FORUM FRANCOPHONE ©
FORUM FRANCOPHONE ©
FORUM FRANCOPHONE ©
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -43%
Canapé d’angle réversible Boston ...
Voir le deal
229.99 €

 

 Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo

Aller en bas 
AuteurMessage
aigle gouvernant
Membre d'élite
Membre d'élite
aigle gouvernant


Masculin
Nombre de messages : 747
Age : 66
Localisation : gand (belgique)
Langue : français ,nl,anglais,allemand
Emploi/loisirs : pensionné ,multiples
Date d'inscription : 22/11/2020

Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo Empty
MessageSujet: Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo   Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo EmptyVen 26 Fév 2021, 6:16 pm

Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quoi !


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bonjour à toutes et tous ,le comité de concertation a décidé de ne rien décider , et donc la mort annonçée des indépendants de l’horeca (restaurants ,cafés) et les milliers de faillites qui arrivent partout en Belgique et ce malgré les lourds investissements pris par ceux – ci pour respecter les procédures strictes , mais il n’y a pas que cela ,c’est le ras le bol de notre jeunesse ,et je suis bien plaçé pour le savoir , ma fille chérie a Bruxelles du haut de ses 19 ans et aux études universitaires (langues romanes) qui se morfond dans l’appartement de 80 mètres carrés de sa mère ,serrée à 4 , puisque son frère et le compagnon de sa mère et sa mère !
Douche froide sur la Belgique: “Assouplir avec ces chiffres serait irresponsable”
Le Comité de concertation n’a donc pris aucune décision sur des éventuels assouplissements, à l’exception de la réouverture déjà décidée des métiers de contacts au-delà des coiffeurs, à partir du lundi 1er mars. Une nouvelle réunion est dès lors attendue la semaine prochaine. La présentation des experts à propos de la situation sanitaire a douché les espoirs de nouveaux assouplissements dès la semaine prochaine. En revanche, le couvre-feu en Wallonie est réduit et s’étirera de minuit à 5h00 du matin dès le 1er mars.
La douche froide, glaciale même. Contre toute attente, le Comité de concertation a douché les espoirs d’un éventuel assouplissement des mesures. En cause, les chiffres des hospitalisations qui sont repartis de plus belle ces derniers jours. De manière exponentielle, craignent les autorités qui ont donc préféré jouer la carte de la prudence ,La situation de la pandémie reste délicate dans notre pays. Nous étions sur une sorte de plateau élevé, mais quand même un plateau. Aujourd’hui, nous voyons une hausse des chiffres, surtout en ce qui concerne les nouvelles hospitalisations. Cela nous oblige donc à la prudence”, a annoncé le Premier ministre Alexander De Croo en guise d’introduction.  “En pleine tempête, il ne faut pas décoller. Les chiffres incertains ne nous permettent pas d’assouplir les mesures en vigueur. Ce serait insensé et irresponsable”, a expliqué le libéral.

Le Comité de la consternation

Dès lors, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont décidé... de ne rien décider ce vendredi, si ce n'est de prendre une pause d’une semaine pour évaluer la situation. Un nouveau Comité de concertation est donc prévu vendredi prochain.



Nous faisons cela pour éviter de prendre une décision qui mettrait à mal ce qui a été réalisé ces derniers mois. Nous sommes face à une grosse incertitude par rapport aux chiffres. Ce n’est pas le moment de prendre une décision”, a ajouté le Premier ministre.
Un choix difficile, mais qui se justifie par la crainte, bien réelle, d’une troisième vague dans notre pays, alors que le variant britannique représente désormais plus de la moitié des nouvelles contaminations au coronavirus. “Je reste convaincu que nous pourrons assouplir. Mais il faut patienter. Il faut que la clarté se fasse. En espérant que cela sera plus clair dans quelques jours”, a confié Alexander De Croo.

Le printemps de la liberté est à nos portes”

Le Premier ministre a tout de même tenu à apporter un message d’espoir, à savoir le printemps et ses beaux jours qui arrivent. Une saison moins propice à la propagation du virus.
Le printemps de la liberté est à nos portes. Nous pourrons bientôt boire un verre ensemble, nous embrasser, faire du sport, profiter de la culture, profiter des amis que l’on n’a plus vus depuis longtemps. Ce moment n’est plus éloigné. Mais à une condition: que l’on soit prudent. Je sais que les tentations sont grandes. Mais le moment présent est très délicat. Beaucoup de personnes se trouvent à l’hôpital, c’est un signe. Si nous prenons nos responsabilités aujourd’hui, le printemps arrivera”, a enfin assuré le Premier ministre.

Un couvre-feu moins strict en Wallonie, statu quo à Bruxelles

Aucun assouplissement? Pas tout à fait puisque la Wallonie a décidé de s’aligner, dès le 1er mars, sur le couvre-feu national, qui est déjà en vigueur en Flandre, fixé de minuit à 5 heures du matin. En revanche, pas de changement à Bruxelles, où le couvre-feu s’étirera toujours de 22h à 6h du matin. 

Consternation et indignation" du côté des indépendants


    L'Union des classes moyennes se dit vendredi "déçue, consternée et indignée" par le report des décisions quant aux mesures prononcé par le Comité de concertation."Nous n'avons plus qu'un message pour les indépendants: 'nous ne comprenons plus nos autorités. Nous sommes conscients qu'on vous maintient la tête sous l'eau au-delà du raisonnable. Nous ne pouvons plus cautionner la manière dont la lutte contre l'épidémie est menée", commente l'UCM."Une semaine de plus sans la moindre avancée (...) Le gouvernement agit comme si la campagne de vaccination ne mettait pas à l'abri les personnes vulnérables, comme si les indépendants et entreprises n'étaient pas à même d'appliquer des protocoles de sécurité, comme si la population n'était pas à bout et comme si des secteurs entiers de notre économie n'étaient pas à deux doigts de s'effondrer."
  1. 17:45

    La FEF évoque "une douche froide" pour les étudiants

    Le report des décisions du comité de concertation en raison des incertitudes liées à l'évolution de l'épidémie "fait l'effet d'une douche froide" pour les étudiants et la jeunesse en général, regrette la présidente de la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) Chems Mabrouk. L'organisation continue à espérer des annonces positives dès la semaine prochaine. "Cela devient urgent et nécessaire", souligne sa présidente.

  2. 17:10

    Clarinval: "Les chiffres du commissaire corona sont inquiétants"

    "Jusqu'à hier, les chiffres permettaient des assouplissements mais les chiffres de ce midi du commissaire corona (Pedro Facon) sont inquiétants. On doit prendre quelques jours de recul pour les analyser", a admis le ministre David Clarinval au micro de LN24.

  3. 16:40

    Plus de 400 patients Covid aux soins intensifs, les hôpitaux passent en phase 1b

    "Nous avons demandé aux hôpitaux de se préparer à la phase 1b", a annoncé le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, précisant que désormais plus de 400 personnes sont actuellement hospitalisés en soins intensifs pour cause de Covid.
    "Les hôpitaux doivent réserver la moitié des lits en soins intensifs pour accueillir des patients souffrant du covid-19", a déclaré Frank Vandenbroucke.
    "Ça ne veut pas dire que l'on va reporter les autres soins", a-t-il nuancé. "N'hésitez pas, les hôpitaux sont des environnements sûrs. Ne pas aller à l'hôpital alors que vous en avez besoin, serait une très mauvaise idée", a-t-il conseillé.

  4. 16:34

    Pas de changement à Bruxelles, le couvre-feu maintenu à 22h

    "Nous ne changerons aucune règle à Bruxelles, y compris le couvre-feu. Nous considérons que ce couvre-feu à 22h nous a d'ailleurs bien aidés cette semaine-ci", a annoncé le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort en évoquant les rassemblements dans les parcs et espaces publics bruxellois.

  5. 16:29

    Couvre-feu à minuit à partir du 1er mars en Wallonie

    Le couvre-feu en Wallonie sera retardé pour passer de 22h à minuit, dès le 1er mars, a annoncé le ministre-président wallon Elio Di Rupo. La Wallonie s'aligne donc sur le couvre-feu national, également en vigueur en Flandre, qui est donc fixé de minuit à 5h du matin.

  6. 16:28

    Di Rupo: "Prendre du temps pour voir si l'on n'est pas entré dans la 3e vague"

    "Plutôt que de commettre des erreurs et gâcher les efforts de citoyens, nous préférons nous donner le temps de vérifier si nous sommes entrés ou non dans cette 3e vague", a précisé Elio Di Rupo.

  7. 16:27

    Jan Jambon: "Il faut tenir bon"

    "Nous espérons vraiment que nous pourrons annoncer des assouplissements la semaine prochaine. Mais il faut tenir bon", a appelé le ministre-président flamand Jan Jambon.

  8. 16:17

    "Le printemps de la liberté est à nos portes"

    "Le printemps de la liberté est à nos portes. Nous pourrons bientôt boire un verre ensemble, nous embrasser, faire du sport, profiter de la culture, profiter des amis que l'on n'a plus vus depuis longtemps. Ce moment n'est plus éloigné. Mais à une condition, que l'on soit prudent. Je sais que les tentations sont grandes. Mais le moment présent est très délicat. Beaucoup de personnes se trouvent à l'hôpital, c'est un signe. Si nous prenons nos responsabilités aujourd'hui, le printemps arrivera", a enfin assuré le Premier ministre.

  9. 16:15

    "Je reste convaincu que nous pourrons bientôt assouplir"

    "J'ai eu beaucoup de mal à prendre cette décision (de ne pas décider), mais je reste convaincu que nous pourrons assouplir. Mais il faut patienter. Il faut que la clarté se fasse. En espérant que cela sera plus clair dans quelques jours", a confié Alexander De Croo.

  10. 16:14

    Une pause d'une semaine

    "Nous avons décidé de prendre une pause d'une semaine pour nous permettre de suivre attentivement la situation. Nous faisons cela pour éviter de prendre une décision qui mettrait à mal ce qui a été réalisé ces derniers mois. Nous sommes face à une grosse incertitude par rapport aux chiffres. Ce n'est pas le moment de prendre une décision", a ajouté le Premier ministre.

  11. 16:13

    De Croo: "les chiffres des hospitalisations nous imposent de rester extrêmement prudents"

    "La situation de la pandémie reste délicate dans notre pays. Nous étions sur une sorte de plateau élevé, mais quand même un plateau. Aujourd'hui, nous voyons une hausse des chiffres, surtout en ce qui concerne les nouvelles hospitalisations. Cela nous oblige donc à la prudence", a annoncé le Premier ministre Alexander De Croo en guise d'introduction.

  12. 16:09

    Plus de 200 patients admis à l'hôpital aujourd'hui

    "Plus de 200 patients ont été admis à l'hôpital aujourd'hui, ce nombre n'a plus été aussi élevé depuis décembre", a indiqué le virologue Steven Van Gucht à VTM Nieuws.

  13. 16:06

    Les métiers de contact rouvriront bien le 1er mars

    Les métiers de contact, hors salons de coiffure qui ont déjà pu rouvrir, pourront bel et bien reprendre leurs activités le 1er mars, comme annoncé lors du dernier Codeco et d'ailleurs prévu par arrêté ministériel. 

  14. 15:51

    Un nouveau Comité de concertation prévu vendredi prochain

    Le Comité de concertation se réunira à nouveau dans une semaine pour faire le point sur l'évolution des chiffres de l'épidémie, a-t-on confirmé à notre rédaction.

  15. 15:49

    Aucun assouplissement en vue

    Selon plusieurs sources qui l'ont indiqué à notre rédaction, aucun assouplissement des mesures n'a été décidé. Les chiffres de l'épidémie, qui repartent un peu à la hausse, sont jugés trop élevés pour assouplir. 

  16. 15:40

    La conférence de presse programmée à 16h

    Alors qu'on s'attendait à des longues négociations, le Comité de concertation est déjà terminé. La conférence de presse du Comité de concertation se déroulera à 16h00.







-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




La cacophonie de trop de gouvernements et trop de Ministres et pendant ce temps-là la population ne croit plus en rien du message politique !


La BBC s’étonne du centre de vaccination du Heysel quasi vide: “Assez choquant”
Après le couac informatique survenu au lendemain de son ouverture, le centre de vaccination du Heysel reste désespérément vide, épinglent les médias internationaux BBC et Euronews. Le plus grand centre de vaccination de Bruxelles et de Belgique a été officiellement ouvert mardi 16 février au Palais 1 du Heysel. Cependant, peu de monde se bouscule au portillon pour l’instant pour venir se faire vacciner. Mercredi dernier, comme l’épingle un reportage de la BBC, seulement... 200 personnes sont venues se faire vacciner, alors qu’une capacité de 1.000 vaccinations par jour peut être atteinte.
Nous avons vu deux personnes se présenter pour des rendez-vous pendant notre visite”, témoigne Jean Mackenzie, correspondante britannique pour la BBC, qui évoque une situation “assez choquante” dans le reportage.
Interrogée, la responsable du centre Inge Neren, directrice du service d’hygiène de la région bruxelloise, avoue son impuissance: “C’est dommage qu’il n’y ait pas beaucoup de monde cet après-midi, c’est très calme. Il n’y a pas assez de vaccins en ce moment. Oui, bien sûr, c’est décevant, mais je ne peux rien y faire”.
Céline Fremault, cheffe de file du cdH à Bruxelle, s’indigne de la situation. “Bientôt 2 semaines que ce centre censé être “phare” tourne à presque vide: c’est quoi le plan B évoqué par le #brugov? Personne ne le sait... On perd un temps précieux et l’adhésion indispensable. C’est inacceptable”, dénonce-t-elle sur Twitter.

Comment expliquer le peu d’affluence et la lenteur de la vaccination? 

D’une part, les couacs informatiques de convocation et de délai de deux ou trois jours pour envoyer tout cela par la poste. D’autre part, les retards de livraisons des vaccins mais aussi, note la rtbf, le scepticisme des soignants bruxellois en première ligne à recevoir un vaccin Astrazeneca, notamment après les réserves émises par Emmanuel Macron.
Aujourd’hui, on pense que le vaccin est quasi inefficace pour les plus de 65 ans”, avait-il déclaré avant même l’avis de l’Agence européenne du médicament.
Par ailleurs, la complexité institutionnelle du pays pourrait également être une explication. Pour rappel, les commandes sont faites par le fédéral tandis que l’administration est gérée par l’échelon régional. “C’est une situation typiquement belge”, analyse Koen Wauters, journaliste à la VRT, sur le site d’Euronews. “La collaboration entre tous ces niveaux de pouvoir n’est pas toujours simple”, conclut-il.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les aides pour les indépendants ne couvrent que 30 % des frais fixes des indépendants , c’est donc de nouveau là aussi un flop total du gouvernement fédéral et des gouvernements régionaux ! Une rustine sur une jambe de bois , et des aides très différentes d’une région à l’autre , Wallonie : 16.500 euros pour la première vague et deuxième , Bruxelles 12.000 euros et la Flandre : 40.330 euros ! Par contre pendant ce temps-là , le coût des cabinets ministériels de nos souriants et trop nombreux Ministres explosent :Le coût des cabinets ministériels connaît une forte hausse au sein du gouvernement fédéral. L’octroi des crédits provisoires pour la fin 2020 et les budgets 2021 doivent être votés à la Chambre mercredi et jeudi prochains. "C’est une augmentation de 22 % si on compare avec le budget 2018, dernier d’un gouvernement de plein exercice. On passe de 54 à 66 millions € pour 2021 ! Je ne suis pas du style à dénoncer pour dénoncer. Mais ici, la situation est très perturbante et dérangeante. On frise l’indécence. Et au moment où on cherche des moyens partout et que des gens se demandent comme faire pour clôturer leur mois, on augmente les dépenses de cabinets de 22 %", s’insurge Vanessa Matz, députée CDH, qui interpellera la secrétaire d’État au Budget Eva De Bleeker (Open VLD) à la Chambre.Mardi dernier, la commission des Finances avait approuvé un projet de loi de la coalition Vivaldi octroyant des crédits provisoires supplémentaires pour les cabinets ministériels. De quoi fonctionner en l’attente de la mise en œuvre du budget 2021.
Pourtant ,lorsque le Cdh était au pouvoir en 2016 ,que lisait-on sur le coût des cabinets ministériels cdh et ps : Bonne gouvernance du PS et du cdH vraiment ?Le PS et le cdH avaient promis que le remplacement de Joëlle Milquet par deux ministres ne coûterait rien… Pourtant le doute est bien présent.
Opacité du coût des cabinets
Cette situation de doute existe à cause de l’opacité du coût des cabinets.
Dans une démocratie, le parlement contrôle le gouvernement et est aidé, pour mener à bien cette mission, par des institutions indépendantes comme la Cour des comptes. Mais si cela permet d’avoir un contrôle de légalité sur l’action des cabinets, cela ne permet pas d’avoir un aperçu détaillé de leur composition.
Le parlement reçoit un simple tableau reprenant le nombre d’équivalents temps-plein, mais il est actuellement impossible de connaître le véritable coût des cabinets, ni leur composition exacte, ni le nombre d’employés, etc.

Une situation qui révèle un problème

« Cette opacité sur le coût des cabinets a pris une différente ampleur suite au remaniement ministériel, remplaçant Mme Milquet par Mesdames Schyns et Greoli, dont le Président du cdH et le Ministre-Président nous avaient alors juré, la main sur le cœur, que cela ne coûterait pas un euro de plus ! Or, depuis, il a été demandé au parlement de prendre en charge la totalité du salaire de Mme Greoli, nous promettant un remboursement… Interrogé hier en commission, M. Demotte a dit ne pas être au courant de ces modalités de remboursement, ni d’une échéance de paiement éventuelle. Et aujourd’hui, le cabinet de Mme Greoli annonce un remboursement trimestriel, mais pourquoi demander au parlement de payer si l’argent est là ? Bref, rien n’est clair, tout est opaque ! Et il est évident que nous resterons très vigilants quant à la suite réservée à ce dossier », explique Françoise BERTIEAUX.

Le MR veut la transparence

Afin de mettre fin à cette zone d’ombre, Françoise BERTIEAUX, Valérie DE BUE et Alain DESTEXHE envisagent la transmission annuelle d’un rapport au parlement reprenant une série d’informations sur les personnes composant les cabinets, ainsi que sur la rémunération des ministres (en ce compris les avantages et les indemnités, ainsi que l’origine de cette rémunération).
« Actuellement les membres du gouvernement coûtent un peu moins de 1 million d’euros au parlement, mais quelle en est donc la ventilation exacte ? En effet sachant que, par une bizarrerie de l’histoire, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est le seul des parlements à intervenir dans le salaire des ministres – un système d’ailleurs dénoncé à son arrivée par le ministre du Budget André Flahaut (PS) -, celui-ci devrait donc pouvoir savoir comment est dépensé cet argent», demandent les députés MR.


Alors avant de donner des leçons aux autres le cdh ferait bien de se poser la question pourquoi , ce parti se retrouve dans l’opposition !


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



[size=13][size=13]Erwin vandendaele de ledeberg[/size][/size]
Professeur universitaire honoraire
Régent en langues germaniques (nl,english,duits)
Ere -universiteitsprofessor
Sciences politiques et économiques
Polietike en economische wetenschap
Mouvement progressiste politico-économique du cercle des lumières (héritier du siécle des lumières)
Progressieve politiek-economische beweging cirkel van lichten
Chroniqueur attitré et analyste politico-économique pointu
Columnist en analist van economisch en polietiek
102.700 lecteurs attendus aujourd’hui 
[size=13][size=13]102.[size]700 lezersbekennen vandaag[/size][/size][/size]
Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo
» Chronique spéciale après comité de concertation et le couac et risée de l’Europe ,le centre de vaccination du Heysel est vide , bravo les politiciens gestionnaires du n’importe quo
» Edition spéciale : chronique spéciale Erwin : les déflagrations des fragmentations ou une petite histoire de la Belgique revisitée
» La chronique du vendredi 15 janvier 2021:les centres de vaccination
» La chronique du vendredi 15 janvier 2021:les centres de vaccination

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Politique :: Wallonie (y compris les Fourons et les Cantons de l'Est)-
Sauter vers: