FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Mar 07 Sep 2010, 11:13 am

Voici un article en trois parties qui vient de paraitre sur SLATE.FR et qui a disparu aussi vite :

La Belgique est morte: et si la Flandre était indépendante? (1/3)
Cette marche vers l'indépendance paraît inéluctable.

Près de trois mois après les élections, la Belgique se retrouve de nouveau dans la crise après la démission, entérinée ce week-end, d'Elio di Rupo, chef de file du Parti socialiste francophone qui a renoncé à son tour à tenter de former un gouvernement. Conséquence de ce blocage, le tabou de la scission de la Belgique commence à tomber dans le monde politique francophone, dont plusieurs représentants de premier plan ont ouvertement évoqué cette éventualité, dimanche 5 septembre. La crise politique paraît aujourd'hui si profonde que le temps est venu de se demander si la Belgique a encore un avenir. Non, répond José-Alain Fralon. L'ancien correspondant du Monde à Bruxelles, auteur de «La Belgique est morte, vive la Belgique», s'en explique pour Slate dans une série de trois articles dont voici le premier volet.

» Deuxième partie: Quelle Flandre pour quelle Europe?

» Troisième partie: La Wallonie en ordre dispersé


***


«La moitié des Flamands est pour l'indépendance de la Flandre, l'autre moitié n'est pas contre», s'amusait-on à dire, hier, en Belgique. Aujourd'hui, cette plaisanterie est en passe de devenir réalité, tant les Flamands sont de plus en plus nombreux à souhaiter la fin de la Belgique unie.

Certes, il s'en trouvera toujours pour affirmer, surtout devant des médias étrangers, que le divorce n'est pas pour demain et que «tout cela» est «la faute aux homme politiques qui donnent une image tronquée de la vraie Belgique». Ils mettront aussi en avant certains sondages qui, ici comme ailleurs, sont souvent contradictoires. En 2008, une courte majorité de Flamands se prononçaient ainsi pour le maintien de la Belgique alors que 2/3 d'entre eux jugeaient inévitable la séparation d'avec les Francophones!

La montée de l'indépendantisme politique
Reste le seul juge de paix acceptable: les élections. Or, la tendance forte que l'on peut tirer de toutes les consultations électorales des dix dernières années est d'abord la montée en puissance des partis demandant, noir sur blanc, l'indépendance de la Flandre. Ils rassemblent aujourd'hui plus de 30% du corps électoral et tout indique qu'ils amélioreront encore leur score lors des prochaines élections.

On assiste parallèlement à un renforcement très net des tendances autonomistes, voire indépendantistes, à l'intérieur des partis traditionnels. Ainsi, la dernière crise a été ouverte par le parti libéral flamand, qui passe pourtant pour la plus modérée des formations flamandes. Même les écolos, qui sont les seuls à avoir un groupe parlementaire commun, se sont divisés entre Francophones et Flamands lors de la dernière crise.

Bref, les Flamands veulent être indépendants. Et pourquoi pas? Cette volonté plonge ses racines suffisamment loin dans l'histoire du pays pour ne pas être traitée à la légère. Cette tendance lourde commence tout simplement avec la création même de la Belgique en 1830. Peuplée en majorité de Flamands, celle-ci est alors outrageusement dominée par la bourgeoisie francophone. A cette époque, même en Flandre, il est de bon ton pour la classe dominante de parler le français!

Imaginons Jan, né en 1830...
Pour montrer la lenteur avec laquelle les Flamands ont pu voir reconnaître leurs droits les plus fondamentaux, le quotidien Le Soir a imaginé l'histoire d'un enfant flamand, Jan, qui naît en 1830. Il devra attendre d'avoir 43 ans pour que sa langue soit parlée au tribunal, 58 ans pour pouvoir payer avec le premier billet de banque bilingue et 68 ans pour que le néerlandais devienne une langue officielle. Et c'est seulement son arrière-petit-fils qui, en 1930, pourra faire ses études dans une université entièrement néerlandophone!

Ce long combat pour l'égalité aurait pu s'arrêter le 28 février 1993. Ce jour-là, en effet, la constitution décrète, en son article premier, que «la Belgique est un état fédéral». Les Flamands ont obtenu gain de cause: la parité avec les Francophones et une très large autonomie. D'autant qu'ils trustent depuis 1974 le poste de Premier ministre et que leur économie est maintenant florissante alors que la Wallonie s'enfonce dans une crise gravissime.

Jeu, set et match, pour les descendants du petit Jan? Eh bien, non! L'encre de la nouvelle constitution est à peine sèche que le président du parti social-chrétien flamand, la formation qui domine la vie politique belge, s'empresse de remettre les pendules à l'heure. «Rien ne doit empêcher de poursuivre les discussions sur d'autres sujets», écrit un certain Herman Van Rompuy, aujourd'hui «Monsieur Europe». «La Flandre ne dort jamais», ironise alors un journaliste du Soir, expliquant par là que l'on n'en aura jamais fini avec les revendications flamandes.

Poteau du nord, poteau du sud
Le rouleau compresseur est en marche et rien ne l'arrêtera. En force ou en douceur, profitant aussi bien des périodes de crise que d'accalmie, pensant déjà à la prochaine bataille avant même d'avoir digéré les résultats du dernier combat, les Flamands n'ont de cesse de vider de sa substance l'Etat central au profit des régions. Jusqu'à la couleur des poteaux indicateurs, désormais différente au nord et au sud du pays. Les dirigeants flamands ont même décidé de créer leur propre ligue de football amateur.

Prochain objectif: régionaliser le système de protection sociale, un des plus avancés au monde, ce qui, du même coup, réduirait le flux d'argent passant de Flandres vers la Wallonie. Aujourd'hui, en effet, les citoyens flamands doivent mettre la main à la poche pour aider leurs compatriotes francophones. Les chiffres, et les symboles varient. Pour les «modérés», chaque famille flamande doit donner l'équivalent d'un demi de bière par jour à la Wallonie. Pour les «durs», l'équivalent d'une voiture par an... En ces temps où le «chacun pour soi» devient la règle dans toute l'Europe, ces images font mouche.

Le social-chrétien flamand Yves Leterme, le Premier ministre trois fois démissionnaire (deux démissions ont été acceptées, en 2008 et le 26 avril 2010), avait apporté sa pierre au débat en déclarant, en 2006, que, selon lui, la Belgique «n'était pas une valeur en soi» et que ce pays n'avait plus en commun que «le roi, l'équipe de foot et certaines bières». Répétons-le: c'est un Premier ministre qui parlait de son pays!

Quant aux Belges, Flamands comme Francophones, ils avouent, pour peu qu'on les écoute, qu'ils vivent, en fait, dans deux pays différents et qu'ils n'ont pratiquement plus rien à se dire. «Si le soi-disant désaccord cache l'indifférence, la rupture est inévitable à long terme», estime Rik Torfs, professeur à l'université flamande de Louvain. «Des deux côtes de la frontière linguistique, explique-t-il, nous ne partageons ni les mêmes vedettes, ni les mêmes livres, ni les mêmes journaux, ni les mêmes programmes télé. Ni même, par la force des choses, les mêmes sujets politiques capables de mobiliser ou d'intéresser la population.»

Chacun chez soi
La Belgique d'aujourd'hui? Un couple qui fait chambre à part depuis déjà longtemps, qui n'a plus rien ou pas grand-chose à se dire, qui n'a plus beaucoup d'amis, ou d'ennemis, communs, qui regarde dans des directions opposées, mais qui doit régulièrement se rencontrer pour régler une fuite d'eau dans la cuisine. Et là, on s'envoie la vaisselle à la figure! Cette fuite d'eau, c'est le statut de la périphérie de Bruxelles.

Résumons: Bruxelles, ville officiellement située en Flandre, même si à certains endroits elle se trouve à seulement à 3.200 mètres très exactement de la frontière wallonne, a vécu une «mue linguistique» rarement connue ailleurs. En 1830, plus de 70% des Bruxellois parlent flamand. En 1880, ils ne sont plus qu'environ 50%. Et aujourd'hui? Moins de 15%. Pourtant, les Flamands, spécialement les plus âgés d'entre eux, continuent, contre vents et marées, à vouloir garder cette ville dans leur giron. N'est-elle pas aujourd'hui la capitale de la région flamande? Jusqu'à présent, cet attachement viscéral des Flamands pour Bruxelles a été une des causes principales du non éclatement de la Belgique.

Ce qui est nouveau, et fondamental, c'est que de plus en plus de Flamands, commencent à dire, et certains même ouvertement, que l'indépendance vaut bien la perte de Bruxelles. Dans la Flandre profonde, volontiers xénophobe, on se passerait aisément de cette ville, cosmopolite s'il en est, abritant une population très forte d'immigrés maghrébins ou africains, et commençant à connaître de sérieux problèmes d'insécurité.

S'ils acceptent de «perdre» Bruxelles, les Flamands, en revanche, n'abandonneront jamais aux Francophones un millimètre carré supplémentaire de leur territoire. D'où la lutte qu'ils mènent, aux mépris des règles démocratiques élémentaires, contre l'usage du français dans certaines communes de la périphérie de Bruxelles, peuplées en majorité de Francophones.

La crise actuelle a ainsi montré une totale unanimité des Flamands pour exiger la fin de ce qui constitue en fait un des derniers avatars de la «Belgique de papa»: l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, regroupant Bruxelles et certaines circonscriptions flamandes. «Chacun chez soi»: telle est désormais la loi flamande.

Et si, en fait, les négociations actuelles ne servaient pas à replâtrer un pays se fissurant mais à délimiter, déjà, les frontières du futur Etat flamand? La question n'est plus, alors, de se demander si la Flandre veut son indépendance, mais quand et comment celle-ci verra le jour.

José-Alain Fralon

PS: J'écris «Francophones» avec une majuscule, contre l'avis de nombreux correcteurs, car je pense qu'il s'agit d'une communauté en tant que telle: les Francophones de Belgique.
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Mar 07 Sep 2010, 3:18 pm

Il est intéressant de constater que l'éventualité d'une scission semble faire son chemin du côté des Francophones ! Cela signifie qu'il y aurait des rattachistes "honteux" planqués au sein des partis traditionnels francophones qui attendent le moment opportun ?

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Mar 07 Sep 2010, 4:55 pm

Peut-être bien !!!
J'ai bien aimé aussi le 20h d'hier soir sur France 2. Ils ont évoqué comme probable la scission Belge, puis montré une carte avec les deux républiques indépendantes (quid de la monarchie ?) ; puis ils ont parlé, entre autre, de la conservation du nom Belgique, de l'appartenance à l'Europe, du problème de la dette etc. et conclu comme seule solution alternative pour mettre tout le monde d'accord : le rattachement d'une part à la France, d'autre part à la Hollande.
D'après ce que j'ai compris ailleurs, la dernière solution ne conviendrait pas aux Flamands.

Serait-ce le début d'une campagne visant à habituer les Français à un rattachement prochain ? une mise en garde à l'adresse des Flamands ? Un message à l'adresse des Francophones ? Les trois à la fois où juste une idée ?...
Revenir en haut Aller en bas
fde
Concepteur
Concepteur


Masculin
Nombre de messages : 429
Age : 46
Localisation : Ile de France
Langue : Français
Emploi/loisirs : Enseignant
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Mar 07 Sep 2010, 11:00 pm

Le Rouergat a écrit:
Peut-être bien !!!
J'ai bien aimé aussi le 20h d'hier soir sur France 2. Ils ont évoqué comme probable la scission Belge, puis montré une carte avec les deux républiques indépendantes (quid de la monarchie ?) ; puis ils ont parlé, entre autre, de la conservation du nom Belgique, de l'appartenance à l'Europe, du problème de la dette etc. et conclu comme seule solution alternative pour mettre tout le monde d'accord : le rattachement d'une part à la France, d'autre part à la Hollande.
D'après ce que j'ai compris ailleurs, la dernière solution ne conviendrait pas aux Flamands.

Serait-ce le début d'une campagne visant à habituer les Français à un rattachement prochain ? une mise en garde à l'adresse des Flamands ? Un message à l'adresse des Francophones ? Les trois à la fois où juste une idée ?...

Cela fait plaisir un tel reportage.
Bon, je me risque à publier ce reportage (format silverlight):

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=MAM_3500000000011588_201009070856_F2


Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/bazarauxrimes
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Beau reportage... Encore! Encore!   Mer 08 Sep 2010, 9:10 am

Grasse, Duodi 22 Fructidor, An CCXVIII.

Chers amis,

J'ai moi aussi vu en direct ce sujet du journal de France2, enthousiasmant pour les rattachistes que nous sommes. Étant donné son format très court (moins de deux minutes), on peut estimer que l'essentiel a été dit - même s'il est légitime de regretter que le sort de Bruxelles, pourtant nœud gordien du problème, n'ait été que trop brièvement évoqué.

Je rejoins totalement notre ami Rouergat: je suppute qu'au-delà de sa nature informative, ce genre de sujet poursuit également un but pédagogique, voire propagandiste (dans le meilleur sens du terme, bien sûr!) à l'intention non seulement des habitants actuels de l'Hexagone, mais aussi des Francophones de Belgique qui suivent les médias français.

La carte furtive mais bien visible d'une France agrandie de la Wallonie (et Bruxelles?) ressemble fort à une invitation à peine voilée, l'hypothèse symétrique d'une réunion Flandre-Pays-Bas n'ayant sans doute pour but que de ne pas paraître partial et interventionniste.

Un reportage comme on les aime!

@ fde: bravo pour ta publication du JT sur le forum! J'étais trop occupé et fatigué hier soir pour me lancer dans ce genre d'expérimentation informatique...

Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
GAUVAIN
Membre fidèle
Membre fidèle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 58
Localisation : Wallonie, terre irrédente
Langue : Français
Emploi/loisirs : Moine-soldat du réunionisme
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Ven 10 Sep 2010, 5:22 pm

La présentation de France 2 est fort orientée et excessivement schématique : se demander lequel des deux Etats conserverait le nom Belgique est grotesque, et prophétiser que les négociations du divorce seront interminables équivaut à laisser entendre que cette hypothétique séparation ne mérite pas une attention trop soutenue, tant elle concerne un avenir éloigné. Il serait temps que les médias de la République analysent la question belge avec plus d'application et de méthode, et non de cette façon superficielle qui finit par agacer.

_________________
Avec la France, l'union fera la force !
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Oui, mais...   Ven 10 Sep 2010, 6:25 pm

Grasse, Quartidi 24 Fructidor, An CCXVIII.

Cher Gauvain,

Les réserves que tu émets sont fort compréhensibles et tout à fait justifiées, à ceci près que tu oublies que ce reportage:
  • est d'un format (1min40!) qui ne permet pas les longs développements nécessaires à un exposé plus nuancé, sinon exhaustif de la situation. Se voulant synthétique et concis, il se condamne à une certaine approximation;
  • est diffusé à destination du citoyen lambda qui est certainement moins au fait de la crise belge que ne le sont des membres de forums rattachistes.
Il faut donc le considérer comme un jalon, nécessaire et inabouti, mais malgré tout très prometteur, dans la chaîne des reportages accoutumant avec régularité et sur le moyen terme, le citoyen de l'Hexagone à considérer les Francophones de Belgique comme de potentiels futurs compatriotes. Gageons que la crise institutionnelle risquant de se prolonger, les médias français développeront la thématique dans des reportages d'un format plus ample, rectifiant les imprécisions et les erreurs, qui pourraient bien être intentionnelles: afin de dédouaner la France des reproches d'ingérence qui pourraient lui être adressés.

Ce qui ne m'empêche pas, tout comme toi, de "tiquer" lorsque Bruxelles est à peine évoquée ou qu'il est péremptoirement annoncée que d'éventuelles négociations préalables à une scission du pays seraient certainement plus ardues encore que celles de BHV. Mais malgré tout, petit à petit, les idées progressent, elles cessent d'être saugrenues et gagnent en crédibilité. Rien ne sera plus comme jamais avant, tu as bien raison...

Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Sam 11 Sep 2010, 8:32 am

Moi qui ne suis qu'un citoyen du Sud, j'ai trouvé ce reportage très intéressant, très, "trop", simpliste certes, on peut même résumer la trame de la manière suivante :

Scission = Problèmes à 2 républiques =implique= Rattachement.

A noter l'absence d'alternative, pas d'arborescence rien, aussi sec qu'une démonstration mathématique.

Pour le reste, le Français de base ignore les subtilités Belges, il faudrait pour cela deux heures d'émissions pour seulement les aborder.

Un autre reportage interessant cette semaine, celui sur le Gordel, avec quelques "braves" flamingants au mieux de leurs formes :
"Les Esquimaux ne se marient pas avec les Arabes", "Les Francophones c'est comme les Arabes, ils envahissent" etc etc.
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Restons optimistes!   Sam 11 Sep 2010, 9:43 am

Grasse, Quintidi 25 Fructidor, An CCXVIII.

Chers tous,

Au risque de me répéter, je pense que malgré les réserves tout à fait légitimes que l'ont peut formuler, un sujet aussi court que celui-ci constitue tout compte fait une formidable avancée de l'exposition par les médias français du fait belge à nos concitoyens. Lorsque Le Rouergat note que décrire la subtilité de la situation aux français nécessiterait deux heures d'émission, c'est sans doute exagéré, mais j'ai toujours pensé que le pourrissement progressif du Royaume inciterait les médias français à consacrer des sujets de plus en plus nombreux et de plus en plus étoffés (et donc de moins en moins schématiques, réducteurs et frileux) au devenir des Francophones. Cette intuition se confirme, même si ce n'est que timidement pour l'instant. Je prends le pari qu'en cas - plus que probable - d'enlisement prolongé de la crise institutionnelle outre-Quiévrain, non seulement les journaux de 20h, mais également et surtout des émissions du style "C dans l'air" ou "A vous de juger" ne manqueront pas d'offrir à ce sujet des développements nettement plus conséquents. Nous aurons certainement l'occasion de le vérifier assez prochainement.

Je n'ai en revanche pas vu le reportage sur le Gordel! Quand et sur quelle chaîne a-t-il été diffusé? Peut-on le visionner sur Internet?

Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
fde
Concepteur
Concepteur


Masculin
Nombre de messages : 429
Age : 46
Localisation : Ile de France
Langue : Français
Emploi/loisirs : Enseignant
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Sam 11 Sep 2010, 1:06 pm

J'ai noté comme vous l'absence de Bruxelles.

L'objectif pouvant être de préparer les Français avant tout à l'accueil d'un territoire important comme la Wallonie, je ne vois pas la nécessité de discuter de Bruxelles et de la haute complexité de sa situation.

Si les français se font à l'idée d'accueillir la Wallonie (et c'est déjà le cas, selon les sondages), Bruxelles viendra naturellement dans l'esprit de nos compatriotes.


Reste la dimension politique d'un tel reportage. Cela peut être un signe de soutien donné à un possible plan R. Mais à ce stade, on ne peut pas raisonnablement aborder la question brulante, c'est à dire Bruxelles.

Point à noter et fort heureux, Bruxelles n'est pas placée en république de Flandre.
Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/bazarauxrimes
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Wallonie & Bruxelles   Sam 11 Sep 2010, 1:56 pm

Grasse, Quintidi 25 Fructidor, An CCXVIII

Cher fde,

fde a écrit:
J'ai noté comme vous l'absence de Bruxelles.

L'objectif pouvant être de préparer les Français avant tout à l'accueil d'un territoire important comme la Wallonie, je ne vois pas la nécessité de discuter de Bruxelles et de la haute complexité de sa situation.

Si les français se font à l'idée d'accueillir la Wallonie (et c'est déjà le cas, selon les sondages), Bruxelles viendra naturellement dans l'esprit de nos compatriotes.


Reste la dimension politique d'un tel reportage. Cela peut être un signe de soutien donné à un possible plan R. Mais à ce stade, on ne peut pas raisonnablement aborder la question brulante, c'est à dire Bruxelles.

Point à noter et fort heureux, Bruxelles n'est pas placée en république de Flandre.
Tout à fait exact: le cas de Bruxelles, en plus d'être trop complexe pour être développé dans un sujet de moins de deux minutes, est le point épineux d'une éventuelle scission belge. Évoquer le devenir de Bruxelles aurait été prématuré car contre-productif. Pour réussir un divorce, il faut d'abord mettre en évidence l'impossibilité de poursuivre la vie commune avant d'étudier de manière pragmatique les modalités de la séparation. Je suis d'accord pour dire que le cas de Bruxelles émergera de lui-même comme la suite logique du soutien à apporter aux autres Francophones de Belgique - les Wallons, donc.

Le propos de ce reportage n'est certainement pas d'effaroucher qui que ce soit, mais bien d'accompagner dans la douceur le travail de deuil de nos voisins et d'habituer les Français à l'idée de les soutenir, voire de les accueillir s'ils le souhaitent au sein de la République.

Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Dim 12 Sep 2010, 9:50 am

Hélas, je ne me souviens pas du journal qui a diffusé ce reportage, peut-être France 3. Par contre, vendredi soir sur Canal+, Barthès durant le Petit Journal en a rediffusé quelques extraits.
J'essaie de voir sur leur site s'il y a moyen de "moyenné".
Revenir en haut Aller en bas
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Dim 12 Sep 2010, 9:53 am

"Grand Journal" pardon pour l'erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Le Gordel au Grand Journal de Canal+   Dim 12 Sep 2010, 10:41 am

Grasse, Sextidi 26 Fructidor, An CCXVIII.

Chers tous,

voici le reportage du Grand Journal de Canal+ , trouvé sur le site de rediffusion de la chaîne. Il s'agit de la deuxième partie du Grand Journal de vendredi 10 septembre:

Source: http://player.canalplus.fr/#/375599


Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Dim 12 Sep 2010, 4:12 pm

Merci pour cette mise en ligne. J'ai recherché l'extrait mais en vain, je me suis lassé de le rechercher, si quelqu'un le retrouve... Je suis sûr de l'avoir vu, je l'ai même vu deux fois, mais où et quand ??? La dernière c'était sur Canal+
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Le reportage initial sur le Gordel, sur France2   Jeu 16 Sep 2010, 12:18 pm

Grasse, Décadi 30 Fructidor, An CCXVIII.

Cher Le Rouergat,

Je viens de retrouver le reportage, initialement diffusé par France2:


Un monument de racisme anti-francophones... Eric van Rompuy (frère de qui l'on sait) doit certainement faire de l'humour au second degré lorsqu'il annonce : "(...) un jour (sic), on ne va plus s'entendre"... matête

Salut et Fraternité! france :

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Le Rouergat
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Aveyron
Langue : français
Emploi/loisirs : études & rénovation d'une maison ancienne
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    Jeu 16 Sep 2010, 2:51 pm

Ah !!! Merci Ardennais.

Et vive la France france
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr    

Revenir en haut Aller en bas
 
Article de José-Alain Fralon trouvé sur Slate.fr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "A m'mote" L’ ART CH'TI SHOW écrit par Alain Lempens.
» Communiqué d'Alain Lambert.
» Un bel article de journal
» Réaction à l'Éditorial de Mme Josée Boileau...
» Alain Genestar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: