FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La parabole des Talents

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

La parabole des Talents Empty
MessageSujet: La parabole des Talents   La parabole des Talents EmptyLun 22 Sep 2008, 11:25 pm

Source : http://pagesperso-orange.fr/emile.hennart/prbtalen.htm

Le maître et les trois serviteurs

(ou : la Parabole des talents.)

Citation :
C'est comme un homme qui part au loin:

Il appelle ses propres serviteurs et il leur remet ses biens.

A l'un il donne cinq talents,

à un autre, deux, à un autre un:

à chacun selon la propre force.

Et il partit au loin.

Aussitôt, celui qui a reçu les cinq talents va les travailler: il gagne cinq autres.

De même celui des deux: il gagne deux autres.

Celui qui a reçu un seul s'en va, creuse en terre et cache l'argent de son maître.

Après beaucoup de temps vient le maître de ces serviteurs,

et il entreprend un dialogue avec eux.

S'approche celui qui a reçu les cinq talents. Il présente cinq autres talents en disant:

"Maître, cinq talents tu m'as donnés;

Vois! cinq autres talents j'ai gagnés!"

Son maître lui dit:

"Bien, serviteur bon et fiable.

Sur peu, tu as été fiable; sur beaucoup je t'établirai. Entre dans la joie de ton maître."

S'approche celui qui a reçu les deux talents.

Il présente deux autres talents en disant:

"Maître, deux talents tu m'as donnés;

Vois! deux autres talents j'ai gagnés!"

Son maître lui dit:

"Bien, serviteur bon et fiable.

Sur peu, tu as été fiable; sur beaucoup je t'établirai. Entre dans la joie de ton maître."

S'approchant aussi, celui ayant reçu un unique talent dit:

"Maître, je te connais, toi, que tu es un homme dur:

moissonnant où tu n'as pas semé, rassemblant où tu n'as pas dispersé.

J'ai craint: je suis allé cacher ton talent dans la terre.

Vois: tu as ce qui es tien".

Son maître répond et lui dit:

"Malheureux serviteur, et hésitant!

Tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé,

que je rassemble où je n'ai pas dispersé.

Tu devais donc placer mon argent chez les banquiers,

et, à ma venue, j'aurais retrouvé ce qui est mien, avec un intérêt."

"Prenez-lui donc le talent et donnez à celui qui a dix talents.

Car: à tout homme qui a, il sera donné, et il aura du surplus.

Mais à qui n'a point, même ce qu'il a lui sera pris.

Et le serviteur inutilisable, lancez-le dehors dans la ténèbre extérieure.

Là sera le pleur, le grincement de dents."

Les Talents (Matthieu, 25, 14-30).

Cette parabole en choque plus d'un.
En effet, l'habitude a été prise de comprendre Dieu comme un maître qui met en gérance, provisoirement ses biens, puis qui vient régler ses comptes avec ses serviteurs. Dans ce cas, le troisième a vraiment raison de dire de lui qu'il est dur et exigeant.

Mais si l'on accepte de bien faire attention aux mots employés par Matthieu pour rapporter cette parabole, nous pouvons comprendre autrement. Il est dit que le maître donne; mais il n'est pas dit qu'il reprend. Quand aux deux premiers serviteurs, ils présentent deux autres talents; ils ne rendent ni les talents qu'ils ont reçus, ni les autres talents qu'ils ont produits.
D'autre part, la traduction courante, pour parler du retour du maître, c'est d'écrire qu'il demande des comptes. or, il semblerait plus juste d'écrire qu'ils s'expliquent sur la gestion... Et c'est plus qu'une nuance. Ils ne rendent ni leurs comptes, ni leur tablier... comme les partenaires gestionnaires d'une affaire, ils font un tour d'horizon sur leurs affaires... voilà ce que çà a produit!

Nous sommes bien d'accord pour dire que sous les traits de l'homme qui part (nul part il n'est question de maître), il faut y voir les traits de Dieu. Le Dieu créateur, qui donne à l'homme ce qu'il a de mieux, à savoir l'œuvre de la création. Il le lui donne, pour que l'homme devienne à son tour à son image et ressemblance.
C'est ce que font les deux premiers serviteurs, usant du bien qui leur est donné, et en produisant du nouveau bien.

Et ils présentent le fruit de leur propre travail (il ne le restituent pas: "Vois!" disent-ils).
Ils montrent qu'ils ont su être, comme le maître créateur de biens.

Au contraire, le troisième n'a pas reçu sa part comme un don, mais comme un objet dont il a la garde.
Il s'est considéré comme serviteur, chargé de "veiller sur lui", rien de plus, et de le restituer tel quel, en serviteur honnête, mais ce faisant, il n'est pas devenu comme le maître, créateur à son image et ressemblance.
Il ne peut donc partager la joie de son maître, lui qui l'avait invité à quitte son habit de serviteur pour prendre celui de fils.

Le cadeau que Dieu nous fait c'est de nous inviter à devenir dans notre liberté souveraine, participant à son oeuvre créatrice, devenant "à son image et ressemblance".
Nulle part, il n'est dit que Dieu cherche à faire de nous des esclaves, ni qu'il veut agir envers nous comme un supérieur envers ses subalternes.
Bien au contraire, il cherche à faire de nous des fils, des héritiers (cf. Galates, 4, 4-7).
La prière sur le monde, écrite après avoir lu le premier chapitre de la genèse, oriente notre méditation dans le même sens: Prière sur le monde.

Talent: le talent est une unité monétaire. Il valait 6.000 deniers. Sachant qu'un denier correspond au salaire d'une journée de travail, un talent correspond donc à dix-sept années de travail. Deux talents représentent presque toute une vie de travail... Quant à cinq talents: aucun smicard n'en aurait reçu autant de toute sa vie. La démesure des chiffres, nous invite à interpréter cette parabole comme ci-dessus

La traduction peut étonner pour celui qui a l'habitude de lire d'autres traductions. Les mots employés ici sont une traduction plus proche de l'original grec.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
La parabole des Talents Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
La parabole des Talents
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Religions, philosophies et idéologies diverses :: Les religions monothéistes et autres :: Les christianismes-
Sauter vers: