FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vanackere se mêle du conflit en Libye (tous aux abris !!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SydneyBristow
Membre intéressé
Membre intéressé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 39
Localisation : Bruxelles
Langue : français
Emploi/loisirs : ...
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Vanackere se mêle du conflit en Libye (tous aux abris !!)   Jeu 10 Mar 2011, 4:41 pm

http://www.lalibre.be/actu/international/article/647945/l-opposition-libyenne-chez-leterme.html

Citation :
L'opposition libyenne chez Leterme
Ch. Ly. et belga

Mis en ligne le 10/03/2011

Cette visite en Europe est mise sur pied par deux avocats, Me Georges-Henri Beauthier et Me William Bourdon.
Deux émissaires du Conseil national de transition (CNT) libyen doivent rencontrer cet après-midi à Bruxelles le Premier ministre belge Yves Leterme, apprend La Libre Belgique.

Ce dernier a déclaré à des parlementaires qu'il allait “voir et écouter” l'opposition au régime de Kadhafi. Les deux émissaires, Mahmoud Jibril et Ali Essaoui, chargés des affaires internationales par le CNT, ont reçus ce jeudi matin par le président Sarkozy à l'Elysée. Dans la foulée, la France a reconnu le Conseil national de transition (CNT) libyen, comme le seul "représentant légitime du peuple libyen" et enverra prochainement à Benghazi un ambassadeur, a indiqué l'Elysée.

Cette visite en Europe est mise sur pied par deux avocats, Me Georges-Henri Beauthier et Me William Bourdon, pour constituer un dossier devant la Cour pénale internationale.

Le libéral belge Louis Michel a joué un rôle très actif pour obtenir ce rendez-vous à l'Elysée.

La reconnaissance par la France du Conseil national de transition (CNT) libyen comme opposition légitime au régime de Mouammar Kadhafi a suscité des réactions "réservées voire négatives" de la part de nombreux ministres des Affaires étrangères réunis jeudi à Bruxelles, a indiqué le ministre belge Steven Vanackere à l'issue de cette réunion informelle.

"Ce n'est pas tout de dire 'je suis contre Kadhafi' pour être suivi par la communauté internationale, il y a d'autres conditions à respecter", a souligné M. Vanackere.

La "ligne de l'Elysée" n'a pas conduit à un consensus, alors que les Vingt-sept s'étaient réunis pour préparer leur sommet du lendemain sur la Libye et la situation au sud de la Méditerranée, a-t-il ajouté.

Rappelant que les Etats reconnaissent d'autres Etats et non des partis, Steven Vanackere a incité au dialogue avec plusieurs partenaires d'opposition en Libye.Il convient aussi de vérifier les "conditions de représentativité" de ceux qui se présentent comme l'opposition légitime, a-t-il ajouté. "La preuve (de cette représentativité) doit encore être fournie", a fait remarquer M. Vanackere.

Le ministre belge a répété la conviction des Vingt-sept selon laquelle "le régime de Kadhafi court à sa fin" et a "dépassé un point de non-retour" en recourant à une répression violente.

La "nécessité absolue", en plus de l'humanitaire, sera aussi de développer une stratégie pour la Libye dont la légitimité viendra d'un mandat de l'Organisation des Nations unies et d'une coopération avec la Ligue arabe, selon lui.

Comment le flamingant Vanackere pourrait-il reconnaître le mouvement d'opposition en Libye alors qu'il ne reconnaît même pas Bruxelles comme Région à part entière ?! Heureusement que la Belgique ne préside plus l'UE sinon il aurait été capable de couper la Libye en 2 avec un arrondissement BHV au milieu ! diable

La France a adopté une position courageuse (mais risquée).
Ceux qui voulaient une politique étrangère française plus flamboyante vont être servis ! france

http://www.lalibre.be/actu/international/article/647927/kadhafi-menace-sarkozy-de-la-revelation-d-un-grave-secret.html

Citation :
Kadhafi menace Sarkozy de la révélation d'un «grave secret»
AFP


Mis en ligne le 10/03/2011

Hors du cadre européen, Paris et Londres travaillent aussi à l'Organisation des Nations unies à un projet de résolution du Conseil de sécurité, qui permettrait d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye.
Critiquée pour ses atermoiements face aux révoltes en Tunisie et en Egypte, la France est devenue jeudi le premier pays à reconnaître l'opposition armée au régime du colonel Mouammar Kadhafi comme le seul "représentant légitime" du peuple libyen. L'opposition libyenne a salué la décision de la France et a demandé à l'Union européenne (UE) de faire de même, a indiqué à l'AFP un porte-parole.

A l'issue d'un long entretien avec le président Nicolas Sarkozy, trois émissaires du Conseil national de transition (CNT) libyen ont annoncé que Paris avait décidé de faire de leur organisation son unique interlocuteur libyen et d'envoyer un ambassadeur à Benghazi, le siège de la contestation au colonel Kadhafi, à un millier de kilomètres à l'est de Tripoli."Sur la base de cette reconnaissance, nous allons ouvrir une représentation diplomatique, donc notre ambassade à Paris, et un ambassadeur de France sera envoyé à Benghazi", a déclaré un de ces émissaires, Ali Essaoui, "il sera installé de façon transitoire à Benghazi, avant de retourner à Tripoli".

Ces déclarations ont été confirmées dans la foulée par l'entourage de Nicolas Sarkozy, qui a raccompagné ses trois invités sur le perron de la présidence et leur a longuement serré la main pour les photographes et les télévisions. "C'est une action politique importante", a-t-on insisté.

A l'issue de leur entrevue avec le chef de l'Etat français, les représentants de l'opposition libyenne ont aussi indiqué que leur hôte allait proposer vendredi à Bruxelles aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE) un "plan global" sur la crise libyenne.

Tout en confirmant son existence, la présidence n'a pas livré les détails de ce plan mais en avait déjà esquissé quelques grandes lignes mercredi, avant le rendez-vous de Nicolas Sarkozy avec les opposants libyens.

Selon l'entourage du président, la France souhaite renforcer l'action humanitaire déjà engagée avec l'Organisation des Nations unies en Libye dans la zone contrôlée par les rebelles et que l'UE examine la question d'un embargo sur le pétrole libyen. Paris veut aussi aborder avec ses partenaires européens la question du "danger migratoire" suscité par l'insurrection libyenne.

En choisissant clairement le camp des rebelles à la veille du sommet de Bruxelles, Nicolas Sarkozy, qui a réclamé plusieurs fois le départ du colonel Kadhafi, souhaite entraîner le reste des pays européens, jusque là prudents et divisés sur leur attitude face à la crise libyenne.

Jeudi, son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a souhaité à Bruxelles que, comme la France, les Européens engagent le dialogue avec "les nouveaux responsables libyens". M. Juppé a assuré être "en phase" sur ce thème avec son collègue allemand Guido Westerwelle.

Le président français Nicolas Sarkozy va proposer à ses partenaires de l'Union européenne des "frappes aériennes ciblées" en Libye, ainsi que le brouillage des systèmes de transmission du commandement de Mouammar Kadhafi, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Le président Sarkozy proposerait des frappes sur trois points, selon cette source : l’aéroport militaire de Syrte, à 500 kilomètres à l’est de Tripoli, celui de Sebha, dans le sud du pays, près de la frontière tchadienne, et Bab al-Azizia, centre de commandement du colonel Kadhafi à Tripoli.

Interrogé par l'AFP, l'Elysée n'a pas confirmé. "On n'en est pas là. On va déjà demander les autorisations juridiques pour empêcher l'usage de la force par Kadhafi".

La source proche du dossier a précisé à l'AFP qu'il s'agirait de "frapper un nombre extrêmement limité de points, d'où partent les opérations les plus meurtrières" de l'aviation du colonel Kadhafi contre la population civile libyenne.

L'un des membres de la délégation de l'opposition libyenne reçue jeudi par le chef de l'Etat a suggéré à celui-ci de "brouiller le système de transmission" du commandement de Kadhafi. "C'est une bonne idée", a répondu M. Sarkozy, selon la même source.

La Libye a annoncé de son côté qu'elle envisageait de rompre ses relations diplomatiques avec la France.

La reconnaissance des insurgés libyens par Paris surprend l'Union européenne

La reconnaissance par Paris du Conseil national de transition (CNT), qui rassemble l'opposition au colonel Kadhafi, comme étant le "représentant légitime" du peuple libyen, a provoqué la stupeur de ses partenaires européens dont les ministres des Affaires étrangères sont réunis jeudi à Bruxelles pour discuter de la Libye.

"S'engager dans un dialogue avec l'opposition, oui. Mais de là à reconnaître le CNT comme le seul représentant légitime, c'est aller un peu vite en besogne", a commenté un diplomate européen à Bruxelles.

La démarche de la France a "surpris" ses partenaires, a dit ce diplomate.A Paris, une source proche du dossier a en outre déclaré, un peu plus tard, que le président Nicolas Sarkozy allait proposer à ses partenaires de l'UE des "frappes aériennes ciblées" en Libye, ainsi que le brouillage des systèmes de transmission du commandement de Mouammar Kadhafi.

"La France a reconnu le Conseil national de transition comme étant le représentant légitime du peuple libyen", a annoncé à la presse un émissaire du CNT, Ali Essaoui, à l'issue d'un entretien avec M. Sarkozy à l'Elysée.Cette information a été immédiatement confirmée par la présidence de la République, faisant de la France le premier pays à reconnaître le CNT en tant que seul représentant "légitime" du peuple libyen.

Paris a reçu le soutien du Parlement européen à Strasbourg qui a voté à une écrasante majorité une résolution demandant au chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, d'"établir des relations avec le CNT" et d'"entamer le processus" menant à une reconnaissance officielle de cette instance.

L'opposition libyenne dont le siège est à Benghazi (Est de la Libye) a également salué la décision française et demandé à l'UE de suivre l'exemple de la France.

Mais à Berlin, le secrétaire d'Etat allemand aux Affaires étrangères, Werner Hoyer, s'est montré sceptique quant à une reconnaissance du CNT comme étant la seule autorité légitime en Libye.

Berlin juge la situation "encore trop confuse pour décider comment on doit procéder", a-t-il dit. Même si le gouvernement actuel est "discrédité", les structures d'un gouvernement de transition "ne sont pas encore claires".Une source proche du gouvernement allemand a par ailleurs souligné l'absence de "signification" au regard du droit international d'"une reconnaissance du Conseil des rebelles".

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a jugé quant à lui "préférable d'attendre la position de l'ensemble de l'Union européenne" avant de reconnaître le CNT comme étant la seule autorité légitime en Libye.M. Berlusconi a souligné que la démarche française représentait "la position d'un seul gouvernement".

Selon un diplomate italien, Rome est toutefois favorable à une déclaration de l'UE "soutenant les aspirations politiques" du CNT.

Réagissant à la démarche française à l'égard du CNT, le porte-parole de Mme Ashton a pour sa part souligné que "pour l'instant, nous sommes en train de parler avec tout le monde, tous les partis de l'opposition". Avant d'ajouter : "il faut bien sûr savoir aussi avec qui on parle".

Catherine Ashton a rencontré mercredi deux émissaires du CNT au Parlement européen à Strasbourg, mais a refusé de soutenir la demande du CNT d'être reconnu comme étant la seule autorité légitime en Libye.

"Ce n'est pas à l'Union européenne de reconnaître quelqu'un comme Etat ou comme gouvernement. Normalement, on ne reconnaît pas les gouvernements, on reconnaît les Etats", a souligné son porte-parole.

Un diplomate européen s'exprimant sous le couvert de l'anonymat n'a cependant pas exclu que, finalement, les Etats de l'UE emboîtent le pas à Paris.


PS: je ne savais pas trop où mettre ce sujet, puisqu'il n'y a pas de "politique étrangère belge" et que ce n'est pas uniquement de la politique étrangère française ...
Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Membre initié
Membre initié


Masculin
Nombre de messages : 331
Age : 59
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : politique
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Vanackere se mêle du conflit en Libye (tous aux abris !!)   Jeu 10 Mar 2011, 6:58 pm

Revenir en haut Aller en bas
 
Vanackere se mêle du conflit en Libye (tous aux abris !!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conflit israélo-palestinien
» Coalition aéro maritime au large de la Libye
» Libye
» Libye
» Libye - Frégate Dat Assawari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: