FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Campagne présidentielle en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Campagne présidentielle en France   Lun 13 Fév 2017, 10:23 pm

Rappel du premier message :

Bonsoir

Je ne sais pas si c'est le bon endroit, mais l'administrateur fera le transfert...

Vous en pensez quoi de cette pré-campagne ?

Fillon : vrai ? pas vrai ? il faut que ça sorte justement au moment où il passe

et le pire (je n'avance que moi), c'est qu'on ne parle pas des casseroles que Marine traine derrière elle...

Hamon : personnellement, je ne le "sens " pas

Mélanchon ???? il me semble un peu idéaliste...

Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
mimi
Membre régulier
Membre régulier


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 22 Mar 2017, 12:21 pm

Pardon François si je ne suis pas d'accord avec vous concernant la vie que réserverait le "règne de MLP" : avec le racisme qui est toujours présent chez les "amis" de son père... Elle ? je ne la crois pas du tout, mais alors pas du tout sincère. Et elle est plutôt aussi rigide que son père : c'est moi qui commande... elle aurait vite fait de supprimer toutes les aides des restos du cœur par exemple, certaines aides aux chômeurs, supprimer les locaux que les municipalités subventionnent pour le social (cela s'est fait à Hénin Beaumont où le maire est FN), et surtout que ferait-elle des milliers de migrants ? elle les mettrait dans un charters et oust...
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 22 Mar 2017, 4:01 pm

Mimi, je ne vous ai jamais dit que MLP était une oie blanche ou une douce femme. Elle tient bien plus de la cheftaine d'une meute de dogues dont certains (mais pas tous) ont des crocs bien acérés. Mais son mouvement présente au moins un avantage : il avance à découvert. Alors que le "parti du bien", le mouvement de la soumission à l'oligarchie mondialisée, celui d'EM,  avance masqué sous couleur de progressisme, ce progressisme qui en fait n'est qu'une manière de nous faire accepter cette soumission. Or il est toujours plus facile de se débarrasser d'un mouvement qui avance à découvert que de se débarrasser de  celui qui avance masqué. MLP avance  découvert. EM avance masqué. L'une dit ce qu'elle fera; cela nous permet de nous y préparer: l'autre déploie la stratégie de l'araignée; et nous ne savons pas d'où vont venir les coups.  Les deux mouvements sont à combattre.  Mais redoutez d'avoir à combattre celui qui avance enveloppé de ses voiles arachnéens.
Évitons, selon la formule de Karl Marx, d'être les idiots utiles de notre propre soumission.

Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier


Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 22 Mar 2017, 9:28 pm

Ah mais, je n'ai pas comparé MLP à EM... que je ne peux pas voir en peinture non plus avec son air candide... et de faux jeton...

Mais c'est vrai que j'ai été étonnée l'autre jour que des amis étaient prêts à voter pour lui, je leur ai même dit qu'ils étaient cinglés !

Cela n'empêche pas que les "patriotes" avancent déjà en pays conquis et cela non plus, je n'aime pas du tout. Cela va des menaces aux insultes si nous ne sommes pas d'accord avec eux... mais ce sont plutôt des partisans du père (je pense)

Mon mari a décidé de voter pour Dupont-Aignan.  Moi, je sais pour qui je ne voterai pas mais pas encore pour qui je voterai. Vous m'y aiderai j'en suis sûre.

Merci à vous, j'aimerais bien que d'autres viennent participer à ce débat ici.

Bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 297
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 22 Mar 2017, 10:36 pm

mimi a écrit:
Ah mais, je n'ai pas comparé MLP à EM... que je ne peux pas voir en peinture non plus avec son air candide... et de faux jeton... Un air plutôt de téléévangeliste qui me met comme vous très mal à l'aise.

Mais c'est vrai que j'ai été étonnée l'autre jour que des amis étaient prêts à voter pour lui, je leur ai même dit qu'ils étaient cinglés !   Vous avez bien fait : qu'ils votent pour tout autre candidat, plutôt que pour EM.

Cela n'empêche pas que les "patriotes" avancent déjà en pays conquis et cela non plus, je n'aime pas du tout. Cela va des menaces aux insultes si nous ne sommes pas d'accord avec eux... mais ce sont plutôt des partisans du père (je pense)...
Ceux qui vous insultent ne peuvent être des patriotes. Ce sont des extrémistes identitaires. Le patriotisme est une vertu et une valeur. Il ne faut pas confondre patriotisme et nationalisme qui est une pathologie de la Nation. Il n'y a pas de citoyenneté possible sans patriotisme. Ou alors il s'agit d'une citoyenneté de forme, celle du consommateur dans un supermarché. Le patriotisme est la vertu qui nous permet  de recevoir et d'augmenter ce que nos Anciens nous ont transmis, puis de nous donner envie de le transmettre à notre tour à nos enfants. Il n'y a pas d'état-nation, c'est-à-dire de solidarité collective organisée, sans sentiment patriotique d'appartenance à la communauté nationale.


Mon mari a décidé de voter pour Dupont-Aignan. ...C'est très bien ! Félicitez le. Et pour le conforter, invitez-le à suivre nos échanges.
Moi, je sais pour qui je ne voterai pas mais pas encore pour qui je voterai. Vous m'y aiderez j'en suis sûre. ....Suivez la voie de votre époux. Si à votre âge vous formez encore un couple avec lui, c'est que vous partagez bien des sentiments et des valeurs communes. C'est une grande richesse que vous possédez. Partagez-en une de plus par votre vote. Mon épouse -qui est mon alter ego- votera comme moi.


Merci à vous, j'aimerais bien que d'autres viennent participer à ce débat ici. ... Merci, il me suffit qu'une seule me lise et j'apprécie votre présence. Je pense qu'il y a bien plus de lecteurs que vous ne le pensez si j'en juge par le nombre de clics au compteur. Mais ce sont des lecteurs non inscrits.

Bonne soirée.  Bonne et sereine soirée, chère amie.

Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 297
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Ven 24 Mar 2017, 4:07 pm

J'ai assisté hier à la prestation télé de François Fillon.
Son impassibilité, sa capacité de subir sans broncher, sa maîtrise de soi, son ton toujours égal, son verbe policé et contrôlé,  une certaine ironie dévastatrice (voir sa réponse à la dame au  bracelet qu'elle n'avait pas rendu, contrairement à lui qui aurait rendu "les costumes"...) : ce sont les qualités qu'on exige d'un homme d'état.

Fillon, admirable de maîtrise de soi, mais pas nécessairement aimable.
Mais un chef d'état n'a pas besoin d'être aimable. Il a besoin d'être capable de rester debout dans la tempête. Sur ce point, la Dame Angot en quasi crise d'hystérie, lui a bien servi de faire-valoir. C'était presque une aubaine pour Fillon (comme l'éviction de Dupont Aignan du débat télévisé à cinq, fut une aubaine pour lui : voir sa cote dans les sondages : +2%)
Les journalistes et concepteurs d'émission télé sont le plus souvent des incompétents, car ils pensent à tort pouvoir manipuler l'opinion et les intervenants. C'est plutôt rassurant de savoir que l'opinion ne se laisse pas aussi facilement manipuler. Comme dit le dicton : on peut tromper quelques uns tout le temps ou tout le monde un court instant, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 26 Mar 2017, 7:16 pm

Grasse, Sextidi 6 Germinal An CCXXV,

Cher François,

À te lire, je me demande si nous avons visionné les mêmes émissions. Parlons tout d'abord du grand débat à 5 du lundi 20 mars dernier. Tu trouvais :

Fillon surplombant
MLP redoutable
Macron embourbé
Mélanchon amusant
Hamon inexistant

Mes impressions ont été radicalement différentes.

Des 5 candidats, celui dont la prestation était la plus mauvaise était pour moi François Fillon. Il était tendu jusqu'à l'apoplexie, totalement inexistant en début d'émission, puis est péniblement sorti de léthargie pour débiter l'habituelle vulgate libérale qui veut nous convaincre que la seule solution pour sortir d'affaire est de faire en pire ce qui a été fait par les dirigeants précédents : toujours plus de libéralisme et de casse sociale. On voit pourtant où cette politique nous a mené. Je n'ai pas de sympathie particulière pour M. Fillon, mais là, il m'aurait pour peu fait pitié.

Hamon n'était guère plus charismatique ni convaincant. Si dans l'absolu, Hamon ne semble pas avoir la stature d'un Fillon, ce soir-là il le surclassait pourtant. La fonction crée l'organe, et j'estime que Benoît Hamon prend progressivement de l'ampleur au cours de cette campagne. Mais c'est encore trop peu.

Marine Le Pen est redoutable, certes, parce qu'elle développe un argumentaire relativement cohérent et surtout dont la fausse évidence a la force de la simplicité accessible à M. tout-le-monde. Mais lorsque des contradicteurs démontrent qu'elle raconte n'importe quoi, son petit discours poujadiste s'évanouit dans un pschiiit assez jouissif. Mais je demeure conscient que pour une partie non-négligeable de son électorat, aucun argument censé n'entame la ferveur irrationnelle qui la porte aux sommets des sondages.

Il est difficile de contester que Mélenchon (avec un "e") est le grand vainqueur de ce rendez-vous médiatique. Se limiter à dire qu'il a été amusant est très réducteur et partial. Même s'il était encore en-deçà de ce qu'il peut donner. On pourrait m'accuser de partialité, étant moi-même pro-Mélenchon assumé, n'était la quasi-unanimité des médias, des réseaux sociaux et même des personnalités politiques interrogées, tous bords confondus, à faire ce constat.

L'autre vainqueur du débat à mes yeux, c'est Emmanuel Macron. J'imaginais qu'il serait le moins à l'aise des cinq, il était en fait étonnamment décontracté, s'autorisant même des pointes d'humour et remettant Marine Le Pen à sa place. Même si son programme et sa personne restent à mes yeux le pur produit électoral préfabriqué d'une certaine caste, il a réussi à me surprendre par son assurance.

Abordons maintenant l'émission politique du 23. Là aussi, j'ai l'impression que nos téléviseurs ne diffusaient pas les mêmes images...

Tu dis que Fillon n'est pas aimable. Je te trouve très indulgent. Je dirais plutôt que son cynisme et sa froideur (son impassibilité, sa capacité de subir sans broncher, sa maîtrise de soi, son ton toujours égal, son verbe policé et contrôlé,  une certaine ironie dévastatrice, pour reprendre tes mots) le rendent franchement antipathique.

Tu dis que ce sont les qualités qu'on exige d'un homme d'état. Sans doute, tout dépend de la façon dont ces "qualités" sont orientées. On peut y ajouter l'honnêteté et l'empathie, empathie dont il s'est montré cruellement dépourvu lors de sa visite d'une maison de retraite. D'une certaine manière, j'ai toujours été fasciné par la témérité de certains politiques allant défendre l'indéfendable sans peur de finir se balançant au bout d'une corde.

Car il faut une dose surhumaine de cynisme pour annoncer à des travailleurs épuisés qu'on va améliorer leurs conditions de travail déjà très dures en les dégradant (sic). Et une dose surhumaine de patience de la part de ces travailleurs pour résister à l'envie de rosser l'insolent (ir)responsable.

Quant à sa défense face à Mme Angot, il ne s'en est sorti que par une pirouette. En débatteur aguerri, il a su débusquer la faiblesse de son adversaire et en tirer profit de manière inélégante. Il a pu paraître vainqueur du duel, mais il n'en est pas sorti grandi, ni lavé des soupçons qui de jour en jour s'accumulent sur sa personne.

Pour finir, je relève une incohérence que pour l'instant je pense être le seul à souligner : M. Fillon réclame à cor et à cri la présomption d'innocence pour lui-même, mais n'hésite pas un seul instant à accuser nommément le chef de l'état dont la culpabilité semble pour lui ne faire aucun doute... Allez comprendre.

Dans un monde idéal, il n'aurait plus aucune chance. Mais dans son cas également, ses électeurs sont sourds aux critiques même les plus solidement étayées.

Dernière remarque pour l'instant : jamais un électorat n'aura été aussi indécis et volatile et de surcroît, tout peut encore arriver en un mois : par exemple, MLP bientôt rattrapée par la justice elle aussi, pour des affaires bien plus graves encore que celles qui plongent Fillon dans la tourmente. Son cœur d'électorat ne s'en émouvra pas, mais les indécis y réfléchiront peut-être à deux fois. Tous les pronostics les plus savants peuvent être déjoués du jour au lendemain, et bien imprudent qui s'avancera à en émettre.

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 26 Mar 2017, 9:43 pm

Ardennais a écrit:

Dernière remarque pour l'instant : jamais un électorat n'aura été aussi indécis et volatile et de surcroît, tout peut encore arriver en un mois : par exemple, MLP bientôt rattrapée par la justice elle aussi, pour des affaires bien plus graves encore que celles qui plongent Fillon dans la tourmente. Son cœur d'électorat ne s'en émouvra pas, mais les indécis y réfléchiront peut-être à deux fois. Tous les pronostics les plus savants peuvent être déjoués du jour au lendemain, et bien imprudent qui s'avancera à en émettre.
 C'est vrai ! personnellement, je sais pour qui je ne voterai pas mais je ne sais pas encore pour qui je vais voter !
Comme je l'ai dit à François, mon mari est pour Dupont Aignan, mais je n'ai pas encore entendu son programme.
Justement, ce que tu dis là concernant MLP, je ne comprends pas : pourquoi les médias, la Justice en ont après FFillon et qu'elle, elle semble au-dessus du lot ?
Lorsqu'on entend (ou qu'on lit) les frontistes qui sont - pour eux - les seuls véritables patriotes, mais qui ne véhiculent que la haine et le rejet de tout ce qui n'est pas français, je me dis que les français ne sont pas si bêtes non plus au moment d'aller voter ! du moins, je l'espère encore pour cette fois-ci.
Bonne nuit et merci de permettre ce débat dans le calme.
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 297
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 27 Mar 2017, 1:28 am

Bonsoir et merci de m'accompagner dans l’alimentation de ce fil.
Je vous a communiqué mon ressenti, mais le vôtre vaut bien le mien, donc je n'argumenterai pas.


Oui (Ardennais), l'opinion publique est très indécise. J’explique cela, non en raison des "affaires" que traînent derrière eux les principaux candidats (il y en a toujours eu) mais  parce que nous sommes dans une situation de profonde remise en cause des paramètres politiques et moraux. Et cette indécision perdurera jusqu'au bout. Je suis assez d'accord avec cette idée que, pour beaucoup,  le choix se fera dans l'isoloir.


Je sors à l'instant d'une conférence que je viens de donner sur le concept de laïcité. Pour beaucoup, la laïcité "à la française', cela se résumait jusques récemment à une référence simple : la loi de 1905 de séparation des églises et de l'état, que pour ma part je ré-intitule loi sur la liberté de conscience, la liberté de confession et de la neutralité de l'état. Or pour la plupart des gens, ce texte qui avait assuré la paix civile durant des décennies, devient insuffisant.  Les citoyens se rendent bien compte que l'irruption de l'islam, comme confession et comme mode de vie social, sociétal et politique, ne peut pas être traité par cette loi. Cela les déstabilise et certains souhaitent revenir à la libre manifestation de la confession dans l'espace publique et à donner un rôle politique au "clergé", alors que d'autres exigent une nouvelle laïcité, que j'appelle moi, laïcité de mœurs. Il s'agit d'une rupture qu'aucun des candidats ne prend la peine d'instruire, et les électeurs sont à la recherche d'un cap qu'ils ne trouvent pas.



Un autre vide est celui relatif à la question sociale. Les gens se rendent bien compte qu'il n'est plus possible de distribuer ce qu'on ne produit pas, car cela revient à endetter les générations qui nous suivront, mais d'un autre côté ils n'acceptent pas que des citoyens français soient ainsi maintenus en situation de précarité et de pauvreté.  Or, de même que pour la question de la laïcité, les candidats ne traitent pas cette question sociale. Les citoyens sentent bien que la réponse qui est proposée en termes de revenu universel n'est pas suffisante; de même que la réponse en termes de lutte contre le chômage. Ils sentent bien aussi que la réponse en termes de fiscalité toujours plus lourde ou dont le caractère redistributif aurait été accentué au détriment du caractère productif, n'est pas une solution. Ce sont finalement les entreprises et leurs personnels qui produisent ce qu'on appelle le "gisement" de l'impôt, ce tas d'or sur lequel on va prélever pour redistribuer.



Je pourrais multiplier les exemples, mais je voudrais finir par une réflexion plus philosophique qui me paraît être à la source de cette indécision, voire de ce tourment. En 1992 sortait un ouvrage d'un penseur américain, disciple de Tocqueville, Francis Fukuyama qui publiait "La fin de l'Histoire et le dernier homme". La thèse de ce philosophe était de dire que la chute de l'Union des Républiques socialistes soviétiques, dernier "empire du mal" validait la suprématie définitive de la démocratie de marché  sur tous les autres modèles, faisant des hommes d'abord des consommateurs soucieux de leur bonheur privé avant d'être des citoyens. Or, ce que les faits ont démontré, c'est que le bonheur privé, en société de marché, était un leurre pour la plupart (sauf les bobos qui profitent de la mondialisation) et souvent un piège, puisque le marché n'a pas d'âme et ne connaît que le rapport de forces induit par l'argent. Ce "dernier homme" selon Fukuyama, ce  citoyen devenu consommateur, devait être aussi le homo festivus festivus, l'homme joyeux et gai. Il est en fait devenu l'homo  dolorens dolorens, l'homme qui souffre et peine. Tout faux. On a tout faux depuis maintenant 60 ans, depuis cette réunion de Rome en 1954 à l'occasion de laquelle  quatre politiques : de Gasperi,l'Italien, Monnet le Français, Adenauer l'Allemand et Spaak le belge ont posé comme principe que, pour que la guerre disparaisse du territoire européen, il fallait le nationalisme disparaisse (Mitterand : "le nationalisme c'est la guerre") , il fallait donc que les nations disparaissent et que la citoyenneté disparaisse. Et que pour que les peuples acceptent la disparition de leur nation, il suffisait de leur proposer la prospérité et le bonheur; ce que le Marché, commun d'abord, puis unique ensuite, n'allait pas manquer de réaliser....
 Nous savons aujourd'hui que cette vision était erronée, puisque nous avons bien le marché unique et ses "4 libertés", mais nous avons encore plus de chômage, de pauvreté, d'insécurité t surtout de détresse morale,
Comment en sortir ? Nous ne le savons pas. Et  la plupart des grands  candidats n'apportent que des réponses partielles
et nous déroulent une campagne vide de tout débat d'idées, celui-ci ayant été remplacé par l'étalage des "affaires"... au grand bénéfice des groupes de presse.
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 04 Avr 2017, 11:16 am




  • Débat. Le grand soir des «petits»
  • image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/04/04/pour-les-cinq-favoris-du-scrutin-l-objectif-sera-de_3362483_607x434p.jpg?v=1

    Pour les cinq favoris du scrutin, l'objectif sera de surnager malgré un temps de parole réduit.
  • image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/04/04/debat-le-grand-soir-des-petits_3362481_766x434p.jpg?v=1

    Débat. Le grand soir des «petits»



Le grand soir des "petits"



On les appelle souvent les «petits» candidats. Et bien sûr, ils détestent cela. A la traîne dans les sondages, ils vivent dans l'ombre des favoris de l'élection. Le débat à onze, organisé ce mardi, à partir de 20h40, sur BFMTV et CNews, va être pour eux l'occasion de crever l'écran. Ou pas.

 

1. Nathalie Arthaud. C'est, avec Marine Le Pen, la seule femme candidate cette année. Cette prof d'économie de 47 ans revendique l'héritage d'Arlette Laguiller, qu'elle a remplacée en 2008 comme porte-parole de Lutte ouvrière. Elle a prévenu qu'elle ne comptait pas faire de « coup médiatique » pendant le débat. Elle souhaite simplement profiter de l'occasion pour porter les revendications du « camp des travailleurs », notant avec satisfaction : « C'est la première fois que je serai à égalité depuis que la campagne a commencé. »


2. François Asselineau. Souverainiste et partisan d'une sortie de la France de l'Union européenne, il se présente sous les couleurs de l'Union populaire républicaine (UPR), un parti qu'il a créé en 2007. Être enfin pris au sérieux est clairement une satisfaction pour cet ancien inspecteur des finances de 59 ans, un temps proche de Charles Pasqua, qui revendique 20.000 adhérents de tous horizons. Des militants très actifs sur les réseaux sociaux, comme l'auront constaté tous ceux qui émettent des doutes sur le programme ou le poids réel de ce mouvement.

3. Jacques Cheminade. C'est le doyen des candidats (il a 75 ans). Mais aussi le plus expérimenté (il en est déjà à sa troisième tentative). Candidat du parti Solidarité et progrès, Jacques Cheminade est aussi le plus inclassable de la bande. Sur son profil Twitter, il se décrit comme « énarque dissident, gaulliste de gauche, contre la mondialisation financière ». Après un score de 0.28 % en 1995 et de 0,25 % en 2012, il se battra, cette année encore, pour ne pas terminer à la dernière place.

4. Nicolas Dupont-Aignan. Est-il le plus grand des petits ou le plus petit des grands candidats ? Le débat ne sera tranché qu'une fois connu le résultat du premier tour de la présidentielle. Flirtant avec la barre des 5 % dans les sondages, le leader de Debout la France !, âgé de 56 ans, a réussi à faire de son éviction du débat à cinq de TF1 l'un des grands moments de sa campagne. Souverainiste, il se veut une alternative au choix Fillon-Le Pen.

5. Jean Lassalle. Ancien compagnon de route de François Bayrou, il se présente comme un « berger à l'Élysée » et veut donner plus de pouvoir aux communes. Maire d'un village de la vallée d'Aspe, il sait se faire remarquer (il a déjà à son actif une grève de la faim et une marche de 5.000 kilomètres à travers la France). Depuis son entrée en campagne, il multiplie les déclarations iconoclastes (« Je sais que je tiendrai tête à Trump et à Poutine, parce que, moi, j'ai eu affaire aux ours et aux loups », « Le second tour est presque écrit : Madame Le Pen contre moi »). Ce soir, il sera autant guetté pour ses bons mots que pour ses propositions.

6. Philippe Poutou. Déjà candidat pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) en 2012, cet ouvrier de 50 ans, qui s'est fait connaître par son combat pour la sauvegarde des emplois dans son usine Ford de Gironde, est souvent désarmant de spontanéité. Pour lui, « ce n'est pas en élisant quelqu'un qu'on change la vie. Le changement s'obtient par la lutte sociale ». Comme Nathalie Arthaud, avec qui il est en concurrence à l'extrême gauche, il voit avant tout cette campagne présidentielle comme une occasion de faire avancer ses idées.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/france/debat-le-grand-soir-des-petits-04-04-2017-11460886.php#f5mXvS238Omwy1S9.99
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 12 Avr 2017, 8:51 pm

Grasse, Tridi 23 Germinal An CCXXV.

Chers tous,

Jusqu'à présent je suis très peu intervenu sur ce fil pour la raison que j'ai évoquée plus haut : une indécision de l'électorat d'une ampleur jamais vue, rendant très téméraire toute projection à plus d'un mois du premier tour.

Néanmoins, j'avais une petite idée que la prudence me retenait d'exprimer, mais que l'actualité confirme de jour en jour : la dynamique en faveur de Mélenchon, distançant Hamon, dépassant Fillon et talonnant Macron et Le Pen.

Sa présence dans le quarté de tête ne rend pas le résultat du 1er tour plus "pronosticable", loin s'en faut. Hormis l'indécision d'une part importante du corps électoral, les paramètres à prendre en compte sont les suivants:

Concernant les courbes des intentions de vote exprimées à cette heure, celle d'Hamon s'effondre et rend la perspective de le voir au second tour de moins en moins probable. Celle de Fillon reste plutôt stable, alors que celle de Mélenchon est en forte pente ascendante et ne semble pas encore s'infléchir. Celles de Macron et Le Pen se tassent sensiblement.



Si le cœur d'électorat respectif de Fillon, Le Pen et Mélenchon est très fidèle, celui de macron est incontestablement plus volatile. Pour l'instant celui des quatre qui semble être le plus en mesure d'élargir cette assise électorale est Mélenchon. Au détriment de Macron au point de lui ravir la présence au second tour ?

Enfin, les abstentionnistes "non endurcis" peuvent constituer un apport de voix qu'aucun candidat ne pourra se permettre de juger négligeable dans la dernière ligne droite, tant les scores risquent d'être serrés.

De surcroît, dans ce match à quatre se jouant dans un mouchoir de poche, tout faux-pas d'un candidat, tout événement national ou international imprévu (attentat, etc.) pourrait rebattre les cartes.

Au final, je me paraphraserai en écrivant que ces présidentielles ressemblent étrangement à une équation multiple à nombreuses inconnues...

Salut et Fraternité !  france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)


Dernière édition par Ardennais le Mer 12 Avr 2017, 11:49 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 12 Avr 2017, 9:51 pm

Bonsoir L'Ardennais

Tu as raison, de plus en plus, j'entends les jeunes dire qu'ils vont voter Mélanchon...

En écoutant toute à l'heure Hamon, je me demandais s'il jouait un rôle ou s'il se rendait  compte de ce qu'il disait.

Finalement, cela fait un peu peur, parce que, comme tu dis, s'il y avait un attentat avant le premier tour, on aurait la blonde qui dirait tout haut ce que beaucoup pensent sans le dire.

Et même Ségolène qui s'y met !

Ségolène Royal salue "la très bonne campagne" de Mélenchon


Ségolène Royal à l'Elysée le 12 avril 2017
©GABRIEL BOUYS , AFP

AFP, publié le mercredi 12 avril 2017 à 21h31
              

Présidentielle: Ségolène Royal salue "la très bonne campagne" de Mélenchon sans trancher entre Macron et Hamon


L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal a salué mercredi "la très bonne campagne" du candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Refusant de se prononcer sur les candidatures du socialiste Benoît Hamon et du candidat d'En Marche! Emmanuel Macron, la ministre de l'Energie et de l'Environnement a en revanche salué sur France 5 "la très bonne campagne" de Jean-Luc Mélenchon.

"Il se révèle dans cette campagne", a insisté Mme Royal. "Dans une campagne qui a été très dégradée et marquée par les rebondissements des affaires, son engagement, sa volonté d'élever le débat et le fond historique qu'il porte ont marqué l'opinion au moment où les gens désespéraient du niveau très bas du débat politique", a-t-elle dit.

"Quand en politique on porte à la fois du fond, de la passion, de l'enthousiasme, on dégage quelque chose qui fait que les électeurs sont un peu soulagés de voir que certains leaders politiques portent un niveau de débat d'idées qui est au-dessus de ce que l'on vivait depuis des semaines de façon assez désespérante".

Mme Royal a reconnu également qu'"il y a des choses dans lesquelles elle ne se reconnaît pas" notamment sur les questions européennes, dans le programme du candidat de la France insoumise. "Mais, a-t-elle ajouté, j'observe que le programme de Jean-Luc Mélenchon évolue".

"Le personnage évolue, le programme évolue, il est en train de se recentrer", a-t-elle estimé. "Sur la question environnementale, sur la question de l'écologie, il a fait un vrai travail, bien structuré. Sur ce point, son programme est bon".

Selon un sondage Ipsos diffusé mercredi, M. Mélenchon arrive en tête des personnalités politiques sur lesquelles les Français portent un jugement favorable, avec un bond de 15 points en un mois, et distance ses concurrents pour l'élection présidentielle.

http://actu.orange.fr/politique/segolene-royal-salue-la-tres-bonne-campagne-de-melenchon-CNT000000GBimv.html
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 2:01 pm

Grasse, Octidi 28 Germinal An CCXXV.

Chers tous,



Salut et Fraternité !  france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 2:07 pm

Bonjour à tous

Tes statistiques vont-elle se révéler bonnes ? j'espère que non !
En bretagne, en tout cas, je ne pense pas que Marine passe, mais beaucoup hésitent (moi aussi) entre Dupont Aignant et Macron.

Sur quoi faut-il se fier dans leur programme ?

Et puis, ensuite, comme le disait si bien François, il va y avoir les Législatives !!
Cela risque d'être ingouvernable...

Bon après-midi, je vais m'aérer les idées au bord de mer.
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 2:15 pm

Grasse, Octidi 28 Germinal An CCXXV.

Chers tous,

Les statistiques vont-elles se révéler exactes ? Là est le grand mystère ! ^^

L'opinion des citoyens, vue par l'autre bout de la lorgnette (celui des réseaux sociaux) :



Bonne promenade Mimi,
Salut et Fraternité ! france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 7:59 pm

François Fillon : « L’exemplarité, c’est dire la vérité aux Français »

Recueilli par Laurent de Boissieu, Bernard Gorce et Guillaume Goubert, le 17/04/2017 à 18h01


ENTRETIEN Le candidat Les Républicains à la présidentielle assume l’ambition de son programme économique mais récuse l’idée qu’il demandera des « efforts » aux Français. Sur la laïcité, il ne veut pas, contrairement à Marine Le Pen, limiter les signes religieux dans l’espace public.

La Croix : Les Français seront-ils prêts aux efforts que vous leur demandez ?


François Fillon : Je récuse cette idée. Si je donne l’impression de demander des efforts, c’est uniquement par rapport aux illusionnistes que sont mes concurrents, pas par rapport aux réalités. Les Français sont ambivalents : d’un côté ils ont peur des changements, de l’autre ils trouvent les hommes politiques pas assez courageux.

Il faut leur dire la vérité : l’ISF, par exemple, nous fait perdre de l’argent. Je note que mon probable concurrent au second tour, Emmanuel Macron, a défendu pendant des mois et des mois sa suppression avant de reculer pour des raisons électoralistes. Ce scrutin est le moment ou jamais d’effectuer enfin un travail de pédagogie collective.



Êtes-vous toujours, aujourd’hui, en capacité de mettre en œuvre votre programme ?



F. F. : Je suis plus déterminé que jamais : si je suis passé à travers toutes ces épreuves, ce n’est pas pour reculer demain matin devant la première opposition. Surtout, je possède déjà l’expérience de réformes difficiles.



Vous proposez le vote d’une loi de programmation de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Que contiendrait-elle concrètement ?

F. F. : Je propose un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté pour que les associations caritatives et les entreprises d’insertion ne soient plus confrontées au manque de visibilité dû à des changements de règles continuels. Elles pourront désormais connaître l’engagement financier de l’État sur cinq ans.
Je souhaite en outre que toute personne en très grande difficulté ait un interlocuteur unique, qui pourra l’aider à définir son parcours d’insertion individuel et la suivre dans une relation humaine et continue. Il faut en finir avec le parcours du combattant et simplifier la vie des exclus et de ceux qui les aident.

Justement, vous proposez par ailleurs la création d’une allocation sociale unique. Celle-ci serait plafonnée « afin que les revenus du travail soient toujours supérieurs à ceux de l’assistance » et pourrait être diminuée voire suspendue en cas d’« efforts insuffisants » à « se former » ou « rechercher un emploi ». Quels en seraient les avantages ?

F. F. : Le premier avantage, c’est la personnalisation de l’allocation. Le second, c’est d’opérer des économies de fonctionnement en fusionnant les aides existantes. Cette allocation sociale unique pourrait être gérée par les caisses d’allocations familiales pour le compte des départements.
L’objectif est simple : encourager le retour à l’emploi en s’assurant que le travail paie davantage que l’assistanat. Aujourd’hui, le système, dont personne ne peut dire qu’il est performant, décourage, par exemple, la reprise d’un emploi à temps partiel car la personne concernée n’y a pas intérêt financièrement. Le versement de cette allocation unique sera lié à un engagement du bénéficiaire à se former et à rechercher un emploi. C’est le meilleur moyen de ramener vers le travail les Français qui en sont exclus aujourd’hui.

Vos propositions favorisent d’abord les catégories aisées (diminution de la fiscalité du patrimoine et du capital, rétablissement de l’universalité des allocations familiales), avec en face la revalorisation des petites retraites et un filet de sécurité pour les plus pauvres. Entre les deux, les classes moyennes n’en sortiraient-elles pas perdantes ?

F. F. : Non, car elles bénéficieront du relèvement du plafond du quotient familial et d’un abattement forfaitaire des cotisations sociales, au minimum de 350 € supplémentaires par an par salarié. Les classes moyennes seraient en revanche directement impactées par l’augmentation de la CSG que défend Emmanuel Macron. Il en est de même pour la suppression partielle de la taxe d’habitation qu’il propose : quel impôt la compensera ?

Comment lutter contre le décrochage de certains territoires dans le monde rural ou les banlieues ?
F. F. : Il faut bien entendu poursuivre la politique de la ville. Mais nous avons laissé se créer un nouveau déséquilibre avec les territoires ruraux, pour lesquels je propose un plan sur le modèle du plan banlieue. Il s’agit en particulier de développer les maisons de service public et de lancer un plan en faveur du très haut débit dans les zones rurales, où les opérateurs privés n’iront jamais tout seuls.
L’État doit assumer son financement à travers la création d’un fonds, alimenté par la vente de participations inutiles dans des entreprises privées. Je propose aussi un plan de requalification des centres bourgs minés par la désertification avec, notamment, une bonification des prêts pour l’acquisition d’une résidence principale dans l’ancien.

La rénovation de la vie politique serait-elle une priorité du quinquennat ?

F. F. : J’avais fait, en mon temps, des propositions pour rénover nos institutions. Mais je considère que l’urgence est aujourd’hui d’éviter la faillite du pays, de remettre notre économie debout. Cela demandera une mobilisation politique et sociale très importante. On ne pourra pas faire la rénovation institutionnelle en même temps. Il faut être réaliste.
En revanche, je veux revenir à une lecture rigoureuse de la Constitution. Un président en première ligne sur tous les sujets, cela n’a pas fonctionné durant les deux derniers quinquennats. La parole du chef de l’État doit redevenir rare, il ne doit plus se mêler tous les jours de l’activité du gouvernement.

Ce dernier sera limité à une quinzaine de ministres qui auront une feuille de route avec des objectifs sur trois ans. Je mettrai en place une charte éthique des membres du gouvernement et je limiterai de manière très importante le nombre des membres des cabinets ministériels. Je proposerai enfin une réduction du nombre de parlementaires non dans une logique d’économies mais d’efficacité. Le Parlement doit être modernisé, les élus avoir davantage de moyens pour contrôler l’action du gouvernement.

Et sur la transparence ?

F. F. : Je ne participe pas au concours Lépine sur ce sujet où il y a beaucoup de démagogie. Je m’en remettrai à une commission indépendante, composée des trois hauts magistrats – le premier président de la Cour des comptes, le vice-président du Conseil d’État et le procureur général près la Cour de cassation – qui feront des propositions.

Durant la primaire, vous aviez mis en avant l’exemplarité du politique. Portez-vous cela aujourd’hui comme un fardeau ?

F. F. : Non, pas du tout. L’exemplarité c’est dire la vérité aux Français sur la réalité économique du pays et tenir ses engagements. L’exemplarité, dans l’exercice du pouvoir, c’est respecter les institutions et apporter des solutions aux problèmes des gens. Un président de la république n’est pas saint François d’Assise.


Mais est-ce que les critiques qui vous visent n’auraient pas été moins fortes sans cela ?
F. F. : Je ne crois pas. Je sais en revanche, c’est ma conviction intime, que dans quelque temps, la justice reconnaîtra mon innocence.

Si vous êtes élu, que ferez-vous pour les chrétiens d’Orient ?

F. F. : Je suis très engagé aux côtés des chrétiens d’Orient pour des raisons non seulement confessionnelles mais aussi géopolitiques. Le rejet de la diversité au Proche-Orient débouchera sur la multiplication d’états confessionnels, sunnites, chiites… Et cette situation conduira ensuite à plus d’intolérance chez nous en Europe.

L’élimination des chrétiens d’Orient est le début d’un processus qui porte en lui les germes de la guerre. Ce qu’il faut faire, c’est inclure la question des chrétiens d’Orient dans toutes les négociations sur la construction de la paix au Proche-Orient, dans tous les accords ou les contrats que nous passons avec les pays musulmans. Leur sort doit être l’une des conditions de notre politique diplomatique, d’autant que ce sont des gens qui ne menacent personne.

Au sujet de la place des religions en France, pensez-vous qu’il faille en limiter l’expression dans l’espace public ?

F. F. : Ma conception de la laïcité n’est pas fermée. Je n’ai pas l’intention de revenir sur les libertés religieuses de tous pour régler le problème particulier de la montée de l’intégrisme musulman. Ce qui m’oppose à Marine Le Pen ou même à certains de mes amis qui souhaitent interdire les signes religieux dans tout l’espace public.
Je souhaite protéger la liberté des femmes qui sont soumises à des pressions communautaires et politiques mais vouloir aller trop loin dans l’interdiction aurait des répercussions sur l’ensemble des religions et nous poserait des problèmes d’application absolument insolubles.

---------------------------------------------------
Une campagne à rebondissements
20 novembre 2016. En tête du premier tour de la primaire organisée par Les Républicains (44,1 %).
27 novembre. Gagne nettement le second tour (66,5 %).
26 janvier 2017. Affirme sur TF1 qu’il se retirera en cas de mise en examen (emplois présumés fictifs de son épouse).
29 janvier. Fait applaudir son épouse Penelope dans un meeting porte de la Villette, à Paris.
31 janvier. Annonce de nouvelles mesures en faveur des bas salaires et des petites retraites.
21 février. Renonce à privatiser une partie de l’assurance-maladie.
1er mars. Maintient sa candidature malgré la perspective d’une mise en examen. Défections dans son équipe de campagne.
5 mars. Succès du meeting place du Trocadéro, à Paris.
6 mars. Le comité politique LR lui confirme son soutien.
14 mars. Mis en examen.

Recueilli par Laurent de Boissieu, Bernard Gorce et Guillaume Goubert

http://www.la-croix.com/France/Politique/Francois-Fillon-Lexemplarite-cest-dire-verite-Francais-2017-04-17-1200840140
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 9:45 pm

Grasse, Octidi 28 Germinal An CCXXV.

Chers tous,

Voici une nouvelle estimation des intentions de vote. (source: https://blog-scanresearch.leterrain.fr/2017/04/17/jl-melenchon-devance-de-peu-m-le-pen/)



Salut et Fraternité !  france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 10:15 pm

Si je mes cela à Facebook, mon frère est capable de se saouler... depuis le temps qu'il prêche l'insoumission matête

Mais je pense quand même que le programme de Mélanchon est un peu compliqué à appliquer !

Mon mari est toujours pour Dupont Aignan et en l'écoutant (hier je pense), je me disais que ce n'était pas idiot ce qu'il disait.

En tout vcas, j'ai apprécié qu'il était contre la drogue et pour avoir eu pas mal de drogués dans les jeunes dont je me suis occupée, je pense que ce serait une bonne chose.

Suite au prochain numéro...

Bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 17 Avr 2017, 10:44 pm

Grasse, Octidi 28 Germinal An CCXXV.


Chers tous,


Pour la première fois, une estimation donne Jean-Luc Mélenchon en tête avec 23,60 !






Salut et Fraternité !  france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 10:07 am

Bonjour

Nous n'avons pas les mêmes sources ou alors, les électeurs varient d'un jour à l'autre...

Selon un sondage Elabe pour BFMTV et L'Express, 

Marine Le Pen (23%)

Emmanuel Macron (24%) arriveraient en tête du premier tour.

Suivraient François Fillon (19%)

Jean-Luc Mélenchon (18%)

http://www.lci.fr/elections/en-direct-live-presidentiel-mardi-18-avril-2017-suivez-macron-hamon-melenchon-fillon-le-pen-campagne-presidentielle-2045294.html
Revenir en haut Aller en bas
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3348
Age : 50
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français (et quelques autres)
Emploi/loisirs : instituteur
Date d'inscription : 20/04/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 10:48 am

Grasse, Nonidi 29 Germinal An CCXXV.


Chers tous,

C'est vrai que ces estimations fort différentes sèment le doute. Sur la méthodologie, entre autres. Mais aussi sur l'utilisation de ces résultats par les médias.

Voici par exemple le résultat surprenant d'un autre sondage, dont l'intérêt est d'être proposé par un site qui communique sa méthodologie ( http://www.thesmartestexperts.com/methodologie.html ).



Qu'en penser ?

À mon humble avis, toutes ses tentatives d'estimations d'intentions de vote influencent l'opinion publique, d'où leur utilisation pas toujours impartiale par les médias. La collusion entre certains candidats et de grands groupes médiatiques d'une part, et certains milieux d'affaires n'est de surcroît pas de nature à dissiper les suspicions de manipulation de l'opinion. Pour ma part, je serai dans l'idéal favorable à l'interdiction de publication de sondages trois mois (ou plus) avant les élections. Je dis bien "dans l'idéal", car je sais que de tels sondages publiés par des pays limitrophes seraient consultables sur Internet.

Salut et Fraternité !  france

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 11:19 am

De toute façon, aux dernières élections, ils s'étaient bien plantés !
Revenir en haut Aller en bas
Degenève
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 60
Localisation : Suisse
Langue : Français
Emploi/loisirs : Conseiller fiscal
Date d'inscription : 28/03/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 3:54 pm

Vu le nombre d’indécis les sondages sur les élections de dimanche prochain doivent être considérés avec encore plus de prudence que d’habitude. 

Plutôt que de s’attarder sur le (ou les) sondage(s) du jour il est sans doute préférable de voir quelles tendances se dégagent sur le moyen terme. Sauf erreur de ma part, on y voit que Mélenchon semble monter (mais jusqu’à quand ?), MLP semble se tasser, Fillon résister tant bien que mal et Hamon s’effondrer. Quant à Macron, difficile de se faire une idée claire. Et tout cela avec 30% d’électeurs qui ne savent toujours pas pour qui voter, sans compter les absentions. 

Bref, c’est la bouteille à encre. Et je suis bien content de n’être pas Français parce que, franchement, si je l’étais je me demande à qui j’irais donner mon suffrage…
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 4:37 pm

mimi a écrit:
Ah mais, je n'ai pas comparé MLP à EM... que je ne peux pas voir en peinture non plus avec son air candide... et de faux jeton...

Mais c'est vrai que j'ai été étonnée l'autre jour que des amis étaient prêts à voter pour lui, je leur ai même dit qu'ils étaient cinglés !

Cela n'empêche pas que les "patriotes" avancent déjà en pays conquis et cela non plus, je n'aime pas du tout. Cela va des menaces aux insultes si nous ne sommes pas d'accord avec eux... mais ce sont plutôt des partisans du père (je pense)

Mon mari a décidé de voter pour Dupont-Aignan.  Moi, je sais pour qui je ne voterai pas mais pas encore pour qui je voterai. Vous m'y aiderai j'en suis sûre.

Merci à vous, j'aimerais bien que d'autres viennent participer à ce débat ici.

Bonne soirée.

Votre mari fait plutôt un bon choix :)
Revenir en haut Aller en bas
Degenève
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 60
Localisation : Suisse
Langue : Français
Emploi/loisirs : Conseiller fiscal
Date d'inscription : 28/03/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 4:43 pm

L’attentat terroriste déjoué ce matin montre aussi que les élections à venir sont à haut risque. Daech a essayé et, vraisemblablement, essaiera encore d’influer sur le résultat des élections. Pour cela rien de tel qu’un attentat d’ampleur avant les élections, comme l’explique ici un ancien de la DGSE (qui tient aussi un blogue dont je recommande la lecture).

Il est bien évident qu’un tel attentat favorisait MLP et Daech ne demande pas mieux puisque le programme de cette dernière justifierait le discours que tiennent les terroristes islamistes et vaudrait à l’organisation de nouvelles recrues. Les jours à venir seront certainement à hauts risques, malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 4:50 pm

François Barberis a écrit:
Bonsoir et merci de m'accompagner dans l’alimentation de ce fil.
Je vous a communiqué mon ressenti, mais le vôtre vaut bien le mien, donc je n'argumenterai pas.


Oui (Ardennais), l'opinion publique est très indécise. J’explique cela, non en raison des "affaires" que traînent derrière eux les principaux candidats (il y en a toujours eu) mais  parce que nous sommes dans une situation de profonde remise en cause des paramètres politiques et moraux. Et cette indécision perdurera jusqu'au bout. Je suis assez d'accord avec cette idée que, pour beaucoup,  le choix se fera dans l'isoloir.


Je sors à l'instant d'une conférence que je viens de donner sur le concept de laïcité. Pour beaucoup, la laïcité "à la française', cela se résumait jusques récemment à une référence simple : la loi de 1905 de séparation des églises et de l'état, que pour ma part je ré-intitule loi sur la liberté de conscience, la liberté de confession et de la neutralité de l'état. Or pour la plupart des gens, ce texte qui avait assuré la paix civile durant des décennies, devient insuffisant.  Les citoyens se rendent bien compte que l'irruption de l'islam, comme confession et comme mode de vie social, sociétal et politique, ne peut pas être traité par cette loi. Cela les déstabilise et certains souhaitent revenir à la libre manifestation de la confession dans l'espace publique et à donner un rôle politique au "clergé", alors que d'autres exigent une nouvelle laïcité, que j'appelle moi, laïcité de mœurs. Il s'agit d'une rupture qu'aucun des candidats ne prend la peine d'instruire, et les électeurs sont à la recherche d'un cap qu'ils ne trouvent pas.



Un autre vide est celui relatif à la question sociale. Les gens se rendent bien compte qu'il n'est plus possible de distribuer ce qu'on ne produit pas, car cela revient à endetter les générations qui nous suivront, mais d'un autre côté ils n'acceptent pas que des citoyens français soient ainsi maintenus en situation de précarité et de pauvreté.  Or, de même que pour la question de la laïcité, les candidats ne traitent pas cette question sociale. Les citoyens sentent bien que la réponse qui est proposée en termes de revenu universel n'est pas suffisante; de même que la réponse en termes de lutte contre le chômage. Ils sentent bien aussi que la réponse en termes de fiscalité toujours plus lourde ou dont le caractère redistributif aurait été accentué au détriment du caractère productif, n'est pas une solution. Ce sont finalement les entreprises et leurs personnels qui produisent ce qu'on appelle le "gisement" de l'impôt, ce tas d'or sur lequel on va prélever pour redistribuer.



Je pourrais multiplier les exemples, mais je voudrais finir par une réflexion plus philosophique qui me paraît être à la source de cette indécision, voire de ce tourment. En 1992 sortait un ouvrage d'un penseur américain, disciple de Tocqueville, Francis Fukuyama qui publiait "La fin de l'Histoire et le dernier homme". La thèse de ce philosophe était de dire que la chute de l'Union des Républiques socialistes soviétiques, dernier "empire du mal" validait la suprématie définitive de la démocratie de marché  sur tous les autres modèles, faisant des hommes d'abord des consommateurs soucieux de leur bonheur privé avant d'être des citoyens. Or, ce que les faits ont démontré, c'est que le bonheur privé, en société de marché, était un leurre pour la plupart (sauf les bobos qui profitent de la mondialisation) et souvent un piège, puisque le marché n'a pas d'âme et ne connaît que le rapport de forces induit par l'argent. Ce "dernier homme" selon Fukuyama, ce  citoyen devenu consommateur, devait être aussi le homo festivus festivus, l'homme joyeux et gai. Il est en fait devenu l'homo  dolorens dolorens, l'homme qui souffre et peine. Tout faux. On a tout faux depuis maintenant 60 ans, depuis cette réunion de Rome en 1954 à l'occasion de laquelle  quatre politiques : de Gasperi,l'Italien, Monnet le Français, Adenauer l'Allemand et Spaak le belge ont posé comme principe que, pour que la guerre disparaisse du territoire européen, il fallait le nationalisme disparaisse (Mitterand : "le nationalisme c'est la guerre") , il fallait donc que les nations disparaissent et que la citoyenneté disparaisse. Et que pour que les peuples acceptent la disparition de leur nation, il suffisait de leur proposer la prospérité et le bonheur; ce que le Marché, commun d'abord, puis unique ensuite, n'allait pas manquer de réaliser....
 Nous savons aujourd'hui que cette vision était erronée, puisque nous avons bien le marché unique et ses "4 libertés", mais nous avons encore plus de chômage, de pauvreté, d'insécurité t surtout de détresse morale,
Comment en sortir ? Nous ne le savons pas. Et  la plupart des grands  candidats n'apportent que des réponses partielles
et nous déroulent une campagne vide de tout débat d'idées, celui-ci ayant été remplacé par l'étalage des "affaires"... au grand bénéfice des groupes de presse.



Poser clairement le problème, c'est déjà avoir une grande partie de la réponse.
Le bon diagnostic, c'est déjà 90% du traitement.

On nous a vendu un monde de libertés qui est en réalité un monde du libéralisme économique où les citoyens sont transformés en momies consommatrices. C'est la raison pour laquelle je suis heureux de voir que les candidats qui remettent profondément (avec des méthodes différentes) en question cette vision totalitaire du monde sont globalement à un niveau historiquement haut.

Le Pen, Mélenchon, NDA et Asselineau feront entre 45 et 50% des suffrages au premier tour.

En 2012, c'était à peine 30.

Les gens sont entrain de prendre conscience qu'un autre monde est possible et c'est déjà bien.

Si on tombe sur Macron ou Fillon, c'est reparti pour un tour.
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 4:52 pm

François Barberis a écrit:
J'ai assisté hier à la prestation télé de François Fillon.
Son impassibilité, sa capacité de subir sans broncher, sa maîtrise de soi, son ton toujours égal, son verbe policé et contrôlé,  une certaine ironie dévastatrice (voir sa réponse à la dame au  bracelet qu'elle n'avait pas rendu, contrairement à lui qui aurait rendu "les costumes"...) : ce sont les qualités qu'on exige d'un homme d'état.

Fillon, admirable de maîtrise de soi, mais pas nécessairement aimable.
Mais un chef d'état n'a pas besoin d'être aimable. Il a besoin d'être capable de rester debout dans la tempête. Sur ce point, la Dame Angot en quasi crise d'hystérie, lui a bien servi de faire-valoir. C'était presque une aubaine pour Fillon (comme l'éviction de Dupont Aignan du débat télévisé à cinq, fut une aubaine pour lui : voir sa cote dans les sondages : +2%)
Les journalistes et concepteurs d'émission télé sont le plus souvent des incompétents, car ils pensent à tort pouvoir manipuler l'opinion et les intervenants. C'est plutôt rassurant de savoir que l'opinion ne se laisse pas aussi facilement manipuler. Comme dit le dicton : on peut tromper quelques uns tout le temps ou tout le monde un court instant, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps.
Ah mais pour sûr, cet homme a un côté combattant froid, calme et ferme que j'admire beaucoup.

Dommage que sa politique sociale soit le programme Tchatcherien des années 80 avec aucune considération pour les pauvres et les faibles. Sinon, j'aurais bien pu voter pour lui malgré son côté européiste soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 4:56 pm

mimi a écrit:
Bonjour à tous

Tes statistiques vont-elle se révéler bonnes ? j'espère que non !
En bretagne, en tout cas, je ne pense pas que Marine passe, mais beaucoup hésitent (moi aussi) entre Dupont Aignant et Macron.

Sur quoi faut-il se fier dans leur programme ?

Et puis, ensuite, comme le disait si bien François, il va y avoir les Législatives !!
Cela risque d'être ingouvernable...

Bon après-midi, je vais m'aérer les idées au bord de mer.

Tu hésites entre NDA et Macron?

Quel rapport entre les deux?

Sur quoi se fier... Ca dépend de ce que tu juges important dans le rôle d'un président et de ta vision de la France.

Ma vision personnelle est que la mondialisation, le libre échange généralisé, le capitalisme internationalisé sont un poison mortel entrain de tuer l'Europe et la France. Le seul moyen d'en sortir est de retrouver une indépendance et une souveraineté par rapport à l'Union Européenne pour retrouver des leviers et avoir un pays à nouveau démocratique.

Partant de là, je ne peux absolument pas voter pour quelqu'un qui ne propose pas au minimum de revoir en PROFONDEUR les traités européens et au maximum une sortie de l'UE.

Macron a mon sens continuera (avec toujours quelques variantes minimes) les politiques social -libérales qui sont en place depuis maintenant 30 ans et qui ont vidé la France de ses usines et créé autant de chômage.
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 4:58 pm

Ardennais a écrit:
Grasse, Octidi 28 Germinal An CCXXV.

Chers tous,

Voici une nouvelle estimation des intentions de vote. (source: https://blog-scanresearch.leterrain.fr/2017/04/17/jl-melenchon-devance-de-peu-m-le-pen/)



Salut et Fraternité !  france

Quelles sont les sources de ces chiffres?
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 18 Avr 2017, 7:31 pm

Waddle, je n'ai pas dit que j'hésitais entre Dupont Aignan ou Macron : j'hésite pour tout. Je sais au moins pour qui je ne voterai pas : Marine.

Après, je ne sais pas.

Nous en discutons par quartier avec le texte des évêques de France et il y a les agriculteurs qui n'en peuvent plus des contraintes européennes, mais aussi certains commerçants qui vivent de l'exportation de leurs produits.

Certains se demandent même comment il vont faire maintenant avec l'Angleterre...

Mon mari votera Dupont Aignan, ce que j'ai entendu de lui me semble censé. Quant à Macron, pour moi du moins, c'est un "Hollande bis"...
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 19 Avr 2017, 12:10 pm

mimi a écrit:
Waddle, je n'ai pas dit que j'hésitais entre Dupont Aignan ou Macron : j'hésite pour tout. Je sais au moins pour qui je ne voterai pas : Marine.

Après, je ne sais pas.

Nous en discutons par quartier avec le texte des évêques de France et il y a les agriculteurs qui n'en peuvent plus des contraintes européennes, mais aussi certains commerçants qui vivent de l'exportation de leurs produits.

Certains se demandent même comment il vont faire maintenant avec l'Angleterre...

Mon mari votera Dupont Aignan, ce que j'ai entendu de lui me semble censé. Quant à Macron, pour moi du moins, c'est un "Hollande bis"...
Ok. NDA est un bon choix. C'était mon choix en 2012 c'est dire.
Revenir en haut Aller en bas
Degenève
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 60
Localisation : Suisse
Langue : Français
Emploi/loisirs : Conseiller fiscal
Date d'inscription : 28/03/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 19 Avr 2017, 12:15 pm

Bel exemple d'exercice de la souveraineté française. Alors que l'UE a mis en œuvre début 2013 un règlement qui encadre la commercialisation et l'utilisation de produits précurseurs d'explosifs, comme l'eau oxygénée utilisée pour la fabrication du TATP (utilisé notamment lors des attentats du 13 novembre 2015) la France n'a apparemment toujours pas pris de mesures légales permettant de transposer ce règlement dans la législation française et donc de permettre un contrôle effectif de la commercialisation de ces substances : https://twitter.com/hugoclement/status/854605064329195520

Il est vrai qu'il n'y a pas urgence. La France est seulement le pays européen le plus visé par les attentats islamistes.

Ceux des candidats européens qui mettent tout ce qui va mal en France sur le compte de l'Union européenne et se réclament du souverainisme qui permettrait de guérir d'un coup de baguette magique tout ce qui va mal en France ont bonne mine sur ce coup là...  No
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 19 Avr 2017, 1:06 pm

Degenève a écrit:
Bel exemple d'exercice de la souveraineté française. Alors que l'UE a mis en œuvre début 2013 un règlement qui encadre la commercialisation et l'utilisation de produits précurseurs d'explosifs, comme l'eau oxygénée utilisée pour la fabrication du TATP (utilisé notamment lors des attentats du 13 novembre 2015) la France n'a apparemment toujours pas pris de mesures légales permettant de transposer ce règlement dans la législation française et donc de permettre un contrôle effectif de la commercialisation de ces substances : https://twitter.com/hugoclement/status/854605064329195520

Il est vrai qu'il n'y a pas urgence. La France est seulement le pays européen le plus visé par les attentats islamistes.

Ceux des candidats européens qui mettent tout ce qui va mal en France sur le compte de l'Union européenne et se réclament du souverainisme qui permettrait de guérir d'un coup de baguette magique tout ce qui va mal en France ont bonne mine sur ce coup là...  No
Personne n'a dit qu'en sortant de l'UE il n'y aurait plus aucun souci. Mais que rester dans l'UE fait de la France une prisonnière.

Être prisonnier a quelques avantages: on est nourri, logé, etc... On n'a pas à s'inquiéter de savoir où on va dormir, comment on va manger, payer les factures, etc...

Mais qui irait dire "Sortir de prison ne va pas régler tous nos problèmes, le dehors c'est l'inconnu" ?
Revenir en haut Aller en bas
Degenève
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 60
Localisation : Suisse
Langue : Français
Emploi/loisirs : Conseiller fiscal
Date d'inscription : 28/03/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 19 Avr 2017, 2:14 pm

Waddle a écrit:
Degenève a écrit:
Bel exemple d'exercice de la souveraineté française. Alors que l'UE a mis en œuvre début 2013 un règlement qui encadre la commercialisation et l'utilisation de produits précurseurs d'explosifs, comme l'eau oxygénée utilisée pour la fabrication du TATP (utilisé notamment lors des attentats du 13 novembre 2015) la France n'a apparemment toujours pas pris de mesures légales permettant de transposer ce règlement dans la législation française et donc de permettre un contrôle effectif de la commercialisation de ces substances : https://twitter.com/hugoclement/status/854605064329195520

Il est vrai qu'il n'y a pas urgence. La France est seulement le pays européen le plus visé par les attentats islamistes.

Ceux des candidats européens qui mettent tout ce qui va mal en France sur le compte de l'Union européenne et se réclament du souverainisme qui permettrait de guérir d'un coup de baguette magique tout ce qui va mal en France ont bonne mine sur ce coup là...  No
Personne n'a dit qu'en sortant de l'UE il n'y aurait plus aucun souci. Mais que rester dans l'UE fait de la France une prisonnière.

Être prisonnier a quelques avantages: on est nourri, logé, etc... On n'a pas à s'inquiéter de savoir où on va dormir, comment on va manger, payer les factures, etc...

Mais qui irait dire "Sortir de prison ne va pas régler tous nos problèmes, le dehors c'est l'inconnu" ?

La France n’est prisonnière de rien du tout en étant (et restant) dans l’UE.
 
Contrairement à ce que prétendent de nombreux candidats, les réglementations étouffantes qui submergent les Français ne sont bien souvent pas le fait de l’Union européenne, mais bien plus celui d’une administration française incapable de concevoir des réglementations simples, compréhensibles et efficaces. Même lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre des règlements ou des directives européens. Sortir de l’Europe ne réglera pas ce problème, pas plus que d’autres.
 
L’UE est pour beaucoup de politiciens français un bouc émissaire bien commode qui leur permet de ne pas se poser les vraies questions, à savoir à quoi attribuer cette incapacité fondamentale à faire des réformes. Deux exemples simples pour le constater :
 
-          L’impôt retenu à la source : si mes souvenirs sont bons une proposition d’instaurer en France un système de retenue de l’impôt à la source à créé un véritable tollé. Or le système archaïque en vigueur en France a été abandonné depuis longtemps par la plupart des pays développés. Ainsi, en Belgique j’ai toujours connu ce système et ça fait quarante ans que je travaille.
-          Le système du tiers payant : lorsqu’il a été suggéré d’instaurer le système du tiers payant pour les honoraires médicaux on a vu se produire une levée de boucliers du côté des médecins (et d’autres). Là aussi je constate que ce système fonctionne sans heurts dans d’autres pays.

Dans les deux cas on se demande ce qui justifie les réticences des Français par rapport à ces changements. Auraient-ils peur que les administrations françaises ne rendent ces systèmes hypercompliqués et ingérables à force de mesure tatillonnes ? Et je signale en passant que dans ces matière l'UE n'impose strictement rien du tout, elles relèvent de la souveraineté française.

J'ajoute que si les Français ont encore un peu de bon sens il attendront deux ans (ou un peu plus) avant de prendre une quelconque décision. Ca leur permettra de voir comment le Brexit impacte le Royaume-Uni et d'en tirer les leçons, bonnes ou mauvaises.
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 19 Avr 2017, 2:45 pm

Degenève a écrit:
La France n’est prisonnière de rien du tout en étant (et restant) dans l’UE. 
 
Contrairement à ce que prétendent de nombreux candidats, les réglementations étouffantes qui submergent les Français ne sont bien souvent pas le fait de l’Union européenne, mais bien plus celui d’une administration française incapable de concevoir des réglementations simples, compréhensibles et efficaces. Même lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre des règlements ou des directives européens. Sortir de l’Europe ne réglera pas ce problème, pas plus que d’autres.

Sauf que vous focalisez sur des points mineurs. Ce ne sont pas les soucis de réglementations qui posent souci dans l'UE.
Mais des éléments plus importants et plus concrets.

Comment garder notre système social quand les travailleurs français sont en concurrence directe avec des travailleurs polonais payés 3 fois moins?  Impossible.

Comment garder les capitaux en France quand les traités de l'UE interdisent la régulation de la fuite des capitaux encourageant donc les entreprises à investir dans les zones où il y a le moins de contraintes pour les entreprises (et donc le moins de système social) ?

Comment peut-on avoir une économie compétitive alors que la monnaie Euro est surévaluée par rapport à la réalité de l'économie française (et de tous les pays du Sud en général) ?

Comment peut-on relancer l'économie si la création de monnaie est gérée par les banques et par les états eux même?

Comment garder des usines quand nos produits sont en concurrences avec des produits chinois avec l'UE qui interdit une politique protectionniste intelligente?

Comment considérer que la France est encore un pays indépendant quand elle n'a pas la main sur sa monnaie, sur son budget (puisque celui ci est soumis à la commission et doit respecter la règle absurde des 3% qui ne correspond à aucune réalité économique et oblige l'état à faire des économies drastiques souvent contraire à l'intérêt général) ?

En réalité, vous ne vous en rendez pas compte, mais la présence dans l'UE impose la mise en place d'une seule et unique politique possible:

- Le démantèlement progressif du système social
- Le désengagement progressif de l'état sur l'assurance chômage
- L'uberisation de tous les métiers réglementés
- L'obligation de se focaliser sur le remboursement de la dette plutôt que sur des investissements
 
Il s'agit là de problèmes STRUCTURELS liés aux traités de l'UE. Il ne s'agit pas se focaliser sur tels ou tels petits règlements.

Citation :
L’UE est pour beaucoup de politiciens français un bouc émissaire bien commode qui leur permet de ne pas se poser les vraies questions, à savoir à quoi attribuer cette incapacité fondamentale à faire des réformes. Deux exemples simples pour le constater :
Citation :

 
-          L’impôt retenu à la source : si mes souvenirs sont bons une proposition d’instaurer en France un système de retenue de l’impôt à la source à créé un véritable tollé. Or le système archaïque en vigueur en France a été abandonné depuis longtemps par la plupart des pays développés. Ainsi, en Belgique j’ai toujours connu ce système et ça fait quarante ans que je travaille.
Encore une fois des détails. Ce n'est pas la retenue à la source qui fait que la France a un problème quand on sait que 80% des contribuables sont mensualisés, ce qui revient plus ou moins au même.


Citation :

-          Le système du tiers payant : lorsqu’il a été suggéré d’instaurer le système du tiers payant pour les honoraires médicaux on a vu se produire une levée de boucliers du côté des médecins (et d’autres). Là aussi je constate que ce système fonctionne sans heurts dans d’autres pays.
Encore un détail. On pourrait discuter longtemps de ce genre d'exemples c'est certain. Mais les problèmes dont on parle sont plus violents. Il ne faut pas croire que la France a un chômage de masse uniquement parce que les politiciens sont nuls depuis 10 ans. C'est que la réalité des traités de l'UE qui est ultra libérale ne correspond pas à l'intérêt de la France ni des pays du sud. 



Citation :


Dans les deux cas on se demande ce qui justifie les réticences des Français par rapport à ces changements. Auraient-ils peur que les administrations françaises ne rendent ces systèmes hypercompliqués et ingérables à force de mesure tatillonnes ? Et je signale en passant que dans ces matière l'UE n'impose strictement rien du tout, elles relèvent de la souveraineté française.

J'ajoute que si les Français ont encore un peu de bon sens il attendront deux ans (ou un peu plus) avant de prendre une quelconque décision. Ca leur permettra de voir comment le Brexit impacte le Royaume-Uni et d'en tirer les leçons, bonnes ou mauvaises.

Il n'y a pas besoin d'attendre si la vie d'un esclave libéré s'améliore pour savoir s'il faut se libérer soi même.

Encore une fois, d'après notre constitution la France est une nation souveraine, libre et indépendante.
Les traités de l'UE entravent cette liberté et cette souveraineté. La première urgence est de retrouver la liberté. Ensuite on peut discuter de notre avenir en commun.
Revenir en haut Aller en bas
Degenève
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 60
Localisation : Suisse
Langue : Français
Emploi/loisirs : Conseiller fiscal
Date d'inscription : 28/03/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 19 Avr 2017, 5:04 pm

Les mots ont un sens. Avant d'utiliser de grands mots qui ne signifient strictement rien dans le contexte dont nous parlons, comme par exemple "esclavage", je vous suggère de lire ceci, ça vous aidera à mettre les choses en perspective et à apprécier la différence entre le sort des Français au 21ème siècle et celui des esclaves au 18ème siècle.

Tout ce qui est excessif est insignifiant...
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Jeu 20 Avr 2017, 9:33 am

AvantLeVote : ce que proposent les candidats en matière d’immigration

Droit d’asile, quotas d’immigration, contrôle des frontières… une ligne de fracture profonde se dessine entre les trois candidats de droite, d’extrême droite et les autres.

LE MONDE | 20.04.2017 à 07h20 • Mis à jour le 20.04.2017 à 08h31 | Par Mathilde Damgé

C’est un record dans l’histoire française : la France a enregistré 85 700 demandes d’asile en 2016. Même si c’est peu par rapport aux voisins italien (121 200) et allemand (722 300), cet afflux de migrants, dû à la guerre de Syrie et à des conflits ou à des situations humanitaires plus anciens (Soudan, Afghanistan, Haïti), a propulsé la question de l’accueil que la France peut ou doit leur réserver au centre de la campagne présidentielle.

Mais si les questions des frontières, de l’intégration ou de l’identité se sont fait une place importante dans la campagne, les réponses qu’y ont apportées les candidats dans leurs programmes sont maigres (une centaine de propositions sur plus de trois mille au total) et très polarisées. Une France ouverte ou fermée, voici les principales promesses des onze candidats à l’élection présidentielle.
Les frontières dans et autour de l’Europe

Par les accords de Schengen, tous les citoyens peuvent circuler librement à l’intérieur de la zone européenne (vingt-six Etats dont vingt-deux de l’Union européenne). Et à l’extérieur, l’agence Frontex tente d’assurer la surveillance face à l’afflux de migrants.

La question des frontières est symptomatique de l’embarras des candidats, hors extrême droite, face à la fois au drame humanitaire des migrants mais aussi à l’enjeu que représente la surveillance des mouvements terroristes.

A l’extrême droite, les positions ont le mérite de la clarté : Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen pensent que la régulation de l’immigration n’est plus assurée par Frontex et qu’il faut sortir de Schengen pour retrouver les frontières nationales, celles-ci devant par conséquent être renforcées. Il faudrait ainsi recréer six mille postes de douanier, selon la candidate du Front national, qui demande aussi le rappel des réservistes.

Défendant un double niveau de frontières, François Fillon se dit favorable au maintien dans Schengen (et au triplement du budget de Frontex) mais aussi à « la réintroduction temporaire des contrôles aux frontières intérieures » (une opération en réalité déjà en place depuis les attentats de novembre 2015).

En face, il y a ceux qui pensent que les frontières actuelles de Schengen sont déjà suffisantes : Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Mais avec des nuances fortes puisque Emmanuel Macron voudrait renforcer les effectifs des gardiens des frontières de l’Europe quand Jean-Luc Mélenchon voudrait, lui, mettre un terme à la « militarisation de la politique de contrôle des flux migratoires ».

L’extrême gauche assume, elle, de vouloir abolir toutes les frontières, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne – disent Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, dans un esprit « internationaliste » et « solidaire ».

Le droit d’asile

Face à l’affluence de migrants, l’application effective du droit d’asile, principe énoncé dans le préambule de la Constitution, fait débat dans la classe politique. C’est d’ailleurs sur cette question que le spectre des promesses des candidats est le plus large : quand Nathalie Arthaud et Philippe Poutou souhaitent régulariser tous les sans-papiers, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan veulent, eux, au contraire, durcir les conditions de l’asile. Le candidat de Debout la France avance une dizaine de mesures pour ce faire, dont l’assignation à résidence des demandeurs d’asile. La candidate du Front national insiste, elle, sur la nécessité de « rendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale ».

Entre ces pôles extrêmes, deux candidats proposent de favoriser l’accueil des demandeurs d’asile, notamment en instaurant un visa humanitaire (Benoît Hamon) et en construisant des camps d’accueil aux normes internationales (Jean-Luc Mélenchon). Trois autres candidats désirent raccourcir le délai de réponse de l’administration (Emmanuel Macron, Jacques Cheminade et François Fillon). C’est donc sur les services publics spécifiques aux réfugiés que reposent les promesses de la majorité des candidats. Ce que font plus clairement Jean Lassalle et François Asselineau.

Des quotas

En 2016, environ 227 500 étrangers ont obtenu leur premier titre de séjour en France, une augmentation de 4,6 % par rapport à 2015. Une hausse principalement liée à des admissions pour motifs humanitaires. Ces obtentions ne sont pas limitées par des quotas ; la France n’a jamais appliqué une telle limitation, contrairement aux Etats-Unis par exemple. Une majorité de candidats y sont défavorables (Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou).

Parmi ceux qui ne se positionnent pas : Jean Lassalle et François Asselineau. Ce dernier se contente d’ailleurs de proposer un référendum sur l’ensemble des questions liées de près ou de loin aux volumes de migrants – quotas, regroupement familial, droit du sol…

Trois candidats défendent l’instauration de quotas. La position la plus extrême est sans trop de surprise celle de Marine Le Pen, qui recommande de « réduire l’immigration légale à un solde annuel de dix mille [personnes] ». Elle est suivie sur le principe par François Fillon, qui veut l’inscrire dans la Constitution, et par Nicolas Dupont-Aignan, qui veut « voter chaque année au Parlement un plafond d’immigration » lié au taux de chômage.

En 2006, Nicolas Sarkozy avait déjà formé le souhait d’établir des quotas, mais cette ambition s’était opposée au risque d’une censure du Conseil constitutionnel et avait été ajournée.

Le droit du sol

Le droit du sol consiste à attribuer la nationalité française aux enfants nés en France. Plus exactement, un enfant né en France de parents étrangers devient actuellement automatiquement français à ses 18 ans, s’il vit dans notre pays et s’il y a vécu plus de cinq ans ; et ce depuis 1515. Certains candidats proposent de restreindre cette possibilité (Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon), voire de la supprimer (Marine Le Pen).

Pour la candidate du Front national, il s’agit de faire en sorte que « l’acquisition de la nationalité française [soit] possible uniquement par la filiation ou la naturalisation, dont les conditions seront par ailleurs plus exigeantes »… Ce qui peut s’avérer dans bien des cas très complexe, voire impossible. Non seulement pour des Français dont les ascendants venaient de l’étranger il y a quelques générations, mais aussi pour nombre d’autres cas – pieds-noirs, Alsaciens, dont les familles furent allemandes au début du siècle dernier…

A l’opposé, Jacques Cheminade, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon veulent maintenir le droit du sol. Quatre candidats ne prennent pas position sur cet épineux sujet : Nathalie Arthaud, Benoît Hamon, Jean Lassalle et Philippe Poutou.

Le regroupement familial

Le regroupement familial permet à des membres de la famille d’un ressortissant étranger de le rejoindre en France (les immigrés qui ont acquis la nationalité française et veulent faire venir conjoint ou enfant se situent dans le cadre du droit au séjour). Sur ce sujet, les positions sont réparties de façon égale entre trois groupes : le maintien des conditions actuelles (Jacques Cheminade, Benoît Hamon et Emmanuel Macron), l’assouplissement (Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou) et le durcissement (Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon et Marine Le Pen).

La candidate du Front national parle de « mettre fin à l’automaticité » du regroupement familial. C’est loin d’être le cas actuellement puisqu’il faut avoir une carte de séjour, répondre à des conditions précises de résidence (au moins dix-huit mois) et de ressources (gagner au moins 1 139 euros par mois et avoir un logement d’au moins 28 m² pour un couple sans enfant par exemple). Par ailleurs, le demandeur doit respecter les principes essentiels qui régissent la vie familiale en France : monogamie, égalité femmes-hommes, respect de la liberté du mariage (et l’époux ou l’épouse doit être majeur), scolarisation des enfants…

Plusieurs candidats, comme Emmanuel Macron, rappellent, à raison, que ce dispositif ne concerne que peu d’entrées (environ 12 000 par an) et dépend surtout des « engagements internationaux de la France et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme ».

L’aide médicale d’Etat

L’aide médicale d’Etat (AME) offre une couverture de soins minimale aux résidents étrangers en situation irrégulière et précaire qui sont en France depuis au moins trois mois et dont les ressources ne dépassent pas un plafond (9 709 euros par an pour une personne seule par exemple).

Quatre candidats veulent la maintenir : Jacques Cheminade, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Au contraire, Marine Le Pen veut la supprimer. Nicolas Dupont-Aignan et François Fillon vont encore plus loin en demandant, pour le premier, « un délai de carence de cinq ans pour les étrangers avant de pouvoir prétendre aux aides sociales », et pour le second un délai de deux ans (épargnant par ailleurs Sécurité sociale et Assurance-chômage pour ceux qui cotisent).


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/04/20/avantlevote-ce-que-proposent-les-candidats-en-matiere-d-immigration_5114035_4355770.html#5vwPMhjBxqZ8YCTX.99
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Jeu 20 Avr 2017, 7:23 pm

Degenève a écrit:
Les mots ont un sens. Avant d'utiliser de grands mots qui ne signifient strictement rien dans le contexte dont nous parlons, comme par exemple "esclavage", je vous suggère de lire ceci, ça vous aidera à mettre les choses en perspective et à apprécier la différence entre le sort des Français au 21ème siècle et celui des esclaves au 18ème siècle.

Tout ce qui est excessif est insignifiant...
Et Hop, avec cette astuce ça permet de ne pas répondre. Chapeau :)
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 297
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Jeu 20 Avr 2017, 8:20 pm

Waddle, vous êtes jeune (37 ans), mais vous raisonnez très bien.
En effet, la question de la construction européenne ne se résume pas à une somme de questions techniques, comme le suggère Degenève, et il est déplacé de stigmatiser toute une population  et bientôt un peuple, du fait qu'il refuse ou simplement doute de la pertinence de l'adhésion de son pays à l'UE.


je vais donc préciser les choses : la construction européenne met la démocratie en péril. En ce sens elle porte en germe de nombreux désordres futurs. On sait déjà que l'€, qui est sa production technique la plus avancée, est une monnaie imparfaite. l'€ accentue les déséquilibres entre états membre . L'€ agit comme un aspirateur des industries au détriment de la périphérie et au bénéfice du centre (l'Allemagne). l'€ est un instrument de décohérence des territoires : ceux qui s'industrialisent augmentent leur puissance; ceux qui se désindustrialisent accélèrent leur désertification.  Ce n'est pas tout : l'€ accroît les écarts de revenus.  Je voudrais simplement en donner un exemple entre mille de ce fait : il s'agit de la portabilité des droits sociaux acquis par les salariés. Dans l'UE actuelle, les droits sociaux ne sont pas portables. Ils restent attachés au pays où ils ont été acquis et sont liquidés dans le droit et pour les montants du pays d'origine, par le Trésor des pays d'origine. Un pauvre au Portugal, en Grèce, et bientôt en France, restera pauvre même s'il s'installe en Allemagne, et ne pourra  compter sur le système de solidarité allemand, le mieux doté, pour améliorer sa condition. On voit bien que la liberté de circulation des personnes est ainsi sérieusement limitée. Pourquoi me déplacer, si mes droits sociaux ne se déplacent pas avec moi ?



Mais je vais plus loin : J'ai dit que l'UE mettait en péril la démocratie, ce que Waddle à juste titre illustre par des exemples concrets. Cela se démontre. Voici la démonstration résumée, qui relève de ce que j'appelle "la théorie de l'état".
Un gouvernement, qu'il soit de droite ou de gauche, qu'il soit démocratique ou autoritaire, dispose de 3 leviers pour mener sa politique et de 3 seulement.

- la fabrication du droit
- la fixation du budget dans ses 3 composantes : recettes, dépenses, et déficit ou excédent
- la création monétaire



- la fabrication du droit : c'est par ce levier que le gvt organise le territoire, les flux entrants et sortants, crée les conditions d'une vie sociale, fixe les règles du jeu économique et financier, gère les successions et les questions liées à la famille, etc... Aujourd'hui, 80% du droit est fabriqué à Bruxelles. Peu importe de savoir si ce droit bruxellois est "bon" ou "moins bon". C'est un droit importé, donc un droit qui ne correspond pas aux valeurs du pays. Donc c'est un droit qui sera contourné; donc c'est un droit qui va créer plus de difficultés que résoudre des pbs.


- la fabrication du budget : Formellement cette fabrication relève encore de la volonté nationale. Mais c'est un leurre puisque la validation du budget est soumise au visa de la Commission. Aujourd'hui, le budget n'est plus le budget de la France, mais le budget d'une instance non élue et qui peut asséner des pénalités énormes lorsque des critères ne sont pas respectés. La question de savoir si ces critères sont bons ou mauvais, pertinents ou idiots, ne doit pas entrer en ligne de compte. ces critères sont devenus des totems et des tabous, donc des instruments supra-nationaux. On ne peut que s'y soumettre.



- le levier monétaire : C'est le levier de souveraineté par excellence. L'état détermine comment il va financer ses besoins non couverts par l'impôt. Qu'il l'ait mal fait dans le passé n'est pas la question. Aujourd'hui, comme l'état ne peut plus s'adresser à  la banque de France  qui a perdu  son statut de  prêteur en dernier ressort, il dépend des capitaux étrangers : c'est la forme la plus insupportable de la soumission.



On est donc dans la situation où un gouvernement n'est plus maître de sa politique, il est en état de soumission. En l’occurrence au dogme ordolibéral allemand, mais cela pourrait en être un autre.  Si ce gouvernement est élu démocratiquement, il ne pourra pas appliquer la politique -bonne ou mauvaise, pour laquelle il a été élu.  Or que se passe-t-il lorsqu'un gouvernement ne dispose plus des leviers pour mener une politique conforme  à ses promesses électorales -peu importe qu'elles soit considérées comme bonnes ou mauvaises, de droite ou de gauche ? Il se passe une chose très simple : c'est le processus démocratique qui est dénoncé comme étant inefficace et la porte est ouverte à un régime autoritaire.


J'ai résumé la démonstration.
Oui, la construction européenne, et singulièrement le système de l'€ , mettent la démocratie en péril. Il faut s'en convaincre. Et le jour n'est peut être plus très loin où cela apparaîtra aux yeux des citoyens même les moins informés.


L'Europe est une civilisation, mais n'est pas une nation. C'est encore moins un état-nation,. L'UE est un système qui a été conçu pour être au service  de ce qui opprime : à savoir la pléonexie* naturelle des marchés. Les "4 libertés" (libre circulation des hommes, des capitaux, des marchandises et des services) sont en fait le faux nez de la pléonexie financière. Pour que l'UE devienne un état-nation, c'est-à-dire un système ou l’organisation d'état est au service de la population, il faudrait fondre tous les régimes politiques en un seul. L'Histoire des nations européennes s'y oppose. Donc l'UE disparaitra entraînant avec lui le système de l'€ ou vice-versa. Ce que je ne sais pas c'est si cet effondrement sera piloté (je l'espère) ou se fera dans le drame.



* pléonexie : terme inventé par le sociologue Marcel Mauss qui signifie : tendance à l'accaparement, avidité pour les richesses et singulièrement de l'argent; tentation de tout soumettre au rapport de l'argent.


Dernière édition par François Barberis le Ven 21 Avr 2017, 9:14 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Ven 21 Avr 2017, 8:20 pm

Les musulmans de France appelés à se rendre « massivement » aux urnes

Mélinée Le Priol, le 21/04/2017 à 15h50

Dans un communiqué publié jeudi 20 avril, le conseil régional du culte musulman Rhône-Alpes appelle les imams et responsables de mosquées à sensibiliser leurs fidèles à se rendre « massivement » aux urnes dimanche 23 avril, pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Ils espèrent ainsi enrayer la tentation de l’« abstention active », prônée notamment par le très médiatique Tariq Ramadan.


Agrandir cette imageRéduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.

Bureau de vote le 22 avril 2007. / JEFF PACHOUD/AFP

Voter est à la fois « leur devoir de citoyens et leur droit de musulmans », assure le conseil régional du culte musulman (CRCM) Rhône-Alpes au sujet des Français musulmans. À trois jours du premier tour du scrutin présidentiel, cette institution a publié jeudi 20 avril un communiqué appelant les imams et responsables de mosquées à sensibiliser leurs fidèles à une mobilisation citoyenne « massive » lors du vote.

« Une minorité de jeunes citoyens français de confession musulmane considère que le vote est illicite, elle prétend que la République ne serait pas compatible avec l’islam », déplore le CRCM Rhône-Alpes dans son communiqué. Pourtant, soutient l’organisation, « l’islam est pleinement compatible avec la République. C’est une religion d’amour, de justice et de paix qui nous incite à être des acteurs positifs dans notre société ».

Élire un candidat favorable aux musulmans

Ce communiqué reprend en partie une tribune publiée dans Le Monde le 18 avril et signée de Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris. Pour lui, le vote est « l’occasion de contribuer à faire pencher la balance en faveur des candidats qui défendent les valeurs à la fois républicaines et musulmanes. »

Un appel similaire à la mobilisation avait aussi été lancé quelques jours plus tôt au Bourget (Seine-Saint-Denis). C’est là que se tenait, entre le 14 et le 17 avril, la 34e rencontre annuelle des « Musulmans de France », le nouveau nom de l’UOIF. Amar Lasfar, son président, avait alors insisté : « Nous ne donnons jamais de consigne de vote. La seule consigne, c’est d’aller voter. Surtout, ne pas s’abstenir ! » Pour lui, la priorité est de faire barrage à l’extrême droite.

L’appel de Tariq Ramadan

Ces appels pressants répliquent à la position de plusieurs intellectuels musulmans qui prônent de ne pas aller voter, en guise de protestation. Parmi eux, figure le médiatique Tariq Ramadan qui défend une « abstention active ».

« En allant voter, vous participez à un système qui vous enferme, qui vous vole la pensée », assurait-il par exemple le 27 janvier, lors d’une conférence organisée par l’Union française des consommateurs musulmans à Meyzieu (Rhône). « Parce qu’il n’y a pas de projet en fait, il n’y a qu’une compétition d’ego ».

Tariq Ramadan, de nationalité suisse, refuse d’entrer dans le « calcul de savoir quel est, parmi les politiques, celui qui apparaît comme le moins nocif par rapport aux musulmans ».
Voter, un interdit religieux ?

Les musulmans, qui représenteraient environ 7,5 % des Français et 5 % du corps électoral, apparaissent divisés sur la question du vote. Si beaucoup semblent tenir à une citoyenneté « active et responsable », certains préconisent de ne pas voter dans les pays non-musulmans.

Lors des municipales de 2014, l’association Anâ-Muslim (« Je suis musulman » en arabe), qui entend promouvoir la « restauration idéologique de l’esprit », avait par exemple distribué des tracts et des affiches estampillés « Préserve ta foi, ne vote pas » dans des lieux fréquentés par la communauté musulmane.

L’argumentation de ces documents visait à démontrer le caractère haram (illicite) du vote. Dans une argumentation typiquement salafiste, on pouvait y lire que « voter, c’est reconnaître le pouvoir des hommes sur terre » ou encore qu'« élire des personnes qui auront pour fonction de créer des lois, c’est donner des associés à Allah ».

Forte mobilisation pour la gauche en 2012

En 2012, au deuxième tour de l’élection présidentielle, les musulmans s’étaient particulièrement mobilisés et 86 % des électeurs se revendiquant de cette religion avaient voté pour François Hollande – le nouveau président avait recueilli 51,6 % des voix dans l’ensemble de la population. Leur vote semble néanmoins s’être détourné du PS lors des autres scrutins qui ont eu lieu au cours du mandat, avec la critique que la gauche n’aurait pas tenu ses promesses sur le plan économique et social.

http://www.la-croix.com/Religion/Islam/Les-musulmans-France-appeles-rendre-massivement-urnes-2017-04-21-1200841367
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 23 Avr 2017, 11:18 am

Présidentielle: les Français aux urnes pour un premier tour sous tension et incertain

AFP, publié le dimanche 23 avril 2017 à 10h52

Présidentielle: les Français aux urnes pour un premier tour sous tension et incertain

Les Français ont commencé dimanche à voter en métropole pour le premier tour de l'élection présidentielle, un scrutin à l'issue totalement incertaine dans un contexte inédit de menace terroriste.
Parmi les onze candidats en lice, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan et la figure de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud ont les premiers glissé leur bulletin dans l'urne, respectivement à Yerres (Essonne) et à Pantin (Seine-Saint-Denis).  

Parmi les près de 47 millions d'électeurs, tous n'avaient pas encore fait leur choix dimanche matin. Ainsi Marie, médecin de 51 ans, s'apprêtait à voter à Lille,"sans trop savoir pour qui". "J'y vais juste pour éliminer, parce que personne ne représente mes idées", a-t-elle dit à l'AFP. 

A l'inverse, Philippe, chômeur de 39 ans, a pris sa décision il y a deux mois: "personne ne sort du lot par rapport aux perspectives d'avenir sauf un, mon candidat", déclare-t-il.

Plus de 50.000 policiers et gendarmes, avec le concours de 7.000 militaires de l'opération Sentinelle, sont mobilisés, trois jours après l'attentat ayant coûté la vie à un policier sur les Champs-Elysées.
Après la plupart des territoires ultramarins samedi, La Réunion et Mayotte à l'aube, le scrutin
a débuté à 08h00 dans les 66.546 bureaux de vote de métropole. Ils resteront ouverts jusqu'à 19h00, une heure de plus que lors des présidentielles précédentes, et 20h00 dans les grandes villes. Cet horaire plus tardif rend incertaine, en cas de résultats serrés, la traditionnelle image télévisée affichée à 20h00 tapantes des deux finalistes.

La participation, s'annonçant faible pendant la campagne mais en hausse à l'approche du vote selon les sondages, sera scrutée de près. Dans l'ouest parisien tôt dimanche, il fallait patienter parfois plusieurs dizaines de minutes pour voter.

- 'Votez!' -

Dans le Journal du dimanche, qui affichait en Une "Votez!", des personnalités ont lancé un appel anti-abstention: l'ex-animateur Nicolas Hulot, la chanteuse Carla Bruni-Sarkozy, la patronne du FMI Christine Lagarde, l'écrivain Jean d'Ormesson et l'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot.
Rendez-vous majeur de la vie politique française, la présidentielle suscite habituellement une participation d'environ 80% (79,5% en 2012). Exception notable: le 21 avril 2002, avec un record d'abstention (28,4%) et la qualification inédite au second tour du candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen.

Quinze ans plus tard, sa fille Marine Le Pen
fait la course en tête dans les sondages avec Emmanuel Macron

, suivis de deux poursuivants au coude à coude, François Fillon
et Jean-Luc Mélenchon

. Benoît Hamon (PS) est largement distancé dans toutes les enquêtes.

Sont aussi en lice Nicolas Dupont-Aignan, les trotskistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, le député béarnais Jean Lassalle, le vétéran Jacques Cheminade et le candidat du "Frexit" François Asselineau.

La fin de campagne

a également viré au duel Macron-Fillon. L'ancien ministre de François Hollande s'est lancé dans un audacieux pari avec la création d'En Marche! et sa philosophie "et de droite, et de gauche", rallié par certains hiérarques socialistes - à commencer par Manuel Valls et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian -, par des anciens ministres chiraquiens et le centriste historique François Bayrou.

Vainqueur triomphal de la primaire de droite, M. Fillon a été grandement fragilisé par les affaires judiciaires, après la révélation fin janvier par Le Canard enchaîné de l'emploi soupçonné fictif de son épouse comme collaboratrice parlementaire, pour lequel la justice l'a mis en examen.

Quatrième homme en 2012, Jean-Luc Mélenchon a vu sa cote nettement progresser, principalement au détriment de Benoît Hamon, frondeur socialiste désigné lors d'une primaire face à M. Valls. Le PS craint le pire score de son histoire après l'élimination de Lionel Jospin au même stade en 2002.

Cette 10e élection présidentielle au suffrage universel de la Ve République est hors norme à plus d'un titre: absence du président sortant François Hollande, une première depuis la mort en fonction de Georges Pompidou en 1974; qualification au second tour de la candidate d'extrême droite donnée pour sûre dans toutes les enquêtes depuis 2013; contexte de menace terroriste, avec un scrutin sous le régime de l'état d'urgence instauré après les attentats de novembre 2015.

La mort jeudi soir d'un policier tué sur les Champs-Elysées porte à 239 le nombre de victimes d'attentats en France depuis l'attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015. Le tueur est Karim Cheurfi, 39 ans, un Français déjà condamné à 15 ans de réclusion en 2005 pour tentatives de meurtre sur des policiers, mais qui n'était pas fiché S.

Cet attentat a bouleversé la fin de la campagne, la plupart des candidats annulant leurs derniers déplacements. Un hommage national au policier assassiné aura lieu mardi.

La loi interdit la publication de résultats, hormis ceux concernant la participation, avant dimanche soir.

La fermeture plus tardive des bureaux complique la tâche des sondeurs, qui auront une heure de moins pour préparer leurs estimations sur des dépouillements partiels.

Le second tour opposera le 7 mai les deux candidats arrivés en tête.

http://actu.orange.fr/france/presidentielle-les-francais-aux-urnes-pour-un-premier-tour-sous-tension-et-incertain-CNT000000HabsQ/photos/philippe-poutou-vote-a-bordeaux-le-23-avril-2017-7adab56bc34de17c4f73e40ad8a6c2b7.html
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 24 Avr 2017, 3:03 pm

François Barberis a écrit:
Waddle, vous êtes jeune (37 ans), mais vous raisonnez très bien.
En effet, la question de la construction européenne ne se résume pas à une somme de questions techniques, comme le suggère Degenève, et il est déplacé de stigmatiser toute une population  et bientôt un peuple, du fait qu'il refuse ou simplement doute de la pertinence de l'adhésion de son pays à l'UE.


je vais donc préciser les choses : la construction européenne met la démocratie en péril. En ce sens elle porte en germe de nombreux désordres futurs. On sait déjà que l'€, qui est sa production technique la plus avancée, est une monnaie imparfaite. l'€ accentue les déséquilibres entre états membre . L'€ agit comme un aspirateur des industries au détriment de la périphérie et au bénéfice du centre (l'Allemagne). l'€ est un instrument de décohérence des territoires : ceux qui s'industrialisent augmentent leur puissance; ceux qui se désindustrialisent accélèrent leur désertification.  Ce n'est pas tout : l'€ accroît les écarts de revenus.  Je voudrais simplement en donner un exemple entre mille de ce fait : il s'agit de la portabilité des droits sociaux acquis par les salariés. Dans l'UE actuelle, les droits sociaux ne sont pas portables. Ils restent attachés au pays où ils ont été acquis et sont liquidés dans le droit et pour les montants du pays d'origine, par le Trésor des pays d'origine. Un pauvre au Portugal, en Grèce, et bientôt en France, restera pauvre même s'il s'installe en Allemagne, et ne pourra  compter sur le système de solidarité allemand, le mieux doté, pour améliorer sa condition. On voit bien que la liberté de circulation des personnes est ainsi sérieusement limitée. Pourquoi me déplacer, si mes droits sociaux ne se déplacent pas avec moi ?



Mais je vais plus loin : J'ai dit que l'UE mettait en péril la démocratie, ce que Waddle à juste titre illustre par des exemples concrets. Cela se démontre. Voici la démonstration résumée, qui relève de ce que j'appelle "la théorie de l'état".
Un gouvernement, qu'il soit de droite ou de gauche, qu'il soit démocratique ou autoritaire, dispose de 3 leviers pour mener sa politique et de 3 seulement.

- la fabrication du droit
- la fixation du budget dans ses 3 composantes : recettes, dépenses, et déficit ou excédent
- la création monétaire



- la fabrication du droit : c'est par ce levier que le gvt organise le territoire, les flux entrants et sortants, crée les conditions d'une vie sociale, fixe les règles du jeu économique et financier, gère les successions et les questions liées à la famille, etc... Aujourd'hui, 80% du droit est fabriqué à Bruxelles. Peu importe de savoir si ce droit bruxellois est "bon" ou "moins bon". C'est un droit importé, donc un droit qui ne correspond pas aux valeurs du pays. Donc c'est un droit qui sera contourné; donc c'est un droit qui va créer plus de difficultés que résoudre des pbs.


- la fabrication du budget : Formellement cette fabrication relève encore de la volonté nationale. Mais c'est un leurre puisque la validation du budget est soumise au visa de la Commission. Aujourd'hui, le budget n'est plus le budget de la France, mais le budget d'une instance non élue et qui peut asséner des pénalités énormes lorsque des critères ne sont pas respectés. La question de savoir si ces critères sont bons ou mauvais, pertinents ou idiots, ne doit pas entrer en ligne de compte. ces critères sont devenus des totems et des tabous, donc des instruments supra-nationaux. On ne peut que s'y soumettre.



- le levier monétaire : C'est le levier de souveraineté par excellence. L'état détermine comment il va financer ses besoins non couverts par l'impôt. Qu'il l'ait mal fait dans le passé n'est pas la question. Aujourd'hui, comme l'état ne peut plus s'adresser à  la banque de France  qui a perdu  son statut de  prêteur en dernier ressort, il dépend des capitaux étrangers : c'est la forme la plus insupportable de la soumission.



On est donc dans la situation où un gouvernement n'est plus maître de sa politique, il est en état de soumission. En l’occurrence au dogme ordolibéral allemand, mais cela pourrait en être un autre.  Si ce gouvernement est élu démocratiquement, il ne pourra pas appliquer la politique -bonne ou mauvaise, pour laquelle il a été élu.  Or que se passe-t-il lorsqu'un gouvernement ne dispose plus des leviers pour mener une politique conforme  à ses promesses électorales -peu importe qu'elles soit considérées comme bonnes ou mauvaises, de droite ou de gauche ? Il se passe une chose très simple : c'est le processus démocratique qui est dénoncé comme étant inefficace et la porte est ouverte à un régime autoritaire.


J'ai résumé la démonstration.
Oui, la construction européenne, et singulièrement le système de l'€ , mettent la démocratie en péril. Il faut s'en convaincre. Et le jour n'est peut être plus très loin où cela apparaîtra aux yeux des citoyens même les moins informés.


L'Europe est une civilisation, mais n'est pas une nation. C'est encore moins un état-nation,. L'UE est un système qui a été conçu pour être au service  de ce qui opprime : à savoir la pléonexie* naturelle des marchés. Les "4 libertés" (libre circulation des hommes, des capitaux, des marchandises et des services) sont en fait le faux nez de la pléonexie financière. Pour que l'UE devienne un état-nation, c'est-à-dire un système ou l’organisation d'état est au service de la population, il faudrait fondre tous les régimes politiques en un seul. L'Histoire des nations européennes s'y oppose. Donc l'UE disparaitra entraînant avec lui le système de l'€ ou vice-versa. Ce que je ne sais pas c'est si cet effondrement sera piloté (je l'espère) ou se fera dans le drame.



* pléonexie : terme inventé par le sociologue Marcel Mauss qui signifie : tendance à l'accaparement, avidité pour les richesses et singulièrement de l'argent; tentation de tout soumettre au rapport de l'argent.
Cher Francois,

Je n'ai rien à rajouter à votre démonstration qui est magistrale... Je manque de mots.

Maintenant hélas, au vu des résultats de l'élection d'hier, nous allons repartir pour 5 ans. Il y a donc de forte chance que l'effondrement que vous craignez arrive, et arrive dans le drame. Hélas.
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Lun 24 Avr 2017, 5:59 pm

Bonsoir

Moi non plus, je ne suis pas enchantée du scrutin, mais tant qu'à faire d'avoir Marine, je pense que c'est un moindre mal d'avoir Macron.

Je pense aussi qu'il sera conseillé par des personnes expérimentées.

Et puis... il y a les Législatives...

François, que pensez-vous de tout cela ?
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 297
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 25 Avr 2017, 12:51 am

Non, Mimi, je ne suis pas déçu du résultat. Je pensais que Fillon allait être qualifié, je me suis trompé mais cela n'est pas très important. Dans un duel Macron-Fillon, Macron l'aurait certainement emporté, donc on se retrouve au point de départ.


Je pense que Macron représente un plus grand danger pour la tolérance, la laïcité et la liberté que MLP.
C'est le danger de la pléonexie, des marchés, des intérêts supranationaux.

C'est un danger pour l'épargne des petites gens qui risque d'être captée pour payer les intérêts de la dette nationale.

Macron est un danger tout simplement parce qu'il avance masqué, tel un évangéliste. Il emmène derrière lui tout le mouvement multiculturaliste et droit-de-l’hommiste qui veut la fin des nations, la fin des cultures, pour le bénéfice des oligarques dont il fait partie. Nous avons à faire à un totalitarisme rampant, le plus dangereux.

Or, il risque de se passer quelques temps avant que les gogos qui ont voté pour lui s'en rendent compte.


Le danger MLP est autre : c'est le danger du totalitarisme identitaire. Mais c'est un totalitarisme qui avance au grand jour, bien connu et bien identifié. Facile à combattre. Je crains moins ce danger car je pense que MLP n'est pas une totalitaire. Mais elle risque de se faire déborder.


La bonne réponse n'est pas de la stigmatiser : il n'y a pas 22% de fascistes en France; mais d'agir pour qu'elle réintègre le jeu démocratique (ce quelle a commencé à faire d'ailleurs, il faut bien le reconnaître).
L'appel de Fillon à voter Macron est de ce point de vue un recul démocratique. On voit bien que ce qui intéresse l'UMP c'est de continuer à faire vivre le système dont les cadres UMP bénéficient.





La stratégie à mettre en place est désormais celle de la constitution d'une offre alternative laïque,républicaine, populaire à droite., capable de mettre des garde fous au multiculturalisme : c'est la stratégie de Nicolas Dupont Aignan. Il faut aider cet homme qui est un vrai patriote (j'espère qu'il ne me décevra pas lorsqu'il prendra la parole pour indiquer sa position pour le 2nd tour). Demain je pars en campagne électorale pour les législatives. Objectif : ne pas laisser en déshérence les 3.000 voix de ma circonscription, et si possible augmenter le capital.

il n'y a pas d'alternative réaliste à gauche. Le mouvement Mélenchon ne débouchera sur rien malgré son score. Il est sous le même plafond de verre que MLP.
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 25 Avr 2017, 5:20 pm

mimi a écrit:
Bonsoir

Moi non plus, je ne suis pas enchantée du scrutin, mais tant qu'à faire d'avoir Marine, je pense que c'est un moindre mal d'avoir Macron.

Je pense aussi qu'il sera conseillé par des personnes expérimentées.

Et puis... il y a les Législatives...

François, que pensez-vous de tout cela ?
Ce sont justement les conseillers de Macron qui m'inquiètent!

Des Attali (qui a dit que selon lui la meilleure forme de gouvernance pour les peuples c'est un gouvernement mondial), des Jouyet, des Bernard Henry Levi et j'en passe!

Tous des mondialistes atlantistes plus ou moins pro-guerre.

Non Mimi, il ne s'agit pas ici seulement d'être "compétent" ou pas. D'ailleurs le terme "compétent" , c'est du modernisme faisant croire que le pays est une entreprise qu'il faut avoir les "compétences" pour gérer.

Non, un pays se gère avec une vision, un cap et surtout UNE IDEOLOGIE. Ensuite pour les mises en oeuvre techniques, en effet, il faut de la compétence.

Enfin, se dire "Je vote Macron pour éviter le FN", peut avoir du sens, mais c'est une fuite en avant.

Puisque ce sont TRES PRECISEMENT les politiques social-libérales mises en place depuis 30 ans (ce que Macron va accélérer) qui font parfaitement le lit du Front National.

En 2002: Le Pen fait 5.5 millions de voix. On fait le front républicain, on fait barrage au FN. Parfait.
En 2007, Sarkozy après une campagne extraordinaire, siphonne 1 million de voix au FN en donnant un espoir à son électorat qui réclame (entre autres) de la loi, de l'ordre, de la sécurité. Le Pen fait 4.5 millions de voix.
En 2012, déçus, les partisans du FN reviennent, et sont plus nombreux:  6.5 millions de voix pour Marine Le Pen.
En 2017, 5 ans après la politique de Hollande, rebelote: 1 million de voix en plus pour Marine Le Pen qui fait 7.6 millions

Alors oui, on peut toujours s'amuser encore 10 ou 15 ans à faire "barrage" au FN tout en continuant à mettre au pouvoir les mêmes politiques. Alors on l'aura bel et bien ce FN, dans une version beaucoup plus colérique que ce qu'on a aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Waddle
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 37
Localisation : France
Langue : français
Emploi/loisirs : RAS
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 25 Avr 2017, 5:22 pm

François Barberis a écrit:
Non, Mimi, je ne suis pas déçu du résultat. Je pensais que Fillon allait être qualifié, je me suis trompé mais cela n'est pas très important. Dans un duel Macron-Fillon, Macron l'aurait certainement emporté, donc on se retrouve au point de départ.


Je pense que Macron représente un plus grand danger pour la tolérance, la laïcité et la liberté que MLP.
C'est le danger de la pléonexie, des marchés, des intérêts supranationaux.

C'est un danger pour l'épargne des petites gens qui risque d'être captée pour payer les intérêts de la dette nationale.

Macron est un danger tout simplement parce qu'il avance masqué, tel un évangéliste. Il emmène derrière lui tout le mouvement multiculturaliste et droit-de-l’hommiste qui veut la fin des nations, la fin des cultures, pour le bénéfice des oligarques dont il fait partie. Nous avons à faire à un totalitarisme rampant, le plus dangereux.

Or, il risque de se passer quelques temps avant que les gogos qui ont voté pour lui s'en rendent compte.


Le danger MLP est autre : c'est le danger du totalitarisme identitaire. Mais c'est un totalitarisme qui avance au grand jour, bien connu et bien identifié. Facile à combattre. Je crains moins ce danger car je pense que MLP n'est pas une totalitaire. Mais elle risque de se faire déborder.


La bonne réponse n'est pas de la stigmatiser : il n'y a pas 22% de fascistes en France; mais d'agir pour qu'elle réintègre le jeu démocratique (ce quelle a commencé à faire d'ailleurs, il faut bien le reconnaître).
L'appel de Fillon à voter Macron est de ce point de vue un recul démocratique. On voit bien que ce qui intéresse l'UMP c'est de continuer à faire vivre le système dont les cadres UMP bénéficient.





La stratégie à mettre en place est désormais celle de la constitution d'une offre alternative laïque,républicaine, populaire à droite., capable de mettre des garde fous au multiculturalisme : c'est la stratégie de Nicolas Dupont Aignan. Il faut aider cet homme qui est un vrai patriote (j'espère qu'il ne me décevra pas lorsqu'il prendra la parole pour indiquer sa position pour le 2nd tour). Demain je pars en campagne électorale pour les législatives. Objectif : ne pas laisser en déshérence les 3.000 voix de ma circonscription, et si possible augmenter le capital.

il n'y a pas d'alternative réaliste à gauche. Le mouvement Mélenchon ne débouchera sur rien malgré son score. Il est sous le même plafond de verre que MLP.

Dupont Aignan était mon choix en 2012.
Cette année je lui ai préféré Asselineau.

Je soutiens toujours NDA mais je lui reproche de commencer à virer (légèrement) vers Le Pen.

Il commence à fissurer son côté social en proposant des "travaux d'intérêt généraux" pour ceux qui reçoivent des aides, propose que les étrangers aient une période de carence sur le territoire avant d'accéder aux prestations sociales MÊME S'ILS COTISENT, etc...

Sinon, globalement, je suis sur sa ligne.
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mar 25 Avr 2017, 8:01 pm

Présidentielle: comparez les programmes d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen

A douze jours du second tour de l'élection présidentielle, BFMTV.com s'est penché sur les programmes et les propositions phares des deux candidats finalistes. 

Les sondages ne se sont pas trompés. Très tôt donnés en tête des intentions de vote, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont remporté le premier tour de la présidentielle et s'affronteront le 7 mai pour accéder à l'Elysée.

Sur le plan des programmes, tout oppose le candidat d'En Marche! et la candidate du Front national. Ils portent en particulier deux visions de l'Europe aux antipodes l'une de l'autre. Un antagonisme qui se retrouve dans des thèmes aussi variés que l'emploi, l'immigration, l'éducation ou encore la laïcité et les questions concernant la famille et la société.

Tour d'horizon des propositions du candidat centriste et de son adversaire d'extrême-droite sur une vingtaine de grands thèmes. 

Toutes les propositions sont issues des programmes et des sites de Marine Le Pen et d'Emmanuel Macron.

la suite ici : http://www.bfmtv.com/politique/presidentielle-comparez-les-programmes-d-emmanuel-macron-et-de-marine-le-pen-1150618.html
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Mer 26 Avr 2017, 7:56 pm

Entre les deux tours, les protestants français prennent position contre le FN et l’abstention

Marie Malzac, le 26/04/2017 à 14h13


Après s’être déjà exprimée contre le Front national dans les mois précédant l’élection, la Fédération protestante de France a réaffirmé, mercredi 26 avril, son opposition au parti de Marine Le Pen, sans toutefois appeler explicitement à voter pour Emmanuel Macron.

Agrandir cette imageRéduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.


Assemblée générale de la Fédération Protestante de France (FPF) le 28 janvier 2017. Paris (75), France. / Corinne Simon/Ciric

« Il est vrai que la situation d’entre deux tours laisse un grand nombre dans l’insatisfaction et suscite un réel questionnement quant au choix citoyen », reconnaît la Fédération protestante de France (FPF), dans un communiqué diffusé trois jours après le premier tour de l’élection présidentielle.

« La FPF rappelle toutefois encore aujourd’hui combien ses engagements pourront être entravés en cas de victoire du Front national : la parole en faveur de la liberté religieuse, les actions pour l’accueil des exilés, les œuvres auprès des plus vulnérables, le plaidoyer sur les questions climatiques et, de façon plus générale, le projet de promotion de la fraternité dans une société qui a besoin de se rassembler », soulignent cependant les protestants de France, renouvelant ainsi leur ferme opposition au projet porté par le parti de Marine Le Pen.

« À l’approche du deuxième tour, poursuit le communiqué, la FPF veut rester vigilante, attester de sa confiance dans la politique et contester tout ce qui mettrait en cause le message de l’Évangile. »

Les « dangers de l’abstention »

Mais si la FPF se refuse à appeler à voter nommément en faveur d’Emmanuel Macron, elle met en garde les citoyens « concernant les dangers de l’abstention ».

La fédération, qui rassemble un nombre important d’Églises et d’associations protestantes, a déjà eu l’occasion de s’exprimer à l’occasion de la campagne présidentielle sur cette question.

En janvier, à l’occasion des vœux de la FPF, son président, François Clavairoly, avait déjà affirmé qu’une victoire du FN à l’élection présidentielle serait une « honte » pour la France.

Début avril, dans une grande interview accordée au Monde, il avait déclaré que le protestantisme était « en alerte » à l’approche du scrutin.

Marie Malzac

http://www.la-croix.com/Religion/Protestantisme/Entre-deux-tours-protestants-francais-prennent-position-contre-FN-labstention-2017-04-26-1200842609
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Jeu 27 Avr 2017, 8:37 pm

Mgr Pascal Wintzer : « Je ne voterai pas Marine Le Pen »
le 27/04/2017 à 17h29
Mis à jour le 27/04/2017 à 18h23
 
 

 

PRÉSIDENTIELLE : LETTRES AUX ÉLECTEURS CHRÉTIENS(2/10)Face aux inquiétudes des chrétiens avant le second tour de la présidentielle, La Croix a sollicité le point de vue de dix personnalités intellectuelles chrétiennes. Pascal Wintzer est archevêque de Poitiers.
ZOOM
05 novembre 2011 : Mgr Pascal WINTZER Archevêque de Poitiers.Conférence des Évêques de France, Lourdes, France. / Stéphane Ouzounoff/Ciric

Dans ses Lettres luthériennes, des tribunes qu’il publia en Italie l’année de sa mort, Pier Paolo Pasolini tient ces propos : « Hors d’Italie, dans les pays “développés” – surtout en France –, les jeux sont faits depuis déjà un bon bout de temps. Il y a longtemps que le peuple n’existe plus, anthropologiquement. Pour les bourgeois français, le peuple est formé de Marocains ou de Grecs, de Portugais ou de Tunisiens. Et ceux-ci, les pauvres diables, n’ont qu’à apprendre au plus vite à se comporter comme les bourgeois français. C’est ce que pensent les intellectuels aussi bien de gauche que de droite, tout à fait pareillement. » Ce texte date du 15 juin 1975.
L’artiste pointe, dès 1975, ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui, la France est en effet un pays populaire. Avec la mondialisation, cette France a été laissée au bord de la route, celle de la ruralité et des anciennes régions industrielles. Reconnaissons-le, des personnes comme Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon savent parler aux « gens », savent leur dire qu’ils comptent et que leur souffrance, leur inquiétude, ils peuvent y répondre. On explique ici que les deux électorats peuvent se croiser. Ce sont les mêmes engagements qui ont conduit un milliardaire new-yorkais à devenir président des États-Unis il y a quelques mois. Je résiste dès lors à penser que des solutions simples permettraient de répondre à des défis, à des difficultés, qui ne sont pas enfermés dans les frontières françaises. L’élection de Trump et le Brexit manifestent des problèmes semblables et des solutions qui le sont pareillement.

« Vouloir fermer les portes d’un pays est totalement illusoire »

Face au choix du vote Front national, l’appel moral (le FN c’est mal, le reste c’est bien) n’est d’aucune utilité, et il est inaudible. Mon attitude s’appuie sur ce que je perçois de la réalité : visitant des entreprises, et souvent des PME, dont des exploitations agricoles, je constate qu’elles sont pour la plupart ouvertes au marché international. Je rencontre des entrepreneurs qui s’engagent pour innover, développer et de nouveaux produits et de nouveaux emplois. C’est vrai, tout n’est pas idéal, il y a des échecs, mais la condition de ces succès, c’est l’innovation, et elle passe toujours par des hommes. Plutôt que d’écouter quelques tribuns, je trouve plus bénéfique de regarder ceux et celles qui agissent, dans la vie économique, dans les administrations, parmi les élus. Quoi qu’on en dise, ici et là, beaucoup sont très capables de regarder des situations, d’envisager ensemble des solutions et de se mettre d’accord pour les mener à bien, quelles que soient les convictions, de gauche ou de droite.
Je me plais aussi à penser que le système politique français, la Ve République, est une des raisons des malheurs du pays. Ce régime était lié à une personne et à une situation : De Gaulle et les deux crises majeures que furent la Seconde Guerre mondiale puis la guerre d’Algérie. Nous ne sommes plus dans ce contexte et de Gaulle est mort en 1970, tout miser sur l’élection d’une seule personne exacerbe les attentes et, dès lors, les déconvenues.
Rien ne sera donc joué au soir du 7 mai, le choix d’une personne quelle qu’elle soit ne résoudra pas des problèmes qui sont plus anciens et plus vastes qu’on peut se plaire à le penser. D’abord les réformes de fond s’inscrivent sur le temps long, et non sur les quelque cinq années d’une mandature, et surtout sur un espace vaste, celui du monde. Vouloir fermer les portes d’un pays est totalement illusoire, et ce serait à l’évidence contre-productif, avons-nous si peu d’estime pour les entreprises françaises et pour son agriculture que nous les croirions incapables de s’inscrire sur un marché mondial ? Combien d’exemples prouvent le contraire.

Marine Le Pen n’assume pas le costume qu’elle veut endosser

Pour ma part, c’est en raison de son manque d’ambition et de courage que je ne voterai pas Marine Le Pen. Je crois dans les capacités du peuple de France et je m’efforce de toujours le souligner. Ceci désigne pour moi l’enjeu essentiel du pouvoir politique : l’éducation et la culture, ainsi que le chemin à employer : la pédagogie qui dit le monde de 2017 et celui qui est devant nous. Stigmatisant les « élites », le « système », Marine Le Pen n’assume pas le costume qu’elle veut endosser. Oui, tout groupe humain a besoin d’élites, de personnes qui l’aident à regarder plus haut et à aller de l’avant. En raison d’une mission reçue, d’une compétence ou d’un charisme spécifique. Ce qui est intolérable, c’est d’abuser de ces qualités pour en tirer des avantages personnels, mais il est également intolérable de s’y dérober au profit de discours qui masquent les difficultés auxquelles on ne peut répondre qu’à la mesure où on les nomme et les reconnaît.
Enfin, parce que je suis croyant, je me réjouis que la campagne du second tour de l’élection présidentielle ait heureusement oublié les questions religieuses et confessionnelles ; quelques candidats du premier tour ont trop mélangé les genres. Il revient cependant aux religieux, dont je suis, d’être investis dans ce qui nous est propre. En effet, la vraie sécurité, elle est avant tout intérieure, elle est le squelette spirituel, philosophique, religieux que se donnent les habitants d’un pays. En l’absence de ce squelette, on sera voué à la recherche d’une armure, faussement protectrice, et désignant l’extérieur, l’autre, quel qu’il soit, comme ce qui met en danger, alors que le vrai combat est intérieur.

------------------------------------

Repères

Mgr Pascal Wintzer
Né en 1959 à Rouen, diplômé en droit, Mgr Pascal Wintzer est entré en 1979 au séminaire, tout en suivant des cours à l’Institut catholique de Paris où il obtient sa maîtrise en théologie dogmatique.
En 2007, il est nommé par Benoît XVI évêque auxiliaire de Poitiers, auprès de Mgr Albert Rouet. Lorsque ce dernier démissionne pour raison d’âge, il lui succède, en janvier 2012, comme archevêque.
Il fut par ailleurs durant six ans président de l’Observatoire Foi et Culture, charge qu’il a quittée l’an dernier. Cette expérience lui a donné l’occasion de s’exprimer souvent sur les rapports
entre foi et culture, et entre art et religion.

http://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Mgr-Pascal-Wintzer-Je-voterai-Marine-Le-Pen-2017-04-27-1200842946
Revenir en haut Aller en bas
Degenève
Membre intéressé
Membre intéressé


Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 60
Localisation : Suisse
Langue : Français
Emploi/loisirs : Conseiller fiscal
Date d'inscription : 28/03/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Ven 28 Avr 2017, 9:13 pm

Waddle a écrit:



Dupont Aignan était mon choix en 2012.
Cette année je lui ai préféré Asselineau.

Je soutiens toujours NDA mais je lui reproche de commencer à virer (légèrement) vers Le Pen.


Il vire tellement légèrement qu'il vient de déclarer la soutenir au second tour. Vu le personnage et ses idées, c'était couru d'avance...

[MàJ] et le tout pour la promesse d'un portefeuille de Premier Ministre si MLP était élue. Consternant...
Revenir en haut Aller en bas
François Barberis
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 297
Age : 74
Localisation : Montpellier
Langue : français
Emploi/loisirs : Economiste, Géopolitologue, conférencier
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 30 Avr 2017, 4:47 pm

Lettre à Daniel G. homme tolérant et cutivé
Le multiculturalisme, voilà l'ennemi !

Mon ami, tu as bien voulu me solliciter suite aux récents événements et singulièrement le ralliement de NDA à MLP, ajoutant que mes analyses  t’intéressent. Je t'en remercie. Les voici donc, brièvement résumées.

Je me dois au préalable définir ma propre position.
Je suis un patriote qui est à la recherche de la voie par laquelle notre pays pourra recouvrer sa grandeur.
Le choix de DLF et de son président NDA était une mauvaise pioche.
je le voyais comme Bonaparte au Pont d'Arcole brandissant notre fier étendard et exhortant ses troupes. Il n'est qu'un boutiquier de la politique. Dont acte.

En politique, il est permis de se tromper, mais alors il faut faire machine arrière dès l'erreur reconnue et rétablir aussitôt l'échelle des valeurs. C'est ce que je fais dès aujourd'hui.

Mais il ne doit y avoir aucun doute : dans l'échelle des "horreurs" politiques, Macron est pour moi au dessus de MLP.


Macron:
Macron n'est en effet ni un patriote, ni un républicain, ni un démocrate.

Macron est un homme de marché, multiculturaliste qui avance masqué.
C'est un homme pour qui la nation n'est pas le niveau pertinent d'analyse et de réflexion (il l'a déclaré). Pour lui le marché est la seule référence pertinente (i l'a déclaré)

Il représente l'un des trois totalitarismes qui menacent la France, celui de la pléonexie, terme inventé par le sociologue Marcel Mauss, neveu d’Émile Durkheim,  au début du XXème siècle pour désigner l'attitude d'avidité permanente vis-à-vis de l'argent et d'accaparement des richesses au profit d'une caste oligarchique.

J'ai dit que Macron est un danger plus grand que MLP, pourquoi ? Parce que Macron avance masqué, se donnant les airs du "parti du bien" luttant contre le parti du mal (le parti du mal, c'est toi et moi bien entendu, les gens comme nous tolérants qui pensent que la nation et le patriotisme sont encore des valeurs dignes d'être défendues, qui ne sont pas contre "le marché", mais qui veulent l'endiguer). Macron  utilise pour cela tout l'attirail idéologique des "antifas" et surfe sur la vague multiculturaliste installée par une gauche (pour l'essentiel) prête à vendre la culture française et l'histoire de France au profit de sa vision irénique de la société (voir Hamon, et dans une moindre mesure Mélenchon et leur multiculturalisme viscéral).

Il faut bien comprendre que pour un homme de marché, la nation est un obstacle En revanche une société multiculturelle où tout se vaut, ouverte à tous vents, réalise l'optimum des conditions de profit : Vive le marché, à bas la nation !


Marine Le Pen
J'ai dit et je répète : Macron est un danger plus grand que MLP. Je mesure  combien cela est contre intuitif.
MLP incarne le deuxième totalitarisme qui menace la France : le totalitarisme identitaire.
Mais ce danger est moins grand que le danger du multiculturalisme et de la pléonexie de Macron, tout simplement parce que ce danger est bien repéré et que nous savons comment l'endiguer et le combattre. Il faut simplement agir pour que le FN, cet astre gris, fasse sa révolution démocratique interne,  MLP (qui n'est pas une totalitaire) et Philippot s'y emploient, mais la résistance est dure. Il n'est pas sûr qu'ils parviennent, mais leur chances ne sont pas nulles. C'est pourquoi je me refuse encore à leur accorder ma confiance.

Néanmoins, il faut que les choses soient clairement dites : Si le FN demeure encore un astre gris, les 20% de votants qui lui ont apporté leurs voix ne sont pas des fascistes. Ce sont des citoyens honorables que la mondialisation a rejeté dans la France périphérique qu'a bien décrite Christophe Guilluy. Ce sont des Français qui sont au désespoir, et qui par leur vote aux extrêmes lancent un appel au secours à notre nation pour que celle-ci les remettent dans l'ascenseur social. Il est indécent de les stigmatiser en leur accolant le terme de fascistes..

Fillon
La grande faute politique de Fillon n'est pas d'avoir commis les indélicatesses qui lui sont reprochées. L'histoire de France est pleine de ces grands hommes politiques qui ont œuvré pour la grandeur du pays et nous ont permis d'être ce que nous sommes, et qui étaient des gens d'une moralité plus que douteuse, quand ce n'est pas de véritables voyous. Le meilleur exemple, car c'est le plus  grand premier ministre que la France a connu, est Mazarin. A sa mort, on découvrit dans son château une vraie caverne d'Ali Baba où étaient entreposées pas moins de 20 tonnes d'or. Mais il y en a bien d'autres.
La grande faute politique commise par Fillon est d'avoir appelé à voter Macron au 2ème tour sans prendre la peine d'un recul minimum. Il a , pour le coup, montré son manque d'envergure.
Mais surtout il a ainsi réduit a néant la seule avancée politique sérieuse qu'il avait su construire : mettre la lutte contre le terrorisme ethnico-religieux, le salafisme, qui constitue le troisième totalitarisme qui menace notre pays, au centre de nos préoccupations politiques.

Entends ce que je dis, ami Daniel : il n'y a plus aujourd'hui aucune force politique et morale qui dénonce sérieusement le totalitarisme ethnico-religieux comme étant la première menace dirigée contre notre pays. Or ce qu'il faut bien comprendre, c'est que cette menace des barbus se nourrit du multiculturalisme, celui-là même sur lequel surfe Macron, qui vient de recevoir l'appui dudit Fillon et de ce qui reste de l'UMP. Je ne veux pas parler de trahison morale du chef des leaders de l'UMP, mais cela y ressemble beaucoup.

Par son appel intempestif à se rallier à Macron-le-multiculturaliste qui avance masqué, dont le succès est probable, Fillon et les dirigeants de l'UMP (et a fortiori ceux qui ont rallié Macron dès avant le 1er tour) ont ouvert la voie à un terrorisme ethnico-religieux qui sera encore plus vindicatif : souvenons-nous de la parole de Macron après le récent attentat des Champs Elysées : "Il faudra vous y habituer...". Vous, pas nous... Déjà pointe le prophète sous ce propos qui sonne  comme une prédication maléfique. Tout Macron est dans ce "vous". Horresco referens...

Pour contrer ces trois totalitarismes, par ordre décroissant de dangerosité : l’ethnico-religieux, la pléonexie (le totalitarisme des marchés), l'identitarisme, il faut y opposer  3 valeurs et une volonté.

ces valeurs sont : - le patriotisme, qui est la seule source de vertus républicaines et qui constitue le meilleur rempart contre le nationalisme et l'extrémisme;
                             - l'indépendance nationale et son expression politique : la récupération des outils de souveraineté. Il n'est pas possible de résoudre la question sociale si on n'est pas une nation indépendante pouvant agir au bénéfice de son peuple;
                              - la laïcité augmentée  ou autrement dit, la laïcité de mœurs, c'est à dire la prohibition de signes ostentatoires ethnico-religieux et de manifestations multiculturalistes dans l'espace public : pas de tolérance pour les intolérants.

la volonté c'est de construire une droite républicaine, laïque, patriote, retrouvant dans l'Histoire de France la source de nos valeurs.


Question : par où commencer ? Certainement pas par un vote MLP et a fortiori par un vote Macron.


Bonne lecture. Amicalement.


Dernière édition par François Barberis le Dim 30 Avr 2017, 8:48 pm, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 30 Avr 2017, 8:02 pm

comme nous n'aurons pas le choix, c'est l'un ou l'autre ou voter blanc ?

Pour ma part, je ne voterai jamais Marine...
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 30 Avr 2017, 9:41 pm

Demain soir, je vais chez les Mélanchon... je vais tâter le terrain pour savoir pour qui ils vont voter, c'est de la famille mais je ne les vois pas non plus voter Marine...

Je vous dirai cela mardi...

Bonne fête du 1er mai, après tout, même à la retraite, nous avons droit à la fête du travail n'est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
mimi
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 71
Localisation : bretagne mais originaire belgique
Langue : français
Emploi/loisirs : éducatrice en retraite
Date d'inscription : 04/02/2017

MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   Dim 30 Avr 2017, 10:05 pm

Mélenchon met en garde ses électeurs contre la "terrible erreur" d'un vote FN

AFP, publié le dimanche 30 avril 2017 à 21h16
              
Présidentielles: Mélenchon met en garde ses électeurs contre la "terrible erreur" d'un vote FN


Jean-Luc Mélenchon a mis en garde dimanche sur TF1 ses électeurs contre la "terrible erreur" que représenterait un vote en faveur du Front national, invitant aussi Emmanuel Macron à faire un geste envers les "insoumis" en retirant son projet de réforme du code du travail.

"Il n'y a pas d'ambiguïté dans ma position (...) Je ne voterai pas Front national, je combats le Front national. Et je dis à tous ceux qui m'écoutent: ne faites pas la terrible erreur de mettre un bulletin de vote pour le Front national car vous pousseriez le pays à un embrasement général dont personne ne voit le bout", a déclaré le candidat de la France insoumise.

Refusant de dire pour sa part s'il votera blanc ou pour Emmanuel Macron, M. Mélenchon a rappelé qu'aux régionales de 2015 déjà il n'avait pas appelé au "front républicain". 

Prenant ses distances avec le "front républicain", qui consiste à "donner des brevets de pompier à des pyromanes", il s'est justifié en disant qu'"en 2002, on pensait que c'est un accident", désormais "à toutes élections", "on nous tord le bras".

Allant jusqu'à se voir en futur chef d'une majorité de gauche, M. Mélenchon a donné un "conseil" au candidat d'En Marche!, favori d'après les sondages pour le second tour de la présidentielle face à la candidate FN. 

"Au lieu de m'insulter, au lieu de tordre le bras de mes amis et de les maltraiter, pourquoi par exemple ne ferait-il pas un geste ? Mme le Pen essaye au moins de parler aux Insoumis", s'est-il interrogé.

"Lui, il pourrait faire un geste, il pourrait leur dire : +écoutez je vous ai compris, je retire mon idée de réforme de code du travail (...) pour que vous puissiez faire un mouvement vers moi+", a poursuivi M. Mélenchon, en référence à la volonté de M. Macron de réformer à nouveau le code du travail, par ordonnances, à l'été.

"M. Macron, il faut faire quelque chose, vous ne pouvez pas vous contenter de venir et de dire: +je veux un vote d'adhésion+. Non, nous n'adhérons pas à vos thèses. Il prend des risques en se comportant comme il le fait", a jugé M. Mélenchon.

"A mon avis, la France va se débarrasser de Marine Le Pen à cette élection, et nous, dans un mois, nous allons tous ensemble nous débarrasser de la politique de M. Macron" à l'occasion des législatives, a dit cet eurodéputé.

Et M. Mélenchon a évoqué la possibilité pour lui d'être candidat aux législatives, par exemple à Marseille, Toulouse ou Lille. "J'attends des signes", a-t-il glissé.

http://actu.orange.fr/politique/melenchon-met-en-garde-ses-electeurs-contre-la-terrible-erreur-d-un-vote-fn-CNT000000HwgEr.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Campagne présidentielle en France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Campagne présidentielle en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Top 30 des affiches de la campagne présidentielle de Sarkozy
» Le film documentaire sur Bayrou
» Poussette avec landau pour campagne
» Vigour 3+ ou 4+ de Britax pour campagne? Taille des roues?
» Poussette Campagne ET Ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: La France métropolitaine et ultramarine-
Sauter vers: