FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DSK : j'y vas t'y, j'y vas t'y pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16064
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: DSK : j'y vas t'y, j'y vas t'y pas ?   Lun 14 Fév 2011, 3:03 pm

Source : http://www.lefigaro.fr/politique/2011/02/13/01002-20110213ARTFIG00153-la-droite-attaque-dsk-homme-de-la-gauche-ultra-caviar.php

La droite attaque DSK, homme de la "gauche ultra caviar"

Dominique Strauss-Kahn, jeudi, à Washington. Crédits photo : MANDEL NGAN/AFP

La droite a redoublé de critiques dimanche contre Dominique Strauss-Kahn, candidat de plus en plus probable à l'investiture socialiste pour 2012. Benoît Hamon dénonce les «relents très moisis».



Citation :


Pour l'UMP, Dominique Strauss-Kahn est désormais un adversaire politique comme un autre. Protégé par son statut de président du FMI et quasi-inexistant dans le débat politique national, le socialiste avait un temps échappé aux critiques de la droite. Mais depuis les confidences d'Anne Sinclair, qui a expliqué dans Le Point de cette semaine qu'elle ne souhaitait pas que son mari brigue un second mandat à la tête du FMI, DSK et ses 60% de bonnes opinions fait figure de concurrent direct en vue de 2012.
Signe de l'impatience ou de l'inquiétude de la majorité, la réaction a été coordonnée et virulente. Dimanche, Pierre Lellouche a ouvert le bal : sur radio RCJ, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur a mis en doute la capacité de Dominique Strauss-Kahn à rassembler la gauche. «C'est un bon candidat mais en même temps, est-ce qu'il rassemble son propre camp ? Parce que c'est quand même la gauche ultra-caviar», a-t-il lancé. Avant d'insister : «Beaucoup de gens de gauche que je connais considèrent qu'il est de droite et pas de gauche».
DSK n'incarne pas «la France des terroirs»



Trois heures plus tard, sur Radio J, Christian Jacob renchérissait. Le patron des députés UMP a commencé par railler l'indécision de Dominique Strauss-Kahn, contraint par les statuts du FMI au silence sur ses ambitions nationales. «Je trouve un peu surprenant qu'un homme d'Etat soit aussi incapable de décider et de trancher, de dire si oui ou non il a l'intention d'être candidat. Qu'il fasse dire à son épouse des petites phrases qui sont interprétées, surinterprétées, je crois que tout cela finit par confiner au ridicule», a-t-il estimé.
Avant de ressortir l'un des arguments favoris de la droite contre l'ancien ministre de l'Economie de Lionel Jospin : «Dominique Strauss-Kahn, c'est celui qui a raisonné suffisamment faux pour inventer les 35 heures. Si (le premier secrétaire du Parti socialiste) en était le bras armé, celui qui a été complètement à côté de la plaque dans le raisonnement, c'est bien M. Strauss-Kahn». Christian Jacob a ensuite dénoncé les primaires «de bobos» organisées par le PS, synonymes à ses yeux du «mépris» de la gauche pour le monde rural. Et de revenir à la charge contre DSK : «Les bobos, Dominique Strauss-Kahn les incarne plutôt bien», a-t-il jugé. Pour lui, le patron du FMI, «ce n'est pas l'image de la France, l'image de la France rurale, l'image de la France des terroirs et des territoires, celle qu'on aime bien, celle à laquelle je suis attaché».
«La droite ne réprime plus sa hargne»



De quoi faire bondir les lieutenants de DSK au Parti socialiste. Dans un communiqué, le député PS de Paris Christophe Cambadélis juge cette dernière déclaration «indigne d'un parlementaire». «Dire que DSK n'est pas à l'image de la France, c'est sous entendre qu'il est un étranger, un apatride, membre du ‘parti de l'étranger', voire malheureusement bien autre chose», s'emporte-t-il, demandant à François Fillon ou à Jean-François Copé de «rappeler à l'ordre» le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Pour Cambadélis, «ce propos dépasse la simple controverse, il touche aux principes républicains». «La droite ne réprime plus sa hargne et laisse son inconscient s'exprimer», juge de son côté le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas. «Encore un peu de temps et ils parleront comme Déroulède ou Maurras au temps des Ligues», poursuit l'élu socialiste, faisant référence aux discours nationalistes du début du XXe siècle.
Lundi, c'est Benoît Hamon qui a réagi aux propos de Christian Jacob. «Je dis là dessus Stop ! tout de suite, tout de suite !», a lancé le porte-parole du PS. La droite qui «a reçu des instructions pour parler en ce sens doit arrêter immédiatement», a-t-il jugé. «Nous avons très bien compris les relents moisis derrière cette déclaration», a-t-il répété.
Ces premières piques lancées par la droite à l'encontre de DSK ne devraient pas l'inciter à en dire plus sur ses intentions. «J'ai dit tout ce que j'avais à dire», a-t-il éludé à la sortie d'une conférence de presse à Washington, jeudi. Prochain épisode les 18 et 19 février lors de son passage à Paris pour une réunion des ministres des Finances du G20.


LIRE AUSSI :


» ANALYSE VIDÉO - «DSK fait un pas de géant vers 2012»

» «Après le G8, DSK pourra s'exprimer»

» Anne Sinclair se dit hostile à un second mandat de Strauss-Kahn au FMI

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
DSK : j'y vas t'y, j'y vas t'y pas ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: