FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je reviens après une longue absence

Aller en bas 
AuteurMessage
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 300
Age : 75
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Je reviens après une longue absence   Mer 28 Oct 2015, 10:43 am

Bonjour  tous
Merci de m'accueillir à nouveau sur vos divers forums.
Je me présente donc brièvement
72 ans, mais toute ma tête et mes jambes (je rappelle la célèbre maxime de Montaigne ("Mon esprit ne va si mes jambes ne l'agitent"). J'agite en effet beaucoup mes jambes : marches, randos, course à pieds.

Donc on va commencer de nouveau à échanger.
Mes domaines de compétences : l'économie (micro et macro) et par plaisir, la géopolitique.
Quelques connaissances en histoire aussi, qui sont bien utiles pour replacer la réflexion.

Mes dernières conférences qui ont été, semble-t-il, appréciées :
- Du triangle d’incompatibilité de Mundell au triangle d'incompatibilité de l'état européen
- la zone €, une zone monétaire non optimale qui vraisemblablement se défera. La seule interrogation : quand ?
- La démocratie, ça vaut la peine de se battre pour elle, mais ce n'est pas un arbre de noël sous lequel pousseraient nécessairement la liberté l'égalité et la fraternité (travaux d'Adam Przeworski -prononcer Prévorski).
- Hubris allemande et soumission française : l'histoire serait-elle en train de  repasser les plats ?

En préparation, une conférence sur la nouvelle géopolitique maritime qui s'offre de manière inespérée à la France en raison de l'agrandissement obtenu récemment de sa zone maritime de souveraineté (env 12 millions de km2, la deuxième au monde). Qu'en faire ? Je compte traiter les aspects maritimes, militaires, industriels, géopolitiques.

J'utiliserai ponctuellement les éléments de mes conférences pour réaliser des apports das mes postes
je pense que tout cela sera très fructueux.

Un dernier point : le sort de la Wallonie, espace français extérieur à la France.
Les idées rattachistes sont actuellement plutôt sous l'éteignoir. Mais il n'y a pas lieu de désespérer.
Les raisons sont multiples. La principale est le manque d'ambition et de fermeté de la politique française.
La France passe par un point bas sur tous les plans de sa vie politique, économique, sociale, institutionnelle, internationale. De telles situations se sont souvent présentées dans l'histoire du pays. La raison :le doute qui étreint la population française sur son avenir et sur ses capacités d'y faire face. Ce doute est en effet un poison et porte un nom : bienpensance. Cette bienpensance est encre plus répandue en Wallonie que chez nous (il n'y a qu'à lire les rubriques du Soir et les éditos de Béatrice Delvaux : ça en dégouline. Il y a des raisons objectives proprement wallonnes à un tel niveau de bienpensance. On aura l'occasion certainement d'en rediscuter.

Voici pour aujourd'hui.
Merci de m'avoir lu
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Je reviens après une longue absence   Sam 31 Oct 2015, 11:47 am

Il faut dire aussi que 5 années de sarkozisme suivies de 5 années de hollandisme ont de quoi effrayer les Wallons et les Bruxellois les plus enclins au séparatisme...

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 300
Age : 75
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Je reviens après une longue absence   Sam 31 Oct 2015, 4:16 pm

Je ne pense pas que le recul de la question du rattachisme soit liée à la personnalité de Sarkozy (même si celui-ci était vécu comme un véritable repoussoir en Belgique :relire les éditos de B. Delvaux) ou de Hollande, pourtant bien plus consensuel que sont prédécesseur, voire même  bienpensant comme le sont beaucoup de francophones en Wallonie.

Ce que m'a révélé plus de six années de fréquentation du forum Bruxelles-francophone ainsi que la lecture régulière des quotidiens le Soir et la Libre (surtout les commentaire des internautes), c'est que, si l'option de la réunion avec la France constitue bien le fonds d'écran permanent de l'opinion publique  wallonne (surtout) et bruxelloise (un peu moins), il est vain d'attendre de ces opinions publiques et de la classe politique francophone, qu'elles  franchissent spontanément le pas et  optent pour un avenir commun dans le cadre de la République française.
Les raisons sont simples à comprendre : pour la classe politique, ce serait faire un trait sur la rente électorale. Ce serait donc une mort politique. Impensable. Pour les "gens" comme les appelle avec un certain mépris Elio di Rupo, ce serait vécu comme un saut dans un univers qu'ils se dépeignent (à tort, bien entendu) comme un enfer social et économique.

Ceci m'amène donc à une conclusion simple : la réunion de la Wallonie d'abord, puis de Bruxelles ensuite, à la France dépendra du calendrier  que des deux autres parties prenantes auront choisi :la Flandre, et la France. Or la Flandre n'a pour l'instant  pas grand intérêt à se débarrasser de la partie française de la Belgique, car elle l'exploite au mieux de ses intérêts
Quant à la France, cette question n'est pas prioritaire, car le pays est aux prises avec des problèmes sociaux et territoriaux qui l'accaparent intégralement.

mais bien entendu, cette situation est évolutive.

Si comme je le pense, deux des trois corsets qui enserrent la Belgique et lui confèrent une "indépendance" encadrée (l'Organisation du Traité de l\'Atlantique Nord, l'UE et le système de l'€) venaient à se fissurer, alors les priorités tant en France qu'en Flandre changeront. Et la question de l'avenir de la fédération belge se posera, surtout si entre temps, les liens se sont encore distendus entre Flandre et espace français en raison de la 7ème réforme de l'état annoncée. Mais ce ne serait qu'une des question  parmi beaucoup d'autres qui pourraient alors se résumer ainsi : quelle nouvelle carte géopolitique pour l'ex-UE ?
Car ex-UE, il y aura probablement.
On y reviendra point par point.
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 66
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Je reviens après une longue absence   Lun 02 Nov 2015, 12:04 pm

Il y a un autre aspect du quotidien des Français qui peut refroidir les Francophones de Belgique : c'est l'extrême complexité de son administration doublée d'un jargon souvent incompréhensible (cf. e. a. les dernières réformes de l'Éducation nationale qui se délecte d'un parlé hexagonal à la puissance dix

- http://www.lajauneetlarouge.com/article/la-simplification-du-langage-administratif#.VjdH7TZdE2w
).
Les plus fervents partisans du rattachement n'ignorent pas, surtout s'ils ont de la famille en France, combien il est ardu de finaliser un dossier social (chômage, aides diverses, sécurité sociale, reconnaissance de handicap, constitution de la retraite...) ou de recouvrer ses droits après une erreur administrative ! Combien de gouvernements de droite comme de gauche ne promirent-ils pas, la main sur le coeur, une simplification administrative toujours torpillée par le colbertisme omniprésent ?
Là où les choses trouvent rapidement en Belgique une solution après l'envoi de 2 à 3 emails pour rétablir un droit acquis (je viens d'en faire l'expérience la semaine dernière), le Français lambda se verra convoqué moultes et moultes fois pour obtenir ses allocations de handicap ou pour toucher sa première mensualité d'une retraite pourtant bien méritée.
Quant à la fiscalité, il est vrai qu'il vaut mieux - au niveau national - être taxé en France qu'en Belgique mais les imposables sont souvent rattrapés au coin du bois en France lorsqu'on ajoute à l'assiette fiscale "centrale" la flopée d'impôts régionaux, départementaux, locaux surtout en matière d'impôts fonciers et de taxes d'habitation, ces deux derniers variant d'un commune (dépensière) à l'autre (plus économe) voire de quartier à quartier et même de rue en rue là où l'on se contente d'établir une taxe basée sur le cadastre régional et communal en Belgique ! C'est à croire que l'incurie financière de l'État français est renvoyée, telle une patate chaude, aux différents pouvoirs locaux à tel point que si un maire veut être réélu il a tout intérêt à se dire "sans étiquette"...
Certes, l'assistance sociale est moins généreuse en Belgique mais les imposables français en paient le prix fort.
Je pense que ces réflexions sont loin d'être personnelles tant les Francophones de Belgique suivent avec intérêt les actualités françaises de près et avec intérêt.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 300
Age : 75
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Je reviens après une longue absence   Mer 04 Nov 2015, 9:25 pm

Tout ce que vous décrivez, Stans, est parfaitement exact et je pourrais même assombrir le tableau.
Nous devons faire face, ici en France, à une lourdeur administrative considérable. Ceci est d'ailleurs une tradition française bien établie depuis Louis XIV, mais le régime actuel a accentué cette dérive par pure démagogie jusqu'à devenir un régime voyou.

Mais la question d'une union des territoires et des peuples ne se pose pas (jamais) ainsi.
Je dirais même que, si pour le peuple wallon la question du "rattachement" devait se résumer à une question COUT-BENEFICE, alors il vaut mieux que ce rattachement n'ait pas lieu.

La première dimension d'un rattachement de population et de territoire aussi important qu'est la Wallonie est GEOPOLITIQUE, en ce sens qu'une telle opération changera nécessairement les équilibres internes à l'Europe. Ce rattachement ne pourra se produire alors, s'il doit advenir, que dans la cadre d'une redéfinition plus importante des équilibres européens. On voit bien les facteurs qui vont impacter l'équilibre actuel de l'Europe de l'ouest : le vraisemblable échec de l'€, les migrations hostiles (elles le sont toujours, hostiles), l'advenue de nouveaux paradigmes économiques (j'entends la nécessaire sortie de l'économie du tout numérique qui devr être remplacée  son tour) , les localisations/délocalisations industrielles, les besoins financiers des états, le basculement de certaines alliances, etc...

Il serait erroné de penser que la géographie politique de l'Europe de l'Ouest est figée. Pour qui examine les évolutions des rapports de forces et des lignes d'intérêt, on ne peut qu'être frappé de l'évolution vers un raidissement des stratégies d'état et des realpolitiks : ainsi, il est erroné de dire que les peuples allemands et français sont frères. Les Allemands détestent en particulier l'expression naïve de "couple franco-allemand". La réalité est toute autre. Elle porte le double visage de l'hubris allemande et de la soumission (que j'espère provisoire) de la France. Mais il est vrai que lorsque la France aura cessé de se soumettre, l'hubris allemande trouvera un obstacle, et on sait comment les allemands réagissent face à l'obstacle...

C'est à ce moment que se posera la question d'un nouveau dessin de la carte européenne. Entretemps auront surgi les revendications catalanes, écossaises, flandriennes, que sais-je encore. Entre temps, le modèle dessiné en 1648 en Westphalie, se sera un peu plus affaibli. Il sera alors temps de revoir les territoires et les modes de régulations internationaux.

Ce que je pense, c'est que les territoires et les peuples comme les Francobelges, dans ce grand remue ménage, n'auront pas grand chose à dire, car ils seront plus des ENJEUX que des acteurs. Je ne pense pas qu'on leur demandera leur avis, sauf pour la forme. Contraints, ils accepteront les termes du nouvel équilibre. Penser que la vie de demain, en Belgique, se résumera à arbitrer entre des mesures socio-économiques, un peu plus à l'un, un peu moins à l'autre, et beaucoup pour les "élites" en charge de ces arbitrages, toute chose demeurant figées par ailleurs, relève d'une cécité absolue.

Alors quel est l'intérêt bien compris actuel des Wallons ? ce n'est pas bien entendu de raisonner en coût - bénéfice ou de rejeter avec dédain l'hébergement qu'ils pourraient trouver en rejoignant la France, au motif que le leur actuel est bien plus confortable que celui qu'on leur propose (ce qui reste quand même à prouver. Leur vrai  intérêt est d'anticiper ce jeu à somme nulle et de se mettre en position d'éviter de devenir un enjeu de ces grandes manoeuvres géopolitiques, et donc d'intégrer la France (mais certainement pas l'Allemagne, car le déséquilibre géopolitique qui en résulterait serait immédiatement sanctionné par une crise diplomatique majeure) qui, vollens nollens, restera quand même l'une des parties au tour de table; ce que ne seront jamais ni les Flandriens, ni les Wallons, ni les Bruxellois.

Je dirai même que le moment serait parfaitement bien choisi. Compte tenu de l'impuissance française actuelle, la réunion des deux territoires ne serait pas vécue pour les autres états comme une menace, mais comme un soulagement, à condition bien entendu que l'autre partie rejoigne le Nederland. Peut-être qu'alors, les Wallons, devenus français à part entière, cesseront de risquer d'être un enjeu pour devenir acteurs de leur destin.

ce que je décris là -et que je crois être la réalité de demain, j'ai bien conscience que c'est l'exact contraire de ce que décrit et désire la réaction du Soir et celle de la Libre. Il y a donc un sacré chemin. Mais l'Histoire sait parfois prendre des raccourcis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je reviens après une longue absence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je reviens après une longue absence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gel Eyeliner Longue-tenue
» reviens moi kalou (il est revenu )
» je t'en supplie kalou,reviens vite me retrouvée,j'est besoin de toi
» Connexion trop trop trop trop trop longue et je n'exagère pas
» Vous voulez lire une petite (longue) histoire de ma vie?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Économie-
Sauter vers: