FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 3e front du terrorisme international : le Yémen

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

3e front du terrorisme international : le Yémen Empty
MessageSujet: 3e front du terrorisme international : le Yémen   3e front du terrorisme international : le Yémen EmptyMar 05 Jan 2010, 9:55 pm

Source : http://www.rue89.com/2010/01/04/terrorisme-les-etats-unis-face-a-un-troisieme-front-au-yemen-132230


Terrorisme : les Etats-Unis face à un « troisième front » au Yémen ?

Par François-Xavier Trégan | Journaliste | 04/01/2010 | 13H35
3e front du terrorisme international : le Yémen Separator
Citation :
Après l'attentat raté du vol Amsterdam-Detroit, l'implantation d'ai-Qaeda inquiète des Américains déjà en guerre en Irak et Afghanistan.




3e front du terrorisme international : le Yémen 2010_01_04_manifestation_yemen

(De Sanaa, Yemen) A défaut de pouvoir se prévaloir d'un succès opérationnel, al-Qaeda Péninsule arabique (Aqap) peut au moins goûter une victoire médiatique. La franchise yéménite de la nébuleuse terroriste profite en effet de l'emballement qui accompagne l'attentat manqué du vol Amsterdam-Détroit.

Dans un communiqué, Aqap a revendiqué l'attentat manqué contre le vol 253 de la Northwest Airlines. Les services de sécurité tentent de retracer la trajectoire du terroriste au slip piégé, le jeune Nigérian Abdulmutallab. Les autorités ont confirmé qu'il a effectué deux séjours au Yémen. C'est là qu'on lui aurait remis l'explosif.
L'attentat contre l'avion américain intervient après une série d'opérations antiterroristes menées par les forces de sécurité. Avec, selon le New York Times, l'aide des Etats-Unis, qui ont fourni des renseignements et l'appui des forces spéciales déjà présentes sur le territoire.
Des opérations musclées qui ont fait des victimes civiles


Plusieurs coups de force ont été lancés, inédits par leur ampleur et par leurs modalités -les vastes coups de filets habituels aboutissent en général sur la libération, quelques jours plus tard, de bien inoffensifs citoyens.

  • Le 17 décembre, trois opérations simultanées prennent pour cible un camp d'entraînement, un refuge du mouvement et une base logistique dans la capitale. Bilan estimé : au moins 30 morts, dont plusieurs civils, et une vingtaine d'arrestations.


  • Le 21 décembre, alors que plusieurs milliers de personnes protestent à Abyan contre ces raids meurtriers, Muhammad Salih al-Awlaqi, membre d'al-Qaeda, s'affiche en public. Face à la caméra d'al-Jazeera, il dénonce l'ennemi américain et expliquait que le mouvement ne souhaitait pas affronter l'armée yéménite.


  • Le 24 décembre,de nouvelles frappes s'abattent sur une ferme de Shabwa, où les deux principaux cadres du mouvement, Nasser al-Wahashi et Said al-Shihri, auraient pu trouver refuge. Ces derniers s'échappent, mais l'opération fait une trentaine de victimes, dont al-Awlaqi.

Brandir le spectre d'al-Qaeda, recours des autorités face au crise
L'annonce, par le président Saleh, de la création d'une commission d'enquête sur ces opérations n'a pas suffit à apaiser la colère de l'opposition, qui dénonce le nombre de victimes « collatérales » que la réalité effective de la menace terroriste.
Pour elle, Sanaa n'aurait brandi l'épouvantail al-Qaeda que pour mieux justifier une politique de la terreur contre ses opposants. Le régime yéménite doit affronter une guerre dans le nord face à la rébellion eaydite, mais aussi contenir un mouvement sécessionniste grandissant dans le sud, anciennement indépendant.
Mais si al-Qaeda a su habilement profiter des foyers de tensions yéménites pour s'afficher en un ultime recours face à un gouvernement jugé corrompu, il n'en a pas pour autant remis en cause l'unité territoriale du Yémen.
Le Yémen, un troisième front pour les Etats-Unis


Depuis plusieurs mois, les visites officielles américaines se sont multipliées à Sanaa :

  • les sénateurs John McCain et Joe Lieberman
  • le commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan, le général Petraeus
  • le conseiller du président Obama John Brennan

Lieberman, en déplacement à Sanaa au mois d'août, a rapporté les propos que lui aurait alors tenu un officiel américain :

« L'Iraq était la guerre d'hier. L'Afghanistan est la guerre d'aujourd'hui. Si nous n'y prenons pas garde, le Yémen sera la guerre de demain. »
70 millions de dollars d'aide militaire américaineCes visites, plus ou moins secrètes, avaient pour objectif principal de conforter le partenariat yéméno-américain, alors que l'aide militaire allouée par Washington pourrait se monter à 70 millions de dollars en 2009.

Mais selon plusieurs sources, elles visaient aussi à persuader les autorités de la réalité de la menace. Longtemps, elles l'ont minimisée, même s'il y a un an déjà, le président Saleh confirmait l'apparition de nouvelles cellules en provenance d'Arabie Saoudite.
Aujourd'hui, le ministre des Affaires étrangères estime à 200 ou 300 le nombre des membres d'al-Qaeda sur son sol, et en appelle à l'aide internationale. Le porte-parole du gouvernement a expliqué que les visas pour les étudiants étrangers seraient délivrés moins facilement. Il y a quelques mois, le ministère des Affaires religieuses annonçait la fermeture des écoles religieuses jugées les plus radicales.

Des détenus yéménites doivent être transférés de Guantanamo
Alors que les Etats-Unis ont annoncé le transfert au Yémen de six détenus de Guantanamo -où les Yéménites forment le contingent le plus important-, il est urgent pour Sanaa de donner des gages.



L'objectif : assurer son principal partenaire que ces ex-prisonniers ne replongeront pas dans le jihad armé et, à plus long terme, que le Yémen ne deviendra pas un sanctuaire pour terroristes indésirables ailleurs.
Selon plusieurs sources militaires américaines, les Etats-Unis et le Yémen chercheraient des cibles pour de nouvelles représailles. De son côté, Aqab a d'ores et déjà annonçait qu'il préparait aussi ses ripostes…
Photo : des manifestants dénoncent les opérations militaires contre al-Qaeda au Yemen, à Radfan le 19 décembre (Reuters)
► Après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, c'est au tour de la France de fermer ce lundi son ambassade à Sanaa, devant les menaces d'attaques terroristes.




Y.G.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
3e front du terrorisme international : le Yémen Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
3e front du terrorisme international : le Yémen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Europe, grandes puissances, organisations internationales, conflits divers, terrorisme, espionnage, armes et armement :: Terrorisme international-
Sauter vers: