FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J + 164 : Vande Lanotte relance ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 24 Nov 2010, 11:29 am

Source : http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/625166/vande-lanotte-relance-les-negociations.html


Vande Lanotte relance les négociations



M.Bu.


Mis en ligne le 24/11/2010
Le conciliateur fait une proposition aux “7” sur la loi de financement et les transferts de compétences. Et relance la négociation, par rôle linguistique.

Tout vient à point à qui sait attendre. Et vous qui avez vaillamment patienté 164 jours depuis les élections du 13 juin dernier, vous voilà bien récompensés. Roulements de tambour : les négociations en vue de réaliser une réforme de l’Etat vont être réanimées dès ce mercredi sous l’égide du conciliateur royal Johan Vande Lanotte (VDL). "Il n’y a aucun obstacle à ce que les négociations soient relancées ce mercredi", confirmait-on mardi soir dans l’entourage du socialiste flamand.


Quelle forme va donc prendre cette négociation - alors que sept partis sont engagés dans ce processus (PS, CDH, Ecolo, N-VA, CD&V, SP.A et Groen !) ? Johan Vande Lanotte estime que la confiance n’est pas assez importante entre les partenaires que pour se lancer dans une formule de plénière à 7. Rappel, les sept présidents de parti ne se sont plus vus en, plénière, depuis la mémorable réunion du 4 septembre. L’Ostendais, prudent, opte, pour des négociations par "chambres linguistiques". Concrètement : ce mercredi, Johan Vande Lanotte rencontrera chacun des présidents de parti - seul à seul - pendant une heure. Ensuite, une trilatérale avec Bart De Wever et Elio Di Rupo devrait avoir lieu. Ensuite, à partir de jeudi, les trois partis francophones négocieront avec VDL. Et les quatre flamands en feront autant. Ceci - si les négociations progressent - débouchera sur une réunion plénière à sept Mais "le calendrier est long", avertit un négociateur.


Johan Vande Lanotte dépose donc ce mercredi une proposition de compromis sur la table. Elle doit servir de socle à la reprise des négociations - mais de nombreux points demeurent en suspens. "Ce sera truffé de parenthèses", avertit un francophone. Ce compromis made in "VDL" intégrera non seulement une proposition pour une loi de financement rénovée mais aussi les transferts de compétences envisagées en direction des entités fédérées. "C’est tout à fait logique, concède un négociateur. On ne peut se mettre d’accord sur une loi de financement sans connaître le périmètre des transferts de compétences".

La note "VDL" devrait donc lister ces compétences qui vont passer aux Régions et Communautés - et avec quels moyens financiers concordants. Ainsi les allocations familiales ou le Marché du travail devraient-ils y figurer. La Justice également - même si francophones et Flamands ne sont pas d’accord sur ce point. De nombreux points à trancher devraient parcourir cette note concoctée par le socialiste flamand. A noter : aucune avancée n’a été enregistrée sur la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Johan Vande Lanotte planche sur une seconde "note" consacrée à cette problématique ainsi qu’au financement de la Région bruxelloise.

Mardi à la RTBF, le président de la N-VA Bart De Wever a rappelé que "c’est monsieur Vande Lanotte qui sait tout. Il utilise un peu la méthode Dehaene, il parlait avec tout le monde mais ne convoquait pas de réunions plénières. Je pense que c’est une méthode très sage parce qu’on évite les blocages, les crises Le désavantage, c’est qu’on ne sait rien". Et d’ajouter : "Je pense que si monsieur Vande Lanotte n’y arrive pas, personne ne va y arriver. Alors, l’inévitable est là. Mais ce n’est pas à moi de décider".

Sur la loi de financement, Johan Vande Lanotte devrait présenter un modèle "hybride" bâti à partir des paramètres et modèles déposés par les sept partis. Reste que les francophones entendent se tenir à une série de balises - peu importe le modèle final qui émergera. Ainsi, signale-t-on dans un parti francophone, il est impensable de régionaliser un pourcentage trop important de l’Impôt des personnes physiques. Et de rappeler l’importance des 12 "principes" sur lesquels un accord était déjà intervenu entre francophones et Flamands en août dernier.
La détermination de la progressivité de l’impôt (et donc le degré de solidarité interpersonnelle s’exerçant au travers de l’IPP) doit rester une prérogative fédérale, martèle-t-on dans le camp francophone. L’autonomie régionale ne peut donc modifier la progressivité de l’impôt.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 51
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Marre!   Mer 24 Nov 2010, 6:57 pm

Grasse, Quartidi 4 Frimaire, An CCXIX.

Cher Stans,

Quand on en arrive à recenser ce que l'on veut encore faire un commun, parce que la liste est infiniment plus courte à établir que celle des choses qui nous séparent, il n'y a plus pour moi qu'une seule question qui vaille vraiment: "A quoi bon?" En prenant un minimum de recul, n'importe quel individu suffisamment sensé devrait trouver absolument consternantes ces tentatives désespérées d'un énième rafistolage d'une Belgique en état de décomposition avancée. Ce spectacle lamentable n'a que trop duré.
Citation :
"c’est monsieur Vande Lanotte qui sait tout. Il utilise un peu la méthode Dehaene, il parlait avec tout le monde mais ne convoquait pas de réunions plénières. Je pense que c’est une méthode très sage parce qu’on évite les blocages, les crises Le désavantage, c’est qu’on ne sait rien". (...) : "Je pense que si monsieur Vande Lanotte n’y arrive pas, personne ne va y arriver. Alors, l’inévitable est là. Mais ce n’est pas à moi de décider".
J'imagine que "De Wever", en français ça doit vouloir dire "faux-c...l" matête

Salut et Fraternité! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Une note bien alambiquée   Jeu 25 Nov 2010, 8:25 am

C'est encore plus alambiqué que celà mon cher Ardennais !

Source : http://www.lecho.be/actualite/economie_-_politique_belgique/Vande_Lanotte_suggere_de_regionaliser_43_-_de_l-impot.8990980-3154.art?ckc=1

Vande Lanotte suggère de régionaliser 43 % de l'impôt

Le conciliateur a transmis sa proposition aux sept présidents de partis qui sont d'accord pour négocier. Il reprendra demain des réunions par rôle linguistique. Selon sa proposition, les Régions maîtriseraient leurs recettes liées à l’IPP, à concurrence de 14 milliards d’euros.



Onkelinx refixe les balises du PS
Arrive le temps des amendements
La N-VA étudie la note "par respec…
Régionaliser l'IPP : une mauvaise …

Le conciliateur Johan Vande Lanotte vient de transmettre sa proposition de révision de la loi de financement aux présidents des sept partis. Ceux-ci avaient, au préalable, accepté de reprendre les négociations sur base de ce document. Les premières réunions auront lieu ce jeudi, par rôle linguistique. Aucune date n’est fixée, à ce stade, pour une rencontre plénière.

Selon nos informations, la proposition de Vande Lanotte prévoit une responsabilisation directe des Régions sur leurs recettes provenant de l’impôt des personnes physiques. Cette responsabilité porterait sur 14 milliards d’euros, soit 43 % de l’ensemble des recettes de l’IPP.

Ce montant correspond aux dotations actuelles IPP plus "le terme négatif", c’est-à-dire la compensation fédérale pour les impôts régionalisés en 2001 (droits d’enregistrement, taxe de circulation…).

Les dotations aux Communautés (6 milliards via l’IPP, 13 milliards via la TVA) ne sont pas incluses dans ce mécanisme. Les Francophones souhaitent que les clés de population et de nombre d’élèves soient prioritairement utilisées pour le financement des Communautés.

Deux impôts parallèles

Le principe d’un "split rate" est retenu. Cela signifie qu’il y aurait deux impôts sur le revenu en parallèle (un régional et un fédéral). L’addition des deux correspondrait aux taux actuels, de manière à ce que, dans la situation de départ, les contribuables ne paient pas plus.

Des économistes de la KUL ont jugé le "split rate" économiquement inefficace, car il contraint deux impôts à se partager la même base fiscale.

Les Régions ne pourraient pas toucher aux tranches fiscales mais, en revanche, elles pourraient modifier les taux dans une fourchette de 25 %. Elles sont toutefois tenues de respecter le principe de progressivité de l’impôt (les contribuables les plus riches paient proportionnellement plus que les autres), clairement défini dans la loi.

Les Francophones redoutaient que ce "split rate" ne prive le Fédéral du bénéfice de l’élasticité de l’impôt (quand l’économie croît de 1 %, les recettes fiscales croissent de 1,2 à 1,7 %). Pour répondre à cette crainte, Vande Lanotte propose que le surplus de croissance des recettes fiscales soit rétrocédé par les Régions vers le Fédéral.

Navetteurs pris en compte

Le mécanisme est assorti d’une intervention de solidarité, en faveur des Régions où le rendement de l’impôt est inférieur à la moyenne belge. Cette intervention pourrait s’éteindre, ou à tout le moins se réduire, avec le temps.

La proposition n’oublie pas la question des navetteurs et, corollaire, du financement de Bruxelles.

De 25 à 30 % de l’impôt régional serait perçu sur le lieu de travail.

Cela profiterait directement à la capitale. D’autant plus que ce gain grâce au "lieu de travail" n’entrerait pas en ligne de compte dans le calcul de l’intervention de solidarité.

Johan Vande Lanotte tente donc un subtil équilibre entre les demandes de responsabilisation financière et les craintes d’appauvrissement de certaines entités; entre le souhait d’une véritable autonomie fiscale et le rejet d’une concurrence fiscale trop vive.

Son travail ne s’arrête pas à la loi de financement proprement dite: Vande Lanotte le complète d’une part avec la régionalisation du marché du travail.

Les entités seraient responsabilisées sur leur politique en la matière, via un système de bonus-malus lié à l’évolution du taux d’emploi portant sur un total de 4,2 milliards d’euros.

D’autre part, les Régions deviendraient compétentes pour les déductibilités fiscales liées à leurs compétences. Il s’agit essentiellement de la fiscalité liée au logement et aux économies d’énergie. Cela porte sur quelque 2,1 milliards d’euros.

L'Echo

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Jeu 25 Nov 2010, 10:41 am

''Ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi, ça peut se négocier...''

C'est ainsi que l'on pourrait résumer la position et la stratégie flandriennes à Bruxelles.

Pour quelle raison les Flandriens, qui ont mis en place un système efficace de spoliation de l'économie bruxelloise par lequel chaque année plusieurs milliards d'€ de la richesse produite à BXL sont transférées aux populations du nord au travers de la taxation des navetteurs sur leur lieu de résidence et un sous-financement avéré des fonctions de BXL Capitale, lâcheraient-ils le morceau ?
Les premiers intéressés eux-mêmes, les Bruxellois, ne leur offrent qu'une faible opposition, tant ils se refusent à sortir d'une attitude de splendide isolement, et adoptent inconsciemment une attitude de quasi-victime consentante.

Il y a bien une proportion de la population bruxelloise qui a bien pris conscience que cette attitude de splendide isolement joue en faveur de la Flandre, car il n'y a pas plus isolée qu'une proie potentielle, mais ce groupe de citoyens avertis est encore fortement minoritaire. espérons que ses rangs grossiront rapidement.

Vande Lanotte proposerait, semble-t-il, un refinancement autonome de BXL par la taxation des navetteurs sur les lieux de travail. Je vois mal la Flandre accepter cette mesure qui remettrait en question sa position de domination; car rendre BXL maîtresse de ses ressources, c'est lui restituer ses premières armes et lui donner les moyens de combattre son maître. Si les Flandriens acceptaient une telle mesure de desserrement de leur emprise financière, cela voudrait dire que la situation en Flandre aurait bien changé et que la Flandre disposerait d'un trésor caché, ce qui ne me paraît pas la réalité.
,
Les Flandriens ont plus que jamais besoin de la manne financière que représente le PIB bruxellois. Les dernières nouvelles du front financier sont très alarmantes pour leur principale banque KBC qui, exposée pour 14 milliards d'€ au risque irlandais, pourrait être amenée à passer des provisions pour risques de plusieurs milliards d'€, alors même que KBC se relève à peine d'un sinistre analogue sur les pays de l'Est. KBC, n'en doutons pas, est une banque en cessation de paiement virtuelle et devra à court terme être recapitalisée par la Flandre, qui aura besoin de pouvoir ''pomper'' sur les ressources produites par Bruxelles ou accroître les impôts pesant sur les citoyens flamands.

Donc, je ne vois pas comment les Flandriens pourraient accepter toute évolution sur BXL. Ils ont besoin du gisement de richesses que représente cette ville, de même qu'ils ont besoin de mettre un terme ou de réduire rapidement leurs transferts sociaux vers le Sud. Ou alors, ils devront massivement accroître les prélèvements sur les contribuables du Nord pour financer les risques pris par leur banque, la charge des retraites et les primes de risque qui vont être exigées par les marchés pour le refinancement de la dette fédérale. Cette prime de risque est actuellement d'environ 90 points de base (écart de taux entre le Bund allemand et l'OLO 10 ans belge). En 2011, le besoin en financement belge représentera 45 milliards d'€. Son coût sera de 1,6 milliards d'€ (au taux de 3,60%). Revers de la médaille, ce coût sera essentiellement supporté par la Flandre, Wallonie et BXL n'ayant que peu de moyens pour y participer. On peut donc s'attendre, non pas à un allègement de la pression flandrienne sur BXL, mais à un alourdissement.
Revenir en haut Aller en bas
AgatheN
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 39
Localisation : Bruxelles occupée - département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : politique réunioniste
Date d'inscription : 22/02/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Lun 29 Nov 2010, 9:04 pm

Je ne crois pas non plus au père Noël et la Flandre ne va pas subitement faire un cadeau à Bruxelles, à moins que ce cadeau ne soit empoisonné ! Càd que la taxation en partie des navetteurs sur le lieu de travail ne cache des monstruosités sur d'autres sujets.
D'après le débat "Mise au point" d'hier, et l'émission de ce soir en cours, les négociateurs de l'olivier ont l'air prêts à tout lâcher par "sens de l'état", parce que la longueur des négociations met la stabilité financière du pays en danger ! affraid

Du côté de l'opinion publique, il reste encore d'affreux belgicains bien sûr, mais les gens évoluent. Un indice : depuis quelques temps, un certain PdeH écrit des commentaires en faveur de la réunion à la France et le nombre de votes augmente régulièrement. Aujourd'hui, lui et d'autres arrivent en tête dans 2 articles d'aujourd'hui: celui-ci http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/626248/une-intense-semaine-de-negociation.html et l'édito pétainiste qui appelle à une capitulation sans conditions aux exigences flamandes !

Peut-être faut-il que ces traîtres PS-CDH-écolo acceptent des horreurs pour qu'une majorité de la population se réveille et manifeste son désir d'autre chose. Après tout, tant que rien n'est voté au parlement, rien n'arrivera concrètement ... mais ce sera vraiment la dernière chance !!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rwf.be
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mar 30 Nov 2010, 2:53 pm


_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 01 Déc 2010, 1:49 pm

Belga-le Soir :


Le président du parti socialiste Elio Di Rupo se prononce mercredi en faveur d’une large autonomie fiscale au profit des Régions dans des interviews à la Libre Belgique et aux journaux du groupe Sud Presse

Selon lui, cette autonomie pourrait porter sur 14 milliards d’euros, soit40 % de l’impôt perçu.


Ma réaction:

Ce qu'aurait accepté EdR, à savoir une régionalisation de 40% de l'IPP, signifierait donc (au conditionnel) que le fédéral ne pèserait plus, dans la fixation du taux et dans le recouvrement de l'IPP que pour 60% de l'actuel recette, Or si je ne me trompe, l'IPP sert à assurer la solidarité inter-régionale qui permet -selon diverses sources- un transfert annuel de 8 Mds de la Flandre vers la Wallonie et BXL..

J'en conclus donc qu'une telle mesure reviendrait à amputer directement de 40% les transferts de solidarité, soit 40%x8 Mds = 3,2 Mds en moins que la Flandre économiserait. Ou en d'autres termes, à maintien égal des aides sociales aux populations concernées, cela équivaut à une imposition des populations W+BXL de 3,2 Mds e de plus, soit environ 1.500/2.000 € de plus par foyer fiscal.

Ce raisonnement et ce calcul sont-ils pertinents ? Merci de me confirmer ou de me corriger au besoin. FB
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 01 Déc 2010, 2:03 pm

En ce qui concerne Bruxelles François, tout dépendra du maintien ou non de la proposition émise par Vande Lanotte de prélever 30 à 40% des impôts régionaux sur les lieux du travail. Dans ce cas, 250.000 navetteurs flamands et 160.000 wallons seraient concernés au profit de la Région de Bruxelles-Capitale qui n'aurait plus à quémander son "refinancement". Les recettes fiscales de la Flandre et de la Wallonie devant dans ce cas être revues à la baisse.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 01 Déc 2010, 2:17 pm

Je comprends bien Stans, mais l'un n'empêche pas l'autre.
Dans le premier cas (régionalisation de 40% de l'IPP) il s'agirait de limiter à 60% de son montant actuel (toute chose demeurant identique par ailleurs) la perception par le fédéral de l'IPP; et donc, mécaniquement de réduire de 40% les transferts du fédéral vers Wall. + BXL. Certes, BXL-Capitale pourrait compenser cette diminution des transferts par une imposition des navetteurs, ce qui serait en effet plus conforme à une bonne gestion des deniers publics

mais l'imposition des navetteurs sur le lieu de travail n'est pas acquise semble-t-il, puisqu'il est simplement question d'un retour de 0,5 Mds alors que ce sont 2 à 3 Mds qui filent ainsi vers la Flandre et la moitié vers la Wallonie. je pense même que la Flandre s'opposera à la taxation des navetteurs au profit de BXL. Si elle acceptait cette mesure, outre que ça serait une faute politique de son point de vue, elle se contredirait elle même, puisque cette mesure lui rapporte environ 2 à 3 milliards d'e.

D'un côté, économiser 3,2 Mds sur les transferts grâce à la régionalisation de 40% de l'IPP, et de l'autre renoncer à 2 ou 3 milliards sur les navetteurs . Un coup pour rien. Pourquoi la Flandre irait-elle dans la direction de ce renoncement alors qu'elle a les moyens de gagner sur les TROIS tableaux : ET réduire ses transferts ET maintenir sa ponction sur les navetteurs ET maîtriser la dotation à BXL ?
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 01 Déc 2010, 2:32 pm

@François Barberis a écrit:
D'un côté, économiser 3,2 Mds sur les transferts grâce à la régionalisation de 40% de l'IPP, et de l'autre renoncer à 2 ou 3 milliards sur les navetteurs . Un coup pour rien. Pourquoi la Flandre irait-elle dans la direction de ce renoncement alors qu'elle a les moyens de gagner sur les TROIS tableaux : ET réduire ses transferts ET maintenir sa ponction sur les navetteurs ET maîtriser la dotation à BXL ?

Je répondrais cyniquement : parce que cela permetrait à la Flandre de faire main basse sur Bruxelles en appauvrissant réellement la Wallonie qui ne gagnerait sur AUCUN des tableaux précités ... Les navetteurs flamands seraient en quelque sorte les soldats du Cheval de Troie flandrien implantés à Bruxelles qui resterait de fait la "Capitale de la Flandre".

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 01 Déc 2010, 2:53 pm

Stans,

Si je comprends bien tu es en train de dire que la Flandre serait prête à accepter la taxation sur place des navetteurs, quitte à perdre 2 Md€ de recettes fiscales, de manière a amputer la région Wallonie des ressources fiscales d'IPP dont celle-ci profite -au même titre que la Flandre- du chef des navetteurs (100 à 150 mille navetteurs Wallonie BXL- 1 Md€ de recette).

Ta thèse serait que la Flandre recherche un appauvrissement de la Wallonie de 3 Mds d'e au titre de la régionalisation de 40% de l'IPP + appauvrissement de 1 Mde au titre de la taxation des navetteurs sur leur lieu de travail ?

Ce serait effectivement un calcul machiavélique, et totalement destructeur du tissu social wallon. Avec 4 à 4,5 Md€ de recettes fiscales en moins, la wallonie serait en effet exsangue et prête à la colonisation, du moins en théorie. Mais cela n'affaiblirait pas BXL pour autant qui retrouverait des capacités financières en raison de la taxation des navetteurs sur le lieu de travail.

Je ne vois pas l'intérêt d'une telle manœuvre. Ce que veut la Flandre, me semble-t-il, ce n'est pas mettre la Wallonie à genoux, mais c'est bien corsetter BXL et faire admettre à sa population que le maître est bien flandrien, ou pour le moins évincer toute idée d'autonomie dans l'esprit des Bruxellois (d'où l'idée du condominium par les communautés).

Il est vrai que dans un condominium par les communautés, la Wallonie ainsi appauvrie ne ferait pas le poids et que de fait le pouvoir serait en les mains flandriennes.

Totalement machiavélique, mais possible...
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Mer 01 Déc 2010, 3:17 pm

En effet François et connaissant fort bien les Flandriens, je les crois capables de ce calcul machiavélique. C'est un peuple (encore) foncièrement terrien pour qui tout a un prix et peut par conséquent s'acheter. Rien à voir avec le social-romantisme wallon !
Par contre si mon intuition s'avère être la bonne (l'apauvrissement extrême de la Wallonie), cela pourrait avoir pour effet de créer un tel désarroi en Wallonie que celle-ci se rendrait enfin compte de l'ineptie du maintien de la Belgique unitaire, fédérale ou confédérale ! Ce serait en quelque sorte l'électrochoc salutaire qui la précipiterait sans tergiverser vers la France, cette dernière acceptant pour la forme du bout des lèvres mais avec un sourire plus large après avoir négocié l'ajout de Bruxelles, ville oh combien francophone (et combien plus stratégique) ! Une valse à trois temps en quelque sorte ...

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Jeu 02 Déc 2010, 1:21 pm

Mon intérêt a été retenu hier par un petit entrefilet paru dans Le Soir qui reprenait les conclusions d'un labo du nom de VIVES, présenté comme proche de la NVA.
Ce groupe d'experts se serait penché sur les comptes de l'année 2007 d'où il en ressortirait que :

-pour la production de ressources fiscales (impôts) et para-fiscales (cotisations sociales), les parts contributives des diverses régions seraient les suivantes:

- Flandre : 68,2% des ressources fédérales seraient prélevés sur l'économie et les contribuables flandriens
- Wallonie : 28,2%
- BXL capitale : 9,6%

En retour, l'état fédéral ne restituerait aux dites régions que les parts suivantes des ressources ainsi collectées.
- au bénéfice de la Flandre : 57 % (soit donc 11,2 points de moins que sa contribution aux ressources-sociales)
- au bénéfice de la Wallonie : 33% (soit 4,8 points de plus que sa contribution aux ressources fiscales-sociales)
- au bénéfice de BXL : 10%, soit un montant équivalent, proche de la neutralité.

VIVES en concluait que cela représentait un transfert total de la Flandre au bénéfice de la Wallonie de :
- 929 millions d'€ prélevés sur les ressources fiscales flandriennes
- 3,4 Milliards d'€ prélevés sur les cotisations des citoyens flandriens

Pour BXL, ces chiffres étaient les suivants selon Vives:
- 88 millions d'€ de ressources de la fiscalité auraient ainsi été transférés de la Flandre vers BXL
- 214 millions d'€ de cotisations sociales auraient ainsi été transférées de la Flandre vers BXL

Vives ajoutait, ce qui ne manque pas de piquant et qui est très significatif, que ses experts avaient considérés comme transferts vers la Francophonie les salaires des fonctionnaires fédéraux ''en surnombre'' par rapport à leurs collègues néerlandophones. C'est-à-dire que, considérant que le rapport des populations était de 60/40 alors que le rapport des effectifs de fonctionnaires fédéraux était de 50/50, 20% des salaires versés par l'état fédéral à ses fonctionnaires francophones devaient être considérés comme des transfert, au même titre que l'aide sociale, le paiement des allocations familiales aux francophone, etc...


Je dois avouer que l'existence même d'une telle étude m'a sidéré, car -en dehors même des résultats qu'elle produit et sur lesquels je compte revenir car ils sont pleins d'enseignements politiques- le fait qu'on puisse tenir une telle comptabilité est vraiment un signe de profonde déstabilisation psychologique, une sorte de sentiment de persécution. Surtout le codicille concernant les fonctionnaires fédéraux francophones jugés en surnombre par rapport aux fonctionnaires fédéraux néerlandophones. Considérer que les salaires et traitements versés à ces personnels relèvent des transferts nord-sud, sans tenir compte du service rendu à la collectivité, démontre à quel point la vision que les Flandriens portent sur les francophone est orientée et relève de la stigmatisation et de l'ostracisme. C'est, mutatis mutandis, comme si le gvt français comptabilisait dans les aides que la nation donne à un département défavorisé comme la Corse, les salaires ds nombreux serviteurs de l'état d'origine corse, en raison même de cette origine, comme s'il s'agissait d'une aumône, alors que l'on sait que les serviteurs de l'état d'origine corse sont des fervents républicains et des agents très efficaces au service de l'état (parfois trop, d'ailleurs).

Ces chiffres délivrés par VIVES contiennent des informations bien plus éclairantes encore qu'il faudra décrypter, en les rapprochant des PIB régionales et des populations.

L'impression que j'en ai actuellement c'est que ces chiffres délivrent un message de retour en arrière impossible et de formidable ostracisme de la communauté française par la communauté flamande. On ne peut bâtir une nation et en l'occurrence un état unitaire lorsque une partie envoie à la figure de l'autre de tels calculs, qui sont peut-être exacts au demeurant, mais dont le simple fait de les établir démontre que l'on considère l'autre partie -à tort, bien entendu- comme des pique assiettes. La nation, c'est exactement l'inverse de cette démarche. pour la Nation, il aurait fallu déplorer l'écart et dire qu'il y avait lieu de le combler par un effort conjoint et non jeter à la figure de l'autre membre ses supposées perversités.

Il y a donc dans cette livraison de chiffres bien des enseignements de morale politique et d'action politique à tirer.

Je compte y revenir, si mon emploi du temps me le permet.
Revenir en haut Aller en bas
AgatheN
Modératrice
Modératrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 39
Localisation : Bruxelles occupée - département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : politique réunioniste
Date d'inscription : 22/02/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Jeu 02 Déc 2010, 3:55 pm

@François Barberis a écrit:
Je dois avouer que l'existence même d'une telle étude m'a sidéré, car -en dehors même des résultats qu'elle produit et sur lesquels je compte revenir car ils sont pleins d'enseignements politiques- le fait qu'on puisse tenir une telle comptabilité est vraiment un signe de profonde déstabilisation psychologique, une sorte de sentiment de persécution. Surtout le codicille concernant les fonctionnaires fédéraux francophones jugés en surnombre par rapport aux fonctionnaires fédéraux néerlandophones. Considérer que les salaires et traitements versés à ces personnels relèvent des transferts nord-sud, sans tenir compte du service rendu à la collectivité, démontre à quel point la vision que les Flandriens portent sur les francophone est orientée et relève de la stigmatisation et de l'ostracisme. C'est, mutatis mutandis, comme si le gvt français comptabilisait dans les aides que la nation donne à un département défavorisé comme la Corse, les salaires ds nombreux serviteurs de l'état d'origine corse, en raison même de cette origine, comme s'il s'agissait d'une aumône, alors que l'on sait que les serviteurs de l'état d'origine corse sont des fervents républicains et des agents très efficaces au service de l'état (parfois trop, d'ailleurs).

Bienvenue au Belgium, cher François ! affraid
Nous vivons au quotidien cet ostracisme et ne sommes guère étonnés par l'existence d'une telle étude.
Les fonctionnaires flamands ne considèrent en effet pas leurs collègues francophones comme des personnes compétentes qui méritent leur salaire. C'est profondément ancré dans leurs esprits à cause de l'endoctrinement de leur enseignement, leurs médias, leurs politiques: ils se considèrent comme plus capables et meilleurs bilingues que les Francophones. Pour eux un Francophone bilingue et compétent c'est inconcevable. Nous, on est tout juste bons aux postes d'exécutants pour leur obéir !
Ils ont une haute opinion d'eux-mêmes et n'hésitent pas à s'auto-proclamer parfaits bilingues même s'ils font une faute par phrase et parlent avec une patate en bouche. Mais si un Francophone a une petite pointe d'accent, c'est directement un "commis unilingue" !
Plus le climat communautaire est tendu, plus les insultes volent !
La mentalité est différente, ils travaillent comme des robots mais pas forcément bien !
Pour eux, si on s'arrête 5 min le matin pour dire bonjour à un collègue = on est paresseux et on ne travaille pas
Idem si on sort à midi acheter un sandwich au lieu de manger sa tartine de gouda les yeux rivés à l'écran !
Et si jamais, le Francophone ne fait aucune faute dans son dossier en flamand, pas de problème, le Flamand va en ajouter avant de l'envoyer au directeur ! (déjà-vu)
Bref, on peut faire n'importe quoi, on sera toujours dénigrés voire sabotés ...

Dans mon service, nous sommes 8 dont 2 Flamands et les Francophones sont tous de bons bilingues, du moins suffisamment pour les exigences de notre travail. Pour Bruxelles, c'est déjà une surreprésentation mais "on" nous dit régulièrement que notre cellule est trop francophone, qu'on n'est pas assez bilingue et qu'il faudrait "rééquilibrer" çàd engager plus de Flamands en se débarrassant d'un ou 2 Francophones ... No

Vivement la fin de tout ça !!! colère censure



Revenir en haut Aller en bas
http://www.rwf.be
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   Jeu 02 Déc 2010, 6:16 pm

Bonsoir Agathe.
ce que vous m'illustrez et ce que je retire de cette livraison de VIVES m'amène à la conclusion -qui n'était pas encore aussi nette dans mon esprit- que plus rien n'est possible entre Flandriens et Francophones et que plus vite les populations concernées en prendront conscience, mieux ce sera; et qu'à l'inverse, le maintien d'une telle situation de discrimination et d'ostracisme, parfaitement illustrée par la prose et la démarche de VIVES, est tout simplement dangereuse pour la paix civile et l'état psychologique des gens qui vivent de telles situations. Non seulement les Fr. qui les subissent, mais aussi les Flandriens qui les ont construites, car ces situations sont en voie de se retournent contre eux.

Nous sommes en France, en République française, à mille lieux de tels comportements. On peut dire tout ce qu'on veut des Français, qu'ils sont impossibles, arrogants, rouspéteurs, difficiles à vivre -ce qui est vrai, mais en partie seulement-, mais on ne peut leur prêter en aucune façon ce comportement d'ostracisme et de stigmatisation d'une partie de la société contre l'autre. Jamais, au grand jamais, on n'entendra les Franciliens jeter à la figure des Méridionaux ou des Nordistes de tels propos empreints de mépris et de stigmatisation, sauf à chaud, sur un coup de colère, mais propos rapidement regrettés. Cela n'existe même pas envers les Corses, qui pourtant sont la population la plus tardivement rattachée à la république. Tout juste une ironie un peu bonasse, mais compensée par tellement de désir de se faire aimer.

L'existence même d'une telle étude est donc un phénomène particulièrement révélateur de la destruction du lien national entre Flandriens et Francophones. On peut affirmer désormais que jamais les Fr. ne seront reconnus à égalité par leurs homologues. Ceci est désormais une certitude. Alors, aux Francophone d'en tirer les conclusions et d'effectuer la deuxième partie de leur démarche de deuil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J + 164 : Vande Lanotte relance ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
J + 164 : Vande Lanotte relance ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: