FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry
Membre initié
Membre initié


Masculin
Nombre de messages : 331
Age : 59
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : politique
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique   Mar 27 Nov 2007, 3:43 pm

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-982977@51-926038,0.html

Portrait

Bart De Wever, le boutefeu de la Belgique

LE MONDE | 27.11.07 | 13h44 • Mis à jour le 27.11.07 | 13h44



Citation :
Regardez bien cet homme : il a l'intention de faire sauter la Belgique. Le jeune Bart De Wever a pourtant un air poupon, l'embonpoint d'un enfant sage, une politesse sans failles. Le dernier coup d'éclat de la crise belge, dans la nuit de lundi 26 novembre, est l'oeuvre de ce trublion de 36 ans, président du petit parti flamingant NVA (Nouvelle Alliance flamande), séparatiste déclaré.

Dans la crise de ce pays sans gouvernement depuis 170 jours, il ne cesse de jouer un rôle dans lequel il excelle : celui de bombe à retardement. Le refus du projet de réforme institutionnelle - qui pourrait aboutir à la démission du chrétien-démocrate flamand Yves Leterme, chargé de former un gouvernement et dont le parti CD & V est en "cartel" avec la NVA -, c'est lui. Pour les francophones "belgicains" (partisans de l'unité), il est l'ennemi. Pour Yves Leterme, il est depuis longtemps l'allié indispensable et encombrant. Le quotidien Le Soir le résumait à la "une" : "Un poison nommé NVA". De Wever, ou le mal-aimé.
Le bureau du président de la NVA, en plein coeur de Bruxelles, ne trompe pas son monde. On est ici chez un parlementaire flamand, député d'Anvers, pas chez un Belge. Un grand drapeau flamand (lion noir sur fond jaune) flotte dans la pièce. Sur le mur sont épinglés une photo du Parlement flamand et un poster de lions (toujours), en rois de la savane. Dans un coin, le président de la NVA a aussi affiché l'un de ces courriers injurieux qu'il a coutume de recevoir : l'une de ses chroniques du quotidien néerlandophone - de gauche - De Morgen, recouverte par ces mots d'un lecteur fâché : "Fascitische zeikerd !" ("emmerdeur fasciste").
En guise de riposte, Bart De Wever met un point d'honneur à s'exprimer dans un français impeccable. Il compte en revanche sur les doigts d'une main les hommes politiques francophones, à commencer par son propre roi, à même de s'exprimer couramment en néerlandais, autre langue officielle en Belgique. Les attaques dont le gratifie régulièrement la presse francophone, il y répond avec un art de la repartie qui fait la joie des plateaux de télévision. Ses habituelles vacances en Bavière lui valent ainsi des caricatures en culotte tyrolienne. "Qu'un habitant du plat pays prenne plaisir à s'aérer en montagne,consent-il d'un air désolé, c'est en effet assez fasciste. J'ai une vie familiale banale et ennuyeuse, je me promène en Bavière, j'y bois des bières et je chante avec les enfants. Si cela peut vous tranquilliser, il m'arrive de le faire aussi en France..."
Bart De Wever, il est vrai, ne fait pas toujours dans la dentelle. En 2005, le jeune parlementaire emplit fictivement de billets de 50 euros douze camionnettes, avec lesquelles il se poste sur la place publique. Une manifestation peu subtile sur l'un des thèmes favoris des séparatistes flamands : les transferts financiers, qu'ils jugent exorbitants, de la Flandre vers la Wallonie. L'une est devenue l'une des régions les plus riches d'Europe, l'autre peine à financer seule ses prestations sociales, parmi lesquelles l'assistance à ses quelque 20 % de chômeurs. "C'était une action très extrême et, allez, pas très fine, admet Bart De Wever. Je voulais signifier que la Flandre est prête à une solidarité efficace, mais pas à des transferts sans fin et sans conditions."
Il vient d'aggraver son cas. Le député s'est indigné du pardon adressé par le bourgmestre (maire) socialiste d'Anvers à la communauté juive, pour l'attitude de la ville pendant la seconde guerre mondiale. Pour Bart De Wever, un acte "gratuit", destiné à discréditer le Vlaams Belang, le parti d'extrême droite. Tollé général. "Je voulais mettre en question la pertinence du pardon en général et celle de la culpabilité d'une ville entière", se justifie le président de la NVA, historien de formation et issu d'une famille liée à la collaboration. Il a finalement présenté ses excuses à la communauté juive. "J'ai eu tort d'oublier que j'étais un homme politique et que la politique n'admet pas les subtilités de l'Histoire", insiste-il.
Avec les ultranationalistes xénophobes du Vlaams Belang, Bart De Wever partage peu de chose. Trop intello pour être populiste. Nationaliste flamand, il se revendique aussi européen. Ouvertement conservateur, il soutient des thèses libérales sur le plan des moeurs, favorable entre autres au mariage des homosexuels. L'identité ne passe pas pour lui par la "race", comme au Vlaams Belang, mais par la langue : il est partisan d'une intégration active des immigrés et de l'apprentissage obligatoire du néerlandais. "Bart De Wever est très difficile à situer", conclut Carl Devos, professeur de sciences politiques à l'université de Gand.
Flamingant avant tout : Bart De Wever l'est de famille. Son père cheminot, sa mère commerçante lui ont transmis l'historique sentiment de frustration de cette minorité linguistique. "Les francophones me trouvent affreux parce que je suis nationaliste, dit-il. Mais c'est facile de ne pas être nationaliste quand on appartient à la culture dominante. De prôner une Belgique unie dès lors qu'elle est francophone et à son image."
Qu'est-ce qu'être belge ? Que reste-t-il de la nation quand la plupart des francophones ne parlent pas le néerlandais, quand les communautés vivent déjà à côté l'une de l'autre, avec leurs propres partis, leurs propres journaux, leurs propres programmes de télévision ? Bart De Wever s'interroge : "L'Europe peut réguler nos fonctionnements et nos solidarités, pourquoi faudrait-il s'acharner à maintenir ce toit intermédiaire qu'on appelle la Belgique ?" Reste la question épineuse de la capitale du pays, Bruxelles, majoritairement francophone et située en territoire flamand. "Bruxelles n'est ni flamande ni wallonne,tranche-t-il. La moitié de la population y est étrangère. Son seul avenir serait celui d'une ville ouverte qui n'appartiendrait à personne, qui serait la capitale de l'Europe, la capitale de la Flandre, et la capitale de la Wallonie si les Wallons le désirent."
Le héros des flamingants se défend de vouloir "le grand soir, d'un seul coup". Il n'empêche : la taille de son parti (5 sièges sur 150 au Parlement fédéral) est inversement proportionnelle à son influence stratégique. De sa manière toujours courtoise, il pose des bombes. "Les francophones sont comme des enfants de 30 ans qui ne veulent pas quitter leurs parents", lance-t-il à la télévision. Il vient de revendiquer l'impossible pour les francophones et pour la gauche flamande : la régionalisation, notamment, de la Sécurité sociale. Tel un lion repu, il savoure le spectacle d'une Belgique au bord de l'explosion.

Marion Van Renterghem



PARCOURS

1970

Naissance à Mortsel (Belgique), près d'Anvers.

1996

Maître assistant en histoire à l'Université catholique
de Louvain.

2001

Cofondateur de la Nouvelle Alliance flamande (NVA).

2003

Tête de liste à Anvers pour les élections législatives fédérales.

2004

Député au Parlement flamand. Président de la NVA.

2007

Député au Parlement fédéral belge.

Article paru dans l'édition du 28.11.07
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique   Mar 27 Nov 2007, 4:23 pm

Voilà ce qu'il en coûte aux partis démocratiques flamands de se "carteliser" avec des partis ultra-nationalistes voire fascisants !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Thierry
Membre initié
Membre initié


Masculin
Nombre de messages : 331
Age : 59
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : politique
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique   Mar 27 Nov 2007, 5:41 pm

Danku pour avoir reformaté correctement mon post ,Stans

Bart est il fascisant? en dépit de ses propos limite sur la deportation des juifs d'Anvers et comme c'est mentionné dans l'article, je le crois quand même attaché à la démocratie dans le fond .J'ai le souvenir à la télé en juin l'avoir vu dire exprimer déja son souhait d'une république flamande, ceci dit en français, et quand tu connais les parcours de son frêre et ...de sa soeur en Wallonie, je ne le place pas sur le même niveau d'extrêmisme qu'un Philip Dewinter
Reconnais aussi qu'à défaut de francophone courageux ,lui fait bien les affaires de ...nos idées.Il reste à faire partager ses idées à d'autres ce qui n'est pas encore fait.
Enfin,à suivre
En France, une toute petite minorité d'etudiants essaient de foutre la pagaille, bien secondés dans les editoriaux par le très à gauche Laurent Joffrin de Liberation qui surfe avec habilité demoniaque sur les recents debordements honteux hier et avant hier soir en banlieue nord de Paris d'une minorité de hors la loi "criminels" ennemis de la France.
Revenir en haut Aller en bas
VINCENT
Membre d'élite
Membre d'élite
avatar

Masculin
Nombre de messages : 756
Age : 58
Localisation : Département de la Dyle
Langue : Français
Emploi/loisirs : Militant réunioniste
Date d'inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique   Mer 05 Déc 2007, 2:12 pm

Nous pouvons remercier la N-VA mais aussi le CD&V de camper sur leurs positions. Cynisme ? oui. Mais je n'y suis pour rien. Est-ce ma faute si nous ne pouvons compter sur les Wallons, s'ils font preuve d'un aveuglement désespérant ? Au point où ils en sont, jusqu'où ne s'abaisseraient-ils pas pour sauver le pays, comme ils disent !

La N-VA est clairement indépendantiste. On oublie un peu vite que le cartel avec le CD&V est possible parce qu'une frange importante de sa base est également indépendantiste. En outre, le scrutin proportionnel permet de telles combinaisons.

Rien n'arrêtera les nationalistes flamands. Si les Wallons avaient un peu de mémoire historique, ils le sauraient ! Et s'ils avaient un peu de courage politique, ils en tireraient les conclusions qui s'imposent !

_________________
Ami entends-tu / Le vol noir des corbeaux /
Sur nos plaines ? / Ami entends-tu / Les cris sourds du pays / Qu'on enchaîne ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bart De Wever,le boutefeu de la Belgique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sièges RF en Belgique??
» Site-boutique de trucs bio en Belgique ?
» Excursions en famille en Belgique
» la Belgique
» idée d'une futur réunion voir la construction du Jean Bart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: