FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Louis XIV

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Louis XIV   Mer 12 Avr 2006, 8:58 pm

Citation :

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XIV

Louis XIV (Louis-Dieudonné) (Saint-Germain-en-Laye, 5 septembre 1638 – Versailles, 1er septembre 1715) est, du 14 mai 1643 jusqu'à sa mort, roi de France et de Navarre, le troisième de la maison de Bourbon de la dynastie capétienne. Il reste le chef d'État qui a gouverné le plus longtemps sur la France.



L'enfance

Louis Dieudonné

En ce dimanche 5 septembre 1638 vers 11 heures, la naissance du dauphin au Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye apparait comme miraculeuse. Se produisant après 23 ans d'un mariage sans enfant de ses parents Louis XIII et Anne d'Autriche, il est prénommé Louis Dieudonné car on voit en sa venue une grâce du ciel après le vœu de Louis XIII (consécration de la France à la Vierge Marie en août 1638). Ces circonstances font que certains prétendent, à l'époque, que Louis XIII n'est pas le père biologique, ce qu'Anne d'Autriche a toujours vivement réfuté. Durant la Fronde, certains pamphlets iront même jusqu'à attribuer cette paternité cachée à Mazarin. Le père Fiacre eut une apparition de la Vierge Marie portant un enfant dans les bras. Croyant voir l'Enfant Jésus, il se prosterna. La Vierge l'arrêta en lui disant "qu'il voyait le fils que Dieu destinait à la France". De fait, la date de cette apparition coïncide avec celle de la conception de Louis "Dieudonné", Anne d'Autriche ayant dû partager la même couche que Louis XIII, surpris tous deux par un orage lors d'un déplacement.

Louis est le fruit d'unions multiculturelles puisque ses grands-parents paternels Henri IV et Marie de Médicis, étaient français et italien. Son grand père maternel, Philippe III était espagnol et sa grand mère maternelle, Marguerite d'Autriche autrichienne, bien que tous deux Habsbourg, proches parents l'un de l'autre.

Le petit Louis reçoit le titre de premier fils de France et le titre plus traditionnel de Dauphin de Viennois. Il est suivi, deux ans plus tard, par Philippe, d'abord titré duc d'Anjou, puis duc d'Orléans.

À la mort de Louis XIII, Louis XIV hérite de la couronne. Il a cinq ans. Sa mère, Anne d'Autriche, devient régente mais confie tous les pouvoirs à son premier ministre, le Cardinal Mazarin en dépit de la désapprobation des cercles politiques français de l'époque dont beaucoup parmi eux n'apprécient pas qu'un fidèle de Richelieu dirige la France.

L'éducation du roi

En plus de ses fonctions ministérielles, Mazarin, parrain de Louis XIV, se voit attribuer par la reine en mars 1646 la responsabilité de l'éducation du jeune monarque et de son frère. Il devient donc « surintendant au gouvernement et à la conduite de la personne du roi et de celle de M. le duc d'Anjou ». Malgré les efforts des différents précepteurs engagés pour prodiguer cours de latin, histoire, mathématiques, italien et dessin, Louis ne sera pas un élève très travailleur. Mais, suivant l'exemple du grand collectionneur d'art qu'est Mazarin, Louis XIV se montre très sensible à la peinture, à l'architecture, à la musique et surtout à la danse qui est à l'époque une composante essentielle de l'éducation d'un gentilhomme : on dit que le jeune Louis s'entraîne à danser environ deux heures par jour de l'âge de 7 à 27 ans ! Il est aussi grand amateur de chasse et du jeu de paume.

Louis, le miraculé

Louis XIV, en costume romainDans son enfance, Louis XIV échappe à plusieurs reprises à la mort :

à 5 ans, il manque de se noyer dans un des bassins du jardin du Palais-Royal. Il est sauvé in extremis.
à 10 ans, le 10 novembre 1647, il est atteint de la variole. Dix jours plus tard, les médecins n'ont plus aucun espoir mais le jeune Louis se remet miraculeusement.
le 30 juin 1648, le Roi est victime d'une grave intoxication alimentaire lors de la prise de Bergues dans le Nord. Le lundi 8 Juillet, on lui donne les derniers sacrements et on commence à préparer la succession mais Guénaut, le médecin d'Anne d'Autriche lui donne un émétique à base d'antimoine et de vin qui guérit encore une fois miraculeusement le Roi.

L'épreuve de La Fronde

Après avoir célébré sa première communion à l'église Saint-Eustache le 25 décembre 1649, Louis XIV qui n'a alors que 12 ans entre au conseil en 1650. C'est l'époque de la Fronde, une contestation de l'autorité royale par la haute noblesse qui allait marquer durablement Louis XIV. Dès 1648, le Prince de Conti, frère de Condé, et quelques autres décident de renverser Mazarin à qui on reproche ses trop lourds impôts. En 1650, les princes sont arrêtés puis relâchés en 1651 suite à des émeutes. La Fronde des Princes oblige Mazarin à deux courts exils en l'espace de quelques mois. Le 8 février 1651, la Reine et le jeune Louis essaient de le rejoindre en exil mais le peuple envahit le Palais du Louvre et empêche la famille royale de partir. En réaction à ces événements, Louis XIV s'appliquera plus tard à continuer le travail initié par Richelieu : affaiblir les membres de la noblesse d'épée en les obligeant à servir comme membres de sa cour en transférant la réalité du pouvoir à une administration très centralisée et à la noblesse de robe.

Le 7 septembre 1651, le lit de justice déclare la majorité du roi. Tous les grands du royaume viennent lui rendre hommage sauf Condé qui, de Guyenne, lève une armée pour monter sur Paris. Louis XIV est sacré officiellement roi le 7 juin 1654 à Reims mais il laisse les affaires politiques à Mazarin, tandis qu’il continue sa formation militaire auprès de Turenne.

Personnalité du Roi-Soleil

À la mort de Mazarin, le 9 mars 1661, la première décision de Louis XIV est de supprimer le poste de premier ministre et de prendre le contrôle du gouvernement. Le règne personnel du Roi-Soleil commence.

Un amant fougueux

Louis XIV a de très nombreuses maîtresses, parmi lesquelles Louise de La Vallière, Angélique de Fontanges, Madame de Montespan, et Madame de Maintenon (qu'il épousera secrètement après la mort de la reine, sans doute à l'automne 1683). Adolescent, il fait la rencontre d'une nièce de Mazarin, Marie Mancini, une grande passion, contrariée par le cardinal, qui, conscient des intérêts de la France et des siens, préfère lui faire épouser l'infante d'Espagne. En 1670, Jean Racine s'inspirera de l'histoire du Roi et de Marie Mancini pour écrire "Bérénice".

On dit souvent que Mademoiselle Catherine de Beauvais, surnommée Cateau La Borgnesse, a eu l'honneur de déniaiser le roi, mais les historiens en doutent fortement. Cependant, cette femme issue de peu aura l'extrême honneur de recevoir un cadeau étonnant d'Anne d'Autriche (la Reine mère) : elle est payée en pierres prévues initialement pour les travaux du Louvre et avec lesquelles elle s’est construit un hôtel particulier à Paris, aujourd’hui situé au 68 Place des Vosges, l'hôtel de Beauvais.

Plus tard, grand amateur de femmes, il fait aménager des escaliers secrets dans Versailles pour rejoindre ses différentes maîtresses. Ces liaisons irritent la compagnie du Saint-Sacrement, un parti de dévots. Bossuet, Madame de Maintenon tentent de ramener le roi à plus de vertu.

L'affaire des Poisons

En 1679 éclate une affaire, l'affaire des poisons qui touche la marquise de Montespan : Catherine Deshayes, épouse de Monvoisin, est arrêtée car soupçonnée de sorcellerie. Une commission, la Chambre Ardente, est alors constituée pour éclairer ses agissements.

Louis XIV décide de créer une cour d'exception pour juger des actes commis par La Voisin et ses complices. L'affaire sera tout de même étouffée par le roi lorsqu'il apparaîtra que Mme de Montespan aurait pris part à ces agissements. La favorite du roi ne pouvant être compromise sans compromettre les enfants qu'elle a eu avec le Roi. Toutefois, cette affaire consommera la disgrâce dans laquelle la favorite était tombée quelques mois auparavant.

Politique

Les grandes réformes

La première partie du règne de Louis XIV est marquée par de grandes réformes administratives et principalement l'augmentation de la pression fiscale.

Il crée le Code Louis en 1667, sorte de code civil, le Code Criminel en 1670, le Code forestier, l'édit sur les classes de la marine en 1669, l'ordonnance de commerce en 1673.

L'apogée de l'absolutisme

Également connu sous le nom de Louis le Grand, Louis XIV renforce la monarchie qui devient monarchie absolue de droit divin. Le 13 avril 1655, le Roi décrète 17 édits visant à renflouer les caisses de l’état. La légende raconte qu'à cette occasion, il aurait déclaré aux parlementaires réticents le célèbre mais contesté : "l’Etat c’est moi !". En fait, il ne l'a jamais déclaré. Il dira même le contraire sur son lit de mort, en 1715 : "Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours". Louis XIV se dissocie de l'Etat, dont il se définit lui même comme, seulement, le premier serviteur.

Sa politique étrangère

Depuis la naissance de Louis XIV, la France a continuellement été en guerre contre l'Espagne et plus généralement contre l'hégémonie des Habsbourg en Europe. Elle participe directement au dernier tiers de ce qu'on a appelé ensuite la guerre de Trente Ans conclue en 1648 par les traités de Westphalie. La France doit ensuite gérer des conflits intérieurs liés à la Fronde menés par le Prince de Condé mais dont l'Espagne est le principal soutien.

Louis XIV, le guerrier

Le 23 juin 1658 à Dunkerque, les Français récemment alliés des Anglais (gouvernés à l'époque par Lord Oliver Cromwell) remportent une victoire importante contre Condé et l'Espagne lors de la bataille des Dunes. Ce sera une des premières grandes victoires du jeune Louis qui n'a que 20 ans à l'époque.

Un mariage de raison

Le 7 novembre 1659, les Espagnols acceptent de signer le Traité des Pyrénées qui fixera les frontières entre la France et l'Espagne. De son côté, Louis XIV accepte bon gré, mal gré de respecter une des clauses du traité : épouser l'infante Marie-Thérèse d'Autriche (1638-1683), fille de Philippe IV, roi d'Espagne, et d'Élisabeth de France. Ce mariage a pour but de rapprocher la France de l'Espagne. Il a lieu le 9 juin 1660 à Saint-Jean-de-Luz. Louis ne connaît sa femme que depuis 3 jours, celle-ci ne parle pas un mot de français mais le Roi l'honore fougueusement et devant témoins dès la nuit de noce.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Louis XIV   Mer 12 Avr 2006, 8:59 pm

Citation :
Louis XIV a consacré plus de la moitié de ses 72 ans de règne à la guerre. Le roi laisse Colbert gouverner et avec l'aide de Michel Le Tellier puis du Marquis de Louvois, il réorganise l'armée : unification des soldes, création de l’Hôtel des Invalides en 1670. Il demande à Vauban de construire une ceinture de fortifications autour du territoire. Il dispose alors d'une armée de 300 000 hommes et, pour renforcer le pouvoir de la France dans le monde, engage la France dans une multitude de guerres et batailles :

- de 1667 à 1668, la guerre de Dévolution
- de 1672 à 1678, la guerre de Hollande qui se concluera par le fameux Traité de Nimègue
- de 1688 à 1697, la guerre de la ligue d'Augsbourg (également appelée guerre de Neuf Ans)
- de 1701 à 1713, la guerre de Succession d'Espagne

Ces guerres agrandissent considérablement la France. Sous le régne de Louis XIV, la France s'enrichit de la Haute-Alsace, de Metz, Toul, Verdun , du Roussillon, de l'Artois, de la Flandre française, de la Franche-Comté, de la Sarre, du Hainaut, et de la Basse-Alsace. Ces conquêtes consacrèrent l'hégémonie française en Europe.

Cependant, l'état de guerre permanent mène l'État au bord de la banqueroute, le forçant à lever de lourds impôts sur le peuple, mais aussi sur la noblesse (impôts de la Capitation, du Dixième). Même la famille royale doit payer des impôts. Sous Louis XIV, la noblesse devient courtisane et soumise. Le roi accorde le pouvoir politique à des bourgeois, Colbert en est le meilleur exemple. Louis XIV ne donne que peu d'initiatives politiques à la noblesse, dont il se méfie. Malheureusement, son successeur, Louis XV, ne poursuivra pas cette politique.

Au début de son règne l'autre grande puissance en Europe est l'Espagne alors que le Royaume-Uni, en particulier l'Angleterre, est devenu le concurrent le plus redoutable à la fin.

Sa politique économique

Économie

La politique économique de Louis XIV est simple: le roi dépense à la guerre tout l'argent que Mazarin puis Colbert s'évertuent à faire rentrer dans les caisses de l'état.

Sous Mazarin, cette pression fiscale est à l'origine de nombreuses rebellions aussi bien au niveau des nantis (la Fronde) que du peuple (les jacqueries) :

- la révolte des sabotiers de Sologne (de avril à août 1658).
- la révolte du Boulonnais en mai 1662 (aussi appelée « révolte des Lustucrus »).
Après Mazarin, Colbert a lui aussi multiplié les initiatives économiques :

- il invente sa propre version du mercantilisme qu'on appellera ensuite le colbertisme. Son concept se résume en quelques mots : augmenter les exportations et réduire les importations.
- il crée les manufactures qui peuvent être d'État (tapisseries de Beauvais, des Gobelins) ou privées (Saint-Gobain). Pour faire rentrer des devises, Colbert favorise l'exportation par des aides d'état et limite les importations en instaurant un protectionnisme fort. Il incite les meilleurs artisans d'Europe à venir travailler en France pour disposer des produits de la meilleure qualité possible et donc plus facile à vendre.
pour faciliter le commerce, il améliore les infrastructures en créant des routes. Avec l'aide de son fils, Jean-Baptiste Colbert, Marquis de Seignelay, il développe la marine marchande pour vendre les produits et la "marine royale" (militaire) pour protéger les convois.
développement des colonies et création des compagnies commerciales : Compagnie des Indes Orientales (Océan indien), Compagnie des Indes Occidentales (Amériques), Compagnie du Levant (Méditerranée et Empire ottoman) et Compagnie du Sénégal (Afrique) pour promouvoir le commerce triangulaire des esclaves.

Le développement des colonies

En 1654, l'Acadie et la Nouvelle-France (aujourd'hui le Québec) au Canada sont colonisés pour leurs ressources en minerai. Elles sont gérées par la Compagnie de la Nouvelle-France.
En 1659, un premier comptoir français, nommé "Saint-Louis" en hommage au roi, est installé sur l'île de Ndar au Sénégal. Le pays sera cédé à la Compagnie du Sénégal en 1673 pour transférer des esclaves noirs aux Antilles.
En 1665, Louis XIV crée la Compagnie française des Indes orientales basée initialement à Madagascar. La même année, Colbert rachète la Guadeloupe à Charles Houel du Petit Pré, ancien directeur de la Compagnie des Isles d'Amérique, et l'île de la Martinique à Jacques Dyel Duparquet. Tous ces territoires seront confiés en gestion à la Compagnie des Indes qui fera faillite en 1674, date à laquelle ces territoires seront rattachés au domaine royal.
En 1677, sur ordre du roi, l'amiral d'Estrées reprend la Guyane française aux hollandais.
En 1682, La Salle fonde à l'embouchure du Mississippi une nouvelle colonie française qui sera nommée Louisiane en l'honneur du roi Louis.
En 1697, le traité de Ryswick attribue la moitié Ouest de Saint Domingue, (aujourd'hui Haïti) à la France.
Malgré tout, les colonies sont plus une priorité pour Colbert que pour le Roi. On a besoin de chair à canon pour mener les guerres en Europe et on envoie aux colonies ceux dont la France ne veut plus: les repris de justice et les jeunes orphelines surnommées « les filles du roi ». Colbert voit lui toutes les ressources potentielles dans le développement des colonies. Il crée des amendes pour les colons hommes de plus de 20 ans et les filles de plus de 16 non mariés. Et il alloue la somme de 300 livres aux familles de plus de 10 enfants.

Le Code noir

En Mars 1685, Louis XIV promulgue le « Code noir », autorisant le plein usage des esclaves dans les colonies. Le code noir, vu par ses détracteurs comme une institutionnalisation de l'esclavage, est conçu pour limiter les sévices et donner un statut aux esclaves qui n'étaient avant ce code qu'un bien, au même titre qu'une chaise. Avec ce code, il leur est reconnu un droit à la propriété limité mais existant, un droit à la retraite avec la vieillesse, une obligation de bon traitement pour les propriétaires et l'obligation de bien les nourrir. Le code a donc accordé un cadre à la traite des noirs de l'époque.

Sa politique religieuse

Les réformes religieuses

Louis XIV est partisan du gallicanisme, une France chrétienne unifiée mais indépendante du pape. Le 13 décembre 1660, la roi fait savoir au Parlement qu’il a décidé d’éradiquer le jansénisme, ce qui ne l'empêche pas de choisir Simon Arnauld de Pomponne pour secrétaire d'Etat, en 1671, après la Paix de l'Eglise. Pour les mêmes raisons, il combattra également le protestantisme et la compagnie du Saint-Sacrement.

Si au début de son règne, Louis XIV connait quelques différents avec la papauté (Alexandre VII a même été menacé de guerre en 1662), le règne du Roi-Soleil connait une orientation plus religieuse à partir de 1684. La Reine Marie-Thérèse et Colbert meurent en 1683 et l'austère Madame de Maintenon devient l'épouse secrète du monarque. On dit qu'elle fut une des farouches partisanes de la révocation de l'édit de nantes. Aujourd'hui, cet argument est de plus en plus contesté par les historiens.

Révocation de l'édit de Nantes

L'édit de Nantes est un édit (loi) signé à Nantes le 13 avril 1598 par le roi de France Henri IV, autorisant la liberté de culte aux protestants dans certaines limites, et leur accordant certaines places fortes militaires.

Le versant militaire de l'édit de Nantes, à savoir la possibilité pour les protestants de conserver des places fortes militaires, avait été révoqué sous le règne de Louis XIII.

Le versant religieux de l'édit de Nantes fut révoqué par Louis XIV en 1685 (édit de Fontainebleau, contresigné par le chancelier Michel Le Tellier). Le protestantisme devient dès lors interdit sur le territoire Français. Cette révocation entraîne l'exil de beaucoup de huguenots vers des pays protestants qui les ont accueillis (Angleterre, Allemagne, Suisse, Pays-Bas et ses colonies, comme celle du Cap). On parle d'environ 200.000 exilés, dont beaucoup d'artisans ou de membres de la bourgeoisie. Les récents travaux de Michel Morrineau et de Jannine Garrisson ont beaucoup nuancé les conséquences économiques de la révocation. Ainsi, on s'aperçoit en 1686 que l'économie française a été particulièrement faste. La formation de diasporas française en Europe a ainsi permi de créer de nouveaux marchés d'exportations, mais aussi d'asseoir l'essor européen de la langue française, au siècle suivant.

La révocation de l'édit de Nantes a aussi pour conséquences indirectes des soulèvements de protestants (comme la guerre des camisards) et une conversion progressive au Catholicisme.

Sa politique culturelle

Louis le Bâtisseur

Dans l'esprit du Roi, la grandeur d'un royaume doit aussi se mesurer par l'embellissement de celui-ci. Outre le château de Versailles que Louis XIV fait agrandir petit à petit tout au long de son règne, il fait aussi construire le château de Marly afin d'inviter ses intimes. Dans ces deux châteaux tout comme à Saint germain, le château qui vit le début de son règne, il confiera la restauration des jardins à Le Nôtre.

Dans Paris, on lui doit aussi, entre autres, le Pont Royal (financé sur ses propres deniers), l'observatoire, les Champs-Elysées, les Invalides, la place Vendôme, mais aussi la place des Victoires.

Il va aussi profondément modifier la structure de villes françaises telles que Lille, Besançon, Belfort, Briançon en les fortifiant grâce aux travaux de Vauban. Certaines villes telles que Versailles ou Neuf-Brisach vont être crées ou développées.

Pour faciliter le développement de La Royale, il développe les ports et arsenaux de Brest et de Toulon, crée un port de guerre à Rochefort, des ports de commerce à Lorient et Sète et fait construire le port franc et l'arsenal des galères à Marseille.

En 1680, création de la Comédie Française.
En 1681, ouverture du canal du Midi, qui relie l'Atlantique à la Méditérranée, en passant par Toulouse.
En Novembre 1682, le Roi place le collège royal Louis le Grand à Paris sous son haut patronage.
En 1702, division de Paris en vingt quartiers. Création de l'éclairage public et d'une police, dans les rues de la capitale.

Louis XIV, patron des Arts

Quand, à la mort de Mazarin en 1661, Louis XIV prend effectivement le pouvoir, les finances de la France se sont bien remises des dépenses liées à la guerre de Trente Ans et à la Fronde de 1648. Bien qu'on le doive en grande partie à la bonne gestion de Nicolas Fouquet, surintendant des finances depuis 1653, celui-ci est arrêté par d'Artagnan en 1661 pour enrichissement personnel et remplacé après 3 ans de procès par Jean-Baptiste Colbert en 1665. Le Roi Soleil semble dès lors vouloir imiter la vie fastueuse de Fouquet. Il se montre extrêmement dépensier en allouant des sommes immenses aux frais de la cour royale. Il se comporte en mécène et patron des arts en finançant les grandes figures culturelles de l'époque tels que Molière (en signe d'amitié, le roi acceptera d'être le parrain de son premier enfant), le musicien Jean-Baptiste Lully ou le décorateur Charles Le Brun et le jardinier Le Nôtre. Il place l'Académie française sous son contrôle et devient son "protecteur". Il dépense aussi d'importantes sommes dans l'amélioration du Louvre avant de finalement choisir le château de Versailles comme résidence royale. Il y emménagera en 1682 après plus de 20 ans de travaux de rénovation et d'agrandissement.

Fin de règne et succession

Des problèmes de succession et la santé dégradée du roi assombrissent la fin de son règne. Il perd en 1711 son fils Louis de France (le Grand Dauphin). L'année suivante, son petit-fils, le duc de Bourgogne (devenu dauphin) et le fils aîné de celui-ci meurent de la variole. Le Grand Dauphin a deux autres fils.

Branche espagnole

Le deuxième fils du grand dauphin devient roi d'Espagne en 1700 sous le nom de Philippe V. Il renonce à ses droits à la succession du trône de France à l'issue de la guerre de Succession d'Espagne, par le traité d'Utrecht. Louis XIV réalise ainsi son rêve de mettre un membre de la dynastie des Bourbon (son petit-fils en l'occurrence) sur le trône d'Espagne. Malgré de nombreux renversements suivis de restauration, la Maison Bourbon conservera la couronne d'Espagne jusqu'à notre époque. L'actuel roi d'Espagne, Juan Carlos I, est ainsi un descendant de Louis XIV.

Branche française

Quant à l'autre, le duc de Berry, il meurt en 1714. Hormis le roi d'Espagne, le seul descendant mâle légitime de Louis XIV est alors le duc d'Anjou, fils cadet du duc de Bourgogne et arrière-petit-fils de Louis XIV, un petit garçon de santé fragile né en 1710. Comme il ne reste qu'un petit nombre de princes du sang dans d'autres branches, Louis XIV décide de renforcer la famille royale en donnant le droit de succession au duc du Maine et au comte de Toulouse, deux fils illégitimes qu'il avait eu de Madame de Montespan. Mais c'est finalement son arrière-petit-fils "officiel" et petit-fils du grand dauphin, le duc d'Anjou, âgé de cinq ans, qui devient roi sous le nom de Louis XV, la régence étant exercée, durant sa minorité, par le duc d'Orléans, neveu et gendre de Louis XIV.

Les derniers jours

Louis XIV meurt le 1er septembre 1715 de la gangrène sénile à la jambe, entouré de ses courtisans, après avoir agonisé pendant deux ou trois jours. Sur son lit de mort, il déclare : « Je m'en vais, mais l'État demeurera toujours. » Son règne aura duré 72 ans et 100 jours. Il est enterré, muni des Sacrements de l'Eglise, comme se doit de l'être le "Roi Très Chrétien", dans la basilique Saint-Denis.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Alexis
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1743
Age : 29
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Etudiant
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Louis XIV   Jeu 13 Avr 2006, 12:26 am

Je ne suis pas tout a fait d'accord sur le fait que les territoires se soit considérablement aggrandi. Mais il a permis de stabiliser les frontières (le Roussillon pris aux Espagnols, qui sécurisent la frontière) et les terres à l'Ouest du Rhin, ainsi qu'un formidable réseau de forteresse dite "Vauban".

_________________
http://chouanbourguignon.over-blog.com
"Mais leur patrie à eux [les républicains], qu'est-ce que c'est ? Vous le comprenez, vous ?… Ils l'ont dans le cerveau; nous l'avons sous les pieds" disait Charette à ses officiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://chouanbourguignon.over-blog.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Louis XIV   Jeu 13 Avr 2006, 8:20 pm

Reconnaissons tout de même qu'il a énormément contribué à la grandeur de la France !

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis XIV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis XIV
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de petit Louis
» Bléville - Rue Aristide Briand > Rue Louis Ganne
» Zabeth, André Louis
» Louis Beuve, Lettres à des amis aurevilliens.
» Le Havre - Rue Louis Jomier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Histoire : de la préhistoire à nos jours :: L'époque contemporaine-
Sauter vers: