FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DE WEVER informateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: DE WEVER informateur   Ven 18 Juin 2010, 11:03 am

Source : http://www.lecho.be/actualite/economie_-_politique_belgique/C-est_l-heure_des_conseils_a_De_Wever.8928939-3154.art

C'est l'heure des conseils à De Wever


  • Article


    Que De Wever opte pour la discrétion et l'efficacité ne dispense pas les pontes de quelques partis en lice de lui prodiguer quelques conseils.

  • Cheron: "Bart De Wever peut-il se …
  • Tobback: "Je ne veux pas être le p…


    Ainsi, la présidente du sp.a, Caroline Gennez, espère que l'informateur Bart De Wever rencontrera aussi quelques acteurs du monde financier, comme par exemple le gouverneur de la Banque Nationale. Outre la réforme de l'Etat, il y a aussi du travail dans les matières financières et socio-économique, a-t-elle expliqué vendredi dans l'émission De Ochtend, sur Radio 1. La nomination du président de la N-VA au poste d'informateur est selon elle "un signal important du Palais... Le fait que le Roi envoie sur le terrain un nationaliste flamand montre que le Palais n'a "pas de tabou".

    Caroline Gennez se réjouit que l'informateur veuille que sa mission soit courte. Elle remarque qu'il peut mieux utiliser son temps pour créer une confiance, "surtout sur la frontière linguistique". Dans un premier temps, il est important qu'il "montre sa volonté d'apporter des compromis", a-t-elle souligné.

    Le président de la fédération bruxelloise du parti socialiste, Philippe Moureaux, se montre lui, dans De Morgen, partisan d'une "large" majorité des deux-tiers pour le gouvernement. Cela ne veut cependant pas dire pour lui que les réformateurs doivent obligatoirement faire partie de la majorité. Il estime qu'une coalition avec Groen! est également possible. Selon lui, une coalition avec le MR pourrait poser problème car le président du FDF, Olivier Maingain, serait de nouveau à la table des négociations. "Malgré son intelligence, Olivier Maingain n'a jamais pu rester assis jusqu'à la fin à la table des négociations", a-t-il commenté.

    Ecolo d'autre part se dit prêt à rencontrer l'informateur, Bart De Wever, mais il mettra deux éléments sur la table: la présence de Groen! et la nécessité de réaliser des investissements "verts", a expliqué le député francophone, Marcel Cheron, vendredi sur Matin Première (RTBF).

    Pour Marcel Cheron, les cartes sont entre les mains de la N-VA et du PS. "Je suis respectueux des résultats des élections", a-t-il expliqué, précisant toutefois qu'Ecolo -qui avait pourtant déclaré en 2007 que "chercher à former un gouvernement fédéral avec un parti qui veut détruire l'Etat fédéral avait peu de sens"- répondrait à l'appel de l'informateur : "Nous n'avons pas la main mais nous répondrons à son invitation et nous lui dirons des choses", a expliqué Marcel Cheron. Les Verts francophones mettront tout d'abord sur la table le "dossier" Groen! . "Non pas pour l'embêter mais parce qu'il ne serait pas logique que la famille verte se sépare. C'est notre volonté d'être aux côtés de Groen! ", a-t-il commenté, précisant cependant qu'aucune exigence ni aucun ultimatum ne seraient imposés.

    Ecolo, qui déplore "l'absence de développement durable dans les programmes de la N-VA et du PS" a également l'intention de "parler vert". "Le pays a besoin d'investissements forts dans le cadre d'un développement durable", a remarqué Marcel Cheron.
    Concernant le résultat des élections, Marcel Cheron estime qu'Ecolo a perdu de son capital d'adhésion mais a gardé son capital sympathie.

    La veille, le CD&V avait jugé positif que le vainqueur des élections ait accepté cette mission. "Le CD&V sera constructif et collaborera pleinement à la recherche de solutions pour les défis auxquels le pays doit faire face". Quant au cdH, il avait fait savoir qu'il se refusait à tout commentaire à propos de la désignation du président de la NV-A comme informateur par le roi, se réfugiant dans une "grande discrétion" pour donner toutes ses chances à la future négociation sur la formation d'un gouvernement fédéral.

    Belga,L'Echo

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Bart DE WEVER   Sam 19 Juin 2010, 9:43 pm


_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Bientôt, le grand chambardement   Lun 21 Juin 2010, 12:43 pm

Source : http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/590739/bientot-le-grand-chambardement.html


Bientôt, le grand chambardement

V.d.W.

Mis en ligne le 21/06/2010

Bart De Wever entame officiellement sa mission d’information ce lundi. Il veut un accord de principe sur un projet qui changera notre pays.

L’informateur royal, Bart De Wever, entame donc, ce lundi, ses consultations. Analysons la situation politique une semaine après le tsunami politique du 13 juin dernier.

1 Comment Bart de Wever va-t-il travailler ?

Tout d’abord, il l’a dit, dans la plus grande discrétion. Bart De Wever a tiré les enseignements des tentatives visant à constituer, il y a tout juste trois ans, une majorité Orange-bleue (libéraux et démocrates-chrétiens). Chaque matin, chaque midi, chaque soir, les négociateurs s’arrêtaient aux grilles du château de Val Duchesse pour livrer leurs sentiments sur l’évolution de la situation. Il était facile, alors, d’épingler les nuances, voire les écarts grandissants entre les positions des uns et des autres. Un SMS par-ci, un SMS par-là les négociateurs passaient plus de temps à communiquer, à contredire, à démentir qu’à négocier réellement. Cette foire permanente aux grilles de Val Duchesse est une des causes - pas la seule, évidemment - de l’échec des négociations. Donc, pas question de recommencer comme cela.

2 A quel rythme va-t-il travailler ?

Bart De Wever a promis d’aller vite et de ne pas entamer des consultations sans fin. Là, il faut bien admettre qu’entre sa première déclaration, jeudi, et son interview dans "Gazet van Antwerpen", samedi dernier, il y a déjà quelques nuances. On avait cru comprendre que Bart de Wever voulait aller très vite : une semaine à dix jours, disait-on alors dans son entourage juste après sa désignation en tant qu’informateur. On apprend à présent que sa mission de consultations pourrait durer deux à trois semaines. Même s’il explique qu’il ne veut pas tergiverser et qu’il veut prendre le taureau par les cornes, deux à trois semaines, cela peut paraître long. Diable : on en arrive pratiquement à la même durée que les missions - tant critiquées par De Wever - menées par Louis Michel (1999), Elio Di Rupo (2003) ou Didier Reynders (2007). Bien sûr, Bart de Wever doit rencontrer beaucoup de monde : il commencera ce lundi par le Premier ministre sortant, Yves Leterme, les présidents de la Chambre et du Sénat, les leaders des partis politiques, le gouverneur de la Banque nationale, les partenaires sociaux Cela fait beaucoup de monde, bien sûr. Mais deux ou trois semaines, cela paraît très long.
Il y a une autre explication à l’apparente longueur de la mission d’information. Comme nous l’avons expliqué dans une précédente édition (LLB du 19/06), la N-VA est actuellement sous-équipée, tant en personnel qu’en logistique, pour mener à bien une négociation gouvernementale de l’ampleur de celle que l’on annonce. Face à l’armada du Parti socialiste, la N-VA, même avec ses relais académiques, sociaux, économiques, ne fait pas le poids. Le PS est très bien préparé, a une très longue expérience des négociations gouvernementales. Donc la N-VA va mettre à profit ces deux ou trois semaines pour muscler son staff et préparer le parti et les négociateurs à une discussion qui promet d’être particulièrement délicate. Les entretiens d’embauche ont déjà commencé. Le parti va recruter une soixantaine de personnes.
Et puis, il y a cette confidence qui a surpris mais qui, finalement, est parfaitement compréhesensible : De Wever souhaite que les futurs négociateurs prennent une semaine de congé à la fin de sa mission d’informateur et avant que le formateur - Elio Di Rupo, vraisemblablement - n’entame son round de formation du gouvernement. Explications de Bart De Wever : "Une semaine de vacances sera nécessaire pour recharger les batteries et pour éviter que, comme en 2007, après un moment, nous ne puissions plus nous voir et nous sentir !" Voilà qui a le mérite de la franchise.

3 Jusqu’où va-t-il aller ?

Son souhait est d’aller assez loin dans la négociation. Certains y verront la volonté de Bart De Wever de ne pas laisser au seul Elio Di Rupo le soin de maîtriser la composition du futur gouvernement et surtout le contenu du futur programme gouvernemental. Mais inutile de vouloir déjà trouver des failles dans le tandem De Wever - Di Rupo. Les contacts entre les deux hommes sont très réguliers. Sans dire qu’ils travaillent main dans la main, ils semblent sur la même longueur concernant le tempo. Bart De Wever ne va donc pas se limiter à enregistrer les doléances des uns et des autres. Il cherchera, déjà, à obtenir un accord de principe et considère que sa mission d’information sera remplie lorsqu’il aura esquissé pour le futur formateur les contours d’un accord et d’une équipe gouvernementale capable de tenir le cap tout au long des quatre prochaines années. Cette volonté de mener une mission d’information très complète a fait dire à certains journalistes flamands que Bart De Wever serait en fait le formateur du prochain gouvernement.

4 Demandez le programme !

On l’a déjà dit et écrit cent fois : la négociation du programme ne sera pas une mince affaire. Au niveau institutionnel, les souhaits des nationalistes flamands se précisent. Dimanche à l’émission "De zevende dag", à la VRT, l’ancien président de la Volksunie Vic Anciaux les a expliqués. Pour lui, il faut mettre en pratique l’article 35 de la Constitution. Que dit-il ? Que l’autorité fédérale n’a de compétences que dans les matières que lui attribue formellement la Constitution et que les Communautés et Régions sont, chacune pour ce qui la concerne, compétentes pour les autres matières. Evidemment, en vertu d’une disposition transitoire, cet article n’est toujours pas en vigueur. Si l’on met ce principe en vigueur, c’est une véritable révolution copernicienne. Les francophones pourront-ils accepter cette logique ? Il semble que les esprits évoluent dans ce sens-là. L’ancien président de la VU estime aussi que si les francophones s’engagent formellement à ne pas remettre en cause la frontière linguistique, il serait logique que les minorités linguistiques qui vivent sur le territoire de la Flandre obtiennent de véritables garanties. A méditer.

5 Les finances publiques sont-elles en danger ?

Même si l’on parle surtout, ces derniers jours, du programme institutionnel du futur gouvernement, la Belgique sera confrontée, très vite, à l’impérieuse nécessité d’accélérer l’assainissement des finances publiques. Sur ce constat, il semble y avoir, aussi, une sorte d’identité de vue globale entre socialistes francophones et nationalistes flamands. De toute façon, notre pays n’a pas le choix. Les agences de notation rodent comme des vautours autour des pays à forte dette publique. Très vite, la Belgique devra donner des signes d’apaisement, de rigueur. La question sera évidemment de savoir comment assainir les finances publiques. Le gouverneur de la Banque nationale, habituellement très neutre, a, dans un discours qui a surpris plus d’un observateur, plaidé pour un recours à l’outil fiscal pour assainir les finances publiques. Mais il a pris soin de préciser qu’en tout état de cause, il ne fallait pas alourdir la fiscalité sur le travail. Voilà qui ne laisse que deux choix : la consommation et le capital. A moins que l’écart entre recettes et dépenses ne se réduise par le simple effet mécanique sur les recettes d’une reprise de l’économie. Donc la rigueur ne pourra entraîner l’austérité car, dit-on déjà au PS, elle pourrait accentuer la récession. Pour cela, il faudra que l’assainissement épargne les investissements. Et puis, il y aura cette question : faut-il ou non réduire le train de vie de l’Etat, les dépenses publiques et en particulier la norme de croissance des dépenses en matière de soins de santé. Pas sûr que, sur ce point, les avis du PS et de la N-VA convergent facilement.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Premier rapport au Roi   Ven 25 Juin 2010, 11:00 am

Source : http://www.rtbf.be/info/belgique/politique/b-de-wever-acheve-sa-premiere-semaine-de-consultations-230882

B. De Wever achève sa première semaine de consultations

25.06.10 - 08:56
L'informateur Bart De Wever achève ce vendredi sa première semaine de consultations. Il poursuivra ses entretiens avec des acteurs du monde économique. Et dans le courant de la semaine prochaine, ce sera au tour des partis.

C'est déjà presque la routine pour Bart De Wever, après une petite semaine d'entretiens, il commence à connaître le 10, rue de la Loi, tout comme le chemin du château de Laeken.

Ce jeudi, Bart De Wever a présenté son premier rapport au Roi. Pour l'instant, il n'y a pas encore vraiment de couleur politique, et ce pour la simple raison que l'informateur n'a pas vu encore les chefs des partis politiques. Ces cinq jours ont été surtout consacrés à l'Europe et à la situation économique.
Cette priorité est sans doute due à la crise économique et à la présidence belge de l'Europe. Mais surtout, c'est aussi une manière de laisser un peu de temps aux partis politiques pour se remettre. Se remettre pour certains du coup des élections, les maux de tête sont encore là comme on l'a vu au MR en début de semaine, ou encore au CD&V ou c'est carrément la tête qui est tombée. Le temps donc de retrouver un peu les esprits.

Une mission loin d'être finie

Lundi prochain, l'informateur a l'intention de rencontrer des acteurs financiers. Mardi et mercredi, il verra les représentants des mutuelles et des syndicats. Ce n'est qu'après qu'il rencontrera ceux des partis politiques. Outre ces rencontres formelles, l'informateur a aussi de nombreux contacts informels, précise son porte-parole. Dans un premier temps, Bart De Wever a dit vouloir un gouvernement pour le 1er septembre. Depuis, il parle de la rentrée parlementaire.
La mission de Bart De Wever a pour principal but de donner du temps au temps avant d'entamer des vraies négociations pour la formation d'un gouvernement.

M. Lagase
Crédit photo : Belga

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Thierry
Membre initié
Membre initié


Masculin
Nombre de messages : 331
Age : 59
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : politique
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: DE WEVER informateur   Ven 25 Juin 2010, 6:38 pm

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
GAUVAIN
Membre fidèle
Membre fidèle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 58
Localisation : Wallonie, terre irrédente
Langue : Français
Emploi/loisirs : Moine-soldat du réunionisme
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: DE WEVER informateur   Mar 13 Juil 2010, 8:35 am

Il me paraît difficile, pour Bart De Wever et la N-VA, d'accepter tout ce qui a été refusé jusqu'ici (par exemple, la nomination des trois bourgmestres de la périphérie). Sur quelles bases un compromis pourrait-il voir le jour ? Franchement, avec la N-VA, cela ne me semble pas possible, mais en fait je ne souhaite pas de compromis qui nous conduirait au fédéralisme des cons que dénonce - pour une fois à juste titre - le professeur Delperée.

Une crise de régime définitive, voilà ce qui convient à la België, de sorte qu'elle disparaisse et que les portes de la France nous soient ouvertes.

_________________
Avec la France, l'union fera la force !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DE WEVER informateur   

Revenir en haut Aller en bas
 
DE WEVER informateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: