FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pouvoir d'achat et les 35 heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Pouvoir d'achat et les 35 heures   Ven 30 Nov 2007, 9:23 am

Source : http://www.latribune.fr/info/Pouvoir-d-achat--Sarkozy-enfonce-un-nouveau-coin-dans-les-35-heures-311-~-AP-SARKOZY-POUVOIR-ACHAT-SYNTHESE-$Db=News/News.nsf-$Channel=Economie-$SubChannel=France

Economie / France

The Associated Press - 29/11/07 à 22:51:28 - 753 mots

Economie/Social

Pouvoir d'achat: Sarkozy enfonce un nouveau coin dans les 35 heures

Citation :
Très attendu sur la question du pouvoir d'achat, Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi soir un cocktail de mesures, axé principalement sur un nouvel assouplissement des 35 heures, mais qui ne prévoit pas de distribution d'espèces sonnantes et trébuchantes pour le porte-monnaie des Français, déficit budgétaire oblige.

Attendu au tournant pour sa première intervention télévisée depuis le 20 septembre, diffusée en direct depuis l'Elysée sur TF1 et France-2, le président a d'abord proposé aux partenaires sociaux de discuter d'un nouvel assouplissement des 35 heures, qui s'ajouterait à l'exonération fiscale et sociale des heures supplémentaires entrée en vigueur le 1er octobre, jugée trop complexe d'application.
En cas d'"accord majoritaire", il serait possible de s'exonérer des 35 heures en échange d'augmentations de salaires, a-t-il préconisé lors d'une intervention de trois quarts d'heure parfois un peu brouillonne. Faute d'accord, les 35 heures continueraient à s'appliquer. Pour autant, Nicolas Sarkozy s'est défendu de vouloir "supprimer" les lois Aubry. "Je ne veux pas revenir sur un acquis social", a-t-il assuré.
Autre mesure liée aux 35 heures, Nicolas Sarkozy a proposé que les salariés puissent "monétiser" leurs jours de "RTT" en les transformant "en argent". "Ça représente 5 milliards de pouvoir d'achat en plus", a-t-il calculé. Les fonctionnaires verraient leurs heures supplémentaires payées comme "dans le privé", soit 25% de plus. Enfin, des négociations seraient ouvertes dans la fonction publique pour régler la question sensible du stock d'heures supplémentaires non payées.
Nicolas Sarkozy a proposé que ces réformes soient discutées entre l'Etat et les partenaires sociaux lors d'une "conférence sociale" à la "mi-décembre", pour fixer "l'agenda social" des "grandes réformes" de 2008. "Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas le gouvernement prendra ses responsabilités et des textes", a-t-il déjà prévenu.
Autre annonce, en faveur du logement cette fois, le chef de l'Etat a souhaité que les loyers soient désormais indexés sur les prix, afin de limiter la hausse des loyers. Il a exigé qu'un bailleur ne puisse plus réclamer plus d'"un mois" de caution. Des mesures "extrêmement concrètes" qui s'appliqueront "dès le début de l'année".
Comme il l'avait déjà fait en 2004 quand il était ministre de l'Economie, il a suggéré que les salariés puissent débloquer leur participation dans leur entreprise, dans la limite de "10.000 euros". De plus, les entreprises de moins de 50 salariés seraient autorisées à accorder une prime exonérée de cotisations sociales à leurs employés. Son objectif: "redonner du carburant à la croissance française".
Il s'est montré nettement plus flou sur les prix dans la grande distribution, évoquant simplement la création d'un "indice du pouvoir d'achat" et promettant "une grande discussion avec la distribution" pour "aller très loin" dans la baisse des prix dans les rayons.
Un brin démuni, Nicolas Sarkozy? Alors que le pouvoir d'achat caracole en tête des attentes des Français, le président a reconnu que "la seule façon de redonner du pouvoir d'achat, c'est de créer les conditions de la croissance et de réhabiliter le travail". "Je ne peux pas moi-même décider d'une augmentation générale des salaires dans les entreprises. Je peux en revanche dire: 'négociez'", a-t-il lancé.
"Les Français n'attendent pas que je distribue des cadeaux de père Noël, alors qu'ils savent parfaitement bien qu'il n'y a pas d'argent dans les caisses!", s'est-il exclamé. La meilleure défense étant l'attaque, il s'en est pris au PS, qui a avancé une dizaine de propositions sur le pouvoir d'achat. "La démagogie doit avoir des limites!", a-t-il épinglé, accusant le PS de "prévoir un paquet de dépenses" sans recettes. Au passage, il a égratigné le N°1 du PS François Hollande, qui avait dit ne pas "aimer les riches". "Il ne doit pas s'aimer lui-même..."
Au début de son intervention, l'ancien ministre de l'Intérieur a passé près de 15 minutes sur les violences urbaines dans le Val d'Oise, visiblement plus à l'aise. "La République ne cédera pas un pouce de terrain", a-t-il martelé, fustigeant "des voyous déstructurés qui sont prêts à tout, qui sont des trafiquants" et leur promettant de nouveau "la cour d'assises". "Nous retrouverons les tireurs".
AP

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Milan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1440
Age : 35
Localisation : Nancy
Langue : France
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Pouvoir d'achat et les 35 heures   Lun 14 Déc 2009, 10:40 pm

@Stans a écrit:
Source : http://www.latribune.fr/info/Pouvoir-d-achat--Sarkozy-enfonce-un-nouveau-coin-dans-les-35-heures-311-~-AP-SARKOZY-POUVOIR-ACHAT-SYNTHESE-$Db=News/News.nsf-$Channel=Economie-$SubChannel=France

Economie / France

The Associated Press - 29/11/07 à 22:51:28 - 753 mots

Economie/Social

Pouvoir d'achat: Sarkozy enfonce un nouveau coin dans les 35 heures

Citation :
Très attendu sur la question du pouvoir d'achat, Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi soir un cocktail de mesures, axé principalement sur un nouvel assouplissement des 35 heures, mais qui ne prévoit pas de distribution d'espèces sonnantes et trébuchantes pour le porte-monnaie des Français, déficit budgétaire oblige.

Attendu au tournant pour sa première intervention télévisée depuis le 20 septembre, diffusée en direct depuis l'Elysée sur TF1 et France-2, le président a d'abord proposé aux partenaires sociaux de discuter d'un nouvel assouplissement des 35 heures, qui s'ajouterait à l'exonération fiscale et sociale des heures supplémentaires entrée en vigueur le 1er octobre, jugée trop complexe d'application.
En cas d'"accord majoritaire", il serait possible de s'exonérer des 35 heures en échange d'augmentations de salaires, a-t-il préconisé lors d'une intervention de trois quarts d'heure parfois un peu brouillonne. Faute d'accord, les 35 heures continueraient à s'appliquer. Pour autant, Nicolas Sarkozy s'est défendu de vouloir "supprimer" les lois Aubry. "Je ne veux pas revenir sur un acquis social", a-t-il assuré.
Autre mesure liée aux 35 heures, Nicolas Sarkozy a proposé que les salariés puissent "monétiser" leurs jours de "RTT" en les transformant "en argent". "Ça représente 5 milliards de pouvoir d'achat en plus", a-t-il calculé. Les fonctionnaires verraient leurs heures supplémentaires payées comme "dans le privé", soit 25% de plus. Enfin, des négociations seraient ouvertes dans la fonction publique pour régler la question sensible du stock d'heures supplémentaires non payées.
Nicolas Sarkozy a proposé que ces réformes soient discutées entre l'Etat et les partenaires sociaux lors d'une "conférence sociale" à la "mi-décembre", pour fixer "l'agenda social" des "grandes réformes" de 2008. "Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas le gouvernement prendra ses responsabilités et des textes", a-t-il déjà prévenu.
Autre annonce, en faveur du logement cette fois, le chef de l'Etat a souhaité que les loyers soient désormais indexés sur les prix, afin de limiter la hausse des loyers. Il a exigé qu'un bailleur ne puisse plus réclamer plus d'"un mois" de caution. Des mesures "extrêmement concrètes" qui s'appliqueront "dès le début de l'année".
Comme il l'avait déjà fait en 2004 quand il était ministre de l'Economie, il a suggéré que les salariés puissent débloquer leur participation dans leur entreprise, dans la limite de "10.000 euros". De plus, les entreprises de moins de 50 salariés seraient autorisées à accorder une prime exonérée de cotisations sociales à leurs employés. Son objectif: "redonner du carburant à la croissance française".
Il s'est montré nettement plus flou sur les prix dans la grande distribution, évoquant simplement la création d'un "indice du pouvoir d'achat" et promettant "une grande discussion avec la distribution" pour "aller très loin" dans la baisse des prix dans les rayons.
Un brin démuni, Nicolas Sarkozy? Alors que le pouvoir d'achat caracole en tête des attentes des Français, le président a reconnu que "la seule façon de redonner du pouvoir d'achat, c'est de créer les conditions de la croissance et de réhabiliter le travail". "Je ne peux pas moi-même décider d'une augmentation générale des salaires dans les entreprises. Je peux en revanche dire: 'négociez'", a-t-il lancé.
"Les Français n'attendent pas que je distribue des cadeaux de père Noël, alors qu'ils savent parfaitement bien qu'il n'y a pas d'argent dans les caisses!", s'est-il exclamé. La meilleure défense étant l'attaque, il s'en est pris au PS, qui a avancé une dizaine de propositions sur le pouvoir d'achat. "La démagogie doit avoir des limites!", a-t-il épinglé, accusant le PS de "prévoir un paquet de dépenses" sans recettes. Au passage, il a égratigné le N°1 du PS François Hollande, qui avait dit ne pas "aimer les riches". "Il ne doit pas s'aimer lui-même..."
Au début de son intervention, l'ancien ministre de l'Intérieur a passé près de 15 minutes sur les violences urbaines dans le Val d'Oise, visiblement plus à l'aise. "La République ne cédera pas un pouce de terrain", a-t-il martelé, fustigeant "des voyous déstructurés qui sont prêts à tout, qui sont des trafiquants" et leur promettant de nouveau "la cour d'assises". "Nous retrouverons les tireurs".
AP

En l'occurence, je crois bien que les RTT sont payées sans majoration, autrement dit ce sont des heures supplémentaires payées au tarif standard...
Revenir en haut Aller en bas
 
Pouvoir d'achat et les 35 heures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout sur le pouvoir d’achat des ménages (chapitre 2)
» instauration d'une indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d'achat
» Ne pas confondre l'inflation et l'augmentation des prix
» Gendcom : Pouvoir d'achat
» AMELIORATION DU POUVOIR D'ACHAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Emploi-
Sauter vers: