calcule. La raison et la connaissance de l’arrière-fond de la construction européenne doivent dominer les sentiments. En effet, si la France acceptait d’intégrer avec son accord la Wallonie au corps national, nous risquerions d’ouvrir une véritable boîte de Pandore. La politique ne se fait plus à Paris mais à Bruxelles qui travaille en liaison avec de nombreux instituts euro-mondialistes. Or parmi ceux-ci, il existe un institut germano-européen, l’ARFE (l’Association des Régions Frontalières Européennes) dont l’objectif officiel est de transformer les frontières nationales en frontières administratives grâce au principe de la coopération transfrontalière. Ces frontières administratives permettent l’émergence d’eurorégions, entités territoriales regroupant des régions de part et d’autre des frontières nationales défuntes (voir par exemple l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée : www.euroregion-epm.org). Ainsi, nous observons l’émergence de nouvelles entités territoriales se dégageant du cadre national pour traiter directement avec les autorités supranationales, en particulier pour gérer les Fonds structurels qui encouragent l’émergence de nouvelles féodalités régionales. Si la France accepte d’intégrer la Wallonie, les Basques, les Catalans d’Espagne pour ne citer qu’eux ne manqueraient pas d’exiger d’intégrer leurs frères de sang français au sein d’une même entité territoriale. En cas de refus de Paris, beaucoup crierait à la discrimination, principe qui est banni dans les couloirs de la Commission européenne. Compte tenu que les frontières nationales perdent de leur importance et qu’il faut compléter l’architecture de l’Union européenne avec des documents comme la charte des langues régionales, la convention-cadre pour la protection des minorités ou encore les textes encourageant la régionalisation de toute l’Europe, la France risque tout simplement de se faire dépecer. Pour l’acquisition d’un territoire limité à sa frontière Nord, notre pays déclencherait partout en Europe une véritable remise en cause des frontières pour la plus grande joie des mondialistes. Il n’est pas interdit d’imaginer aussi qu’une eurorégion incluant, outre la Wallonie, mais aussi la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, le Luxembourg et la Sarre se constitue. Toutes les combinaisons et refontes territoriales sont possibles avec les régions des pays bordant la Belgique défunte.
Rien n’interdit que la Wallonie soit rattachée un jour à la France. Mais il faut d’abord que notre pays retrouve sa souveraineté politique et rompe les liens avec tous les instituts et tous les organismes politiques favorables au supranational. Mais pour que cet événement arrive, il faudra une révolution ou une guerre.


Pierre Hillard a publié en 2005 La décomposition des nations européennes aux éditions François-Xavier de Guibert.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
VINCENT
Membre d'élite
Membre d'élite
avatar

Masculin
Nombre de messages : 756
Age : 58
Localisation : Département de la Dyle
Langue : Français
Emploi/loisirs : Militant réunioniste
Date d'inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: La Flandre sur le chemin de l'indépendance   Mer 21 Nov 2007, 8:40 am

Je connais bien ce texte : il a été écrit par un peureux. En fait, ce sont les belgicains qui ont propagé ces fadaises : à France2, dimanche soir, on voyait un manifestant belgeois proclamer : "Et si la Belgique se scinde, que deviendra la France, avec la Bretagne qui prendra son indépendance ?" Un culot décoiffant ! Du chantage au séparatisme en France même, pour sauver la Belgique ! Rolling Eyes What a Face

Il faut bien se dire que c'est l'indépendance de la Wallonie qui pourrait donner des idées aux Basques et aux Corses, pas son intégration à la République française ! Comme je le répète souvent, aucune situation n'est vraiment comparable à celle de l'Etat belge en pleine déliquescence. Quant à la Bretagne, son niveau de vie est supérieur à celui de la Wallonie !

Je regrette que des souverainistes français comme M. Hillard (qui ne fait rire personne), des héritiers d'un certain gaullisme, fassent preuve d'une telle pusillanimité. Elle ne me paraît pas très patriotique.

_________________
Ami entends-tu / Le vol noir des corbeaux /
Sur nos plaines ? / Ami entends-tu / Les cris sourds du pays / Qu'on enchaîne ?
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: La Flandre sur le chemin de l'indépendance   Mer 21 Nov 2007, 9:31 am

C'est typique des millieux wallingants et flamingants de souhaiter, copains comme cochons, l'éclatement de la France via l'Alsace, la Bretagne, le Pays Basque, la Catalogne, la Corse et les DOM-TOM ! En fait ils agissent exactement comme les Nazis qui souhaitaient une vague Europe des régions entourant un Gross Reich bien unit lui !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
CitoyenAuQuotidien
Membre d'élite
Membre d'élite


Masculin
Nombre de messages : 400
Age : 33
Localisation : Namur
Langue : Francais, Néerlandais, Anglais
Emploi/loisirs : Fonctionnaire
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: La Flandre sur le chemin de l'indépendance   Mer 21 Nov 2007, 10:06 am

En soit je ne donne pas tord au miliants du Warande.
Qu'il y ai des transferts, ok, mais de grace, qu'ils servent au moins à sortir la Wallonie, et particulièrement ses vieux bastions industriels à sortir du déclin profond.

Je comprend aussi l'aggacement des flamands vis à vis des francophones qui ne veulent rien réformer.
Prenez l'expemple de la légilsation sur le travail : pour les saisoniers, il est impossible de "cummuler" travail saisonnier d'été avec travail saisonier d'hiver... Les flamands veulent, à juste titre mettre fin à cette bétise, mais les francophones n'en veulent pas car il faut "partager le travail", qu'il n'y a pas en Wallonie.

Puis y a toutes des matières, je suis pour leur régionalisation : genre la mer du nord, située en Flandre, que la région flamande s'occuppe de ca.

L'aéroprt de Zaventem? Il est en flandre, pourquoi la Région flamande ne pourait pas s'en occuper, mise à part le délicat problème du survol...

Les flamands veulent avancer l'argent pour les infrastructures de la SNCB? Pq pas après tout...

Les compétences régionalisées, ont étés fortement bien gérée par la Flandre, ce qui n'est pas le cas de la partie francophone du pays... et c'est ca qui me fait peur, c'est que si on régionalise, ce soit encore pire qu'aujourd'hui...

Pas plus tard, qu'hier, au JT, on parlais de l'absentéisme grave au parlement wallon, comment voulez vous que notre région tourne si les élus ne foutent rien, mise à part réclamer un 3° parlement wallon, en 25 années d'existence !

_________________
Ai parfois du mal à comprendre nos politiciens
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: La Flandre sur le chemin de l'indépendance   Mer 21 Nov 2007, 10:19 am

Les Flamands feraient mieux de balayer devant leurs portes ! N'est-ce pas au niveau national (Wallonie + Bruxelles + Flandre) que furent financés l'aéroport "national" de Zaventem, le port de Zeebrugge, l'entretien du Port d'Antwerpen, le Jardin botanique de Meise, les différents musées (fort riches) situés à Bruxelles, ...
S'ils veulent parler gros sous : il faudra tout comptabiliser centime par centime !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Thierry
Membre initié
Membre initié


Masculin
Nombre de messages : 331
Age : 59
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : politique
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: l   Mer 28 Nov 2007, 5:18 pm

Pierre Hillard fait partie de cette sphère souverainiste jusqueboutiste dans leur bêtise ,arqueboutée sur un monde disparu ,se gaussant de grand discours anti-americain quand de l'autre côté Poutine et la Chine manient le baton en interne pour faire taire violemment toute dissidence.J'ai en aversion ces scribouilleux plein de rancoeur et imbus d'eux mêmes mais le vent de l'histoire comme aurait dit le General De Gaulle les balayera comme poussières insignifiantes.

Concernant le vent de l'histoire,que je regrette l'effacement mediatique grand public de la sphère réunionniste actuellement.Une réunion publique en enceinte fermée avec renfort de publicité aurait été géniale.Histoire de compter les troupes et motiver les militants + couverture mediatique
Bravo pour les billets réguliers pertinents et visant juste de PHG sur le site du RWF mais j'ai peur qu'un jour lui et ce petit parti ne soient engloutis, après avoir fait tout le boulot d'eveil, par les gros bataillons du PS,MR et compagnie le jour ou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Flandre sur le chemin de l'indépendance   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Flandre sur le chemin de l'indépendance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour dans le droit chemin - rehab
» Traversée du chemin marquis au Mont-Saint-Michel
» Chemin de Fer - Diamant 1846
» Extrait de "L'Amitié, Chemin du Bonheur"
» Le Havre - Chemin du Quesné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: