FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SARKOZY et les psys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16064
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: SARKOZY et les psys   Ven 30 Mai 2008, 1:29 pm

Source : http://www.lepoint.fr/actualites-politique/philippe-grimbert-chez-nicolas-sarkozy-l-accession-au-pouvoir-a/917/0/248922

29/05/2008 N°1863 Le Point

Sarkozy et les psys

Citation :
Philippe Grimbert : « Chez Nicolas Sarkozy, l'accession au pouvoir a sans doute réactivé les pulsions de l'adolescent qui restaient si vivaces en lui. »
Philippe Grimbert est écrivain et psychanalyste, auteur d'« Un secret » (Grasset, 2004)

Propos recueillis par Christophe Labbé et Olivia Recasens

Citation :
Le Point : Pourquoi Nicolas Sarkozy intéresse-t-il autant les psychanalystes ?

Philippe Grimbert : Lorsque nous votons, que nous donnons à quelqu'un le pouvoir de gouverner, notre inconscient se manifeste tout autant que notre part consciente et fait que nous nous dirigeons le plus souvent vers une image paternelle. L'expression « petit père des peuples » n'est pas née par hasard. Ce transfert agissant lors du vote est un phénomène qui nous intéresse, nous, les psychanalystes. D'autant que, lors de la dernière élection présidentielle, pour la première fois, nous avons eu à choisir entre une « mère d'élection » et un « père d'élection ».

Nous nous penchons aussi forcément sur le mystère que représente le goût du pouvoir. On n'imagine peut-être pas à quel point le métier de président est une horreur absolue. On en pressent la charge insupportable et l'absence totale de liberté que cela implique, aussi l'exercice du pouvoir doit-il représenter pour celui qui le brigue une jouissance fondamentale pour l'amener à supporter de tels sacrifices.

Enfants, nous avons tous éprouvé un sentiment de toute-puissance. Ce sentiment resurgit au moment de ce que nous appelons la « crise de l'adolescence », où se réaffirme une toute-puissance de la pensée, du désir. En devenant adultes, nous en faisons notre deuil. Mais, pour décrocher l'Elysée, il faut avoir en soi quelque chose qui n'a pas suivi ce chemin habituel : celui qui veut devenir chef de l'Etat n'a jamais renoncé à ce fantasme de toute-puissance... C'est encore plus marqué chez Nicolas Sarkozy.

Comment expliquez-vous qu'après l'avoir élu triomphalement les Français soient aussi brutalement entrés en désamour avec Nicolas Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy ne parvient apparemment pas à incarner une figure paternelle. Dans l'inconscient des électeurs, il n'est pas le père, mais bien plutôt l'adolescent. Quelqu'un qui est resté dans le fantasme de toute-puissance typique de cet âge. Aujourd'hui-et c'est inédit-, nous sommes troublés parce qu'en tant qu'électeurs nous ne nous retrouvons pas dans la position filiale habituelle, mais dans celle de l'adulte face à l'ado. Et nous sanctionnons notre président comme des parents pourraient le faire avec un adolescent dans la famille. Nous avons été séduits par la fantastique énergie dégagée par Nicolas Sarkozy. Cette pulsion de vie que l'on trouve formidable chez les adolescents mais qui donne aussi parfois envie de les étrangler.

Est-ce que Nicolas Sarkozy a changé depuis qu'il est à l'Elysée ?

Il y a chez tout névrosé moyen le désir paradoxal, quand il obtient ce qu'il convoitait, de se mettre en position de le détruire. Jacques Chirac, peu de temps après son élection, a mis en péril ce qu'il désirait plus que tout avec la fameuse dissolution. Il faut être d'une incroyable solidité psychique pour tenir le choc du pouvoir. Chez Nicolas Sarkozy, l'accession au pouvoir a sans doute réactivé les pulsions de l'adolescent qui restaient si vivaces en lui. Elu président, il s'est retrouvé avec en main les moyens matériels de réaliser tous les fantasmes de cet âge. Le problème est que les Français n'ont pas envie d'être les parents d'un président adolescent.

Quels sont précisément les comportements de Nicolas Sarkozy qui révèlent, selon vous, des pulsions d'adolescent ?

Tout d'abord, la provocation. Sarkozy bouscule les conventions quand il tutoie son interlocuteur, se vautre dans un fauteuil ou passe la nuit au Fouquet's le soir de son élection. Il y a aussi ce besoin de contact physique, qui passe si mal avec des personnalités comme Angela Merkel. Dans sa demande d'amour quasi désespérée, Sarkozy se comporte encore comme un adolescent qui vous demande de l'aimer d'une façon qui vous donne envie de le rejeter.

Sarkozy se comporte comme le chef de la bande, celui qui a le plus de pouvoir, la plus belle fille, les plus beaux objets. Comme tout ado, il adore les marques, jusqu'à faire son footing avec des lunettes noires Ray-Ban, un tee-shirt « NYPD », des baskets Nike et un iPod. Il veut être copain avec les stars de la chanson, du cinéma, les vedettes de la télé. Comme dans les séries policières américaines, il adore s'entourer de gardes du corps. Certes, ce ne sont que des détails, mais ce sont des détails qui font signe et, si les adolescents manifestent un rejet de Nicolas Sarkozy, ce n'est pas un hasard. Ils ont sans doute été les premiers à percevoir qu'il était trop proche d'eux, non pas sur le plan de leurs préoccupations, mais dans la façon de se comporter. Les ados ont un côté très conservateur : ils ont besoin d'être bluffés par la fonction présidentielle.

Nicolas Sarkozy est, comme tout adolescent, à la fois fasciné par l'ordre et tenté d'en franchir la ligne rouge. Par deux fois il a été ministre de l'Intérieur, c'est-à-dire chef de la police. Il veut rétablir la loi dans les cités, traite de racaille les voyous, mais se comporte parfois comme eux, lorsqu'il insulte un visiteur au Salon de l'agriculture ou interpelle un marin pêcheur pour s'expliquer « d'homme à homme ».L'adolescent est toujours un peu tyrannique, lui refuser quelque chose, c'est s'exposer à un accès de rage, et l'on peut y voir ce côté combat de coqs dont les hormones tournent à plein régime. Sarkozy paraît sans cesse bousculé par sa libido, sa pulsion de vie qui déborde, et il nous dérange par son comportement « décomplexé » comme un ado peut mettre mal à l'aise les adultes devant lesquels il se met en scène.

Comme tous les ados, Sakorzy semble en révolte permanente. Il fait ce qu'il veut, décide seul et est en guerre avec ses « pères ». Il a d'ailleurs réglé leur compte aux figures paternelles qui l'entouraient : Pasqua, Chirac... Quand il lance l'idée de confier à chaque élève français la mémoire d'un enfant victime de la Shoah, souci a priori généreux, Simone Veil lui tape sur les doigts. C'est le geste d'une mère qui gronde son enfant maladroit. De Gaulle ne donnait certes pas envie à son entourage de lui taper sur les doigts !

Le langage et le comportement de Nicolas Sarkozy appartiennent au registre de l'adolescence jusque dans la « conduite à risque » typique de cet âge. Le problème avec un président, c'est qu'on est tous dans la voiture avec lui...

Pourquoi, selon vous, Nicolas Sarkozy serait-il resté ancré dans l'adolescence ?
On touche à sa trajectoire privée que je ne peux pas expliquer, je ne peux me fier qu'à son image publique. On ne peut pas s'autoriser à faire un diagnostic sur quelqu'un sans l'avoir rencontré et analysé. On peut toutefois avancer sans grand risque qu'il y a une réponse à chercher dans la rupture brutale avec son père, dont il parle lui-même. Un père qui l'a abandonné et laissé seul avec sa mère en plein âge oedipien. Ce qui a dû être à la fois douloureux et enivrant. En tout cas, cette position l'a boosté et, quand il évoque les « humiliations » de son enfance, on le sent habité par une revanche à prendre.

Quels conseils aimeriez-vous donner à Nicolas Sarkozy ?

D'abord, en tant qu'analyste, je donne assez peu de conseils, même si avoir comme patient un homme de pouvoir m'intéresserait ! Cependant, je pense qu'il faudrait que notre président parvienne à franchir le seuil de cette position adolescente pour accéder à celle de l'adulte. On ne peut lui dénier une forte intelligence, aussi quelque chose en lui peut-il entendre ce que lui disent les Français dans les sondages : « Tu n'incarnes pas la fonction avec la dignité que l'on aurait voulue. » Paradoxalement, c'est son électorat qui peut le faire grandir, car ce dernier incarne le père qu'il n'a jamais rencontré, capable de lui imposer des limites et de l'amener à incarner cette image paternelle. Ce message envoyé de la part des Français dont il veut redevenir le préféré pourrait provoquer en lui une maturation. Dans ce cas, la situation inédite que nous vivons actuellement se renverserait pour aboutir au rapport habituel entre un président et un peuple

Citation :
Citation :
Le père et la mère

Nicolas Sarkozy avec sa mère Andrée, dite « Dadu », et son père Paul Sarközy de Nagy-Bocsa, qui a quitté le foyer familial quand Nicolas avait 5 ans. « Un père qui l'a abandonné et laissé seul avec sa mère en plein âge oedipien. Ce qui a dû être à la fois douloureux et enivrant. En tout cas, cette position l'a "boosté" », commente Philippe Grimbert.


Citation :
Nicolas et ses frères


Au centre, le futur président de la République, avec, à gauche, son frère cadet, François, pédiatre devenu consultant pour l'industrie pharmaceutique et, à droite, Guillaume, aujourd'hui chef d'entreprise en Picardie. Alain Braconnier : « Il parle très peu de ses frères. Quand il parle de son enfance, on pourrait dire qu'il le fait presque comme un fils unique. »

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alexis
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 28
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: SARKOZY et les psys   Ven 30 Mai 2008, 2:29 pm

Nicolas Sarkozy est, comme tout adolescent, à la fois fasciné par l'ordre et tenté d'en franchir la ligne rouge. Par deux fois il a été ministre de l'Intérieur, c'est-à-dire chef de la police. Il veut rétablir la loi dans les cités, traite de racaille les voyous, mais se comporte parfois comme eux, lorsqu'il insulte un visiteur au Salon de l'agriculture ou interpelle un marin pêcheur pour s'expliquer « d'homme à homme ».

Il y a un gouffre entre l'attitude de la racaille et ça...

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Milan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1440
Age : 34
Localisation : Nancy
Langue : France
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: SARKOZY et les psys   Sam 31 Mai 2008, 12:51 am

@Alexis a écrit:
Nicolas Sarkozy est, comme tout adolescent, à la fois fasciné par l'ordre et tenté d'en franchir la ligne rouge. Par deux fois il a été ministre de l'Intérieur, c'est-à-dire chef de la police. Il veut rétablir la loi dans les cités, traite de racaille les voyous, mais se comporte parfois comme eux, lorsqu'il insulte un visiteur au Salon de l'agriculture ou interpelle un marin pêcheur pour s'expliquer « d'homme à homme ».

Il y a un gouffre entre l'attitude de la racaille et ça...

Sauf qu'on peut deviner que si Sarkozy était né en banlieue, il serait sans doute devenu une racaille.Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Alexis
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 28
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: SARKOZY et les psys   Sam 31 Mai 2008, 10:55 am

Difficile à dire. Est-ce qu'un français blanc à moitié juif peut survivre en banlieu ? Rien n'est moins sûr.

Même si c'est naif, je pense que "naître en banlieu" ne fait pas de toi automatiquement une racaille. Je n'aime pas ce genre de déterminisme.

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Milan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1440
Age : 34
Localisation : Nancy
Langue : France
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: SARKOZY et les psys   Sam 31 Mai 2008, 12:46 pm

@Alexis a écrit:
Difficile à dire. Est-ce qu'un français blanc à moitié juif peut survivre en banlieu ? Rien n'est moins sûr.

Même si c'est naif, je pense que "naître en banlieu" ne fait pas de toi automatiquement une racaille. Je n'aime pas ce genre de déterminisme.

Non mais ça doit aider de la même façon que de vivre à Neuilly aide beaucoup à vivre en société bourgeoise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SARKOZY et les psys   

Revenir en haut Aller en bas
 
SARKOZY et les psys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sarkozy en campagne : jeudi à Vesoul
» Sarkozy, premier bilan
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Le CSA fait campagne pour Sarkozy
» Carla Bruni Sarkozy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: