FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Éric BESSON vs Vincent PEILLON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   Sam 16 Jan 2010, 4:19 pm

Source : http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/01/14/debat-sur-l-identite-nationale-vincent-peillon-demande-la-demission-d-arlette-chabot_1291916_823448.html

Identité nationale : Vincent Peillon refuse le débat et demande la démission d'Arlette Chabot

Citation :
Coup de théâtre sur France 2 : Vincent Peillon (PS), qui devait participer jeudi soir à l'émission "A vous de juger" sur l'identité nationale, a décidé à la dernière minute de laisser sa chaise vide. Dans un communiqué diffusé à 21 heures, alors que le programme avait déjà commencé, le député européen conteste les modalités d'organisation de l'émission, dans laquelle il voit une "dérive" "indigne et inacceptable", et demande la démission d'Arlette Chabot ainsi que des "dirigeants de France 2 qui ont autorisé cette opération".

Il déplore qu'en dépit du faible intérêt des Français pour ce débat, la direction de France 2 n'ait "pas trouvé mieux, en cette rentrée 2010, que de consacrer la seule émission politique de début de soirée à Eric Besson et de le faire dialoguer avec Marine Le Pen", vice-présidente du FN. "Pour habiller le tout, on m'a demandé, en tant que responsable socialiste, de venir cautionner cet exercice d'abaissement national en voulant bien jouer les idiots utiles en deuxième partie de soirée", argumente M. Peillon. "C'est la première fois que l'opposition républicaine est ainsi renvoyée en fin de soirée", s'insurge le député européen. "Que M. Besson, Mme Le Pen et Mme Chabot restent entre eux."

"DOUBLE PORTION"

Arlette Chabot, directrice générale adjointe de la chaîne publique, chargée de l'information, qui avait annoncé la participation de Vincent Peillon en ouvrant l'émission, a été prise de cours par ce qu'elle a qualifié de "coup d'éclat regrettable". Lisant en direct des extraits du communiqué du député européen, elle a rappelé que M. Peillon avait accepté en décembre de participer à l'émission, et qu'il avait confirmé dans la matinée qu'il en acceptait les modalités. "Je regrette qu'il décide, alors que l'émission a déjà commencé, de ne pas y participer. Ce n'est pas lui qui est piégé, c'est nous qui sommes piégés", a-t-elle réagi en direct.

"Qu'est-ce qu'être français ? le débat reste engagé avec Marine Le Pen", a-t-elle enchaîné, alors que la vice-présidente du FN faisait son entrée sur le plateau, accueillie par un "Bonsoir madame" d'Eric Besson. "J'espère que puisque M. Peillon n'est pas là, je ne vais pas avoir double portion de Mme Le Pen", a-t-il poursuivi. "Vous commencez avec beaucoup de courtoisie", lui répondit Marine Le Pen, avant d'ironiser sur la trajectoire politique de son adversaire du soir, assurant que M. Besson pouvait jouer le rôle à la fois "du socialiste et du responsable de l'UMP".

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a aussitôt réagi à la défection de Vincent Peillon en accusant le PS de "fuir le débat". "La fuite de M. Peillon le jour même où le PS a déposé sa proposition de loi sur le droit de vote des étrangers en dit long sur sa difficulté à assumer publiquement devant des millions de Francais la manipulation qu'il a montée pour séduire l'extrême gauche et exciter l'extrême droite", a-t-il estimé.

"MÉTHODE DE VOYOU"

Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef d'"A vous de juger", a qualifié de "méthode de voyou" le retrait in extremis de Vincent Peillon. Elle a souligné avoir contacté l'eurodéputé dès décembre. "Il connaît depuis le début les conditions du débat, le conducteur, la durée de tous les intervenants", a-t-elle argumenté. "C'est lui qui a choisi de passer en deuxième partie de soirée", a-t-elle poursuivi, donnant sa "parole d'honneur". "Il avait le choix entre le début et la fin de cette émission."

Mercredi, les journalistes CGT de France 2 avaient demandé la déprogrammation du débat, qualifiant de "totalement inadmissible qu'un tel spectacle ait lieu sur les antennes du service public", qui "servira encore mieux à flatter les mauvais instincts".

Le Monde.fr, avec AFP

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: L'immoralité politique de V. Peillon   Sam 16 Jan 2010, 4:23 pm

Source : http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2010/01/15/l-immoralite-politique-de-v-peillon_1292042_3232.html

L'immoralité politique de V. Peillon

L'immoralité érigée en vertu

Citation :
Ainsi donc, Vincent Peillon avait prémédité son coup qui a stupéfié la France lors du débat organisé par la chaîne publique France 2 jeudi 14 janvier au soir. Ainsi donc, le Parti Socialiste confirme que la politique est devenue un spectacle où pour se faire entendre, il fallait faire du bruit y compris par des agissements contestables et à la limite du scandaleux. Peillon nous apprend en effet qu’aujourd’hui il faut « procéder comme ça », et qu’ « il y a des moments où il faut trouver des moyens de se faire entendre et des moyens d'entrer en résistance, je pense qu'on en est là. »

Jean-François Ricard a écrit "C'est un des principaux arts humains que d'inventer des mobiles moraux à des actes malhonnêtes", V. Peillon aujourd'hui illustre ce propos. V. Peillon défend donc ici l’idée que la politique est un sacerdoce immoral, qu’il n’y a aucune règle. Le politicien ne doit avoir pour unique ambition que le fait d’être audible auprès de l’opinion. Je pense que sur le coup, V. Peillon s’est trompé. Il s’est trompé car il a donné l’occasion à A. Chabot, tremblante d'indignation, de démontrer en direct à l’ensemble des téléspectateurs sa malhonnêteté qu’il a bien été obligé de reconnaître par la suite, tellement elle était évidente. Le calcul politique, pourtant préparé à plusieurs, était d’un amateurisme complet, il sera contre-productif.

La résistance, rien que cela. Cela nous ramène aux récentes déclarations, non moins outrageantes que les méthodes peillonnistes, de Jean-Christophe Cambadélis qui a comparé un ministre de notre République qui essaie de faire respecter la loi, à Pierre Laval. Il semble que les hommes politiques du Parti Socialiste aient définitivement abandonné le terrain du débat d’idées démocratique et abordent l’opposition politique comme une foire d’empoigne où tout est permis, et surtout les pires méthodes. En réalité, cela date d’avant les élections de 2007, depuis même l’arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur. Depuis lors, les hommes de la gauche « humaniste » ont décidé que la loi française ne s’appliquerait pas aux immigrés et aux incendiaires des banlieues et décrivent la politique française d’aujourd’hui comme une opposition frontale entre les démocrates de gauche (Modem inclus) et les fascistes qu'on retrouverait aujourd'hui jusque dans la droite républicaine. Bien peu de propositions sont sorties des cerveaux de ces inquisiteurs de l'humanisme à part ces accusations incessantes. Tout cela est symptomatique d’un parti usé jusqu’à la corde, qui ne fait plus avancer le débat depuis longtemps dans ce pays.

Evolution inquiétante du parti

La grande différence toutefois est que ces accusations alors étaient diffuses. Elles étaient surtout le fait de la base, les hommes politiques restant alors prudents dans leur argumentation. Mais on observe ces derniers mois que cette prudence a disparu. Les socialistes ont sauté le pas. Ils pointent du doigt des ministres racistes, organisateurs de déportations inhumaines, ils montent le peuple contre nos représentants, favorisent les haines. Il n'est plus possible aujourd'hui de discuter sereinement avec un de leurs électeurs ou apparentés sur des sujets aussi importants que le sont l'immigration ou l'identité nationale.

On vous ramènera tout de suite aux années 1930 ou on vous expliquera que ces sujets n'ont aucun intérêt comparés aux problématiques économiques que connaît notre pays. Au niveau de l'électorat, cela peut inquiéter mais ce n'est pas très grave. Ce qui est effarant, c'est que les dirigeants du socialisme soient atteints par cette même surdité, cette prétenntion à décider ce sur quoi le débat en France devra porter à la place du peuple normalement souverain. Ce que les socialistes ne comprennent pas, c'est que tous les sujets se valent, que visiblement une frange importante de la population désire parler des problèmes que pose selon eux l'accueil important de populations étrangères. Non pas que les Français renoncent à l'idée que la France est une terre d'accueil pour ceux qui l'aiment, mais que malgré tout, ce phénomène doit être un minimum débattu et pensé. Ils doivent accepter qu'ils n'ont pas l'initiative de ce qui intéresse les Français, et donc arrêter de fuir et de nier la réalité.

Le parti socialiste est malade

Il semble acquis que le parti socialiste est aujourd’hui un parti en bout de course, constitué par des politiciens médiocres. C’est le « grand parti malade » de France, voire même d’Europe. Il est temps que des hommes se lèvent pour réaffirmer que le politicien doit être guidé par un minimum d’éthique, avoir une certaine morale, qu'il ne peut user du scandale pour diffuser son opinion, qu'il ne peut pas réveiller les odieux fantômes du passé à travers des comparaisons fausses et simplistes. Il est temps pour l’opposition de se remettre à faire de la politique, à redevenir une force de propositions innovantes, car ces méthodes honteuses qui ont expliqué en grande partie leur défaite en 2007 et leur terrible gifle aux européennes de 2009 ne contribueront qu’à les enfoncer toujours plus.

B. Henry-Lévy avait prophétisé un peu vite la mort de ce qui est encore le principal parti d’opposition. Les socialistes, s’ils ne se réforment pas en profondeur, finiront par lui donner raison.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: PEILLON, le piégeur piégé   Sam 16 Jan 2010, 4:30 pm

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Peillon-le-piegeur-piege-fait-le-jeu-d-eric-Besson-_3635-1228465_actu.Htm


Peillon, le piégeur piégé, fait le jeu d'Éric Besson

samedi 16 janvier 2010





  • Vincent Peillon, hier, sur Canal +.

    AFP


    En boudant l'émission « À vous de juger », jeudi soir, sur France 2, l'eurodéputé socialistea ouvert un boulevard au ministre de l'Immigration, ainsi qu'à Marine Le Pen.

    Citation :
    Commentaire

    Ce qui s'est passé. L'eurodéputé PS Vincent Peillon a annoncé, jeudi, à 21 h, en cours d'émission et par voie d'agence, qu'il ne viendrait pas débattre avec le ministre Éric Besson et la vice-présidente du FN, Marine Le Pen. Et qu'il demandait la démission d'Arlette Chabot. Une décision préméditée, revendique l'intéressé, et approuvée par Martine Aubry, 48 heures avant.
    Vincent Peillon dit refuser de jouer « les idiots utiles ». La direction du PS le soutient, invoquant un « dévoiement du service public ». Le député Vert Noël Mamère aussi : « Par principe, ose-t-il, tout homme politique qui croit aux valeurs républicaines ne doit pas participer à un débat organisé par le pouvoir. » « Si on a accepté de participer, corrige Lionel Jospin, on a le devoir d'y aller », à moins que les règles aient été modifiées.
    La CGT de France 2 condamne l'émission, mais se démarque du PS : « Déjà qu'on a un président de la République qui va nommer les PDG de l'audiovisuel, si en plus des élus de la nation demandent la tête des journalistes, c'est de l'ingérence. »
    « J'aimerais savoir si vous-même et le Parti socialiste cautionnez cet appel à la démission collective, sans précédent depuis quelques dizaines d'années », écrit le PDGde France Télévisions, Patrick deCarolis, à Martine Aubry. Il n'y a aucune décision collective du PS de boycotter France 2, répond cette dernière.
    Ce qu'on peut en penser. En piégeant Arlette Chabot, Vincent Peillon ne va pas se faire beaucoup d'amis journalistes. En fuyant le plateau, il offre une tribune inespérée à Éric Besson qui, agressé à l'excès par Marine Le Pen, apparaît comme un Saint-Bernard des droits de l'homme.
    En désertant le débat, il présente de lui-même et du PS une image poltronne et, à ses détracteurs, une merveilleuse occasion de l'affaiblir. En faisant un coup, il réitère ce qu'il reproche à Ségolène Royal dont il fut l'allié.
    Quant au « démocrate » Noël Mamère, on a bien compris qu'il ne faudrait participer à aucun débat gouvernemental le jour où, par inadvertance, il accéderait au pouvoir. Tant de dégâts d'un coup : chapeau Monsieur Peillon !

    Michel URVOY.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   Sam 16 Jan 2010, 7:55 pm


Source : http://www.lefigaro.fr/politique/2010/01/16/01002-20100116ARTFIG00544-peillon-toujours-sous-le-feu-des-critiques-.php



Peillon toujours sous le feu des critiques



S.L. (lefigaro.fr)
16/01/2010 | Mise à jour : 13:40






Le «coup» médiatique du responsable socialiste, qui a refusé au dernier moment d'intervenir face à Eric Besson et Marine Le Pen sur France 2 jeudi, n'en finit pas de lui valoir moqueries et attaques, y compris dans son camp.


En refusant à la dernière minute de participer à l'émission «A vous de juger» sur France 2 jeudi, Vincent Peillon voulait créer un «buzz». C'est réussi, peut-être au-delà de ses espérances. Samedi, l'eurodéputé socialiste a essuyé une nouvelle bordée de critiques.
Dernier en date à donner son opinion sur la question, Manuel Valls n'a pas été tendre avec son camarade. Pour le député-maire d'Evry, «on a toujours intérêt à débattre, à présenter ses idées. Et puis surtout il y a la méthode. Dire qu'on y va pour ne pas y aller après, ça pose forcément toujours un problème de crédibilité». Et Manuel Valls d'évoquer «une forme de frustration de la part du téléspectateur en général, et notamment de ceux qui nous sont proches».
Pour lui, Vincent Peillon aurait surtout dû éviter d'en appeler, par communiqué, à la démission d'Arlette Chabot, animatrice de l'émission et directice adjointe de France 2. «Je pense qu'on doit éviter les mises en cause des journalistes du service public. Honnêtement c'est pas à nous de le faire». Et Valls de conclure par un dernier tacle : «Vincent Peillon est un des dirigeants les plus intelligents de notre formation politique, c'est toujours un peu embêtant de le voir dans cette polémique, c'est le choix qu'il a fait...».
Embarras à la direction du PS



Autres socialiste, autres critiques. Dans une interview au Parisien, Pierre Moscovici fait part de ses «doutes sur la politique de la chaise vide. Nous n'avons pas à avoir peur d'une confrontation avec l'UMP et le FN. Par ailleurs, je ne suis pas un amateur de coup d'éclat». Pour lui, «Arlette Chabot n'a tout de même pas commis un crime de lèse-majesté! Donc demander sa démission me paraît infondé», commente-t-il.
Et le député d'ajouter : «J'aurais aimé que la décision de pratiquer ou pas la politique de la chaise vide soit prise collectivement par le PS. Martine Aubry nous a d'ailleurs appelés à cela». Une allusion à l'embarras suscité au sein de la direction du PS par la stratégie de Peillon. Si officiellement Martine Aubry a soutenu l'eurodéputé, en privé, ses proches dénoncent un coup d'éclat solitaire et non concerté.
Martine Aubry a d'ailleurs dû expliquer, à sa demande, au patron de France Télévisions, Patrick de Carolis, qu'elle n'appelait pas au nom du PS à la démission d'Arlette Chabot. «Il n'y a évidemment pas de problème de décision collective du Parti socialiste de boycott de France 2, la question n'est absolument pas là», a-t-elle dû expliquer. La première secrétaire du PS doit revoir le PDG de la télévision publique la semaine prochaine pour s'entendre sur les conditions d'un «débat de qualité» majorité/opposition.
La presse très critique



A l'UMP, on multiplie depuis deux jours les noms d'oiseaux en direction de l'eurodéputé PS. Eric Besson, qui s'est autoproclamé vainqueur du débat face à Marine Le Pen, l'a accusé «d'avoir eu peur». Le porte-parole adjoint de l'UMP Dominique Paillé a qualifié vendredi le socialiste Vincent Peillon de «fourbe» et de «totalitaire. Le parti de la majorité compte écrire au CSA.
Samedi matin, la presse quasi unanime a critiqué le geste de Vincent Peillon. acques Camus dans La République du Centre, estime que «le pire est que l'ancien soutien de Ségolène Royal a maquillé son insultante dérobade (soigneusement préméditée) en acte de résistance républicaine». Hervé Chabaud (L'Union) cingle le «manque de panache» de l'europdéputé. «Quelle indignité, quelle caricature du politique par lui-même», renchérit Jacques Guyon dans La Charente libre.
Evoquant la stratégie même de Peillon, Patrick Fluckiger (l'Alsace) l'invalide totalement : «Plus encore que sa dérobade, la justification de Vincent Peillon laisse pantois. En désertant le plateau, (il) laissé le champ libre à la droite et à l'extrême droite qu'il affirme vouloir combattre».
Vendredi soir, Vincent Peillon a demandé à débattre face à Eric Besson, mais «dans des conditions normales». «Je demande un débat politique. Qu'(Arlette Chabot NDLR) organise un débat démocratique --ce sera utile à tous les Français-- dans des conditions d'égalité du service public». Il a répété qu'il avait trouvé que France 2 faisait de la «politique spectacle» avec ce «grand match Besson-Le Pen».

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: PEILLON s'explique chez DENISOT   Sam 16 Jan 2010, 8:09 pm


_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
GAUVAIN
Membre fidèle
Membre fidèle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 58
Localisation : Wallonie, terre irrédente
Langue : Français
Emploi/loisirs : Moine-soldat du réunionisme
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   Ven 22 Jan 2010, 5:32 pm

L'attitude de Vincent Peillon est regrettable : l'image du P.S. n'en sera pas grandie ! Qu'il demeure donc dans l'opposition !

Sans être exceptionnel, Eric Besson n'est pas un mauvais ministre, d'autant que sa position est délicate.

_________________
Avec la France, l'union fera la force !
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   Ven 22 Jan 2010, 5:45 pm

@GAUVAIN a écrit:
L'attitude de Vincent Peillon est regrettable : l'image du P.S. n'en sera pas grandie ! Qu'il demeure donc dans l'opposition !

Sans être exceptionnel, Eric Besson n'est pas un mauvais ministre, d'autant que sa position est délicate.

C'est çà le génie de Nicolas SARKOZY : mettre des gens en position délicate au front pour en faire de fidèles vassaux plutôt que de choisir des "alliés" qui peuvent le trahir du jour au lendemain.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Sébastien
Membre intéressé
Membre intéressé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 29
Localisation : Andenne > Namur - département de la Sambre et Meuse
Langue : Français
Date d'inscription : 20/05/2008

MessageSujet: Re: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   Ven 22 Jan 2010, 11:06 pm

Je reste solidaire de Vincent Peillon même si la méthode pour refuser le débat est largement discutable et n'est probablement pas la meilleure solution pour manifester son mécontentement/désaccord.
Concernant l'agressivité médiatique à son égard, je pense que Joseph Macé-Scaron (dans la vidéo ci-dessus) n'a pas entièrement tort ...

_________________
http://www.byebyeflanders.net (Mon blog)
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   Ven 22 Jan 2010, 11:39 pm

@Sébastien a écrit:
Je reste solidaire de Vincent Peillon même si la méthode pour refuser le débat est largement discutable et n'est probablement pas la meilleure solution pour manifester son mécontentement/désaccord.
Concernant l'agressivité médiatique à son égard, je pense que Joseph Macé-Scaron (dans la vidéo ci-dessus) n'a pas entièrement tort ...

A mon avis si Vincent PEILLON ne se sentait pas à la hauteur du débat il aurait du se faire remplacer par un autre ténor du PS car il a discrédité à la fois sa personne et son parti par son attitude désinvolte et mensongère qui ne pouvait qu'attirer l'agressivité médiatique et une certaine compassion populaire envers Éric BESSON qui est resté d'un calme olympien qui a également desservi Marinne LE PEN ! Décidément, le PS français se porte bien mal ces derniers temps !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Éric BESSON vs Vincent PEILLON   

Revenir en haut Aller en bas
 
Éric BESSON vs Vincent PEILLON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luc Besson tourne en Normandie... dans le Perche.
» Helene dans le film de Luc Besson "Exit"
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» HOME (film)
» Il montre ses fesses et mord un gendarme : l'électricien alcoolisé « pète un plomb »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: