FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chansons de la Commune 2: Le Sire de Fisch-Ton-Kan

Aller en bas 
AuteurMessage
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3516
Age : 52
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français
Emploi/loisirs : enseignant
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Chansons de la Commune 2: Le Sire de Fisch-Ton-Kan   Jeu 16 Sep 2010, 12:51 pm

Grasse, Décadi 30 Fructidor, An CCXVIII.

Chers tous,

Voici une deuxème chanson de la Commune: "Le Sire de Fisch-Ton-Kan", ici interprétée par Francesca Solleville:


Les strophes 4, 6 et 7 du texte qui suit sont absentes de la version chantée ci-dessus par Francesca Solleville:
Citation :
Paul Burani — Le Sire de Fisch Ton Kan

1870

Il avait un’ moustache énorme,
Un grand sabre et des croix partout,
Partout, partout !
Mais tout ça c’était pour la forme,
Et ça n’servait à rien du tout,
Rien du tout,
C’était un fameux capitaine
Qui t’nait avant tout à sa peau,
A sa peau !
Un jour il voit qu’son sabre l’gêne,
Aux enn'mis, il en fait cadeau,
Quel beau cadeau !

Refrain :
V’là le sir’ de Fisch-ton-Kan
Qui s’en va-t-en guerre,
En deux temps et trois mouv’ments,
Sens devant derrière,
V’là le sir’ de Fisch-ton-Kan
Qui s’en va-t-en guerre,
En deux temps et trois mouv’ments [1],
Badinguet, fich’ ton camp,
L’pèr’, la mèr’,Badingue,
A deux sous tout l’paquet,
L’pèr’, la mèr’Badingue,
Et le p’tit Badinguet ! [2]

Comm' diplomat', c'était un maître,
Il en r'montrait aux plus malins,
Aux plus malins,
Mais il ne l'faisait point paraître,
Pour ne pas humilier ses voisins,
Ses voisins,
La politiqu', c'est un' roulette,
Rouler, on ne sort jamais d'là,
Jamais d'là,
Mais lui roulait sa cigarette,
Puisqu'il ne pouvait rouler qu'ça,
Vait rouler qu'ça.

Refrain

Des pieds et des mains tout'sa vie,
Il avait tant fait qu'certain soir,
Qu'certain soir,
Sur le trône, objet d'son envie,
Il avait fini par s'asseoir,
Par s'asseoir !
Depuis sans crainte et sans secousse,
Il veillait au trésor surtout,
'Sor surtout :
En y mettant quatr' doigts et l'pouce,
Histoir' d'avoir la main partout,
La main partout !

Refrain

Il était d'un' force incroyable,
Il inventa plus d'cent canons,
D'cent canons,
Mais l'bruit lui f'sait un' peur du diable,
Puis ça troublait ses digestions !
Digestions !
Un jour pourtant, jour héroïque,
Il vit un pétard éclater.
Éclater :
Mais il en eut un' tell' colique,
Que tout l'monde en fut ennuyé,
Fut ennuyé.

Refrain

Un beau jour, il avait pris femme,
Comme le sir' de Framboisy,
De Framboisy,
Et tout marchait sur la mêm' gamme,
C'était un ménage assorti,
Assorti.
Sur l'air connu d'la reine Hortense,
Ell' lui disait d'sa plus douc' voix,
D'sa douc' voix :
"Ah ! sacré nom ! t'as tant d'vaillance
Que je te trouve l'air Dunois,
T'as l'air Dunois".

Refrain

Par un étrange phénomène,
Voilà qu'il eut un héritier,
Un héritier.
Et pour prouver qu'c'était d'sa graine,
On en fit d'suite un p'tit troupier,
Un troupier.
Dans des bataill's pyramidales,
On voyait l'pèr' mais pas d'très près,
Pas d'très près,
Et le p'tit ramassait les balles,
Qu'on avait mis là tout exprès,
Tout exprès.

Refrain

Enfin, pour finir la légende
De c’monsieur qu’on croyait César,
Croyait César !
Sous ce grand homm’ de contrebande,
V’là qu’on n’trouve [3] plus qu’un mouchard,
Qu’un mouchard !
Chez c’bonhomm’là, tout était louche,
Et la moral’ de c’boniment,
C’est qu’étant porté sur sa bouche,
Il devait finir par Sedan,
Par Sedan !

1. ↑ Ce vers et les deux précédents absents chez Georges Coulonges
2. ↑ Les 4 derniers vers répétés 3 fois chez Martin Pénet.
3. ↑ n'trouva chez Martin Pénet.

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sire_de_Fisch_Ton_Kan


Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
 
Chansons de la Commune 2: Le Sire de Fisch-Ton-Kan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la commune où j'habite: GHLIN
» L'auteur d'une des plus belles chansons (Louise), vient de disparaître!
» La foi des Cauchois en chansons
» Rédaction d'une charte commune
» langues et chansons normandes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Culture :: Musique, chorégraphie, opéra :: Musiques classiques, folkloriques, modernes, chansons, hymnes, interprètes-
Sauter vers: