FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J + 319 : la N-VA veut aller au charbon !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: J + 319 : la N-VA veut aller au charbon !   Jeu 28 Avr 2011, 11:05 am

Source : http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/657322/la-n-va-tente-de-se-replacer-au-centre-du-jeu.html

La N-VA tente de se replacer au centre du jeu

V.d.W.

Mis en ligne le 28/04/2011

Citation :
Ainsi donc, la N-VA est prête, comme on dit dans le jargon, “à prendre ses responsabilités”. Info, intox… ? Analysons.

1 La N-VA est-elle vraiment prête?


Sans vouloir réduire à néant l’intérêt du JT spécial que la RTBF a consacré, mardi soir, à une année sans govuernement, il faut bien reconnaître que la déclaration du député N-VA, Sigfried Bracke, ( "La N-VA veut l’initiative et assumer ainsi sa responsabilité de grand parti de Belgique") est tout sauf un événement. Cela fait des mois que les nationalistes flamands, désignés comme les principaux responsables du blocage des négociations, veulent prendre le gouvernail. Lorsque le Roi a chargé Johan Vande Lanotte d’une mission de conciliation, Bart De Wever avait déjà fait des pieds et des mains pour être désigné. Les francophones ne l’avaient pas souhaité. Lorsque Johan Vande lanotte a déposé les armes, fin janvier, le leader de la N-VA avait également rappelé sa disponibilité. Sans plus de succès. Chaque fois que le Roi donne le relais à une nouvelle personne, les nationalistes espèrent qu’on choisira un des leurs. Il fallait donc être particulièrement distrait pour penser que la déclaration de Bracke était un "scoop".
Elle est néanmoins intéressante. Tout d’abord parce qu’elle démontre que la N-VA ne souhaite pas que Wouter Beke aboutisse à un accord. Il est là, dit-on, juste là pour préparer le terrain. Mais la N-VA n’accorde même pas au président du CD&V, la capacité de rapprocher les points de vue sur un des sujets brûlants du moment (financement, soins de santé, BHV, et tutti quanti). Dès avant les vacances de Pâques, Bart De Wever avait déjà fait comprendre que la misison de "Woutertje" était vouée à l’échec et qu’il l’arrêterait dans sa course dès qu’il le jugerait opportun. Maintenant que les multiples ultimatums lancés par la N-VA - il y en a tellement eu qu’on s’y perd - viennent plus ou moins à échéance, il faut bien que la N-VA invente quelque chose de nouveau. Cette nouveauté est donc: on va vous montrer de quoi on est capable.

2 Cette offre de service est-elle prise au sérieux?

Non. Les francophones ne savent que trop bien de quoi la N-VA est capable. D’ailleurs, à l’appel nationaliste lancé mercredi soir, les présidents francophones ont répondu par un haussement d’épaules. Ils n’entendent pas, disent-ils, tomber dans ce piège grossier. La manoeuvre de la N-VA est évidente: ses responsables n’entendent porter la responsabilité du marécage actuel et souhaitent, en reprenant l’initiaitve et en produisant une note qui sera forcément inacceptable pour les francophones voire pour certains flamands, rejeter la faute sur les partis du Sud du pays. C’est aussi simple que cela. Car si la N-VA dispose vraiment, dans ses cartons, de la recette qui peut conduire vers l’impossible compromis, on ne voit pas vraiment pourquoi elle ne l’a pas déjà présenté aux autres partis, elle qui a été associée à toutes les discussions. Les autres présidents ont-ils été distraits? L’impression qui domine est que la N-VA veut juste occuper le terrain médiatique et reprendre un peu l’ascendant sur le CD&V qui, même divisé, a repris un peu du poil de la bête avec un négociateur (Beke) et un Premier ministre (Leterme) qui multiplie les sorties médiatiques à l’occasion de ce curieux anniversaire que la Belgique vient de "fêter" (un an avec un gouvernement en affaires courantes).

3 Combien de temps durera encore cette non-négociation?

Ce qui est perturbant, pour les présidents de parti, ceux qui ne sont jamais invités à rien (Ecolo, Groen!, MR, CDH, VLD, SP.A) c’est cette sensation d’être en permanence ostracisés par le président de la N-VA qui refuse toujours -et ce depuis le 3 septepbre dernier - que les présidents des partis concernés (ils sont 9 aujourd’hui) soient réunis autour de la même table. Pourquoi ce refus? Tout simplement parce qu’à 9, la voix de la N-VA pèse bien moins que dans une discussion à 3. Dès lors, plusieurs ont pressé, ces jours-ci, le négociateur de lancer des invitations urbi et orbi. Ce serait une manière de constater qu’un seul président -celui de la N-VA - refuse en fait d’entamer des négociations. De vraies négociations. Mais Beke ne souhaite pas fâcher son ami De Wever: tout au plus celui-ci a-t-il accepté qu’une réunion entre les présidents des partis flamands aient lieu. Et dire que cela sera sans doute présenter comme un progrès... Comme on le voit, on est toujours à des années lumière du moindre accord.

4 Pourquoi tant parler de la N-VA?

Dès lors, plusieurs présidents commencent à être lassés, excédés plutôt, par le comportement de la N-VA. Que veut-elle: un accord ou le désordre permanent. Elle ne peut pas en permanence jouer sur tous les tableaux. S’adressant à la N-VA, mardi soir, Bruno Tobback a fait sienne cette sentence de Thomas Paine, auteur américain: "Lead, follow or get off the way". Get off the way? Tel ne semble pas être la volonté de la N-VA. Après avoir menacé de quitter la table si Wouter Beke ne présentait pas de progrès réel, la N-VA a affirmé, toujours par la voix de Sigfried Brake, que les nationalistes ne se mettraient pas à l’écart eux-mêmes. Voilà le rêve de nombre de fédéralistes, francophones et flamands, qui part en fumée. Il faudrait donc, si l’on veut gouverner ou conclure un accord sans la N-VA, la pousser dehors. Le cas de figure idéal pour la N-VA, qui adore jouer les victimes et les calimero.
La N-VA, encore et toujours la N-VA... Le ras le bol est évident. Et beaucoup d’hommes politiques - et sans doute aussi de citoyens - partagent le sentiment exprimé, en ces colonnes, par le président d’Ecolo, Jean-Michel Javaux, qui appelait, il y a quelques jours, à cesser de mettre la N-VA au centre du jeu. Il est vrai qu’elle n’a pas son pareil créer, on l’a vu, de vrais ou de faux événements dans lesquels la presse tombe facilement.

On notera, que Wouter Beke, Elio Di Rupo et Bart De Wever ont discuté, mercredi après-midi de la loi de finacnement et des soins de santé. Et quye Wouter Beke peaufine le nouveau rapport intérimaire qu’il présentera vendredi au Roi.
La suite? Le feuilleton, il faut bien le reconnaître, a perdu ses ressorts. L’histoire se traîne en longueur et les chiffres d’audience sont en net recul. Les héros sont fatigués.

Citation :
Savoir Plus

Intermédiaire ?


Rapport. Wouter Beke a réuni Elio Di Rupo et Bart De Wever mercredi après-midi. Au menu : la loi spéciale de financement (LSF) et les soins de santé. Sur la base des simulations des experts, la discussion a une nouvelle fois porté sur les modèles possibles (split rate ou crédit d’impôt) de révision de la LSF qui doivent éviter deux écueils : l’appauvrissement de la Wallonie, la cogestion de l’IPP et le maintien d’une réelle capacité financière au niveau fédéral.
Wouter Beke et Bart De Wever rencontreront les présidents de partis flamands vendredi midi. Puis le négociateur ira présenter son rapport au Roi. Un rapport intermédiaire ou final ? La question n’est apparemment pas encore tranchée.Gennez : in ou out ?
Présidence . Caroline Gennez a démenti avoir d’ores et déjà l’intention d’annoncer avant l’été son départ de la présidence du SP.A, comme l’affirmait "De Morgen" dans son édition de mercredi.
Le quotidien flamand affirme que Mme Gennez ne serait pas candidate à sa succession à l’automne prochain.
"Nous ne nous préoccupons pas encore de cela", a-t-elle répondu à l’agence Belga par la voix d’un porte-parole. Caroline Gennez ne veut pas non plus se déclarer candidate dès maintenant.
"Ce n’est tout simplement pas à l’ordre du jour", ajoute son porte-parole, relevant que son parti se préoccupe à l’heure actuelle de la préparation du 1er mai et des négociations communautaires.

Sur le même sujet:

Crise: tensions sur l'autonomie fiscale

La N-VA veut supprimer le vote obligatoire

Édito: La baguette

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
GAUVAIN
Membre fidèle
Membre fidèle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 158
Age : 57
Localisation : Wallonie, terre irrédente
Langue : Français
Emploi/loisirs : Moine-soldat du réunionisme
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: J + 319 : la N-VA veut aller au charbon !   Mer 04 Mai 2011, 3:58 pm

La N-VA avait lancé un ultimatum (ce n'était pas le premier) ; la voilà maintenant qui demande un formateur, et qui n'exclut plus la formation d'une sorte de gouvernement socio-économique. La N-VA est-elle aux ordres de la VOKA ? Sait-elle réellement où elle souhaite aller ?

_________________
Avec la France, l'union fera la force !
Revenir en haut Aller en bas
 
J + 319 : la N-VA veut aller au charbon !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tout le monde veut aller au paradis, mais personne ne veut mourir ( Sam )
» Je donne des DVD et K7 vidéo
» mon chat ne veut pas aller dans sa cage de voyage
» [Malice & Caprice] Caprice ne veux pas aller à l'école!
» Ma fille ne veut plus alle ra l'ecole (grande section)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: