FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J + 334 : échec de la mission de Wouter BEKE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: J + 334 : échec de la mission de Wouter BEKE   Ven 13 Mai 2011, 1:19 pm

Source : http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/660434/j334-le-roi-cherche-un-sauveur.html

J+334: le Roi cherche un sauveur

Francis Van de Woestyne

Mis en ligne le 13/05/2011

Citation :
En fait, cela paraît totalement impossible. Car son rapport est contesté. On ne voit même pas qui va lui succéder. Di Rupo et De Wever sont divisés.

Dites trois cent trente-trois 333 jours après les élections, le négociateur royal, Wouter Beke, le président du CD&V, a présenté au Roi son rapport final. Il avait été chargé de préparer le terrain pour le futur formateur. Les choses vont donc avancer ? Pas vraiment. C’est plutôt le blocage total. Essayons de comprendre les raisons de cette nouvelle impasse politique.

1 Wouter Beke : mission accomplie ?

C’est selon. Quel était son ordre de marche lorsqu’il a été désigné par le Roi, le 2 mars dernier ? Il devait préparer le terrain en vue d’arriver à un accord communautaire. Dans la déclaration qui avait suivi sa désignation, Wouter Beke avait précisé que sa mission ne pourrait aboutir que si les neuf partis concernés avaient la ferme volonté de participer activement à la recherche de solutions. "Discrétion, confiance et responsabilité seront les mots d’ordre", avait-t-il dit avant de conclure en espérant "qu’un formateur puisse ensuite définitivement arriver à un accord communautaire et à la formation d’un nouveau gouvernement fédéral à part entière". Tous les partis estiment que Wouter Beke a travaillé sérieusement au point de négliger un peu sa petite famille, notamment pendant les vacances de Pâques. Souhaitons-lui de rattraper le temps perdu Donc, le sérieux de son travail n’est pas remis en question. Il a agi avec une certaine ténacité, aussi. A trois reprises, cette semaine, lundi soir, mercredi soir et encore jeudi matin, il a réuni Di Rupo et De Wever pour tenter de trouver, avec eux, un terrain d’entente pour la suite des opérations. Mais en vain.

Chez les francophones, toutefois, on place un double bémol. Tout d’abord, Wouter Beke a mené sa mission principalement avec deux présidents de partis - ceux du PS et de la N-VA - et non les 9. Le sentiment, chez certains présidents, est d’avoir été écartés des récentes discussions et d’avoir en quelque sorte été comptés pour du beurre. Certes Elio Di Rupo organisait régulièrement des séances de débriefing avec ses collègues francophones, Joëlle Milquet, Charles Michel et Jean-Michel Javaux. Mais les rencontres directes avec Wouter Beke ont été rares et un seul contact a eu lieu avec Bart De Wever.

Ensuite, le rapport de Beke n’a pas reçu l’aval des autres partis concernés. Le négociateur a rédigé un rapport sans même oser le soumettre aux présidents de partis concernés. Il s’est contenté de déposer son volumineux rapport entre les mains du Roi et en a réservé un autre pour son successeur. Un successeur qui, on le verra, ne sera pas facile à désigner. Le contenu de ce rapport a été jugé tellement unilatéral que le président du Parti socialiste, Elio Di Rupo, a cru bon de rédiger une lettre de trois pages (voir ci-contre) dans laquelle il précise qu’il ne peut en aucun cas souscrire à la révision de la loi de financement telle que Wouter Beke l’a envisagée dans son rapport. Et ce, pour la raison principale que le système retenu pour modifier la loi de financement est en contradiction avec les 12 principes retenus en août dernier. Et trois en particulier : la modification envisagée aboutit, assurent les francophones, à un appauvrissement de Bruxelles et de la Wallonie, à un enrichissement de la Flandre et à un définancement du fédéral. Même si les Flamands assurent qu’Elio Di Rupoi a rédigé cette lettre surtout pour se prémunir des critiques francophones, lorsque le contenu du rapport sera rendu public, la mise en garde d’Elio Di Rupo est tout sauf anodine.

Cette lettre a été jugée particulièrement brutale et inélégante par le CD&V qui parle d’un geste inhabituel et inamical. " Il était indispensable qu’Elio Di Rupo rappelle sa position par écrit " estiment les francophones. Autrement dit, si Elio Di Rupo est chargé de la mission suivante, il ne se sentira en rien lié par le contenu du rapport de Wouter Beke.
Et ce, même si Wouter Beke affirme qu’il y a une base solide pour aboutir. Il fixe même un calendrier. Il reste dix semaines, dit-il, avant le début des vacances parlementaires d’été, assez pour investir dans un accord communautaire et la formation d’un gouvernement. Un calendrier sans doute trop optimiste

2 Qui succédera à Wouter Beke ?

Le négociateur royal a demandé au Roi d’être déchargé de sa mission. Le Roi a décidé de tenir sa décision en suspens pendant la période de ses consultations. C’est dire toute la difficulté qu’il y aura à choisir le prochain chargé de mission. On l’a vu : Wouter Beke avait espéré pouvoir rédiger un rapport qui permette, après lui, l’avènement d’un formateur. Mais cela ne sera sans doute pas possible. Car, on l’a déjà dit et écrit, et on se permettra de le rappeler ici, deux conceptions fondamentalement différentes s’opposent pour la suite des événements.

La première, celle de Bart De Wever. Le président des nationalistes flamands ne veut absolument pas d’une négociation entre 9 partis. Il veut écarter les socialistes flamands et Groen ! Motif officiel : à 9, c’est impossible. Motif officieux : il préfère un gouvernement de centre droit et ne souhaite pas être encombré par des partis dont le programme socio-économique ou en matière d’immigration est en contradiction flagrante avec ses idées. De plus, dans une configuration à 9 partis, la N-VA est contournable. Même si les autres partis flamands affirment qu’ils ne laisseront pas tomber la N-VA, mieux vaut avoir, en plus des assurances politiques, des assurances arithmétiques.
La conception d’Elio Di Rupo : le président du PS est prêt à prendre des responsabilités et à tenter de boucler un accord communautaire, un accord socio-économique et à former un gouvernement. Mais il veut avoir les mains libres. Il refuse de s’enfermer dans un calendrier et de se voir imposer une liste fermée de partenaires potentiels. "A-t-on jamais vu un formateur être contraint de se passer de l’entièreté de sa famille politique ?" s’étonne un socialiste.

On en est là. Le CD&V s’est aussitôt remis au balcon jugeant qu’il appartient aux deux hommes forts, De Wever et Di Rupo, de trouver un consensus sur la personne qui prendra le relais. Et s’il n’y a pas d’accord entre eux, qu’ils y aillent à deux, a affirmé le chef du groupe CD&V à la Chambre, Servais Verherstraeten.
Le Roi a déjà repris ses consultations et a reçu Bart De Wever puis Elio Di Rupo, jeudi en fin d’après-midi. Les autres présidents de partis devraient suivre. Le choix que posera le chef de l’Etat s’avère particulièrement délicat. Même s’il commence à avoir l’habitude de ce genre de situations complexes, il lui faudra beaucoup de doigté pour désigner la personne suivante et lui trouver une fonction en "eur".


Sur le même sujet:



Les consultations royales se poursuivent ce vendredi

Par ici la sortie (uitgang)

Quand Elio écrit à Wouter

Sire, il nous faut une médiatrice

De Wever: "Après l'été, aucun accord ne sera plus possible"

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
J + 334 : échec de la mission de Wouter BEKE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Belgique fédérale-
Sauter vers: