FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les carnets noirs du Hampshire

Aller en bas 
AuteurMessage
Ti' Breton
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1314
Age : 57
Localisation : Antibes
Langue : Français
Emploi/loisirs : Patrimoine culturel
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Les carnets noirs du Hampshire   Ven 10 Juil 2009, 1:25 pm

Le jeune lieutenant est impeccable dans sa tenue d'apparat... A peine a t-il eu le temps de l'essayer chez Farchoux, tailleur émérite de la rue Royale à Paris, qu'il lui a fallu sauter dans une calèche pour se rendre tout près de là, au Palais des Tuileries...

Bien sur, cet uniforme rutilant n'était théoriquement destiné qu'à recevoir "sa" Reine Victoria, qui devait arriver à Paris quatre jours plus tard, mais l'invite faite par la résidence impériale, toute de stupéfaction et de mystère, méritait que l'on fit une entorse à la règle.

Le bel officier britannique attend donc dans le salon dit "des maréchaux", entouré de boiseries chargées d'aigles fraîchement repeintes et de tableaux monumentaux lui rappelant un douloureux passé belliciste entre son pays, l'Angleterre, et la France. Ney, Murat, Mortier, Berthier, Davout et tant d'autres le regardent de leur haute stature avec sévérité...
Il est un peu intimidé du haut de ses vingt cinq ans ; intimidé et angoissé... Que peut-on bien lui vouloir en pareilles circonstances où la fébrilité fait courir en tous sens le personnel des Tuileries, lui, l'officier fraîchement promu au 64° régiment Prince of Wales ?

Notre homme se râcle la gorge, s'éponge un peu nerveusement le front avec un linge, puis encore et encore, tire sur cette damnée manche droite qui semble plus longue que la gauche...Ah, ces Français...Rien ne vaut un bon tailleur de Hillsborough...Cette remarque fait naître un timide sourire, vite interrompu par l'arrivée d'un huissier :

- Monsieur Rose ? Martin Rose ?" Le valet se tient droit comme un "I" dans son uniforme vert galonné d'argent...Il a ce port altier obligatoire lorsque l'on souhaire entrer au service du Palais...Port altier mais haleine fétide pense le jeune Anglais, voilà encore un de ces demi-soldes reconverti avec le retour de l'empire.

- A votre disposition" répond l'officier en se redressant

- Si Monsieur veut bien me suivre" se contente de répondre l'homme en s'inclinant respectueusement.
Les deux hommes se dirigent cers une lourde porte entrouverte.
L'huissier fait un signe discret puis se glisse dans l'autre pièce avant de revenir aussi rapidement.

- Vous pouvez entrer, Monsieur"...

Rose entre donc, toujours extrêmement surpris de n'avoir, finalement, rencontré personne susceptible de le renseigner sur sa présence en ces lieux.
Il se fige en un impeccable garde à vous, jetant un coup d'oeil circonspect sur un nouveau salon doré, chargé lui aussi de scènes de guerre Napoléoniennes, orné d'un bureau, de trois fauteuils et d'une petite commode, style consulat bien entendu.
Un homme est penché sur ce bureau, lui tournant le dos. Il se retourne.

L'aspect n'est pas des plus séduisant...Maigre, plutôt grand, front trop haut, dégarni, visage allongé, des yeux sans lueur et un nez effilé chaussé de petites lunettes en demi-lune. Les moustaches traditionnelles Napoléon III, le petit bouc bien entendu, et un costume noir de belle facture barré du grand cordon de la Légion d'honneur...

C'est ce point qui fait s'incliner le lieutenant Rose.
Son hôte fait quelques pas en lui tendant une main accompagnée d'un doux sourire :

- Lieutenant Rose, c'est un immense plaisir de recevoir un officier de sa majesté britannique !"
L'officer britannique sourit, flatté mais embarrassé de méconnaître son interlocuteur qui, immédiatement, éclate de rire en comprenant la méprise :

- Permettez moi lieutenant de me présenter, je suis Charles Auguste Louis Joseph, Duc de Morny"

Le lieutenant blêmit : le demi-frère de Napoléon III, rien que cela...Là encore, son interlocuteur, visiblement perspicace, tente de le mettre à l'aise en l'invitant à s'asseoir puis en prenant place derrière le bureau.

- Je vous en prie, lieutenant, pas manières entre nous, entre soldats car, savez vous, j'ai été moi-même soldat durant le règne de Louis-Philippe... Oh, pas un héros des temps moderne non, un honnête lieutenant, comme vous !" et le prince de partir en un nouveau rire sonore...

L'officier esquisse lui aussi un timide rictus et ose, en se râclant la gorge une nouvelle fois :

- Je vous prie de m'excuser Monseigneur, mais j'ai reçu par porteur spécial du Palais cette carte d'invitation sans en connaître réellement la teneur...En quoi un modeste officier pourrait..."
- Taratata jeune homme - coupe Morny - votre présence, peut être un tantinet maquillée sous le sceau du secret, j'en conviens, n'est pas un hasard. Je vous ai fait mander, avec l'accord de vos officiers supérieurs, pour une affaire disons...particulière...Oui, c'est cela, particulière..." le ton s'est subitement adouci et le regard du Duc se fait plus mystérieux, ses mains se joignant devant sa longue moustache pour forcer le trait...

Rose ouvre de grands yeux, interloqué, attendant une suite qui ne tarde pas...

- En fait, mon ami, vous n'êtes pas à proprement parler ici pour...vous, mais plutôt, comment dire, pour Monsieur votre père"

- Pè-Père ? mais qui peut, sauf votre respect, s'intéresser à mon père au Palais des Tuileries ?

Morny se redresse dans son fauteuil avec solennité :
- L'Empereur jeune homme, l'Empereur !"

Fin du premier épisode
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Les carnets noirs du Hampshire   Ven 10 Juil 2009, 2:26 pm

Nous voilà déjà plongé en pleine intrigue ! L'atmosphère est fort bien décrite Ti' Breton;

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Ti' Breton
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1314
Age : 57
Localisation : Antibes
Langue : Français
Emploi/loisirs : Patrimoine culturel
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Les carnets noirs du Hampshire   Ven 10 Juil 2009, 4:18 pm

Rose a senti à l'évocation de l'empereur un frémissement... Les deux hommes se fixent, Morny ne détestant pas l'effet de son annonce sur ce jeune officier en uniforme rouge chamarré de galonnages or et blanc... Il laisse flotter un léger temps, maîtrisant la théâtralisation du moment, puis reprend, toujours calé contre le dossier du lourd fauteuil.

- Et oui lieutenant, l'empereur !... Sachez que l'empereur m'a chagé de vous retrouver avant même l'arrivée, surtout avant l'arrivée devrais-je dire, de votre souveraine dans quatre jours, à Paris, et ce en réponse au séjour tout à fait admirable qu'il a passé avec sa majesté l'impératrice il y a cinq mois à Londres....Une capitale merveilleuse, si si, vraiment !"

L'officier sourit poliement mais ne dit mot. Le Duc enchaîne:

- Comme vous ne l'ignorez pas lieutenant, puisque votre régiment participera à la grande parade commune entre nos deux armées, nous allons connaître ces jours ci, entre la visite de votre souveraine et notre exposition universelle, une effervescence peu commune, même pour une ville comme Paris, et ce sans compter les trouées de notre ami Haussman !" et Morny d'éclater de rire...

L'Officier reste attentif et silencieux.

- Sa majesté - le ton s'est radouci et le prince joint de curieux mouvements de mains à la parole - m'a chargé de quelques petites affaires dont il ne peut s'occuper directement ni lui ni son gouvernement...des...des broutilles de dernière minute, qu'il juge secondaires ou...- Morny marque un temps et se rapproche de sa position initale - plus délicates..."

Rose juge le moment opportun pour rompre le monologue

- Monseigneur, vous me voyez à la fois troublé et je dois l'avouer, curieux par l'intérêt que sa majesté impériale peut bien porter à notre...famille, mais sincèrement, là, tout de suite, je ne vois pas..."

- Si fait mon garçon - le prince fait un signe d'arrêt de la main - Pourriez-vous me dire ou plutôt me parler de votre père, et ce afin que je juge ne pas m'être trompé - le prince sourit - de "client", si je puis dire..."
D'un geste Morny, se réinstallant au fond de son siège, invite le jeune officier à prendre la parole, tandis que le duc se saisit d'une liasse de documents qu'il parcourt au fur et à mesure des propos écoutés attentivement, faisant aller et venir son regard des papiers à Martin Rose.
Le lieutenant toussotte avant de se lancer:

- Mon père, Jonathan Rose, est né dans le comté de Folkestone en 1776. Il a effectué des études très correctes avant d'opter pour une école, comme son propre père, d'officiers au service de sa majesté. Il en est sortit à l'âge de 18 ans avec son diplôme de sous-lieutenant puis..."
Morny l'interrompt en enchaîne tout de go :

- Puis il a servi dans un premier temps à Londres, au 43° régiment d'infanterie légère, à participé au désastre de Capri en 1795 - Morny sourit - avant d'intégrer le 66° régiment d'infanterie pour y réaliser une carrière honorable, combattant au Portugal, en Espagne, blessé quatre fois au combat, trois citations - Morny fait une moue admirative - et tout cela jusqu'à....Waterloo, où le régiment de votre père est stationné sur les arrières du champ de bataille, en réserve...Waterloo - Morny sent son regard se perdre par la fenêtre du bureau un court instant...Un long soupir ; Le lieutenant n'ose l'interrompre. Très vite, le demi-frère de Napoléon III se reprend et enchaîne :

- Tout cela nous le savons, lieutenant Rose, mais c'est la suite, sans vouloir offenser de quelque manière que ce soit la brillante carrière de Monsieur votre père, qui nous intéresse, et je dirai même que... c'est la suite de la suite qui nous intéresse !"

- La...suite de la suite ? Veuillez m'excuser Monseigneur, mais je ne vois pas..."
- Parlez moi...D'après 1815" murmure Morny

- Après 1815, la paix signée, le 66° a été l'un des rares régiments conservés en l'état, stationné je crois à Southampton...En 1816...- le jeune lieutenant fixe son interlocuteur, comprenant partiellement où ce dernier veut l'amener - En 1818 le régiment est partit pour Saint-Hélène, à Deadwood, afin d'assurer la garde de...de..."

- Je vais vous aider - sourit malicieusement Morny constatant l'embarras du jeune homme - la garde de l'empereur Napoléon Ier à Longwood, celui que vous nommiez alors - le duc ricane - le Général Buonaparte"

- C'est cela Monseigneur" répond la gorge nouée par l'angoisse le jeune Rose.

- Et que savez-vous de ce séjour ?" reprend plus légèrement le Français.

- En réalité peu de chose Monseigneur, mon père ne s'est jamais laissé aller à quelque confidence, c'était, et c'est toujours d'ailleurs, quelqu'un d'assez réservé..."

- Il vit donc toujours ?"

- Oui Monseigneur, il se trouve d'ailleurs avec mes deux frères à Paris, ou plutôt ils seront à Paris avec mes compatriotes qui rejoignent la capitale pour les festivités."

Morny s'est redressé ; il fixe le jeune Anglais.
- A Paris...votre père...Voyez-vous cela...quelle coïncidence"

Fin du second épisode
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Les carnets noirs du Hampshire   Ven 10 Juil 2009, 7:57 pm

Je vois où mon Ti' Breton veut en venir.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
DIAWARA
Nouveau membre
Nouveau membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5
Age : 69
Localisation : Montreuil (93)_France
Langue : français
Emploi/loisirs : Lecture et écriture
Date d'inscription : 06/05/2013

MessageSujet: Re: Les carnets noirs du Hampshire   Mer 17 Juil 2013, 11:24 am

hum  J'ai aimé les deux premiers épisodes, je suis à l'affut du troisième.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les carnets noirs du Hampshire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les carnets noirs du Hampshire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PL - Poulet aux champignons noirs DUKAN (en esperant que les phot
» Je vois des points noirs
» Help : Où se procurer des haricots NOIRS ?
» préservatifs noirs
» Rumeurs Elfes Noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Langues :: Nouvelles d'ici et d'ailleurs-
Sauter vers: