FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MÉLENCHON tacle HOLLANDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: MÉLENCHON tacle HOLLANDE   Lun 14 Nov 2011, 9:09 am

Source : http://lci.tf1.fr/politique/melenchon-hollande-capitaine-de-pedalo-dans-la-tempete-6819611.html

Mélenchon : Hollande, "capitaine de pédalo" dans la tempête

le 12 novembre 2011 à 22h42 , mis à jour le 13 novembre 2011 à 13h33

Dossier : Élection présidentielle 2012

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, compare le candidat socialiste François Hollande à un "capitaine de pédalo" dans une "saison des tempêtes", dans une interview au JDD.



Jean-Luc Mélenchon/juin 2009/image d'archives © ABACA

Habitué des formules acerbes, Jean-Luc Mélenchon s'en est donné à cœur joie dans une interview au JDD à paraître dimanche. Sa cible ? François Hollande. Le candidat du front de gauche affirme n'avoir "jamais cru qu'il (Nicolas Sarkozy) était battu d'avance". "Je vois bien qu'il joue beaucoup de la dramatisation et de la peur pour se présenter en champion capable de tenir la barre", poursuit l'ancien ministre."Il peut être cru si ses opposants ont petite mine. Or que voyons-nous ? Nicolas Sarkozy est pour la rigueur, et François Hollande est pour ‘donner un sens à la rigueur'", ironise M. Mélenchon.Selon lui, les deux favoris à l'élection présidentielle "ont la même analyse de la crise". "Hollande et Sarkozy sont deux hommes d'un autre temps, ils ne voient pas la faillite du système", lance M. Mélenchon.

Mélenchon mobilise pour 2012
Mélenchon complimente Montebourg... en pensant à 2012
2012: Hollande et Sarkozy en baisse, Mélenchon et Le Pen à la hausse

Mélenchon interpelle ses "camarades" du PS


Plus d'infos

Pour le candidat du Front de gauche, son programme est "un programme qui coûte, mais qui rapporte aussi de nouvelles recettes". "Je voudrais en débattre avec François Hollande. Il ne répond pas. Quel mépris !" déplore-t-il. "C'est avec François Hollande à sa tête que le PS s'est aligné sur le Parti socialiste européen et le ‘oui' à l'Europe libérale", rappelle en outre l'ancien promoteur du "non" au référendum européen de 2005, décrivant un candidat socialiste qui "enrobe de bons mots et de petites blagues une obstination sociale-libérale depuis ses textes de 1983". Les négociations, de la "carabistouille".

"Pourtant, la gauche gagne les élections quand elle est sur une ligne de gauche et elle les perd quand elle est sur une ligne centriste", souligne-t-il. "À présent, à gauche, pourquoi choisir, pour entrer dans la saison des tempêtes, un capitaine de pédalo comme Hollande ?"
s'interroge l'ancien sénateur socialiste. Il décrit également les actuelles négociations entre Europe Ecologie-Les Verts et le PS comme de
la "carabistouille". Chacun campe sur ses positions sur le nucléaire, "puis on s'aperçoit qu'ils échangent des centrales nucléaires contre des circonscriptions".

Le député PS Pierre Moscovici proche de François Hollande a réagi dimanche, se disant "choqué" par la déclaration de Jean-Luc Mélenchon. "C'est une faute. Cette idée reprend le thème de la droite, le marin d'eau douce... Elle est vraiment à côté de la plaque", a-t-il déclaré sur Radio J. "François Hollande est un homme qui garde son rythme, qui sait où il va, il est expérimenté, il a le sens de l'Etat. Ce n'est pas, contrairement à Nicolas  Sarkozy, un leader brutal c'est un homme qui veut rassembler.

Et vouloir rassembler, ce n'est pas manquer de fermeté
", a-t-il poursuivi. Pierre Moscovici reproche aussi à Jean-Luc Mélenchon d'attaquer François Hollande comme un "candidat du système". "Cette rhétorique est une rhétorique classique, qui n'est pas toujours de gauche, celle de l'UMPS". "Quand on est comme Jean-Luc Mélenchon un candidat de gauche, on ne parle pas ainsi du candidat du PS, parce que ce faisant qui sert-on, sinon la droite ou l'extrême droite?", a-t-il dit.
Hollande attaqué à gauche... et à droite

Bruno Le Maire a reproché dimanche à François Hollande de "jouer le jeu de la défaite" face aux marchés financiers par ses déclarations sur le triple A français. Le candidat socialiste pour l'élection présidentielle a estimé vendredi que les marchés financiers avaient déjà anticipé une dégradation de la note française sur les marchés obligataires. "Soit on fait le jeu de la spéculation, on est défaitiste, on fait comme François Hollande 'de toute façon c'est foutu, on n'y arrivera pas' et on se résigne à la défaite. Moi, je ne me résigne pas à la défaite", a déclaré le ministre de l'Agriculture sur Europe 1. Selon lui, le candidat socialiste pourrait "jouer un rôle utile" en annonçant par exemple qu'il demande aux socialistes de voter la "règle d'or" visant à encadrer les dépenses de l'Etat. Il pourrait aussi annoncer, a-t-il poursuivi, qu'il renonce àtoutes les dépenses publiques qui sont prévues dans le projet socialiste. Egalement sur Europe 1, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, avait estimé samedi que les propos de François Hollande allaient "à l'encontre de l'intérêt de la France". Le porte-parole du PS Benoît Hamon a répondu à Bruno Le Maire : "C'est bien que Le Maire reconnaisse que l'on est en guerre mais nous on a choisi notre camp et dans le camp d'en face, il y a Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire et tout le gouvernement. Quand les marchés financiers ont demandé le recul de l'âge légal sur la retraite, la droite a obtempéré, quand les marchés financiers ont exigé la réduction du périmètre de la Sécu, la droite a obtempéré", a-t-il détaillé. "Oui, nous sommes en guerre mais le gouvernement, Nicolas Sarkozy en tête, agit depuis le départ comme la cinquième colonne au service des marchés", a encore dit Benoît Hamon.

le 12 novembre 2011 à 22:42

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
MÉLENCHON tacle HOLLANDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hollande et le PS face au piège des affaires
» Hollande dépensier : les experts attaquent son programme
» Futurs ministres de Hollande : qui sont les favoris ?
» Hollande à louviers la poisse
» François Hollande : "Une crise, quelle crise ?"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: