FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 CHAVEZ : fin d'un mythe ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty
MessageSujet: CHAVEZ : fin d'un mythe ?   CHAVEZ : fin d'un mythe ? EmptyMer 05 Déc 2007, 6:55 am

Source : http://www.lesechos.fr/info/analyses/4657304.htm

Mercredi 5 décembre 2007

Idées et Débats > Dans la presse étrangère

VIE POLITIQUE -

La magie envolée de Hugo Chavez

[ 05/12/07 ]

Citation :
Un peu partout à l'étranger mais plus encore en Espagne, la défaite d'Hugo Chavez au référendum sur sa réforme de la Constitution a été largement commentée dans la presse. Un récent accrochage entre l'impérieux président vénézuelien et le roi Juan Carlos - qui lui a suggéré de se taire lors d'un sommet - a sans doute rendu plus savoureuse la déroute électorale du leader bolivarien, fût-ce d'une courte majorité. Désormais, « Chavez ne peut plus faire ce qui lui plaît », analyse « El País ». Dans un éditorial, le quotidien espagnol estime que « Chavez a été trop loin et la magie s'est rompue ». Ni les largesses distribuées par l'Etat durant la campagne, ni la formidable machine de propagande chaviste n'ont été suffisantes « pour vaincre l'apathie de nombreux Vénézuéliens et convaincre les autres des supposés bienfaits d'une dictature travestie en réforme constitutionnelle ».

La claque est d'autant plus sévère que Hugo Chavez, qui n'a pas perdu une seule élection depuis son arrivée au pouvoir en 1999, avait lui-même présenté ce scrutin comme un plébiscite. Le quotidien se réjouit pour le Venezuela « qu'il ait rejeté le leurre d'une utopie socialiste imposée par un seul homme », mais aussi pour l'Amérique latine, « dont beaucoup de pays ont subi les élans interventionnistes du chef bolivarien, facilités par l'argent facile du pétrole ».

Pour « El País », le modèle socialiste qu'entendait imposer cette nouvelle Constitution était « incompatible avec un état démocratique », évoquant la réélection indéfinie du président, la mise sous tutelle de la banque centrale et de ses réserves ou la suppression des pouvoirs locaux. « Pour que l'éducation soit gratuite ou pour réduire le temps de travail, il n'est pas nécessaire de réécrire la Constitution. » Cet échec va permettre à une opposition émiettée de se revitaliser et au pouvoir étudiant de se conforter, espère « El País », non sans reconnaître qu'à court terme il ne changera rien à la vie au jour le jour au Venezuela. « Il est très improbable que son président messiannique, qui dispose d'un long mandat ainsi que du contrôle du pétrole et des institutions, sans rival politique en vue, y trouve des raisons suffisantes pour renoncer à son caudilisme et à sa démagogie », conclut le journal.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
CHAVEZ : fin d'un mythe ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty
MessageSujet: Le revers électoral de CHAVEZ   CHAVEZ : fin d'un mythe ? EmptyMer 05 Déc 2007, 7:00 am

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3222,36-985444@51-968940,0.html

Washington voit d'un bon œil le revers électoral d'Hugo Chavez

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 03.12.07 | 18h08

Citation :
La Maison Blanche a estimé, lundi 3 décembre, que le rejet par les Vénézuéliens du projet de réforme constitutionnelle du président Hugo Chavez était de "bon augure" pour la liberté dans le pays. Les Vénézuéliens ont "exprimé leur opinion, ils ont voté contre les réformes que Hugo Chavez avait recommandées", a souligné la porte-parole de la Maison Blanche, alors même que "l'opposition n'a pas pu passer à la télévision" pour présenter ses arguments.

A Washington, Hugo Chavez est considéré comme une menace pour la démocratie en Amérique latine. "Nous avons le sentiment que ce référendum était un référendum pour faire de Chavez un président à vie, et ce n'est jamais un développement souhaitable pour un pays qui veut être une démocratie", a expliqué Nicholas Burns, sous-secrétaire d'Etat chargé des affaires politiques à la Maison Blanche.

"SATISFACTION" À BRUXELLES

En Espagne, le gouvernement socialiste n'avait toujours pas fait de déclaration officielle lundi après-midi. Les relations entre les deux pays sont tombées au plus bas depuis que le roi Juan Carlos a intimé au président Chavez de se taire lors du récent sommet ibéro-américain au Chili, samedi 10 novembre. Suite à cette altercation, Hugo Chavez avait annoncé "une profonde révision" des relations entre l'Espagne et le Venezuela.

Certains membres de la classe politique espagnole se sont cependant exprimés à titre personnel, comme le porte-parole du Parti socialiste au Parlement, Diego Lopez Garrido, qui espère que Hugo Chavez "tirera les leçons nécessaires" de son échec. Le porte-parole parlementaire de la droite espagnole, Eduardo Zaplana, considère quant à lui que le "revers" et la "défaite" du président vénézuélien sont un "motif d'énorme satisfaction", espérant que ce résultat marque le début "d'une étape de déclin" pour Hugo Chavez. Au cours du sommet ibéro-américain, le président vénézuélien s'en était pris avec virulence à la droite espagnole. Il avait notamment traité l'ancien dirigeant du Parti populaire et ancien chef du gouvernement, José Maria Aznar, de "fasciste".

A Bruxelles, la Commission européenne a exprimé sa "satisfaction" pour "l'esprit de respect et de civisme" qui a caractérisé le référendum. "Le déroulé du vote souligne à lui seul la vitalité de la société civile vénézuélienne et du débat politique dans le pays", a déclaré le porte-parole de la Commission.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
CHAVEZ : fin d'un mythe ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alexis
Modérateur
Modérateur
Alexis

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty
MessageSujet: Re: CHAVEZ : fin d'un mythe ?   CHAVEZ : fin d'un mythe ? EmptyMer 05 Déc 2007, 3:20 pm

C'est un peu facile comme discours. Cette défaite s'est jouée de peu, et le taux de participation au sein de son camp n'était pas très élevé. Il est quand même rassurant de savoir qu'il ne restera pas à vie sur son trône. Ses déclarations n'intéressent déjà plus personne dans le monde. Mais elles isolent le Venezuela un peu plus chaque jour.

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty
MessageSujet: Re: CHAVEZ : fin d'un mythe ?   CHAVEZ : fin d'un mythe ? EmptyMer 05 Déc 2007, 3:28 pm

@Alexis a écrit:
C'est un peu facile comme discours. Cette défaite s'est jouée de peu, et le taux de participation au sein de son camp n'était pas très élevé. Il est quand même rassurant de savoir qu'il ne restera pas à vie sur son trône. Ses déclarations n'intéressent déjà plus personne dans le monde. Mais elles isolent le Venezuela un peu plus chaque jour.

Si l'abstentionnisme était particulièrement élevé parmi les "pro-Chavez", c'est parce que le peuple, le vrai, n'est plus dupe de cet ex-lieutenant-colonel d'opérette qui se la joue à la CASTRO !
Tandis que les "anti-Chavez" se sont serrés les coudes !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
CHAVEZ : fin d'un mythe ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty
MessageSujet: CHAVEZ mauvais perdant !   CHAVEZ : fin d'un mythe ? EmptyVen 07 Déc 2007, 10:21 am

Source : http://afp.google.com/article/ALeqM5gm_aBCvCsADzIHcu2RXTnxRqadiw

Venezuela: après son échec, Chavez affirme qu'il partira, mais pas sa révolution

Il y a 15 heures

Citation :
CARACAS (AFP) — Après l'échec de sa réforme, le président socialiste du Venezuela, Hugo Chavez, affiche un esprit de revanche, affirmant que la fin se son dernier mandat en 2013 ne sera pas celle de "sa révolution".

Malgré sa défaite, M. Chavez, un allié proche de Cuba qui entretient des relations exécrables avec les Etats-Unis, n'a pas l'intention de changer le "cap politique et économique de la révolution".
Il a tancé ses militants qui n'avaient pas voté en sa faveur au référendum. "Vous avez une dette envers moi, avec la patrie, avec l'avenir", a-t-il lancé lors d'un discours jeudi devant des milliers de partisans, à Caracas.
La réforme, rejetée par 51% des voix dimanche, aurait conféré au chef de l'Etat, si elle avait été acceptée, le droit se présenter indéfiniment à la présidentielle, alors qu'il est actuellement frappé par la limitation des mandats.
"La réforme n'a pas été approuvée, donc je dois quitter le gouvernement en 2013 et travaillerai sans relâche jusqu'au dernier jour", a concédé M. Chavez, dont le ton acerbe égratigne son image de beau joueur, forgée après le scrutin.
Au lendemain de sa diatribe contre la "victoire de merde" de ses opposants, le pays s'interrogeait jeudi sur les intentions du président, élu depuis 1999 à la tête de ce pays riche en pétrole.
"On a pu croire d'abord qu'il avait opéré un repli stratégique, mais il donne désormais l'impression de vouloir passer en force", estime le politologue Ignacio Avalos, dans un entretien à l'AFP.
Ce professeur à l'Université centrale du Venezuela (UCV), qui a supervisé le scrutin du référendum pour une ONG appelée "Ojo electoral" (oeil électoral), estime que M. Chavez n'en a "visiblement pas tiré les leçons".
Son mutisme de plusieurs heures, au soir du scrutin, alimente une forte polémique au Venezuela, où une partie de la presse l'accuse de n'avoir admis sa défaite que sous la contrainte des généraux.
Ex-proche de M. Chavez et nouveau leader de l'opposition, l'ancien général Raul Baduel, qui jouit d'un certain prestige dans l'armée, a mis jeudi en garde le régime contre sa volonté de "confisquer" la victoire du "non" au référendum.
Dans son éditorial, le quotidien El Universal, qui a fait campagne contre lui, estime que Chavez "continue sa fuite en avant, incapable d'assimiler ce que le pays a voulu lui dire".
Plusieurs témoins ont raconté dans la presse que le président, convaincu de sa victoire, était sonné et furieux après sa défaite, accusant son entourage de l'avoir "trompé" et "menti" sur la situation.
"Au lieu de se reconnecter avec le pays, il persiste. Il n'écoute pas les gens qui l'alertent sur la pénurie d'aliments ou l'insécurité. Comme si c'était un problème mineur pour ses grands desseins", souligne M. Avalos.
Appelant le pays à "s'emparer de son initiative et à la modifier afin de faciliter sa compréhension", le président vénézuélien a fait implicitement allusion à une pétition populaire pour remettre en selle sa réforme.
La loi stipule en effet qu'une réforme constitutionnelle doit être mise à l'étude, si une pétition en ce sens recueille au moins 15% de l'électorat, soit 2,4 millions de personnes.
Disposant jusqu'à la mi-2008 des pleins pouvoirs, octroyés par le parlement, M. Chavez pourrait aussi convoquer un scrutin, en vue d'élire une assemblée constituante, chargée d'établir une nouvelle Constitution.
"Son problème, c'est qu'il ne prend pas le temps de réfléchir. C'est une machine de travail qui dort peu, s'alimente mal, fume et boit beaucoup de café", confie à l'AFP, sous couvert d'anonymat, le proche d'un ex-ministre.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
CHAVEZ : fin d'un mythe ? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty
MessageSujet: Re: CHAVEZ : fin d'un mythe ?   CHAVEZ : fin d'un mythe ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CHAVEZ : fin d'un mythe ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Venezuela's Hugo Chavez dead at 58
» Pléiadiens mythe ou réalité ??
» j'ai peur de casser le mythe !! aidez moi !!
» Le mythe de la grande muraille de Chine
» Le Baclofène, un mythe mort?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Europe, grandes puissances, organisations internationales, conflits divers, terrorisme, espionnage, armes et armement :: Reste du Monde-
Sauter vers: