FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’union « Wallonie-Bruxelles-France » est nécessaire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: L’union « Wallonie-Bruxelles-France » est nécessaire !   Mar 24 Fév 2009, 2:01 pm

Source : http://www.lesoir.be/forum/cartes_blanches/carte-blanche-l-union-2009-02-24-692380.shtml

Paul-Henry Gendebien Président du R.W.F. (Rassemblement Wallonie-France)

L’union « Wallonie-Bruxelles-France » est nécessaire !

mardi 24 février 2009, 10:32

Citation :
Ainsi l’observateur averti qu’est M. Fralon ne croit-il plus en l’avenir de la Belgique (Le Soir des 21 et 22 février). C’est un signe intéressant. Mais il pense à un subterfuge salvateur : vivement une « petite Belgique » délestée de la Flandre et donc idéale !

Or, celle-ci serait réduite à une nostalgie tenant lieu de patrie. Un nouveau « petit Belge » ressurgirait une fois encore du tombeau et procréerait « L’État Wallonie-Bruxelles », un projet qui risque fort d’échouer. Non pas à cause de sa dimension modeste mais en raison de la ruine de ses finances publiques et surtout de son inconsistance nationale. Économiquement chétif et socialement régressif, cet État confetti serait dépourvu du ferment nécessaire à la création d’un pays : le sentiment national.
Fonder une État wallo-bruxellois, ce n’est pas simplement prolonger la Belgique ! Il faudrait inventer et organiser un nouvel État au travers d’une vision, d’une ambition et d’une volonté qu’on n’aperçoit guère dans notre classe politique. Sans parler de l’expérience pénible de nos pouvoirs régionaux depuis un quart de siècle…
La seule capitale commune aux Wallons et aux Bruxellois, c’est Paris. Je veux croire à une grande communauté de destin « Wallonie-Bruxelles », mais celle-ci ne passera que par une adhésion commune à la France.
Hostile au rattachement, M. Fralon présume que les Wallons préféreront un Premier ministre flamand à un préfet. Pourquoi cette comparaison bancale ? C’est un Fillon ou un Jospin qu’il aurait fallu opposer à un Leterme !
En présumant une aversion wallonne à l’égard d’un préfet, M. Fralon semble indiquer sa propre aversion pour l’État. Il aurait ainsi été la victime d’une belgification réussie puisque la Belgique est devenue un anti-État.
M. Fralon observe que nos mœurs politiques diffèrent de celles de la France. C’est vrai : chez nous, pas d’élection du chef de l’État, un régime des partis insupportable, un système électoral empêchant l’alternance. Mais c’est précisément l’un de nos objectifs : l’après-Belgique doit nous conduire à une autre culture politique fondée sur les valeurs républicaines, sur la restauration de l’idée d’autorité publique, sur le scrutin majoritaire, etc.
Il nous faut renouer avec le principe de l’État arbitre et régulateur, garant des libertés et des solidarités. Nous le ferons d’autant mieux que la France moderne n’est plus jacobine et qu’elle s’est régionalisée depuis les lois Deferre.
M. Fralon pense que l’Europe dira non à notre réunion à la France. Je demande : quelle autorité européenne ? Et au nom de quels principes ? Depuis 1989, plus de quinze nouveaux États sont nés sur notre continent, et d’autres ont disparu (Allemagne de l’Est, Tchécoslovaquie, Yougoslavie). Et la mini Yougoslavie serbe a été partiellement démembrée à son tour.
La plupart des capitales, et l’Europe en général, sont restées passives, voire complices, devant ces implosions. La posture dominante fut une hésitation entre deux principes contradictoires : droit sacré des peuples à l’autodétermination contre stabilité immuable des frontières étatiques. Lorsque le droit des peuples l’emporta, ce ne fut pas à cause de la vertu de l’Europe, mais bien parce qu’elle n’avait ni la volonté ni la force de dire non. Et ses contradictions éclatèrent lorsque, dans la même année, elle reconnut un Kosovo indépendant puis tenta de préserver l’intégrité de la Géorgie en feignant de nier les aspirations nationales des Abkhazes et des Ossètes.
L’Allemagne ne s’opposera pas aux souhaits des Wallons et des Bruxellois. Elle se souviendra de la loyauté française lorsque Paris acquiesça sans réserve à la réunification de 1990. La Grande-Bretagne semble lassée de l’Histoire et ne protestera que pour la forme.
L’intérêt de l’Europe, c’est un règlement pacifique de notre crise terminale écartant tout risque de chaos. La solution française sera un facteur de stabilité évident. Les européistes eux-mêmes pourraient accepter un élargissement de la France, au même titre qu’ils saluèrent le volontarisme de la présidence française en 2008
L’équilibre européen ne présuppose-t-il pas un équilibre Paris-Berlin, à savoir une Allemagne consolidée et une France renforcée ? La réunification allemande autorisait en quelque sorte une prochaine réunification française.
Quelle instance européenne oserait adresser des remontrances moralisatrices aux « anciens Belges » quand ils voudront se séparer ? Serait-il convenable que cette Europe, qui s’est construite sur le dépérissement des États nations et qui a encouragé la plus dure des libres concurrences entre les régions, veuille sauver contre tout bon sens un État moribond ? Ce serait paradoxal de la part d’une Union qui se prévaut de l’héritage des Lumières et du libéralisme démocratique.
Enfin, au nom de quelle logique, l’Europe interdirait-elle à la Flandre ce qu’elle accepta avec un enthousiasme fébrile pour de nombreuses nations sans État, des pays baltes à la Slovaquie, de la Slovénie au Kosovo, en passant par le Monténégro ? Et comment refuser aux Wallons et aux Bruxellois ce qui fut accordé naguère aux six Länder de l’Allemagne de l’Est ?
Décidément, les nostalgiques de la belgitude s’évertuent plus que jamais à combattre le projet réunioniste. Visiblement, celui-ci progresse dans l’opinion publique. On le mesure à l’inquiétude croissante qu’il suscite dans les milieux politiquement corrects encore liés à un régime qui se conjugue de plus en plus au passé décomposé.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
L’union « Wallonie-Bruxelles-France » est nécessaire !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [974] Réunion
» Réunion à Ostende le samedi 26 février 2011
» Union des Ecologistes pour la Normandie.
» poussette double nécessaire?
» pis, la réunion d'hier pour le CPE La Gatinerie....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: