FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Mer 21 Nov 2007, 3:13 pm

Source : http://alain-radart.skynetblogs.be/post/4964469/le-divorce-tchecoslovaque

10-09-2007

Le divorce tchécoslovaque

Extraits du journal Le Soir

Citation :
1992 : fin de la Tchécoslovaquie. 2007 : la Belgique s'interroge. Les leçons d'une séparation de velours.
PRAGUE, BRATISLAVA, de notre Envoyé spécial

Trente et un décembre 1992, malgré le Nouvel An, l'ambiance n'est pas à la fête dans les rues de Prague et de Bratislava. Demain, après 74 années d'existence, la Tchécoslovaquie aura disparu, laissant la place aux Républiques tchèque et slovaque. Tous les sondages l'ont montré : tant à l'est qu'à l'ouest, l'opinion publique est majoritairement opposée à la scission. Le référendum promis – une loi a été votée en 1991 par le parlement fédéral tchécoslovaque – n'aura jamais lieu. Une pétition de plus d'un million de signatures en faveur de l'unité nationale est ignorée. Mais les deux partis politiques sortis vainqueurs des élections de juin 1992 en sont convenus : la Tchécoslovaquie a vécu. Une certaine idée de l'Etat, du fédéralisme et de la cohabitation entre des peuples sentimentalement et culturellement proches meurt ce jour-là.
Ce fut un « divorce de velours », écrira-t-on à l'époque. Accompli sans violence, préparé et négocié sans difficultés majeures, alors qu'à quelques centaines de kilomètres de là, la Yougoslavie disloquée sombre dans un sanglant conflit. « Ici, nous étions trop paresseux pour tirer un coup de feu, ironise un historien. Quelqu'un aurait pu être blessé » Aujourd'hui, plus personne ne songe à remettre la séparation en cause. Souvent même, celui qui évoque l'ancienne « Tchéco » s'attire des yeux ronds.
De part et d'autre de la nouvelle frontière vivent désormais les meilleurs amis du monde. Et encore cette frontière-là va-t-elle complètement disparaître entre ces nouveaux Etats membres de l'Union européenne. Théâtres, orchestres et expositions font régulièrement le voyage chez le voisin. Des milliers de jeunes Slovaques poursuivent leurs études à Prague, profitant de la gratuité que leur offrent les universités tchèques. Caissières, médecins, infirmières de nombreux emplois en Tchéquie sont occupés par d'anciens compatriotes…
…Tout semble donc aller pour le mieux. Mais cet aimable divorce, conclu à la hussarde tandis que les Belges négocient de leur côté une énième réforme institutionnelle qui bétonne définitivement le fédéralisme, laisse encore aujourd'hui un goût d'amertume chez certains. « En culbutant le régime communiste en 1989, les gens avaient eu l'impression d'avoir pris en main l'avenir du pays, explique la dramaturge slovaque Zuzana Mistrikova. En 1992, ils ont eu le sentiment d'en avoir été dépouillés. »
Le coût de la scission est oublié ; aucune analyse des profits et pertes n'a d'ailleurs jamais été réalisée. Ni à l'époque, ni aujourd'hui. La séparation a eu l'avantage de faire taire les tensions naissantes entre Tchèques et Slovaques. Mais la disparition d'un devenir commun en chagrine encore certains. « Avec la fédération tchécoslovaque, c'est une certaine manière de vivre ensemble qui a pris fin », regrette Martin Simecka, actuellement rédacteur en chef de l'hebdomadaire Respekt à Prague après avoir dirigé un quotidien slovaque. « La Tchécoslovaquie, seule démocratie d'Europe centrale entre les deux guerres, c'était bien plus que les Tchèques et les Slovaques, ajoute l'ancien dissident Jan Urban. C'était un concept. Un pays où, comme aux Etats-Unis, le citoyen est loyal à l'Etat. Dans une période d'européanisation et de globalisation, nous sommes revenus au XIXe siècle, à un moment où l'élément essentiel de l'identification reposait sur la langue. Ça, c'est stupide ! »…

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Mer 21 Nov 2007, 3:16 pm

Citation :
Il y a 15 ans, quasiment jour pour jour, le Premier ministre slovaque Vladimir Meciar et son homologue tchèque Vaclav Klaus, entourés d'un team restreint de négociateurs, mettaient au point le démembrement. C'est à la villa Tugenhat à Brno (entre Prague et Bratislava), perle de l'architecture moderne, que se tint l'essentiel des discrètes négociations. Un principe : faire vite. Deux critères : la population (deux tiers tchèques, un tiers slovaque) et la localisation géographique (tout ce qui a son siège en Tchéquie est tchèque et inversement pour les avoirs slovaques). Ainsi a-t-on divisé et attribué entreprises d'Etat, institutions culturelles, dette publique, locomotives, chars d'assaut et mitraillettes. Par nature non localisés, les bâtiments diplomatiques à l'étranger furent « valorisés » (on calcula leur valeur), puis répartis suivant la clef démographique. Dans les grandes capitales, on s'est entendu pour trouver à chaque pays un immeuble adéquat. Pour faciliter les choses, l'essentiel de l'ancien droit tchécoslovaque est repris de part et d'autre. En 1993, chaque citoyen eut à choisir une nationalité, indépendamment même de son lieu de naissance. De nombreux Slovaques choisirent de devenir tchèques – certains travaillaient comme fonctionnaire à Prague, d'autres choisissant de fuir le régime autoritaire de Vladimir Meciar qui s'installait à Bratislava.

« Pour les pensionnés tchèques installés à Bratislava ou ailleurs en Slovaquie, choisir un “camp” fut un déchirement », témoigne Tibor Macak, journaliste à l'hebdo Domino. Les deux pays durent réintroduire une demande d'adhésion aux organisations internationales, perdant parfois au passage, à l'Organisation des Nations unies par exemple, le statut de fondateur. Seul un répit fut accordé au championnat de football, qui se poursuivit jusqu'en 1993 avant d'être scindé
Tout ne s'est pas passé comme sur des roulettes, loin s'en faut. Il fallut négocier quelques aménagements territoriaux, la nouvelle frontière coupant des villages ou des propriétés en deux. Et alors que les deux parties avaient convenu avant la séparation qu'aucune d'entre elles ne reprendrait l'ancien drapeau tchécoslovaque, la Tchéquie n'en tint pas compte, à la grande colère des Slovaques. Pendant six semaines, les nouveaux pays gardèrent une monnaie commune – rien n'avait été prévu à ce sujet. Mais rapidement, la situation s'avéra intenable. Il fallut créer deux monnaies, dans un premier temps, seul un cachet apposé sur les billets faisait la différence. En un temps record la couronne slovaque perdit 30 % de sa valeur.
« A la chute du mur, la séparation était inimaginable, explique Jacques Rupnik, spécialiste de l'Europe centrale, ancien conseiller du dernier président tchécoslovaque Vaclav Havel. Il existait certes des ingrédients pour une séparation, mais aussi des éléments penchant en faveur de l'unité ; un Etat démocratique, un projet de fédéralisme démocratique, deux langues et deux peuples très proches. »
Le véritable responsable du divorce ? Le nationaliste Meciar et le libéral pragmatique Klaus portent chacun leur part. A la fin des années 80, la Tchécoslovaquie n'a pas résorbé le déséquilibre entre sa partie tchèque, traditionnellement plus riche, et sa partie slovaque plus pauvre et victime d'une industrialisation lourde à la soviétique. La structure fédérale mise en place en 1968 – deux républiques « autonomes » dotées chacune de leur gouvernement, de leur parlement – est cadenassée par un communisme centralisateur. Les Tchèques qui dominent l'Etat comme le feraient des grands frères éclairés s'identifient davantage à celui-ci. Au lendemain de la révolution de 1989, des revendications autonomistes apparaissent du côté slovaque, où la seule expérience d'un Etat indépendant est entachée d'une collaboration avec les nazis. Un parti nationaliste voit le jour, anti-Tchèques et anti-Hongrois. « A partir de 1990, chaque jeudi à Bratislava, des manifestants se réunissaient au pied de la statue d'un poète slovaque pour chanter des chants fascistes interdits depuis 40 ans », se souvient Zuzanna Szatmary, poétesse, ancienne dissidente et opposante à Meciar.
Les élections de juin 1992 amènent la gauche conservatrice au pouvoir à Bratislava (en coalition avec l'extrême droite ) et la droite réformiste à Prague. En Slovaquie, Meciar, populiste et opportuniste, exploite les thèses nationalistes.
De l'autre côté, Vaclav Klaus se soucie de réformes et conclut rapidement que la Slovaquie représente un obstacle. Difficile à capter, il règne aussi, en Tchéquie, le sentiment égocentrique que l'on ferait mieux si l'on était seul chez soi. Les deux logiques concourent. Mais Klaus a mieux anticipé et s'est mieux préparé. Plusieurs de ses proches prétendent même qu'il aurait délibérament manœuvré pour pousser Meciar l'impulsif à formuler des demandes excessives servant de prétexte au séparatisme. Un divorce de velours ? Pas si sûr. Du côté slovaque, des opposants à la séparation, comme Zuzanna Szatmary, ont été maltraités par des manifestants nationalistes. Havel lui-même fut bousculé par la foule à Bratislava au printemps 1992. « La séparation a entraîné une névrose dans l'opinion », affirme Simecka.
Mais tout cela pèse en définitive peu face au pragmatisme. « A quoi sert de s'acharner à rechercher un coupable en l'absence de crime ? demande Milan Knazko, ancien ministre de Meciar. Si un référendum devait avoir lieu aujourd'hui, le “oui” à la séparation l'emporterait largement. » Pour Juraj Draxler, économiste slovaque travaillant à Bruxelles, « globalement, la séparation a été très profitable »…
Le rapprochement entre ce qui s’est passé en « Tchécoslovaquie » et ce qui se passe en Belgique est évident mais il y a quelques différences, ne fusse que la langue .
En effet le Tchèque et le Slovaque sont pratiquement identiques sauf phonétiquement et grammaticalement, tandis que le flamand et le français n’ont rien en commun !
Ensuite la superficie des régions et le nombre d’habitants sont différents.
La Tchéquie à 10.000.000 d’habitants pour 78.866 Km2, la Slovaquie 5.400.000 habitants pour 48.845Km2 contre 6.000.000 d’habitants et 13.522Km2 pour la Flandre, 3.400.000 habitants et 16.844Km2 pour la Wallonie sans oublier 1.000.000 d’habitants et 161km2 pour Bruxelles.

Mais ce qui s’est passé là bas pourrait évidemment se reproduire ici ! et ce que l’Europe a accepté là bas elle devra l’accepter ici !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alexis
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 28
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Mer 21 Nov 2007, 8:07 pm

La situation est pareil en tout cas. Mais les problèmes encourus par les deux pays n'annoncent guère une séparation réjouissante de notre coté...

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Mer 21 Nov 2007, 9:18 pm

Et pourquoi pas ? La Slovaquie a presque rejoint la Tchéquie question PIB !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alpaga
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 35
Localisation : Belgique
Langue : français, néerlandais
Emploi/loisirs : badminton, théâtre, cinéma
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Mer 21 Nov 2007, 10:07 pm

Mais quand tu vois l'étude (ou les études) faite(s) par les économistes à propos de la probable scission de la Belgique, ce ne sera pas un scénario facile pour la Wallonie.

Flandres --> + riche
Wallonie --> + pauvre, + de chômage, etc.

_________________
Etre entièrement libre et en même temps dominé par la loi, c'est l'éternel paradoxe de la vie humaine.[Oscar WILDE]
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Mer 21 Nov 2007, 10:17 pm

C'était pareil pour l'ex-Tchécoslovaquie !

Flandre = Tchéquie

Wallonie + Bruxelles = Slovaquie !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
VINCENT
Membre d'élite
Membre d'élite
avatar

Masculin
Nombre de messages : 756
Age : 57
Localisation : Département de la Dyle
Langue : Français
Emploi/loisirs : Militant réunioniste
Date d'inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 9:30 am

J'espère une séparation de velours sur le modèle tchécoslovaque. Cependant, je crains que ce soit difficile : d'une part, le nationalisme flamand est agressif et autoritariste, surtout dans la périphérie bruxelloise ; d'autre part, un certain nombre de Wallons et de Bruxellois sont fanatisés, comme on l'a vu dimanche.

En cas de scission effective, le belgicanisme intolérant qui se déchaîne en ce moment constituera, à mon sens, une entrave à l'ordre public.

_________________
Ami entends-tu / Le vol noir des corbeaux /
Sur nos plaines ? / Ami entends-tu / Les cris sourds du pays / Qu'on enchaîne ?
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 9:36 am

Ne sois pas pessimiste VINCENT : le sujet montre que s'il y avait eu un referendum en Tchécoslavaquie la majorité des habitants seraient toujours ... tchécoslovaques ! D'ailleurs la Flandre n'est pas tellement guerrière dans l'âme (cf le pacifisme flamand hérité de la guerre de 1914 - 1918).

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Roy
Grand Maître
Grand Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4440
Age : 47
Localisation : Banlieue lyonnaise
Langue : Français
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 9:58 am

@Alpaga a écrit:
Mais quand tu vois l'étude (ou les études) faite(s) par
les économistes à propos de la probable scission de la Belgique, ce ne
sera pas un scénario facile pour la Wallonie.

Flandres --> + riche
Wallonie --> + pauvre, + de chômage, etc.

Oui mais s'il y a rattachement avec la France celà change la donne !

Au "PIB par habitant en parités de pouvoir d'achat en pourcentage de la moyenne EU25 des 89 régions européennes"

La Wallonie se classe 57/89 (entre Chypre et les iles Canarie) : toutes
les régions françaises sont au dessus (mise à part les DOM).

Et aprés on viendra nous dire que la France va y gagner mais pas la Wallonie ! Rolling Eyes

Maintenant si vous préférez rester au niveau des Iles Canarie, libre à vous....



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://marcywood.forumpro.fr/
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 10:17 am

Cui-cui ! mdr

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Roy
Grand Maître
Grand Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4440
Age : 47
Localisation : Banlieue lyonnaise
Langue : Français
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 1:36 pm

@Stans a écrit:
Cui-cui ! mdr

Tu ne préfére pas cocorico ? (d'autant plus que le coq est déjà l'embléme des Wallons, comme par hasard Rolling Eyes )

france

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://marcywood.forumpro.fr/
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 3:58 pm

C'est toi qui m'a tendu une perche avec les îles Canaries !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alexis
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 28
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 4:03 pm

@VINCENT a écrit:

En cas de scission effective, le belgicanisme intolérant qui se déchaîne en ce moment constituera, à mon sens, une entrave à l'ordre public.

Arrêtez de jouer les martyrs, les "Belgicains" ne vous enferment pas en prison... Une fois le pays scindé, peut-être y aura-t-il des manifestations sans danger comme celle de la semaine passé, au pire...

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Thierry
Membre initié
Membre initié


Masculin
Nombre de messages : 331
Age : 59
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : politique
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Jeu 22 Nov 2007, 9:16 pm

La tactique du cartel CDV NVA comme je viens de le voir à la télé à la chambre avec les propos de Jan Jambon est démoniaque, pensée, on grignote inlassablement comme la vague qui fait flux et reflux
Terrifiant de voir desormais à chaque réunion de commission ou à cette même chambre la crainte qu'ont les partis francophones de voir la majorité flamande utiliser son avantage numerique pour faire passer de force un texte.
Je n'y croyais pas ou n'y croyais plus mais là je n'ai plus aucune incertitude.Malheureusement pour ceux qui l'aiment, la Belgique actuelle dite federale court à sa perte et on s'achemine au mieux vers une association confederale .C'est ineluctable.
Les francophones seuls ont ils les reins assez solides pour se gerer tout seul? Je pense aux comptes de la Region wallonne surtout.A t'elle les moyens financiers de vivre sur ses propres deniers?J'ai peur que cela soit dur
Plus que jamais,surtout pour ceux qui repugnent aux theses reunionnistes,il convient d'être lucide,anticiper autant qu'il en est encore temps une vie sans la Flandre .Il me desolerait de voir ad viternam jusqu'au coup de grâce les Belges français reculer à chaque fois devant la majorité flamande .Osez une contre attaque ou degagez du conflit en vous tournant vers la France .Ce sera l'un ou l'autre mais rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Alpaga
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 35
Localisation : Belgique
Langue : français, néerlandais
Emploi/loisirs : badminton, théâtre, cinéma
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   Sam 24 Nov 2007, 4:57 pm

@Alexis a écrit:
Arrêtez de jouer les martyrs, les "Belgicains" ne vous enferment pas en prison... Une fois le pays scindé, peut-être y aura-t-il des manifestations sans danger comme celle de la semaine passé, au pire...
A croire que les "belgicains" sont des Diables et les "réunionistes" à la France sont des Anges MDRRRRRR balance Et qu'il y a 1 médiateur au milieu de tout ça élève

_________________
Etre entièrement libre et en même temps dominé par la loi, c'est l'éternel paradoxe de la vie humaine.[Oscar WILDE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le divorce tchécoslovaque, un exemple pour la Belgique ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une phrase clé pour remettre les gens en place!! mais quelle phrase??
» Age légal pour choisir ?
» Contrat entre RSG et assistante
» [Vente] Collector, le dernier exemplaire produit !!!!! Baccara, bleu 472, 01/97, 202.000 km, 10.000 € à débattre
» Avis de recrutement à la R .A .D .E .E .S (Safi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: