FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les retombées de l'affaire DSK sur le PS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16064
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Les retombées de l'affaire DSK sur le PS   Lun 23 Mai 2011, 12:00 pm

Source : http://www.lepoint.fr/politique/parti-pris/23-05-11-le-ps-a-peur-du-vide-23-05-2011-1333897_222.php

23/05/11 - Le PS a peur du vide


Hervé Gattegno, rédacteur en chef au "Point", intervient sur les ondes de RMC du lundi au vendredi à 7 h 50 pour sa chronique politique "Le parti pris".





DSK hors jeu pour 2012, le Parti socialiste se cherche un nouveau candidat. © Olivier Lejeune / PhotoPQR/Le Parisien
À ne pas manquer


Affaire DSK : à la recherche de la femme sans visage

Par Hélène Vissière

Citation :
Une semaine après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York, vous jugez la situation du PS encore plus sombre qu'il n'y paraît. Pour vous, les socialistes ont peur du vide. C'est à ce point-là ?

Ils ont beau afficher de la sérénité, mettre en avant le souci des Français, montrer qu'ils gardent leur sang-froid et leur calendrier, les socialistes ont toutes les raisons d'être inquiets. Non seulement l'affaire DSK les a privés de leur champion, mais les accusations dont il est l'objet rejaillissent forcément sur eux. C'est assez injuste, mais c'est ainsi : depuis une semaine, on reproche aux socialistes d'être misogynes, de se désintéresser de la victime, de tolérer des comportements inconvenants... Je ne sais pas s'ils "ont perdu la bataille morale", comme on l'a fait dire à Nicolas Sarkozy, mais on peut comprendre qu'ils aient perdu le moral.

Martine Aubry a dit hier (sur France 2) qu'elle prendrait ses responsabilités. Si la primaire est maintenue, il y aura plusieurs candidats, un débat, un vote. Ils vont tourner la page DSK...


On va évidemment vers un affrontement entre Martine Aubry et François Hollande - avec Arnaud Montebourg en troisième homme. Le problème, c'est quand les micros se coupent et que la langue de bois s'arrête. Pas un leader socialiste ne croit encore aux chances de gagner en 2012. Maintenant que DSK est disqualifié, on voit à quel point, en réalité, sa candidature était attendue, même si l'on entendait des réticences qui relevaient surtout des jeux d'intérêts. Au-delà du sort judiciaire de DSK et de la tristesse de ses amis, c'est ce qui explique le désenchantement qui a gagné la gauche depuis huit jours. On est fondé à se demander si le statut de favori de DSK ne masquait pas la faiblesse persistante du PS depuis la fin des années Mitterrand. C'est ce vide-là qui fait peur aux socialistes. Un vide qui ressemble à une malédiction.

Pourtant, après Mitterrand, il y a eu Lionel Jospin. Le PS a exercé le pouvoir - avec d'ailleurs Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn au gouvernement...


Bien sûr, mais Jospin a échoué à la présidentielle en 2002. Et s'il a perdu, c'est bien parce qu'il n'a pas su rassembler la gauche sur une ligne claire, une politique qui assume la rigueur gestionnaire, la ligne sociale-démocrate et l'abandon des vieilles lunes étatistes. Avant Jospin, n'oublions pas qu'il y a eu le renoncement de Jacques Delors, en 1995, qui ne voulait pas être l'otage de l'aile gauche du PS, et que Michel Rocard n'a jamais pu être candidat, victime d'une conjuration des conservatismes au sein du PS. Le crash de DSK, même s'il n'a pas de cause politique, s'inscrit dans cette continuité. Lui seul paraissait en mesure d'imposer la modernisation idéologique qu'ont opérée tous les socialistes en Europe. Il en avait le désir - et la force. On ne peut dire ça ni d'Aubry ni de Hollande.

Est-ce que vous pensez qu'on reparlera de DSK durant la campagne ?

C'est certain - j'ai envie de dire : hélas pour les socialistes. Son calendrier judiciaire va sûrement s'étirer pendant des mois. Jusqu'à un procès, qui pourrait se tenir à l'automne - sachant que le vote de la primaire est prévu pour octobre. L'effet DSK risque d'agir comme un poison lent. Et s'il finit par s'en tirer (ce qu'on ne doit pas exclure), ils auront forcément des regrets. S'il devait être condamné, les socialistes n'auraient plus seulement peur du vide, ils seraient au bord du gouffre.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
chonke
Membre intéressé
Membre intéressé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 47
Localisation : Belgique
Langue : français, anglais
Emploi/loisirs : internet
Date d'inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: Les retombées de l'affaire DSK sur le PS   Lun 23 Mai 2011, 11:11 pm

A France 2, Pujadas a annoncé au sein du parti la formation anti-Hollande. Toutes les pointures du PS : Aubry, Royal, Montebourg et même Fabius ont des contentieux avec Hollande.
Sarko pourrait bien profiter de leurs dissensions.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les retombées de l'affaire DSK sur le PS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» super affaire: suis trop contente !!!!
» AVEZ VOUS UNE CARTE D'AFFAIRE DE VOTRE GARDERIE FAMILIALE
» L'affaire Tomlinson met la police anglaise dans l'embarras
» fred Vargas, affaire Battisti
» Leçons , toujours des Leçons ... Lâche l'affaire || Logan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: