FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le keynésianisme

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Le keynésianisme   Ven 03 Oct 2008, 4:36 pm

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Keyn%C3%A9sianisme

Citation :
Le keynésianisme est une école de pensée économique fondée par l'économiste britannique John Maynard Keynes. Ses adeptes – plus ou moins critiques du libéralisme économique – ont retenu notamment sa position en faveur de l'intervention active de l'État au sein de l'économie, à certains moments précis, pour assurer le plein emploi. Ce courant, qui s'opposait à l'école néoclassique, a été dominant de 1945 jusqu'aux années 1970, voire 1980 dans certains pays.

Les courants dominants actuels sont la synthèse néo-classique et le néo-keynésianisme – et la nouvelle économie keynésienne – qui reprennent certains éléments keynésiens.

Le courant plus mineur du post-keynésianisme se place en opposition radicale face aux principaux courants actuels et veut conserver les aspects les plus contestataires et hétérodoxes du keynésianisme.

Le keynésianisme est une théorie fondée sur la demande, la monnaie et le taux d'intérêt.

Critique de la représentation classique du taux d’intérêt

Pour ceux que Keynes appelle les économistes classiques[1], le taux d'intérêt est le prix d'équilibre sur le marché des fonds prêtables :

« De nombreux économistes ont soutenu que le montant de l'épargne courante déterminait l'offre de capital frais, que le montant de l'investissement courant en gouvernait la demande et que le taux de l'intérêt était le facteur d'équilibre ou le "prix" déterminé par le point d'intersection de la courbe de l'offre d'épargnes et de la courbe de la demande d'investissement[2]. ».
Pour Keynes, cette théorie ne tient pas : "l'épargne globale est nécessairement et en toute circonstance juste égale à l'investissement global" ; en toute circonstance et donc, quel que soit le taux d'intérêt.[3] Il va ainsi critiquer l'existence d'un marché des capitaux ou offre et demande s'équilibrent. D'abord en constatant que les décisions d'épargne et d'investissement dépendent de facteurs totalement différents, puis en expliquant que, du fait des incertitudes "radicales", les individus sont poussés à thésauriser. Cette thésaurisation provoquera certes un investissement (la production invendue deviendra un stock, comptabilisé comme un investissement) mais forcé. A la période suivante, le manque de débouchés devrait amener les entrepreneurs à diminuer la production et donc l'emploi.

Finalement, c'est la loi de Say (que Keynes résume à l'idée que "l'offre crée sa propre demande") qu'il critique, puisque sa théorie nous amène à conclure qu'il existe des rationnements, une sous-consommation, du fait de la mauvaise coordination des agents.

Incertitude et demande de monnaie

L’incertitude sur le marché financier est une nouvelle donnée centrale. Keynes reprend cette thèse d’une incertitude centrale pour rendre compte de la demande de monnaie, et donc de la détermination du taux d’intérêt. La demande de monnaie, chez Keynes, répond à 3 motifs de détention de monnaie :

- motif de transaction,
- motif de précaution,
- motif de spéculation.

Par cette représentation, il s’oppose à l’idée classique selon laquelle "toute encaisse sous forme de monnaie doit être absolument dépensée instantanément". Les motifs anciens de détention de monnaie, parmi lesquels le motif de transaction, incluent un motif de revenu et un motif d’entreprise, les deux étant liés au décalage qui existe entre le rythme d’entrée et la sortie des encaisses liquides.

Le motif de précaution s’explique par le fait que les agents économiques conservent une part de leur revenu sous forme d’encaisses liquides pour faire face aux aléas et à des dépenses imprévues. Ce motif est source de limitation de la demande et en conséquence de la croissance. Le motif de transaction et le motif de précaution sont fortement liés au niveau du revenu global et sont croissants avec le revenu. Le taux d'intérêt n'influence pas le niveau des encaisses de transaction et de précaution.

Mais le motif le plus important dans l’analyse de la demande de monnaie keynésienne est celui de spéculation. Pour Keynes, ce mot n'a pas le sens actuel. Il s'appliquait aux revenus des actifs financiers plus qu'aux perspectives de plus values sur les prix de ces actifs. Dans cette optique, le profit dit spéculatif se fait sur le taux d’intérêt, qui est alors le prix de la renonciation à la liquidité pour un motif de "spéculation".La demande de monnaie à des fins de spéculation est fonction décroissante du taux d'intérêt.

Le motif de préfinancement est « l’intervalle qui sépare les décisions d’investissement de leur exécution, aucun investissement ni aucune épargne n’ont encore lieu, mais des liquidités ont été mobilisées par un appel au crédit bancaire ou une émission de nouveaux actifs financiers ». Deux cas s’en découlent si l’investissement a lieu, il crée l’épargne nécessaire à son financement final. Sinon cette demande de monnaie contribue à faire s’élever le taux d’intérêt.

La question de l'épargne

Toujours dans cette optique, si les agents anticipent une hausse du taux d'intérêt, ils doivent garder leur épargne sous forme de monnaie. Même si, ce faisant, ils perdent le revenu de toute la période d'attente. Cette thésaurisation se fait au détriment de la consommation. Le même raisonnement s'applique à tout investissement, même industriel, basé sur la demande des consommateurs.

Pour les classiques, la monnaie ne peut pas être « thésaurisée ». Le terme de thésaurisation renvoie à un comportement passif, voire irrationnel de conservation de la monnaie juste pour le plaisir. Pour eux, il est irrationnel de faire chômer la valeur de l’argent, l’épargne doit toujours être nécessairement immédiatement investie et donc servir à la formation de capital. Dans le cadre de la théorie de Keynes, le terme de thésaurisation est donc impropre. Dans la pratique actuelle, les détenteurs de liquidités tendent à les orienter en cas de baisse des taux vers des placements financiers (actifs cotés sur les marchés) plus que l'épargne monétaire classique (placements dits "de taux" à vue ou courte durée). Cela au détriment parfois de la consommation, contrairement à ce qu'envisageait Keynes.

La détermination du taux d’intérêt et la demande de monnaie

On observe tout d'abord que, comme pour l’efficacité marginale du capital, plus les marchés financiers sont libres, plus la détermination du taux d’intérêt est "conventionnelle". Ainsi, si l’État prétend émettre prochainement des bons à 10 % (S0) et que la majorité des agents, en fonction de l’état de la confiance, pensent que l’État ne va pas réussir à placer ses bons à 10 % et que le taux d’intérêt va passer à 20 %, alors ils attendent.

Ainsi, si tous les agents agissent de la même façon et si l’État n’arrive pas à placer effectivement à 10 %, alors il sera contraint, à la période suivante, d’offrir effectivement un rendement supérieur. Une fois encore, les prophéties sont auto-réalisatrices. La détention d’une partie de son épargne sous forme de monnaie est donc parfaitement rationnelle.

La détermination du taux d’intérêt est donc, pour une part, largement conventionnelle : on trouve sur le marché obligataire des caractéristiques très proches du marché boursier. Par exemple, il dépend des anticipations des agents : certains parient sur la hausse du taux, d’autres sur la baisse, étant entendu que la tendance du marché correspond à l’opinion qui emporte la plus grande adhésion.

Keynes soutient que le taux d’intérêt est bien le prix de la renonciation à la liquidité de la monnaie : il n’est pas le prix du capital, qui permet d’égaliser l’offre et la demande de fonds prêtables (S = I), mais le prix en vigueur sur le marché de la monnaie, c’est-à-dire celui qui égalise l’offre et la demande de monnaie. C’est une nouvelle rupture avec la pensée classique. La fonction de demande de monnaie peut être représentée par l’équation : Md = L1(Y) + L2(r), avec L1, une fonction croissante du revenu qui représente les motifs de transaction et de précaution et L2, une fonction décroissante du taux d’intérêt (r), qui représente le motif de spéculation. Si le taux d’intérêt augmente, alors les agents vont anticiper qu’il peut à tout moment baisser, ils vont donc réduire leur demande de monnaie pour motif de spéculation.

Keynes ajoute qu’il existe un taux d’intérêt incompressible qui définit un seuil, appelé "trappe à liquidité", à partir duquel la demande de monnaie est infinie. À ce taux les agents refusent d’acheter toutes les obligations qu’on leur propose et ils demandent toute la monnaie disponible pour l’investir plus tard quand le taux va augmenter. Passé le seuil de cette trappe, les politiques monétaires deviennent inefficaces : le taux d’intérêt est déjà tellement bas qu’en injectant de la monnaie dans l’économie l’État ne crée pas de surcroît de revenu. Par contre l'augmentation de l’offre de monnaie entraine systématiquement une augmentation du désir de liquidité, même si les agents n'en ont pas l'emploi ou si l'offre de biens et services ne peut pas l'absorber. À un certain niveau de taux d’intérêt particulièrement bas, la préférence pour la liquidité deviendrait absolue. La théorie n'indique pas où se situerait ce niveau d'attractivité absolue. De toute façon, mathématiquement on ne peut pas faire baisser les intérêts nominaux en dessous de zéro, mais cela est parfois possible (en période d'hyperinflation par exemple) pour les intérêts réels (= corrigés de l'inflation).

On remarquera également que comme la valeur de l'efficacité marginale du capital peut se déplacer, sur le graphique correspondant, de gauche à droite en fonction de l’état de la confiance, la confiance dans le marché obligataire ou dans le climat général des affaires peut se traduire par une baisse ou une hausse du seuil de la "trappe à liquidité".

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le keynésianisme   Ven 03 Oct 2008, 4:37 pm

Citation :
L’offre de monnaie

L’offre de monnaie est considérée comme exogène. Elle est déterminée par une administration, la banque centrale, indépendante ou non de l'État. De façon discrétionnaire, celle-ci ajuste indirectement (à l'aide de ses propres taux d'intérêts, et divers autres interventions techniques et règlementaires) le montant de la masse monétaire en circulation dans l’économie. Cette manipulation qui aboutit à restreindre ou accroître l’offre de monnaie agit à son tour sur la gamme des divers taux d’intérêt (crédit et épargne) qui impactent l'économie. Cette incidence se fait essentiellement sur les taux à court terme, mais aussi dans une certaine mesure sur les taux longs, plus dépendants de l'offre et de la demande du marché financier (voir courbe des taux). L’offre de monnaie est donc un instrument de politique économique. Ainsi, une plus grande offre de monnaie a pour but d’assécher la soif des agents en matière de liquidités (si cette soif est réelle, "on ne peut faire boire un âne qui n'a pas soif") et de faire baisser les taux d’intérêt pour relancer l’investissement, accroître le revenu, voire provoquer une hausse des prix (inflation, bulle...). Dans la théorie keynésienne, le taux d’intérêt ne représente pas le prix de l’épargne (sur le marché des fonds prêtables), mais plus le prix de la renonciation à la liquidité. L’idée à l’origine de cette théorie est que, pour un certain état de l’économie, les agents ont une certaine soif de liquidité et la banque centrale doit plus ou moins la satisfaire en fonction de son objectif sur les taux d’intérêt.

Remarques

Chez Keynes, l’investissement est une variable largement autonome et c’est le niveau de l’investissement qui va déterminer le niveau de l’épargne. Les déterminants exogènes de l’investissement sont l’efficacité marginale du capital, apparente sur le marché boursier (lieu de cotation des actions des sociétés anonymes) et le taux d’intérêt, fixé sur le marché des obligations. Ces deux variables sont des variables monétaires largement influencées par les anticipations des agents et le climat général des affaires. Quels liens peut-on établir entre l’efficacité marginale du capital, le taux d’intérêt et le niveau de l’investissement ?

Comme nous l’avons déjà vu, l’investissement se fixe au niveau où l’efficacité marginale du capital est égale au taux d’intérêt, ce qui permet de tracer le graphique ci-dessus. Ainsi, dans le cas général (en dehors de la trappe à liquidité) une politique monétaire expansive permet de faire baisser le taux d’intérêt et donc d’accroître le niveau de l’investissement.

Cependant, Keynes nous présente une théorie de la monnaie radicalement différente de celle des classiques. Alors que chez les classiques, la monnaie n’a aucune utilité, elle n’influence pas l’économie réelle, chez Keynes les économies capitalistes sont clairement des économies monétaires de production : la dimension monétaire est structurante et fondamentale. Ce n’est qu’avec une autre théorie de la monnaie qu’on peut comprendre le niveau de l’investissement (ici, le taux d’intérêt est clairement une variable monétaire, il dépend de l’offre et de la demande de monnaie).

On peut facilement légitimer ce statut de la monnaie. En effet l’économie capitaliste est une économie largement décentralisée marquée par une incertitude radicale : c’est pour cette raison que les agents peuvent être amenés à demander de la monnaie pour un motif de spéculation. Toute épargne n’est pas nécessairement immédiatement investie ; une fraction de cette épargne peut être conservée sous forme de monnaie, d’encaisse et ce de façon tout à fait rationnelle. En ce sens, il ne s’agit pas vraiment de thésaurisation, même si ce comportement peut y être apparenté.

Par conséquent, Keynes souligne que l’efficacité marginale du capital et le taux d’intérêt répondent à des déterminants largement conventionnels. L’efficacité marginale du capital ne doit pas être confondue avec la productivité marginale définie par l’école néo-classique. L’efficacité marginale du capital est plus une anticipation du rendement monétaire des actions, censée refléter le rendement des fonds propres d’une entreprise. Ce sont la confiance et les anticipations sur les marchés financiers qui vont déterminer l’efficacité marginale du capital et donc le niveau de l’investissement.

Or, l’efficacité marginale du capital et la demande de monnaie de spéculation se modifient en fonction des évolutions de l’état de la confiance et des anticipations des agents. Ainsi, une dégradation de la confiance sur le marché des obligations conduit à un déplacement de la courbe de demande de monnaie vers la droite ; le taux d’intérêt correspondant à la trappe à liquidité augmente. L’investissement peut s’effondrer brutalement.

Les anticipations dans la détermination du taux d’intérêt et de l’efficacité marginale du capital ne sont pas sans rapport. Les marchés des actions et des obligations sont fortement reliés entre eux. Les anticipations sur ces deux marchés ne sont pas indépendantes les unes des autres (les intervenants sont souvent les mêmes). Ainsi, lorsqu’un krach survient sur le marché boursier, le climat général des affaires devient mauvais et les agents augmentent leur demande de monnaie de spéculation, ce qui faut augmenter le taux d’intérêt. On constate en effet, en parallèle du krach sur le marché action, une détérioration de la confiance sur le marché obligataire. De plus, les agents anticipent que l’État va devoir accroître ses dépenses pour surmonter le krach, et donc émettre de nouveaux bons à des taux d’intérêt plus élevés. L’ensemble de ces mécanismes conduit effectivement à une hausse des taux d’intérêt.

Ainsi, pour Keynes, il convient, autant que faire ce peut, de limiter le pouvoir de la finance et des marchés financiers. Le pouvoir des marchés se traduit par une domination de la logique de spéculation de court terme sur une logique d’entreprise et d’investissement de long terme. La solution immédiate consisterait en une règlementation plus poussée des marchés financiers ainsi que des marchés des changes pour éviter une spéculation sur les monnaies. La taxation des capitaux, le contrôle administratif des mouvements de capitaux pourraient ainsi réduire leur volatilité. Or, depuis le début des années 80, on constate un vaste mouvement de libéralisation et de dérèglementation des systèmes financiers qui vont à l’encontre des prescriptions keynésiennes et développent l’instabilité de l’économie.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Le keynésianisme   Ven 03 Oct 2008, 4:38 pm

Citation :
L’intervention publique selon Keynes

La représentation néo-classique de l’intervention publique

En ce qui concerne l’intervention publique, la théorie néoclassique est une théorie non-homogène et plutôt éclatée. Le modèle de référence est le modèle de concurrence parfaite qui exclut toute intervention de l’État en dehors de ses missions régaliennes (police, armée, justice). Or, le modèle de concurrence parfaite est un modèle largement centralisé avec des hypothèses de comportement et de fonctionnement (sur l’organisation des échanges) difficiles à mettre en œuvre. Le modèle de concurrence parfaite a été formalisé dans les années 50 par le couple d’économistes Arrow et Debreu.

Pour les économistes qui adhérent à la théorie néoclassique, le modèle de concurrence parfaite constitue un idéal, un optimum, mais il est impossible à atteindre à cause d’imperfections. Ainsi, pour la majorité des néoclassiques, il s’agit de raisonner en terme d’imperfections que l’État doit servir à corriger. Mais à l’intérieur même de la théorie néoclassique, certains, les libéraux, refusent toute intervention de l’État et pensent que le marché laissé à lui-même est autosuffisant. D’autres, les néo-keynésiens, sont favorables à l’intervention de l’État pour aider à la réalisation du programme du marché.

Les néo-keynésiens ne discutent pas l’idéal que constitue la concurrence parfaite, mais, à l’inverse des libéraux, ils pensent que les imperfections du modèle ne seront pas réduites par une diminution de la sphère publique. En effet, ils considèrent que ce n’est pas forcément l’État qui est à l’origine de ces imperfections. Il faut donc que l’État intervienne pour contrecarrer les conséquences de ces imperfections comme le chômage ou la constitution de monopoles naturels.

Or, ce n’est en effet pas n’importe quelle intervention publique qui découle de cette vision : l’objectif des néo-keynésiens est de réaliser le programme du marché par l’intervention publique. Malgré tout, il s’agit de se rapprocher le plus possible des résultats qui auraient théoriquement été obtenus en situation de concurrence parfaite. Les néo-keynésiens apportent les fondements théoriques et économiques de la doctrine social-libérale dominante aujourd’hui en Europe.

Par exemple, sur le marché du travail, pour les libéraux, le chômage est dû à l’intervention de l’État ou des syndicats par l’intermédiaire du salaire minimum et d’une négociation toujours plus difficile des salaires. Or, comme le salaire en vigueur est supérieur au salaire de marché, il existe du chômage. Pour eux, il faut donc démanteler les syndicats et annuler le salaire minimum pour rétablir le mécanisme correct du marché. Les néo-keynésiens, qui gardent en tête une dimension sociale de l’économie et la nécessité d’une demande effective suffisante pour les entreprises, pensent, à l’inverse des libéraux, que le rôle de l’État est de prendre en charge une partie du coût du travail. En effet, par l’intermédiaire d’emplois subventionnés ou de réductions de charges pour les emplois peu qualifiés, le coût du travail finalement supporté par les entreprises doit correspondre au salaire en vigueur sur un virtuel marché du travail.

Ainsi, le programme du marché est plus facilement réalisé : le coût supplémentaire entre le salaire minimum et le salaire de marché est compensé par les aides de l’État (aujourd’hui 25 milliards d’euros par an en France). Le seul chômage qui peut subsister est soit du chômage volontaire (les personnes qui préfèrent ne pas travailler parce qu’elles considèrent que le salaire est trop bas), soit du chômage structurel (personnes qui sont entre deux emplois). De plus, certains libéraux considèrent que les minima sociaux (RMI, allocations chômage) encouragent le maintien des personnes dans une situation de non retour à l’emploi.

Mais d’autres imperfections du marché peuvent aussi être à l’origine du chômage : les problèmes de circulation de l’information contraignent les entreprises à verser un salaire supérieur au salaire de concurrence parfaite, c'est la théorie des asymetries d'information que l'on doit à Joseph Stiglitz. Ainsi, pour les libéraux, les causes du chômage sont largement exogènes au marché (l’État, les syndicats, les problèmes de circulation de l’information, …). Alors que, pour les néo-keynésiens, les causes du chômage peuvent aussi être endogènes : on ne peut pas supprimer toutes les imperfections du marché et les employeurs n’ont, en quelque sorte, par d’autres choix que de verser un salaire supérieur au salaire d’équilibre. Par exemple, pour des raisons d’équité, ils pensent qu’on ne doit pas supprimer le salaire minimum.

Keynes, défenseur de l’intervention publique

Keynes refuse les deux composantes de l'analyse néo-classique du chômage :

- Le travail n'étant pas une marchandise, il ne faut pas considérer qu'un marché du travail existe.
- Le chômage n'est pas volontaire car il n'est pas soumis à la volonté des agents. Le chômage est un dérèglement du capitalisme.

L'État doit alors amorcer une politique de relance pour éradiquer le chômage.

Croissance et investissement chez les keynésiens

Mathématiquement, l'investissement engendre un surplus de revenu national supérieur. L'État peut se permettre, selon Keynes, de creuser un déficit : l'investissement public engendrant beaucoup de revenu, le "trou" dans les finances de l'État se résorbe de lui-même.

Courants économiques actuels issus du keynésianisme

Le keynésianisme a grandement contribué à la réflexion générale sur le rôle de l'État. Critiquant le rôle des marchés, montrant les risques de sous-investissement, il apporta un regard nouveau sur les sciences économiques. Alors que Keynes utilise les mathématiques pour expliquer son raisonnement, il cherche néanmoins à prendre en compte certains déterminants sociaux.

Les mutations économiques, les réformes de l'État-providence, l'échec des plans de relance des années 1970 ont amené les économistes contemporains à s'écarter du keynésianisme – Keynes lui-même au cours de sa vie n'a pas tenue une position constante.

L’école néoclassique est dominante dans les pays développés, mais le principal courant situé dans le prolongement du keynésianisme est le néo-keynésianisme.

Le post-keynésianisme est un courant mineur qui se place dans le prolongement des idées les plus hétérodoxes du keynésianisme.

Notes et références

1 Théorie Générale, chapitre 1 : « La dénomination d' « économistes classiques » a été inventée par Marx pour désigner Ricardo, James Mill et leurs prédécesseurs, c'est-à-dire les auteurs de la théorie dont l'économie ricardienne a été le point culminant. Au risque d'un solécisme, nous nous sommes accoutumé à ranger dans « l'école classique » les successeurs de Ricardo, c'est-à-dire les économistes qui ont adopté et amélioré sa théorie y compris Stuart Mill, Marshall, Edgeworth et le Professeur Pigou. »
2 John Maynard Keynes, Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie
3 L'erreur que Keynes met ici à jour et celle de confondre équilibre comptable (où on pose qu'une égalité est vraie par définition) et équilibre économique (où on prouve qu'une égalité est vraie du fait de relation de causalité dans un certain cadre théorique.)

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le keynésianisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le keynésianisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le consumérisme a atteint ses limites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Économie-
Sauter vers: