FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J + 234 : Didier REYNDERS informateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: J + 234 : Didier REYNDERS informateur   Jeu 03 Fév 2011, 9:27 am

Source : http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/640238/reynders-recoit-carte-blanche.html

Reynders reçoit carte blanche

Mis en ligne le 03/02/2011

Citation :
Le président sortant du MR a 15 jours pour éclairer le Roi sur les possibilités d’un accord institutionnel. Yves Leterme est chargé de présenter le budget 2011.

Un rayon de soleil après une longue et glaciale période de brouillard politique ? Ne tombons pas dans un optimisme béat mais notons, tout de même, la rupture radicale confirmée hier par le Palais royal. Albert II a confié à Didier Reynders, en tant que président du MR, une mission d’information. Objectif : déterminer si un accord institutionnel est possible alors que le gouvernement sortant d’Yves Leterme est chargé de confectionner le budget 2011et de veiller à l’application de l’accord interprofessionnel.

Rappel : les libéraux francophones étaient, à leur corps défendant, exclus de toute discussion depuis plus de sept mois. Alors que le MR est en pleine phase de transition présidentielle, puisque Charles Michel doit prendre la tête du parti le 14 février prochain, c’est Didier Reynders qui a été choisi après moult contacts entre différents partis et un arbitrage entre plusieurs options. Mais penchons-nous sur le contour donné à la mission d’information confiée au vice-Premier MR.

C’est une carte blanche qu’il s’est vu octroyer par le Roi pour tenter de dénouer le différend communautaire. Ce faisant, dessinera-t-il une ébauche de coalition gouvernementale ? C’est sans doute la volonté des nationalistes flamands, mais il n’en est nullement question à ce stade. Nul doute non plus que Didier Reynders va, dans un premier temps, consulter large. Il travaillera en étroite collaboration avec le président de la N-VA Bart De Wever, mais aussi avec Elio Di Rupo. Le vice-Premier MR et le président du PS se sont en effet discrètement rencontrés lundi, juste après que Di Rupo eut déjeuné avec Bart De Wever. C’est donc une sorte de triumvirat qui ne dit pas son nom qui est désormais en place. Les nationalistes flamands veulent coûte que coûte que Didier Reynders réussisse sa mission - De Wever n’a-t-il pas fait des pieds et des mains depuis quatre mois pour que les libéraux puissent participer aux négociations ?

D’un autre côté, le Parti socialiste est prêt à avancer très loin dans la responsabilisation des entités fédérées et semble avoir changé de cap maintenant que l’ouverture aux libéraux est effective. Le positionnement de plusieurs responsables socialistes francophones laisse pressentir que le PS veut prendre le leadership d’une révolution copernicienne. A confirmer évidemment. D’autant qu’au PS, le projet d’Elio Di Rupo en tant que préformateur n’a pas encore été jeté au panier. Le PS n’a pas non plus rangé au placard ses lignes rouges sur la sécurité sociale et la solidarité fédérale. On ne peut évidemment s’empêcher de penser que le recours aux libéraux permettra également de mouiller le MR avant d’éventuelles élections.

Pour le moment, tous les francophones attendent de connaître la méthode proposée par le nouvel informateur. Le "d’abord voir ce qu’on peut encore faire ensemble" claironné depuis des mois par le MR est assimilé, tant au nord qu’au sud, à l’activation de l’article 35 de la Constitution qui ne laisse que les compétences résiduelles au fédéral, fait-on valoir côté francophone. Quoiqu’il arrive, la mission première de Didier Reynders sera de trouver une issue au dossier BHV. Il s’emploiera à vérifier "l’existence d’une volonté politique" de parvenir à un accord institutionnel, disait-il hier en conférence de presse. BHV fera figure de test à cet égard alors que se profile au Parlement le dépôt de propositions visant à la scission de l’arrondissement.

C’est à cause de l’urgence avec laquelle il faudra régler le problème bruxellois que le FDF devrait se transformer en épine dans le pied de Didier Reynders. Olivier Maingain ne peut pas ne pas approuver sa nomination. Mais il n’y a aucune raison qu’il tienne un discours plus tiède sur BHV... Le président du FDF ne change d’ailleurs pas son discours d’un iota : pas question de régler BHV en dehors de toute la problématique institutionnelle, et pas question de parler du refinancement de Bruxelles sans évoquer la révision de la loi de financement. Cette position pourrait rendre la mission de Reynders un peu plus compliquée même si De Wever a promis de tout faire pour que son poulain réussisse. Tout, oui. Mais de là à accepter un élargissement de Bruxelles aux six communes à facilités Il y a un pas que jamais aucun Flamand ne pourra franchir. "On se demande si Didier Reynders va revenir avec sa proposition d’élargir Bruxelles aux deux Brabant", ironise d’ailleurs un francophone.

Dans la même veine, il faut relever les déclarations télévisées de Wouter Beke, président du CD&V. Hier soir, il attendait de connaître les objectifs poursuivis par les libéraux, rappelant les déclarations relatives à l’élargissement de Bruxelles proférées à l’occasion de la campagne interne au MR.

Pour l’heure, Didier Reynders dispose de 15 jours, le Roi attendant un rapport le 16 février. C’est court mais suffisant pour voir si un accord est possible au moins sur BHV, indique une source francophone. Dès hier, M.Reynders a profilé le déroulement des jours à venir. Il consultera d’abord Johan Vande Lanotte pour prendre connaissance de sa fameuse note et des positions exprimées par les différents partis. Ensuite, il prendra langue avec Bart De Wever et Elio Di Rupo, les deux vainqueurs des élections. Didier Reynders devrait travailler en deux temps. Il s’appliquera d’abord à mettre en place un groupe de travail sur la réforme de l’Etat, où MR et PS seraient les moteurs francophones et s’engageraient dans un laps de temps très long - on parle de quatre ans - à avancer extrêmement loin dans la responsabilisation des entités fédérées. A côté de cela, le dossier bruxellois est appelé à être traité rapidement.

Outre la circonspection affichée par le CD&V, l’ensemble des partis ont officiellement soutenu la mission de Didier Reynders. Le PS continuera à se montrer constructif "dans le respect des accords pris au niveau des gouvernements des entités fédérées", dit le PS, confirmant sa volonté de ne pas vouloir que s’installe l’instabilité politique dans les majorités régionales et coupant court à l’idée de changer les équipes au profit du MR. Ce dernier ne le demande pas à ce stade. Le CDH se veut également constructif et Ecolo, toujours en tandem avec Groen !, se dit disponible. L’Open VLD espère que cette mission constituera un premier pas vers une solution mais rappelle qu’un accord de gouvernement est, à ses yeux, impensable sans un accord communautaire préalable.

De son côté, la N-VA estime logique la désignation de Didier Reynders et apportera son appui aux mesures qu’entreprendra Yves Leterme au niveau budgétaire. Tous les partis se sont par ailleurs félicités des latitudes (totalement inédites) laissées à un gouvernement en affaires courantes pour relever le défi budgétaire, les francophones appelant tout de même à la mise en place rapide d’un gouvernement de plein exercice.

En attendant, les spéculations vont bon train quant à une coalition future. Dans l’hypothèse où les choses avancent bien, il semble bien qu’une majorité pourrait se réunir autour d’un gouvernement associant N-VA, CD&V Open VLD au Nord, PS, MR et CDH au Sud. A moins que le PS n’impose le SP.A, ce que la N-VA ne souhaite pas, sauf à provoquer des problèmes au sein du gouvernement flamand. Le MR n’est pas encore en mesure d’imposer son arrivée dans les Régions mais cette attitude pourrait changer s’il devait intégrer un gouvernement.

Que se passera-t-il dans quinze jours ? Trois possibilités :

- soit on prolonge la mission de Didier Reynders, pour une période alors non limitée ;
- soit, si les choses patinent, on nomme quelqu’un d’autre pour prendre le relais ;
- soit, hypothèse optimiste, on nomme un formateur.

Dans ce dernier cas, il y a de fortes chances que le PS reprenne la main, pouvant difficilement se voir voler la victoire, précisément comme Didier Reynders en 2007.
Alors, cadeau empoisonné pour le vice-Premier MR que cette mission royale ? Il ne s’agit pour l’heure que d’informer. Et on ne rate jamais une mission d’information, fait-on remarquer dans le milieu politique. A priori, Reynders n’a pas grand-chose à perdre.

M. Co., V.d.W. et M. Bu.

Savoir Plus

Les deux communiqués royaux

Voici le texte des deux communiqués royaux envoyés mercredi par le Palais :

15h55 "Le Roi a reçu en audience cet après-midi au château de Laeken Monsieur Yves Leterme, Premier ministre. Vu la longueur de la période d’affaires courantes, le Roi a demandé au Premier ministre que le gouvernement d’affaires courantes présente au Parlement le budget 2011 et prenne les dispositions nécessaires pour répondre dans un proche avenir aux exigences européennes en matière de politique budgétaire et de réformes structurelles pour les prochaines années. Le Roi a également demandé au Premier ministre que le gouvernement d’affaires courantes prenne toutes les mesures nécessaires sur le plan économique, social et financier pour préserver le bien-être des citoyens."

17h38 "Le Roi a reçu en audience cet après-midi au château de Laeken Monsieur Didier Reynders, président du MR. Le Roi l’a chargé de l’informer d’ici deux semaines sur les possibilités d’arriver à un accord institutionnel, en particulier sur :

a) BHV et le refinancement de Bruxelles;
b) le transfert de compétences aux entités fédérées, leur financement et leur responsabilisation;
c) le financement dans la durée de l’Etat fédéral.
Monsieur Reynders présentera son rapport écrit au Roi, le mercredi 16 février 2011."


Sur le même sujet:

Pourquoi Didier et pas Louis

Édito: Bonne chance

Inge Vervotte: BHV et financement de Bruxelles conjoints à une réforme de l'Etat

Politic Twist, le blog politique décalé

Les deux communiqués royaux

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: J + 234 : Didier REYNDERS informateur   Jeu 03 Fév 2011, 9:31 am


_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
SydneyBristow
Membre intéressé
Membre intéressé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 39
Localisation : Bruxelles
Langue : français
Emploi/loisirs : ...
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: J + 234 : Didier REYNDERS informateur   Jeu 03 Fév 2011, 1:33 pm

ENFIN, après 7 mois d'immobilisme de négociations à 7 partis, le roi se décide à nommer Reynders informateur pour une 7ème tentative en -eur !
(le symbolisme du chiffre 7 pourrait nous donner une indication sur l'avenir institutionnel !! magicien )

Il est nécessaire de tenter toutes les solutions possibles avant d'avouer que tout accord est devenu impossible et le divorce inéluctable. Le citoyen lambda ne le comprendra pas sans cela. Les libéraux devaient donc entrer en piste pour un dernier tour du cirque royal en -eur. C'est une chance unique pour le MR-FDF d'ouvrir les yeux des Francophones et de prendre ses responsabilités concernant notre destin. Le FDF, fort de son poids électoral à Bruxelles et les 45% de pro-Bacquelaine inciteront Reynders à respecter sa parole sur le changement de méthode et les revendications francophones. Partir d'une réponse claire sur ce qu'on veut encore faire ensemble au fédéral et NE PAS CÉDER sur l'élargissement de Bruxelles aux 6 communes à facilités. Le petit Michel est une épine dans le pied du parti, mais avec sa très courte victoire à l'élection présidentielle et entouré de Reynders + Maingain dans la délégation MR-FDF, il ne devrait pas nuire (enfin j'espère !).
Le roi pourrait prolonger la mission de Reynders au-delà du 16 février mais pour peu de temps, personne ne lui permettra de tourner en rond aussi longtemps que ses prédécesseurs !

Après, nous aurons sans doute des élections qui prendront une forme de référendum sur l'avenir du pays, les positions des partis devenues claires. A mon avis, CD&V et NVA augmenteront encore leurs scores ainsi que le MR-FDF côté francophone même si le PS risque de rester à un haut niveau en Wallonie. Les dés seront jetés, et nos élites n'auront d'autres choix que d'internationaliser la question pour obtenir l'élargissement de Bruxelles et un divorce équitable. Et, ENFIN, faire appel à la République française ?

Hauts les coeurs ! français
Revenir en haut Aller en bas
SydneyBristow
Membre intéressé
Membre intéressé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 39
Localisation : Bruxelles
Langue : français
Emploi/loisirs : ...
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: J + 234 : Didier REYNDERS informateur   Ven 04 Fév 2011, 11:23 am

Le moment de vérité approche à grands pas !

http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/640581/l-elargissement-de-bruxelles-priorite-du-fdf.html

Citation :
L'élargissement de Bruxelles, priorité du FDF
BELGA

Mis en ligne le 04/02/2011

Olivier Maingain dit avoir "reçu des assurances" du nouveau président du MR, Charles Michel, qu'il serait dans la délégation des négociateurs du MR si une telle négociation devait reprendre, cette fois avec les réformateurs.
Le président des FDF, Olivier Maingain, qui s'exprime vendredi pour la première fois depuis que le président du MR Didier Reynders a été désigné informateur institutionnel par le roi, rappelle dans les journaux du groupe Sud Presse, sa volonté de mettre sur la table des négociations l'élargissement de Bruxelles.

"Ce sera mis sur la table, c'est en tête de mes priorités. D'ailleurs, tous les francophones s'y sont engagés à l'époque. C'est la garantie réelle d'assurer la stabilité au coeur du pays", souligne-t-il.Pour Olivier Maingain, l'élargissement de Bruxelles doit faire partie de la discussion avec les partis flamands qui exigent la scission de BHV. Officiellement, aucun parti flamand n'envisage d'accepter un éventuel élargissement de Bruxelles.

"Je n'ai jamais dit aux Flamands de ne pas mettre sur la table leurs exigences qui ne font pas plaisir aux francophones. C'est le principe de la négociation. Pourquoi les francophones devraient-ils s'abstenir de le faire? Si je dis non d'office à des revendications flamandes, il n'y a pas de négociation", réagit le président des FDF.

Olivier Maingain dit avoir "reçu des assurances" du nouveau président du MR, Charles Michel, qu'il serait dans la délégation des négociateurs du MR si une telle négociation devait reprendre, cette fois avec les réformateurs.Olivier Maingain se dit "frappé" de constater que les partis francophones qui ont participé ces derniers mois aux discussions institutionnelles "n'avaient rien mis de très substantiel sur la table, qu'ils avaient limité leurs demandes à une réponse aux revendications flamandes".Le président des FDF considère la mission dévolue à Didier Reynders comme "une chance qu'il faut saisir".



L'élargissement de Bruxelles en échange des transferts de compétence = bye bye Flanders ! Enfin une méthode de négociation convenable ! Ne pas se braquer avec "la garantie réelle d'assurer la stabilité au pays", il sait très bien où il va avec l'élargissement de Bruxelles ...
balance
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: J + 234 : Didier REYNDERS informateur   Ven 04 Fév 2011, 10:53 pm

Sydney,

Ce n'est pas à vous que je vais apprendre que l'exigence de l'élargissement de BXL (aux 6 commune à facilités, dont celle hautement stratégique de Rode St Genèse puisqu'elle assure la continuité territoriale de BXL-RC avec la Wallonie) est un casus belli pour la Flandre. A fortiori si l'exigence d'élargissement va au delà et concerne les 2 Brabant .

Donc, des négociations sur cette base vont à l'échec, ... sauf si c'est l'échec qui est recherché, ce qui est un voie possible pour déboucher sur de nouvelles élections dont le FDF peut raisonnablement espérer sortir renforcé.

Je pense que les plats sont passés pour le PS qui n'a pas su mener sa barque. Il n'est pas certain que cette formation sorte renforcée de nouvelles élections.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J + 234 : Didier REYNDERS informateur   

Revenir en haut Aller en bas
 
J + 234 : Didier REYNDERS informateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: