FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prix du baril : la descente aux Enfers !

Aller en bas 
AuteurMessage
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Prix du baril : la descente aux Enfers !   Sam 20 Déc 2008, 8:51 pm

Source : http://finances.fr.msn.com/bourse/articlelatribune.aspx?cp-documentid=11957572

Le brut tombe à moins de 34 dollars à New York, le brent se reprend Londres

Le baril de pétrole poursuit sa chute à New York, passant sous les 34 dollars, au plus bas depuis quatre ans et demi. En revanche, le brent de la mer du Nord à Londres gagne 8 cents à plus de 43 dollars.

latribune.fr

19 décembre 2008

Citation :
Les analystes doutaient de la capacité de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'inverser la tendance baissière observée sur les cours du brut depuis leurs sommets atteints le 11 juillet à 147 dollars le baril. Il ne s'était pas trompés. Alors que le cartel a décidé mercredi d'abaisser sa production journalière de 2,2 millions de barils (la plus forte baisse depuis l'introduction du système des quotas de production en 1982), le prix du baril est tombé à New York à son plus bas niveau depuis quatre ans et demi, repassant temporairement sous la barre des 34 dollars.
Vers 14 heures, après ce nouveau plus bas, le cours du baril de "light sweet crude" pour livraison en janvier (dernier jour de cotation de ce contrat) perdait 2,61 dollars, à 33,61 dollars, sur le marché new-yorkais Nymex. En revanche, à Londres, le baril le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 43,43 dollars, en hausse de 8 cents par rapport à la clôture de jeudi soir.
"La récession mondiale continue à saper la demande" de produits pétroliers, commente David Evans, analyste chez BetOnMarkets, malgré la décision prise le même jour par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de baisser sa production de plus de deux millions de barils par jour.
Si la baisse des quotas de l'Opep était acquise, les marchés spéculaient sur son ampleur. Globalement, les marchés anticipaient un abaissement de 2 millions de barils par jour. Mais mercredi matin, plusieurs rumeurs de marché faisaient état d'une baisse de 2,5 millions de barils par jour de la production du cartel, qui représente environ 40% de l'offre mondiale en pétrole. Les analystes doutent cependant que cette décision puisse inverser durablement la tendance.
D'autant que l'Opep estime que la demande mondiale de pétrole devrait reculer cette année et l'an prochain. Pour 2008, "la demande de pétrole a été réduite d'une estimation initiale de hausse de 1,3 million de barils par jour (mbj) à un recul de 0,1 mbj" pour s'établir à 85,83 mbj, table le cartel dans son rapport mensuel de décembre. Et "la dégradation de l'économie dans les pays de l'OCDE réduira selon les estimations la demande mondiale totale de pétrole en 2009 de 0,15 mbj, soit 0,2%, à 85,7 mbj".
Dans son estimation publiée la semaine dernière, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait elle aussi pronostiqué une baisse de la demande de pétrole en 2008, la première depuis 25 ans. L'AIE tablait sur une baisse de 0,2 million de barils par jour de la consommation cette année, estimant en revanche que la demande se redressera de 0,5 million de barils par jour l'an prochain.
Par ailleurs, l'Opep souhaite une baisse comprise entre 500.000 et 600.000 barils par jour de la production des pays non membres. Quatre pays producteurs non membres de l'Opep ont été invités à la réunion convoquée mercredi à Oran: la Syrie, Oman, l'Azerbaïdjan et surtout la Russie, au coude à coude avec l'Arabie Saoudite pour la place de premier producteur mondial. Le vice-Premier ministre russe Igor Setchine a indiqué que son pays pourrait réduire son offre de 320.000 barils par jour.
Autre nouvelle sur les marchés: les stocks américains en produits pétroliers. Ces derniers ont progressé plus fortement qu'attendu. Les réserves de pétrole brut ont ainsi augmenté de 500.000 barils la semaine dernière, à 321,3 millions. Les analystes ne tablaient que sur une hausse de 300.000 barils. Les stocks d'essence ont grimpé de 1,3 million de barils, contre une progression de 1,4 million escomptée par le marché.
Surtout, les stocks en produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont progressé de 2,9 millions de barils alors que le consensus attendait une hausse de 1,4 millions. Ces stocks sont de plus en plus suivis à l'approche de l'hiver, qui se traduit par une augmentation de la demande en fioul de chauffage aux Etats-Unis.

Côté demande, les Américains ont consommé 19,6 millions de barils par jour de produits pétroliers en moyenne sur les quatre dernières semaines, soit une baisse de 4,9% comparé à un an plus tôt. La consommation d'essence a notamment fléchi de 2,7% et celle de produits distillés de 4,5%. Enfin, les raffineries américaines ont ralenti leur cadence, fonctionnant à 84,1% de leurs capacités contre 87,4% la semaine précédente.

(c) Copyright 2008 La Tribune

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
 
Prix du baril : la descente aux Enfers !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» William - Une lente descente aux enfers...
» Notre descente aux enfers
» prix littéraires
» Ne pas confondre l'inflation et l'augmentation des prix
» descente d'auditoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Société :: Économie-
Sauter vers: