FORUM FRANCOPHONE ©

FORUM FRANCOPHONE ©

Forum généraliste et politique francophone
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Dieu est-il bon?

Aller en bas 
AuteurMessage
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
Ardennais

Masculin
Nombre de messages : 3516
Age : 53
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français
Emploi/loisirs : enseignant
Date d'inscription : 20/04/2009

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyMer 30 Sep 2009, 10:38 pm

Grasse, Nonidi 9 Vendémiaire, An CCXVII.

Chers tous,

Peut-on affirmer que Dieu est bon? S'il l'est, d'où provient le mal? Si le mal provient d'une autre source que Dieu, Dieu n'est plus parfait ni omnipotent: il ne peut plus être le seul dieu ce qui revient à dire qu'il n'est plus "Dieu". Mais si Dieu est bien Dieu et qu'il est à l'origine du mal, comment continuer à dire qu'il est bon? Serait-ce à dire que le bien et le mal se valent pour Dieu et que nous seuls, êtres humains, souffrons de distinguer ce qui nous semble deux pôles antinomiques de l'activité divine? Dans ce cas, comment expliquer que Dieu qui nous a fait à son image nous ait affligés d'une faculté de discernement aussi trompeuse qu'hadicapante? Ou bien le bien et le mal existent réellement sur le plan humain comme sur le plan divin, mais un Dieu omnipotent et omniscient devait obligatoirement savoir que sa pauvre créature serait torturée par un tel dilemne... Pourquoi un Dieu de bonté plongerait-il l'Homme dans un doute aussi cruel? Aussi, si Dieu n'est pas intégralement bon, pourquoi ses ministres prétendent-ils le contraire et nous enjoignent-ils de l'être pour lui plaire?

Trouvé sur internet, ce texte iconoclaste sur le même sujet:
Citation :
La souffrance.
La toute-puissance de Dieu posait également le problème de la souffrance : comment expliquer que ce Dieu tout-puissant et infiniment bon, ait pu créer un monde dont la terre tremble, dont les rivières débordent, où la maladie cruelle peut frapper à tout moment, y compris les jeunes enfants innocents? Il n'y avait pas d'explication ; même les Écritures - qui habituellement avaient réponse à tout - avaient renoncé. Elles racontaient les lamentations de Job, incapable de comprendre pourquoi tant de malheurs l'écrasaient, lui, le juste, mais qui réaffirmait quand même sa confiance aveugle au Dieu qui l'accablait si cruellement :

« Périsse le jour qui me vit naître et la nuit qui a dit : « Un garçon a été conçu. »
Ce jour-là, qu'il soit ténèbres, que Dieu, de là-haut, ne le réclame pas, [...]

Pourquoi ne suis-je pas mort au sortir du sein, n'ai-je péri aussitôt enfanté ? Pourquoi s'est-il trouvé deux genoux pour m'accueillir, deux mamelles pour m'allaiter ? Maintenant, je serais couché en paix, je dormirais d'un sommeil reposant, [...]

Que Lui consente à m'écraser, qu'il dégage sa main et me supprime ! J'aurais du moins cette consolation, ce sursaut de joie en de cruelles souffrances, de n'avoir pas renié les décrets du Saint. » (Livre de Job.)

Une M.S.T. d'enfer.
Saint Augustin avait eu dans sa jeunesse un flirt très poussé, pendant neuf ans, avec la secte des manichéens, secte fondée par le Perse Mani (environ 216/277). Le problème de la souffrance, du mal d'une manière plus générale, y était élégamment résolu, puisque selon Mani, le monde résultait de la lutte de deux puissances, celle de la lumière, source du bien, et celle des ténèbres, source de tout mal. Lorsque saint Augustin se convertit au christianisme et à son Dieu - unique, tout-puissant et infiniment bon - il lui fallut reprendre le problème à zéro ; il n'était plus concevable en effet que le mal fût l'œuvre d'un quelconque Satan, puisque ce Satan lui-même n'eût pu être que l'œuvre du Dieu unique et infiniment bon. Qui oserait soupçonner l'ingénieur divin d'avoir commis une telle bévue, d'avoir laissé se glisser une telle erreur de conception dans son projet de création ?

" Si c'est le diable l'auteur, d'où vient-il lui-même? "(Confessions, VII,3)

Pourtant la souffrance injuste existe ; saint Augustin était particulièrement frappé par la souffrance des jeunes enfants : "Quand on en vient aux peines des enfants, je suis dans un grand embarras et ne sais que répondre ; [...] Dieu est bon, Dieu est juste, mais qu'on nous dise alors pour quel motif les enfants sont condamnés à souffrir tant de maux. "

Mais alors, si ce n'est le diable, si ce n'est Dieu, que reste-t-il ? Le regard de saint Augustin balaya les alentours, et s'arrêta naturellement sur ce qui restait : l'homme ; et la femme. Ceux-ci pourtant essayaient de passer inaperçus, se faisant tout petits, jouant à l'innocent, faisant mine de s'intéresser à autre chose, regardant le ciel d'un air inspiré tout en sifflotant ; hélas, ces feintes enfantines étaient vaines, car il ne restait plus qu'eux comme responsables acceptables.

C'est ainsi que saint Augustin fut amené à élaborer la stupéfiante théorie du péché originel : la faute du premier homme ayant profondément irrité le dieu créateur de toutes choses, celui-ci, tel un parrain sicilien, aurait lancé une impitoyable vendetta sur la création. Non seulement le désordre, la souffrance, et la mort, furent introduits dans le monde, mais la nature même des hommes devint pécheresse: de ce moment, les hommes naquirent déjà pécheurs avant même d'avoir sucé le sein de leur mère, déjà coupables, héritant tous de la faute d'Adam comme d'une maladie contagieuse. Et quelle maladie ! Une maladie honteuse, une maladie sexuellement transmissible, une M.S.T. C'est en effet par la génération charnelle que la faute est transmise de père en fils, et de mère à fille : "l'infection du péché originel apparaît dans le mouvement des organes génitaux ". "c'est le désir charnel qui transmet le péché originel aux descendants ".

C'est ainsi que saint Augustin, dont la jeunesse fut passablement dissolue, devint avec l'âge le "père la pudeur" qui inocula durablement dans l'Église l'aversion primaire des choses du sexe ; car si le sexe est le vecteur du péché originel, comme le rat est vecteur de la peste et le moustique vecteur
de la malaria, comment ne pas fuir et combattre le sexe par tous les moyens, comme nous fuyons et combattons les rats et les moustiques... Saint Augustin, le DDT du sexe !

Coupables !

Nous naissons déjà coupables ! Face à l'insondable problème de la souffrance, il fallait sans doute une réponse aussi stupéfiante ; et aussi stupéfiante qu'elle soit, il faut "faire avec", sinon la souffrance injuste est incompréhensible.... Quoique, même avec...

Le génial Pascal s'était résigné à "faire avec" :

"Il est sans doute qu'il n'y a rien qui choque plus notre raison que de dire que le péché du premier homme ait rendu coupables ceux qui, étant si éloignés de cette source, semblent incapables d'y participer. Cet écoulement ne nous paraît pas seulement impossible, il nous semble même très injuste; car qu'y a-t-il de plus contraire aux règles de notre misérable justice que de damner éternellement un enfant incapable de volonté, pour un péché où il paraît avoir si peu de part, qu'il est commis six mille ans avant qu'il fût en être ? Certainement rien ne nous heurte plus rudement que cette doctrine ; et cependant, sans ce mystère, le plus incompréhensible de tous, nous sommes incompréhensibles à nous-mêmes. Le noeud de notre condition prend ses replis et ses tours dans cet abîme ; de sorte que l'homme est plus inconcevable sans ce mystère que ce mystère n'est inconcevable à l'homme. "
" Il faut que nous naissions coupables - ou Dieu serait injuste. "

Stendhal trouvera beaucoup plus simple : " La seule excuse de Dieu c'est qu'il n'existe pas. "

On pourrait penser qu'il est inutile de discuter des conceptions de saint Augustin, si antiques, si
dépassées, et que les hommes ont certainement trouvé mieux depuis ces temps reculés. Hélas non, ces conceptions ne sont pas dépassées. Elles inspireront plus tard la Réforme (Luther, Calvin) et le
jansénisme de Port-Royal ; et elles étaient encore présentes dans l'esprit de Pie XII en 1950 - c'était hier - lorsqu'il rédigeait l'encyclique Humani Generis :
" ... le péché originel, péché qui tire son origine d'un péché vraiment personnel commis par Adam et qui, transmis à tous par la génération, se trouve en chacun et lui appartient"

Il est intéressant, surprenant, de noter que Pie XII rappelait cette théorie pour une raison qui n'a rien à voir avec le problème de la souffrance, en apparence, une raison... paléontologique ! Pie XII voyait en effet avec inquiétude les savants préciser petit à petit l'arbre généalogique de l'humanité, avec toute la faune des australopithèques, des sinanthropes, des proconsuls, des gigantopithèques, des homo robustus et autres ; avec inquiétude, car il ne semblait plus évident que tous les hommes descendaient du même ancêtre. Catastrophe ! ! Car si nous ne descendons pas tous du même Adam, nous ne sommes donc pas tous souillés par le péché originel d'Adam... et nous ne savons plus pourquoi la souffrance existe ! Il était donc absolument nécessaire, pour Pie XII, de rappeler que toute l'humanité était issue d'un seul couple originel, un couple d'affreux pécheurs :

"Quand il s'agit de l'autre hypothèse qu'on appelle le polygénisme [...] les fidèles ne peuvent embrasser une doctrine dont les tenants soutiennent, ou bien qu'il y a eu sur terre, après Adam, de vrais hommes qui ne descendent pas de lui par génération naturelle comme du premier père de tous, ou bien qu'Adam désigne l'ensemble de ces multiples premiers pères. On ne voit, en effet, aucune façon d'accorder pareille doctrine avec ce qu'enseignent les sources de la vérité révélée et ce que proposent les actes du magistère ecclésiastique sur le péché originel, péché qui tire son origine d'un péché vraiment personnel commis par Adam et qui, transmis à tous par la génération, se trouve en chacun et lui appartient. "

C.Q.F.D! Il n'y a donc pas eu de polygénisme ; paléontologues et savants de tous pays rentrez chez vous, il est inutile de chercher, de gratter la terre, de passer des jours et des nuits à étudier quelques fragments d'os, car par un raisonnement génial et absolument incontestable, avec rien dans les mains et rien dans les poches, Pie XII nous a déjà donné la réponse.

Une vraie réponse.

Toutefois, il est vrai que depuis très peu, la théorie du péché originel a terriblement vieilli, et n'a plus bonne presse "officiellement" - même si les fidèles ne sont pas encore tous au courant, et continuent imperturbablement à répondre que le péché d'Adam - et Eve - est la cause de toutes nos souffrances. Quoi qu'il en soit, la théorie n'étant vraiment plus crédible, nous sommes donc revenus à la case départ : comment expliquer la souffrance des enfants ?
Le chapitre "pourquoi y a-t-il des enfants handicapés?" d'un livre édifiant pour enfants, "dès 8 ans", nous livre peut-être la réponse :

"- Papa, tu savais que Julie avait un frère handicapé ?

(...)
- Mais pourquoi il est né comme ça, pourquoi ? Est-ce que Dieu s'est trompé? Pourquoi c'est tombé sur lui ?
- Je n'ai pas de réponse, ma chérie, malheureusement...
- C'est trop injuste. Peut-être que Dieu s'en fiche !
- Personne ne peut expliquer un malheur pareil (...) "

Le livre édifiant qui donne des réponses aussi éclairantes s'intitule

"Et qui donc est Dieu ?

150 réponses à des vraies questions d'enfants." (Bayard éditions)

On vient de lire l'une des 150 réponses de ce livre édifiant...

On vient de lire la réponse à la plus importante de toutes les
"vraies " questions, la seule qui exige une "vraie " réponses : comment se peut-il que naissent des enfants handicapés, condamnés dès la naissance à souffrir et à mourir prématurément ?

La "vraie" réponse obscure à cette "vraie" question décisive est : " Je n'ai pas de réponse " ! ! !
Il faut se rendre à l'évidence: le problème de la souffrance injuste est un infernal trou noir, qui aspire et étouffe irrésistiblement les interrogations... et dont il ne ressort aucune lumière, aucune réponse !

Du moins, tant que l'on se refuse d'ajouter quelques gros grains de hasard dans la recette de la création.

Une le matin, à la naissance...

Le péché originel est une infection très grave, devant être traitée au plus tôt. Non soignée, elle entraîne inévitablement les plus affreuses complications, qui aboutissent toujours à la pire des issues fatales : l'enfer.

Heureusement, Dieu infiniment bon avait imaginé une potion souveraine contre cette terrible infection; une sorte de cure thermale pouvant se pratiquer le long de certains fleuves; le Jourdain par exemple. En l'absence de fleuve, ou pour faire plus vite, on pouvait aussi opter pour la formule économique, qui avait l'inconvénient de mal se distinguer des remèdes de bonne femme, mais qui était tout aussi efficace. La formule combinait les effets de d'eau, du sel, et de certaines huiles, le tout à prendre selon les prescriptions des docteurs de Rome, les meilleurs spécialistes en ce domaine : généralement, une seule dose le matin à la naissance. La cure était appelée baptême. Il suffisait donc d'appliquer le traitement aux nouveaux-nés. Mais il fallait le faire au plus tôt, coûte que coûte, pour leur éviter les terribles complications et l'enfer éternel....Il en a beaucoup coûté :


" ... En raison de l'absolue nécessité du baptême, les accouchements difficiles donnaient lieu parfois à de véritables boucheries pour extraire l'enfant (...) En 1831, en Ille-et-Vilaine, un scandale de ce genre éclate à La Guerche ; le sous-préfet déclare que ce sont là "des opérations fréquentes dans l'arrondissement". L'évêque de Rennes refuse de les interdire, car, dit-il, il "se rendrait responsable de la perte d'un enfant mort ainsi sans secours". Dans un ouvrage en latin, Solis presbyteris et diaconibus, l'évêque du Mans, Mgr Bouvier, recommandait, en cas d'accouchement difficile, d'ouvrir la mère, morte ou vive, en se servant de préférence d'un rasoir, mais de garder le fait secret... " (Georges Minois "L'Eglise et la science - Histoire d'un malentendu" - Fayard - Volume II, page 214)

Cela se passait en 1831 ; c'était hier...

Il n'est donc pas étonnant qu'il en reste encore aujourd'hui d'horribles faits-divers, comme la lamentable histoire du curé d'Uruffe en Meurthe-et-Moselle : le 3 décembre 1956, c'était ce matin, ce curé avait tué sa maîtresse de 19 ans, enceinte de lui.

L'histoire ne s'arrête pas là : au moyen d'un couteau, le curé d'Uruffe pratiqua une césarienne sur le cadavre... afin de baptiser le bébé... avant de le tuer lui aussi !

C'était en 1956. On avait déjà inventé la télévision, Zappy Max et le crochet radiophonique, le rock & roll, et on était sur le point de découvrir les cheveux longs, le pantalon pat'd'eph, et les Beatles ; pas de doute, on était moderne.

Il en reste également un débat très actuel dans certains milieux : faut-il baptiser les embryons humains congelés? Et plus surréaliste encore : faut-il les décongeler pour la cérémonie ? (sachant qu'il ne faut jamais recongeler un produit décongelé, tous les emballages de pizza surgelées le rappellent). Pas de doute, on est moderne.

Il en reste surtout dans les sociétés occidentales, le sentiment diffus que nous sommes tous d'affreux pécheurs, et que les malheurs du monde ne viennent que de nos faiblesses et de nos fautes.

Même lorsque de toute évidence nous n'y sommes pour rien.

Les guerres, nous en sommes responsables bien entendu ;

mais nous n'y sommes vraiment pour rien lorsque la terre tremble, que les rivières débordent, que les volcans vomissent, ou que la peste attaque. Et surtout, nous n'y sommes pour rien dans la pire des
maladies qui soit, barbare, dégradante, avilissante, celle qui rattrape inexorablement les rescapés des malheurs précédents: la vieillesse.

Salut et Fraternité. Dieu est-il bon? 872784

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyMer 30 Sep 2009, 10:55 pm

Nombre de théologiens résument ce dilemme apparent en affirmant que Dieu n'a pas voulu infantiliser ses créatures en leur offrant le libre-arbitre. Créer des êtres benoîtement bons équivaudrait à créer des clones de Dieu. La sainteté se mérite et rend heureux, l'angélisme ne stimule pas. Le mal finit toujours par s'autodétruire telle les scories. Mais il est tentant de vouloir écrire des bibliothèques entières sur ce sujet uniquement dans le but de dénigrer Dieu par le petit bout de la lorgnette.

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Dieu est-il bon? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
Ardennais

Masculin
Nombre de messages : 3516
Age : 53
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français
Emploi/loisirs : enseignant
Date d'inscription : 20/04/2009

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyMer 30 Sep 2009, 11:48 pm

Grasse, Nonidi 9 Vendémiaire, An CCXVII.

Cher Stans-III,

Citation :
Nombre de théologiens résument ce dilemme
apparent en affirmant que Dieu n'a pas voulu infantiliser ses créatures
en leur offrant le libre-arbitre.
J'entends bien cet argument, mais le problème est qu'il est strictement impossible: en effet, si Dieu est parfait (Et il se doit de l'être par définition!), il est omnipotent et omniscient: il ordonne l'univers dans toutes parties comme bon lui semble, ce qui revient à dire que notre libre-arbitre est complètement illusoire. Nous sommes persuadés d'agir indépendamment de tout contrôle alors que Dieu règle en fait tous les détails de nos vies. L'alternative est la suivante: ainsi que tu l'as dit, Dieu nous laisse réellement libres de nos choix, ce qui signifie qu'il ne sait rien ni n'interfère dans nos décisions. Il n'est donc plus ni omnipotent ni omniscient, et par conséquent il ne saurait plus être parfait. Or un Dieu unique ne peut pas être imparfait! Deux seules solutions pour briser ce paradoxe:

  • "Dieu" n'est pas "le seul dieu"; (il faut opter pour un Dualisme foncier ou retourner au polythéisme)
  • "Dieu" n'existe pas.
Tu peux tourner le problème dans tous les sens, à moins de t'obliger à feindre que le paradoxe que j'ai soulevé n'existe pas ou d'accepter sans sourciller les arguties théologiques qui ne résolvent rien, tu es obligé reconnaître que le Dieu unique décrit par les grandes religions ne peut pas exister. Si on tient absolument à conserver l'hypothèse qu'il existe un Dieu, il est indispensable d'envisager qu'il est autre chose que ce que l'on croit depuis trois ou quatre millénaires. Qu'est-ce que Dieu?

Salut et Fraternité. Dieu est-il bon? 872784

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyJeu 01 Oct 2009, 2:13 pm

Je pense cher Ardennais que tu as trop tendance par ton éducation à confondre ma notion de Dieu avec le dieu Yahveh du judaïsme qui agit comme une belle-mère inquisitrice et jalouse. Mon Dieu est un Dieu libéral qui me prend pour un adulte et me laisse agir en temps que tel quitte à ce que je me casse la gueule. Ensuite j'ai deux solutions : je reviens vers lui tel le Fils prodigue ou je m'enfonce (librement) dans mes errements. Je préfère infiniment ce Dieu là à ce triste sire de Yahveh qui incita son peuple à pratiquer des génocides en Son Nom durant l'Exode !
Ensuite, le monothéisme ne serait-il pas un piège ? Tous les paganismes sont de toute façon "dominés" par un dieu majeur.
Mais ce qui te chagrine cher ami n'est-ce pas de ne pas d'être incapable de cerner Dieu ou les dieux ? Ou d'être toi-même qu'un homme ?

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Dieu est-il bon? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Ardennais
Cofondateur
Cofondateur
Ardennais

Masculin
Nombre de messages : 3516
Age : 53
Localisation : Grasse (Alpes-Maritimes)
Langue : français
Emploi/loisirs : enseignant
Date d'inscription : 20/04/2009

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyVen 02 Oct 2009, 9:02 pm

Grasse, Primidi 11 Vendémiaire, An CCXVII.

Cher Stans-III,

il ne s'agit pas du tout de privilégier le Dieu d'un monothéisme sur celui des autres (comment d'ailleurs pourrait-il y avoir plusieurs Dieux Uniques?), mais d'examiner les attributs que les monothéismes lui reconnaissent et de relever une incohérence: si le mal existe dans la création et que Dieu est omnipotent et omniscient (Il doit impérativement l'être pour être Dieu!), alors Dieu ne peut pas être bon... à moins de biaiser pour expliquer que le mal que Dieu crée soit directement, soit indirectement par l'intermédiaire de Satan qui est sa créature, nous est imposé pour faire surgir un bien qui serait supérieur à ce mal (et il le faut pour que le bien l'emporte!); pourquoi Dieu, qui est tout-puissant, prend-il alors des chemins aussi tortueux pour parvenir à son but... au risque de détourner de lui un grand nombre de ses créatures, qu'il est censé aimer toutes?

On peut pousser le raisonnement plus loin, comme il m'est arrivé de le faire des nuits entières, hanté par ce paradoxe ontologique, et aboutir à des conclusions que Robert Ambelain a su mettre en forme mieux que je n'aurais jamais pu le faire. Les probabilités d'existence d'un dieu unique créateur deviennent alors très faibles...
Pour lire la démonstration d'Ambelain:

http://forum-francophone.bbactif.com/les-christianismes-f14/le-dieu-createur-selon-robert-ambelain-t4683.htm#31857


Salut et Fraternité. Dieu est-il bon? 872784

_________________
L'utopie est la vérité de demain (Victor Hugo); A cœur vaillant rien d'impossible (dicton populaire).
Viennent les jours heureux et le goût du bonheur ! (φ)


Dernière édition par Ardennais le Ven 02 Oct 2009, 9:17 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyVen 02 Oct 2009, 9:16 pm

Cher Ardennais,

Ce Dieu omniscient et omnipotent ne te saoûle-t-il pas mon ami ? Et c'est le chrétien (gnostique) qui "ose" te le dire ! D'abord si on parle de Dieu Créateur de l'Univers, on accepte l'idée qu'il n'y a qu'un univers or c'est une idée que je refuse ! Je suis donc persuadé qu'il y a au moins autant de Dieu-x qu'il y a d'univers dont certains sont créés plus chaotiquement que d'autre, certains avec plus de dimensions perceptibles que d'autres (le notre ayant 4 dimensions perceptibles jusqu'à preuve du contraire). De plus, chaque univers ne comporte pas qu'une race d'Élus "perdus dans l'immensité sidérale" ! C'est de l'anthropomorphisme simpliste ! Dans chaque univers il doit y avoir des créatures moins évoluées et plus évoluées que toi et moi ! Ceci dit, je suis également persuadé que Dieu (ou les dieux) est (sont) en nous et que nous sommes en lui (eux). Décidément, tu semble avoir une vision très judéo-chrétienne de Dieu ! balance

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Dieu est-il bon? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
ter32001
Nouveau membre
Nouveau membre


Masculin
Nombre de messages : 1
Age : 47
Localisation : Hauts de Seine
Langue : Française
Emploi/loisirs : Indépendant
Date d'inscription : 13/07/2013

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptySam 13 Juil 2013, 11:20 am

Je suis tout à fait d'accord avec le raisonnement d'Ardennais.

Et j'ajouterai même la chose suivante:

Dieu donnerait à certain le privilège de savoir qu’il y a une vie après la mort (EMI ou autres), et laisserait d’autres avec la certitude qu’après la mort on n’existe plus ?
La première catégorie de personne (les privilégiés) vivant rassuré, redoutant seulement de mal se comporter, feront logiquement le bien et iront au paradis.
Et la seconde catégorie de personne, s’ils finissent pas faire n’importe quoi pour sauver leur peau, iront en enfer pour l’éternité !
Voilà une des raisons pour laquelle je pense qu’il n’y a pas d’au-delà…plutôt que de croire que Dieu existe et pratique une différence de traitement.
Revenir en haut Aller en bas
Aicha
Nouveau membre
Nouveau membre
Aicha

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 24
Localisation : Algérie
Langue : Arabe - francais - anglais
Emploi/loisirs : étudiante lycéenne
Date d'inscription : 17/09/2013

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyJeu 19 Sep 2013, 8:28 pm

bon j'ai pas bien compris votre sujet
mais pour moi il existe un seul dieu qui s'appelle Allah
Il est le créateur des cieux, de la terre et de toutes les créatures dont l'homme. Allah n'est ni masculin ni féminin et ne ressemble à rien d'entre ses créations. Quatre de ses attributs le distinguent clairement de tout être vivant
1- attribut : le créateur (Al Khaliq) : c'est-à-dire qu'Allah peut donner à toute chose une existence matérielle à partir du néant.

2 -attribut : l'omniscient (Al Aalim) : son savoir embrasse toute chose. Il sait tout de tout temps.

3 -attribut : celui qui subsiste par lui-même (Al Qayyum) : Allah ne dépend de rien pour subsister et, tout dépend de lui. De cet attribut, découle son immortalité. Alors que tout être vivant dans la nature dépend pour survivre d'éléments qui lui sont externes tels que l'eau, l'oxygène ou les aliments.

4- attribut : l'inébranlable (Al Matine) : Allah est inaltérable. Aucune défaillance ne peut le saisir. De ce fait, il n'a besoin ni de repos ni de sommeil et demeure immuable dans sa toute-puissance. Alors que tout être vivant dans la nature se fatigue, vieillit, ses facultés physiques et mentales s'altèrent avec le temps et finit par mourir.
++ 95 autre noms

D'après Abu Houreyra - qu'Allah l'agrée - l'Envoyé d’Allah - que la paix et la bénédiction soient sur lui - a dit : « Allah le Très-Haut est bon et n'accepte que ce qui est bon, sachez qu’Allah a ordonné aux croyants ce qu'il a ordonné aux Envoyés, Il a dit [s’agissant des Envoyés]
Revenir en haut Aller en bas
Stans
Fondateur
Fondateur


Masculin
Nombre de messages : 16069
Age : 67
Localisation : Bruxelles - Département de la Dyle
Langue : français
Emploi/loisirs : histoire, politique
Date d'inscription : 10/03/2006

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyVen 20 Sep 2013, 2:11 pm

Le nœud du problème c'est : comment Dieu peut-Il être issu du Néant et avoir ensuite tout créé à partir du Néant ?

_________________
Bonapartiste et réunioniste

«Les Belges ? Ils ne dureront pas. Ce n’est pas une nation, deux cent protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays, cela ne peut tenir… » Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD
Dieu est-il bon? Maquet24
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-francophone.bbactif.com
Appleseed
Nouveau membre
Nouveau membre


Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 42
Localisation : Bruxelles
Langue : Français
Emploi/loisirs : En chemin
Date d'inscription : 07/08/2013

Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? EmptyLun 23 Sep 2013, 11:04 am

Merci Aicha pour ton intervention.

La question première subsiste, comment expliquer la souffrance des enfants par exemple ? Dans le cadre où celle-ci est physiologique (je ne parle pas de la maltraitance) ? Si Dieu est bon ?

Je connais la réponse "chrétienne" décrite ci-dessus, comment est-elle appréhendée dans l'Islam ? Est-il aussi question du péché originel (qui explique que nous naissons dans le péché) ?

C'est un peu hors-sujet, mais pas vraiment...
En lisant les explications du pape qui recentre : "nous avons tous une origine commune, Adam". Si on se base sur les écrits bibliques, on peut aussi alors se demander avec qui Cain a eu sa descendance ?
Pour moi TOUT n'est pas écrit.

Merci beaucoup pour l'éclairage "historique" de l'explication de la souffrance dans la religion chrétienne.

J'ai déjà lu aussi comme hypothèse/réponse, que c'est là qu'intervient la foi (devant ce genre de questions "sans réponse" ou les "contradictions"). Croire sans voir, ou croire sans comprendre...

Ceci dit, même si j'admets ne pas comprendre, je préfère continuer à me poser des questions, même si pour ma part, je crois :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Dieu est-il bon? Empty
MessageSujet: Re: Dieu est-il bon?   Dieu est-il bon? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu est-il bon?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM FRANCOPHONE © :: Religions, philosophies et idéologies diverses :: Pensées non religieuses, philosophies, idéologies, sectes, sociétés secrètes ou discrètes, ésotérisme :: La laïcité, l'athéïsme, la libre-pensée-
Sauter vers: